Certains musiciens ne sont sur terre que pour profiter de ses plaisirs, des excès de la vie, tandis que d’autres sont investis d’une mission, d’une haute importance, qui pourrait changer la face de l’avenir de l’humanité.

Difficile parfois d’endosser le costume de sauveur de la planète, mais il est des missions que l’on ne peut pas refuser pour une raison ou pour une autre.

C’est le cas des STARSET, qui définissent leur rôle sur terre en ces mots :

« Dans les premières heures de 2013, un radio astronome du télescope Alien Array en Californie du Nord, a capté le signal étrange émanant d’une étoile de la constellation d’Ophiuchus…Sentant l’extrême danger, THE STARSET SOCIETY a commissionné un panel de musiciens et de scientifiques pour les aider à propager ce savoir à une audience plus large. Le groupe se rebaptisa plus simplement STARSET »

Accroche sympathique et légèrement fantasmagorique, qui change des allusions lourdes au sexe, à l’injustice, à la corruption, et qui après tout, est un argument publicitaire comme les autres. Mais la question subsiste. Et si, malgré le caractère hautement farfelu de cette annonce, il y avait une base de vérité dans ce laïus ? Si les STARSET étaient vraiment les élus choisis pour diffuser la bonne parole du cosmos sur terre ? Il est toujours plus distrayant d’y croire pour mieux s’immerger dans une musique, qui reste somme toute assez cosmique dans ses accents Electro Metal, et qui finalement, est relativement banale dans son rendement…Alors autant adhérer au concept pour avoir une raison supplémentaire de craquer pour ces mélodies prétendument émergentes d’une civilisation différente de la nôtre, au savoir plus avancé, et aux progressions harmoniques se voulant écho d’un espace qui a encore bien des secrets à nous révéler.

Plus concrètement, les STARSET sont un groupe nous venant de Colombus, Ohio, composé de quatre élus, Adam Gilbert (batterie), Brock Richards (guitare), Dustin Bates (chant, guitare, claviers) et Ron Dechant (basse). Existant depuis quatre ans maintenant, les musiciens ont déjà édité un premier LP en 2014, Transmissions, qui fit suffisamment de bruit pour que son successeur soit élu « album le plus attendu » par les lecteurs de Loudwire.

Produit par Rob Graves (HALESTORM, RED) et mixé par Ben Grosse (BREAKING BENJAMIN, FILTER), Vessels se cache sous une splendide pochette évoquant les films de sci-fi contemporains, avec une petite touche des arches de 2012, et de splendides tonalités pastel, évoquant tout autant nos richesses terrestres que les avancées technologiques de civilisations à découvrir.

Alors, en prenant en compte les paramètres techniques de production, d’emballage et d’arrangements, il est évident que ce second LP se hisse sans problème au niveau, et sonne plus pro que bon nombre de sorties du marché…Mais s’il n’est pas sans charme mélodique, on ne peut pas dire que sa composition fasse preuve d’une grande inventivité, puisque nous nageons en pleine couronne stellaire Metalcore/Post Hardcore, de celles que les astronautes les plus jeunes ont déjà parcourue en long, en large et en travers, nous en ramenant les mêmes sonorités, les mêmes accroches harmoniques, et les mêmes poussées d’énergie et d’inertie…

Banals les STARSET ? Disons classiques pour rester courtois, et en faisant le choix de ne pas se limiter dans le temps pour propager leur message, les quatre Américains ont pris un gros risque, celui de nous assommer avec une somme d’informations somme toute assez semblables et redondantes, même si certaines bribes se montrent plus intéressantes que d’autres.

Avec quatorze interventions pour soixante-six minutes de musique, le discours ressemble à un de ceux que Fidel Castro assénait à son peuple, sauf que lui ne tirait pas son inspiration de l’espace, mais bien de sa mégalomanie.

Avec leur mélange presque subtil de grosses guitares Metal et de strates sonores électroniques, qui parvient à un équilibre permettant de définir leur optique comme celle d’un Electro Metal assez proche de celui des CROSSBREED ou de LINKIN PARK après un séjour hors de l’atmosphère, les STARSET ne jouent pas vraiment la carte de la surprise, et parviennent à séduire par intermittence, lorsque leurs harmonies se veulent plus séduisantes que puissantes.

Ainsi, un morceau de la trempe de « Into The Unknown », avec sa syncope rythmique appuyée et sa basse ondulante et amplifiée les montre sous une lumière assez réchauffante, même si les arrangements typiques d’un Metalcore moderne n’aident pas vraiment à les démarquer de la production actuelle.

Certes, leurs harmonies se veulent d’une pureté assez remarquable, mais la standardisation des arrangements et la puissance commune d’une production qui ne cherche pas à surprendre en atténuent la portée.

Sans vouloir jouer les blasés, j’admets n’avoir été que très rarement secoué par leurs annonces venant d’une autre galaxie, et comme en plus leurs morceaux jouent les prolongations à chaque occurrence, en dépassant les quatre minutes d’invective, la lassitude s’installe vite, malgré les efforts déployés pour séduire (« Gravity Of You »).

A l’opposé, le quatuor sait se montrer plus aventureux lorsqu’il se débarrasse de ses systématismes les plus irritants, et le long final envoutant de « Everglow », plus intimiste et fragile se pose en conclusion faisant regretter que les choix n’eussent pas été un poil différents et plus…variés. Délicatesse de parties vocales très éthérées, arrangements soudainement moins envahissants, riffs typiques mis au placard pour privilégier des couches synthétiques bien agencées, c’est une façon très intelligente de conclure un album à l’image de n’importe lequel de ses titres.

Alors bien sûr, ça fonctionne sur le conscient parce qu’on fait tout pour vous en convaincre («Satellite », entrée en matière prenante et efficace en diable dans un créneau Post Hardcore typiquement US), mais l’inconscient qui sait faire la part de choses en arrière-plan sait parfaitement que tout ça a déjà été entendu de centaines de fois.

Reste qu’un morceau comme « Monster You Made Me » fonctionne bien avec ses cordes électroniques et son tempo un peu plus pataud et son refrain Post Disco assez prenant, mais est-ce suffisant pour comprendre le fait que cet album a été le plus anticipé de ce début d’année ?

La question reste en suspens…

 Metalcore, Electro-Metal, Post Hardcore synthétique, à vous de voir si le message de l’espace vaut la peine d’être diffusé aux oreilles d’une humanité qui ne fera peut-être pas suffisamment preuve d’intérêt pour le prendre au sérieux.


Titres de l'album:

  1. Satellite
  2. Frequency
  3. Die For You
  4. Ricochet
  5. Starfight
  6. Into The Unknown
  7. Gravity Of You
  8. Back To The Earth
  9. Last To Fall
  10. Bringing It Down
  11. Unbecoming
  12. Monster You Made Me
  13. Telepathic
  14. Everglow

Site officiel


par mortne2001 le 03/02/2017 à 17:05
60 %    358

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vulcain

Studio Albums 1984 - 2013

Bloody Alchemy

Reign Of Apathy

Soothsayer

Death Radiation

Asphodèle

Jours Pâles

Picture

Wings

Birdeatsbaby

The World Conspires

Airbourne

Boneshaker

The Deathtrip

Demon Solar Totem

Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Normal ça, moi pas savoir me servir de la ponctuation !
Tu as écrit : "Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020"... et apparemment cela devrait être le cas de Mr Bungle.


Pour surfer sur la vague du film, qui bâcle l'après 1989.


J'ai lu la news.
J'ai ri.


Pathétique, mais pas étonnant de leur part. A mon avis tout cela était planifié de très longue date...


J'adore le groupe mais ces histoires de tournée d'adieu puis de tournée de retour sont tellement ridicules. Là, avec ces conneries de contrat en plus, on touche le fond.


Désolé Buck Dancer, mais j'ai rien compris à ta phrase...


Ah ah ah !
Qui l'eût cru hein ?!
Pis cette affiche… Manque plus que RATT pour me voir combler (SIC !!!).


Belle chronique. La conclusion est superbe. Il s'agit effectivement d'un très bel album, sombre mais dont l'élan musical n'empêche pas l'espoir. Thématiquement, surtout pas musicalement, je le rapprocherai étonnamment des derniers Hangman's Chair, pour le côté urbain désespéré. J'y retrouv(...)


Humungus et MR BUNGLE dois faire partie de ces groupes qui ne seront pas présent...Ou alors des dates supplémentaires commencent à s'ajouter ? Mais d'après Patton seulement les concerts aux Etats-Unis sont prévus .


Autre précision (et de taille !), cette affiche est une pure spéculation d'il y a plus d'un mois du site Musicall.
Malheureusement, tous les groupes apparaissant sur celle-ci ne seront pas présent en 2020...


Et bien il n'est nullement question de timing dans cette news, non ?
Merci par contre pour la précision pour la journée du jeudi que je n'avais pas vu ;)


Je ne voudrais pas vous faire peur mais le festival ne se déroule pas sur 3 jours mais su 4, à savoir du 18 au 21 !
Et le timing n'est pas encore dispo, on sait juste qui jouera quel jour.

https://www.graspop.be/nl/line-up/schedule/vrijdag/


+1.


Enorme la pochette. Et l'album sans être une tuerie, s'écoute ma fois sans sourcilier...


JTDP +1.
Tu m'as d'ailleurs devancé de quelques minutes car tu as posté pendant que j'écrivais justement ceci :
Limite surprenant que l'on déblatère autant de la presse papier spécialisée sur la toile non ?
Preuve que cette dernière a encore tout son sens je trouve.
P(...)


Dernière phrase pleine de bon sens, mon cher. C'est quand tu vois les mags étrangers que tu comprends mieux les écarts.


"Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses"

Ah ben, je crois même que la grande majorité ne se payent pas du tout...

Pour Rock Hard et la "Metaltèque Idéale", si je ne me trompe pas, c'est surtout une opération com(...)


Clair que les 2 points faibles de Metallian sont la compétence des chroniqueurs et les questions aux ITW, faites par mail à 90%. Bon, en même temps, pas simple de faire déplacer des mecs qui doivent pas se payer des masses. Pour les kros, c'est pourtant pas compliqué en quelques lignes (d'aille(...)


@JTDP, +1 concernant Metallian et son aspect fanzine.

C'est clair que certaines interviews sont mal branlées et que celles du ou des groupe(s) en tête d'affiche ne sont pas plus volumineuses que d'autres.

Ce qui me dérange le plus, ce sont les chroniques d'albums.
(...)


Dans l'éternel débat des mag' papiers encore existant, de mon côté, New Noise et Rock Hard sont le haut du panier.
New Noise pour leur éclectisme qui fait vraiment du bien (j'ai, par exemple, découvert BRUTUS grâce à eux, une de mes plus belle rencontre musicale et mon meilleur concer(...)