Certains musiciens ne sont sur terre que pour profiter de ses plaisirs, des excès de la vie, tandis que d’autres sont investis d’une mission, d’une haute importance, qui pourrait changer la face de l’avenir de l’humanité.

Difficile parfois d’endosser le costume de sauveur de la planète, mais il est des missions que l’on ne peut pas refuser pour une raison ou pour une autre.

C’est le cas des STARSET, qui définissent leur rôle sur terre en ces mots :

« Dans les premières heures de 2013, un radio astronome du télescope Alien Array en Californie du Nord, a capté le signal étrange émanant d’une étoile de la constellation d’Ophiuchus…Sentant l’extrême danger, THE STARSET SOCIETY a commissionné un panel de musiciens et de scientifiques pour les aider à propager ce savoir à une audience plus large. Le groupe se rebaptisa plus simplement STARSET »

Accroche sympathique et légèrement fantasmagorique, qui change des allusions lourdes au sexe, à l’injustice, à la corruption, et qui après tout, est un argument publicitaire comme les autres. Mais la question subsiste. Et si, malgré le caractère hautement farfelu de cette annonce, il y avait une base de vérité dans ce laïus ? Si les STARSET étaient vraiment les élus choisis pour diffuser la bonne parole du cosmos sur terre ? Il est toujours plus distrayant d’y croire pour mieux s’immerger dans une musique, qui reste somme toute assez cosmique dans ses accents Electro Metal, et qui finalement, est relativement banale dans son rendement…Alors autant adhérer au concept pour avoir une raison supplémentaire de craquer pour ces mélodies prétendument émergentes d’une civilisation différente de la nôtre, au savoir plus avancé, et aux progressions harmoniques se voulant écho d’un espace qui a encore bien des secrets à nous révéler.

Plus concrètement, les STARSET sont un groupe nous venant de Colombus, Ohio, composé de quatre élus, Adam Gilbert (batterie), Brock Richards (guitare), Dustin Bates (chant, guitare, claviers) et Ron Dechant (basse). Existant depuis quatre ans maintenant, les musiciens ont déjà édité un premier LP en 2014, Transmissions, qui fit suffisamment de bruit pour que son successeur soit élu « album le plus attendu » par les lecteurs de Loudwire.

Produit par Rob Graves (HALESTORM, RED) et mixé par Ben Grosse (BREAKING BENJAMIN, FILTER), Vessels se cache sous une splendide pochette évoquant les films de sci-fi contemporains, avec une petite touche des arches de 2012, et de splendides tonalités pastel, évoquant tout autant nos richesses terrestres que les avancées technologiques de civilisations à découvrir.

Alors, en prenant en compte les paramètres techniques de production, d’emballage et d’arrangements, il est évident que ce second LP se hisse sans problème au niveau, et sonne plus pro que bon nombre de sorties du marché…Mais s’il n’est pas sans charme mélodique, on ne peut pas dire que sa composition fasse preuve d’une grande inventivité, puisque nous nageons en pleine couronne stellaire Metalcore/Post Hardcore, de celles que les astronautes les plus jeunes ont déjà parcourue en long, en large et en travers, nous en ramenant les mêmes sonorités, les mêmes accroches harmoniques, et les mêmes poussées d’énergie et d’inertie…

Banals les STARSET ? Disons classiques pour rester courtois, et en faisant le choix de ne pas se limiter dans le temps pour propager leur message, les quatre Américains ont pris un gros risque, celui de nous assommer avec une somme d’informations somme toute assez semblables et redondantes, même si certaines bribes se montrent plus intéressantes que d’autres.

Avec quatorze interventions pour soixante-six minutes de musique, le discours ressemble à un de ceux que Fidel Castro assénait à son peuple, sauf que lui ne tirait pas son inspiration de l’espace, mais bien de sa mégalomanie.

Avec leur mélange presque subtil de grosses guitares Metal et de strates sonores électroniques, qui parvient à un équilibre permettant de définir leur optique comme celle d’un Electro Metal assez proche de celui des CROSSBREED ou de LINKIN PARK après un séjour hors de l’atmosphère, les STARSET ne jouent pas vraiment la carte de la surprise, et parviennent à séduire par intermittence, lorsque leurs harmonies se veulent plus séduisantes que puissantes.

Ainsi, un morceau de la trempe de « Into The Unknown », avec sa syncope rythmique appuyée et sa basse ondulante et amplifiée les montre sous une lumière assez réchauffante, même si les arrangements typiques d’un Metalcore moderne n’aident pas vraiment à les démarquer de la production actuelle.

Certes, leurs harmonies se veulent d’une pureté assez remarquable, mais la standardisation des arrangements et la puissance commune d’une production qui ne cherche pas à surprendre en atténuent la portée.

Sans vouloir jouer les blasés, j’admets n’avoir été que très rarement secoué par leurs annonces venant d’une autre galaxie, et comme en plus leurs morceaux jouent les prolongations à chaque occurrence, en dépassant les quatre minutes d’invective, la lassitude s’installe vite, malgré les efforts déployés pour séduire (« Gravity Of You »).

A l’opposé, le quatuor sait se montrer plus aventureux lorsqu’il se débarrasse de ses systématismes les plus irritants, et le long final envoutant de « Everglow », plus intimiste et fragile se pose en conclusion faisant regretter que les choix n’eussent pas été un poil différents et plus…variés. Délicatesse de parties vocales très éthérées, arrangements soudainement moins envahissants, riffs typiques mis au placard pour privilégier des couches synthétiques bien agencées, c’est une façon très intelligente de conclure un album à l’image de n’importe lequel de ses titres.

Alors bien sûr, ça fonctionne sur le conscient parce qu’on fait tout pour vous en convaincre («Satellite », entrée en matière prenante et efficace en diable dans un créneau Post Hardcore typiquement US), mais l’inconscient qui sait faire la part de choses en arrière-plan sait parfaitement que tout ça a déjà été entendu de centaines de fois.

Reste qu’un morceau comme « Monster You Made Me » fonctionne bien avec ses cordes électroniques et son tempo un peu plus pataud et son refrain Post Disco assez prenant, mais est-ce suffisant pour comprendre le fait que cet album a été le plus anticipé de ce début d’année ?

La question reste en suspens…

 Metalcore, Electro-Metal, Post Hardcore synthétique, à vous de voir si le message de l’espace vaut la peine d’être diffusé aux oreilles d’une humanité qui ne fera peut-être pas suffisamment preuve d’intérêt pour le prendre au sérieux.


Titres de l'album:

  1. Satellite
  2. Frequency
  3. Die For You
  4. Ricochet
  5. Starfight
  6. Into The Unknown
  7. Gravity Of You
  8. Back To The Earth
  9. Last To Fall
  10. Bringing It Down
  11. Unbecoming
  12. Monster You Made Me
  13. Telepathic
  14. Everglow

Site officiel


par mortne2001 le 03/02/2017 à 17:05
60 %    197

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vöödöö

Ashes

I’ll Be Damned

Road to Disorder

Mantar

The Modern Art of Setting Ablaze

Taste

Moral Decay

Pig Destroyer

Head Cage

Beyond The Black

Heart Of The Hurricane

Dark Insides

Netherworld

Ancestor

Lords of Destiny

Raspy Junker

World Of Violence

Elyose

Reconnexion

Clover

The Voyager

Lost Domain

...In the Waiting Room of Death

Bloody Nightmare

Hellwolf

Alice In Chains

Rainier Fog

The Radio Sun

Beautiful Strange

Metalriff

Blinded

Napalm Ted

Mouthful

Manes

Slow Motion Death Sequence

Torturer

Die In Pain

Binah

Phobiate

Photo-report MOTOCULTOR 2018 (Par Baptistin Pradeau)

Jus de cadavre / 17/09/2018
Motocultor

Violently Draining Europe / Gorgasm + Cenotaph + Visceral Uprooting

Jus de cadavre / 13/09/2018
Brutal Death Metal

Interview ANTROPOFAGO

youpimatin / 08/09/2018
Brutal Death Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Dimanche

Jus de cadavre / 01/09/2018
Black Metal

Live-report MOTOCULTOR 2018 - Samedi

Jus de cadavre / 31/08/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Pain Of Salvation + Kingcrow

18/09 : L'empreinte, Savigny Le Temple (91)

Defeated Sanity + Acranius + Epicardiectomy

19/09 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Pain Of Salvation + Kingcrow

19/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Heart Of A Coward

19/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Pain Of Salvation + Kingcrow

20/09 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Acidez + Banane Metalik

20/09 : Ninkasi Kao, Lyon (69)

Evadne + Lying Figures + The Holeum

20/09 : Le Klub, Paris (75)

Heart Of A Coward

20/09 : Olympic Café, Paris (75)

Tagada Jones + Opium Du Peuple

21/09 : Le Rio Grande, Montauban ()

Acidez + Banane Metalik

21/09 : Le Db, Narbonne (11)

Lonewolf + Speed Queen + Venin

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Alcest + Vampillia

21/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Les Ramoneurs De Menhirs

21/09 : Le Clapier, Saint-etienne (42)

Heart Of A Coward

21/09 : La Scène Michelet, Nantes (44)

Batushka

21/09 : Cco, Villeurbane (69)

Lower Than Atlantis

21/09 : Backstage, Paris (75)

Khaos Dei + Black Bomb A + The New Roses

21/09 : Parc De Villeroy, Mennecy (91)

+ Bukowski + Shoeilager

22/09 : Désiré Granet, Anould ()

Nightrage + Voivod

22/09 : L'ilyade , Seyssinet-pariset ()

Alcest + Vampillia

22/09 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Black Sin + Les Chants Du Nihil + S.u.t.u.r.e

22/09 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Alcest + Vampillia

23/09 : Fuzz'yon, La Roche-sur-yon (85)

Alcest + Celeste + Vampillia

25/09 : La Gaîté Lyrique, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ah merde, la bad news !!!
En plus, un groupe de chez nous.
RIP man...


Pas encore écouté en entier, mais ce que j'ai entendu pour le moment promet un album énorme... Un groupe à part et absolument génial qui, comme le dit très bien la chro, est bien plus que du Sludge. Et sur scène c'est quelque chose aussi. Ça faisait bien longtemps que Nuclear Blast n'avait p(...)


Merci pour la kro!
Le MCD est dispo ici http://nihilistic-webzine-distro.fr


Wow...


Virulence ! Ça n'invente rien du tout, mais efficace ! Metalliquement, quand la Chine se réveillera vraiment ça va nous faire tout drôle je pense...


Tout ce que j'aime ! Ça va être long jusqu'au 26 octobre...


Le premier album m'avait beaucoup plu, ce titre pour l'instant ne me semble pas au même niveau mais il faut juger l'album dans son intégralité avec ce style.


Très grand groupe !


Oh putain !!!


Je les ai vus il y a un an, même pas, cherchez dans les reports.


Les compagnons des gras jambon !!!! là il y a du nom qui fouette


énorme en effet, wait and see


Une bien belle affiche, vénère comme il faut et surtout qui se différencie pas mal de beaucoup de fest Metal !


Je manque encore un peu de recul sur cet album mais les premières écoutes m'ont bien plu. On retrouve effectivement la patte Vilosophe.


Putain ! Toujours aussi bon malgré le poids des années...
Ce break de basse bordel !
Hâte d'entendre l'album complet.


Enorme fan du groupe, j'ai plus que hâte de me fourrer ça dans les oreilles bordel...


J'avais le souvenir d'un groupe plus suffocant, là y a un goût de Morbid Angel et j'aimebeaucoup


Énorme date à Rennes hier soir, à ne pas rater pour tous fans de Brutal Death qui se respecte ! Le report en ligne dans quelques jours...


Ce titre n'a pas pris une ride mais nous si !
Quelle chanson et quel album en tous cas !
Pis effectivement, sacrée prise de risque à l'époque. Fallait avoir les couilles de le faire mais putain que cela ne valait le coup bordel ! Un son quasi inimitable...
Par contre, faudra que(...)


Pfff, l'album de Voivod s'annonce ÉNORME.