Decadence Deluxe

Crystal Tears

18/05/2018

Pride And Joy Music

Nous avions la coupe du Monde et la coupe d’Europe de football, les jeux olympiques d’hiver et d’été, les années bissextiles, nous avons maintenant un autre évènement qui se rappelle à notre bon souvenir tous les quatre ans. En effet, 2018 sera l’occasion de retrouver les grecs de CRYSTAL TEARS, qui depuis 2006 font preuve d’une régularité exemplaire pour sortir leurs albums. Choirs of Immortal il y a douze ans, Generation X en 2010, Hellmade en 2014, et Decadence Deluxe cette année, bravo à eux pour cette précision et cette ponctualité, mais gageons que leurs fans doivent trouver cette exactitude un tantinet moins enthousiasmante…Autant être franc, je ne fais pas partie de cette caste, me contentant d’observer d’un œil et d’une oreille goguenards les aventures hellènes, ce qui ne m’empêche nullement de reconnaître les qualités intrinsèques d’un groupe honnête et sincère, qui depuis ses débuts n’a jamais montré le moindre signe d’essoufflement ni de trahison à la cause. Laquelle ? Celle d’un Heavy Metal torride tirant sur le Power limpide, de celui qui fait se lever le public comme un seul metalhead et qui fait se fondre les bracelets cloutés dans un même bain fraternel de Rock rebelle. Rebelles les originaires de Thessaloniki ? A une époque où le classicisme Metal est regardé d’un œil suspicieux, et où les copies-carbone old-school sont devenues des standards au même titre que les exactions extrêmes les plus dénaturées, on pourrait presque le penser, eux qui jouent pourtant sagement la même partition depuis leurs débuts. Mais autant dire que cette partition ne s’en trouve que plus perfectionnée, et que sa lecture est appliquée par des musiciens au talent exponentiel, qui s’affinent avec le temps sans renoncer à leur glorieux passe-temps. 

CRYSTAL TEARS en 2018, c’est un paradoxe, un délicieux anachronisme parfaitement de son temps. Mais c’est surtout cinq instrumentistes (Søren Adamsen – chant, Kostas Sotos & Máté Nagy – guitares, Alex Chamalides – basse et Chrisafis Tantanozis – batterie) qui prennent intelligemment leurs distances avec leur propre influence pour nous offrir en chaque occasion un album qui reste dans le ton tout en modifiant légèrement le fond. Si Hellmade privilégiait les sonorités les plus dures, en calquant les enseignements de la scène allemande des PRIMAL FEAR et autres HELLOWEEN, Decadence Deluxe prône une plus grande diversité, atténue sans pour autant diluer la violence dans un parfum de romance. Pas encore atteint du syndrome Turbo, les grecs appuient toutefois plus souvent sur la pédale de frein pour ne pas lasser de leurs refrains et nous aménagent quelques air(e)s de repos ou la modération sait s’imposer. Ne vous attendez pourtant pas à une déferlante de ballades mielleuses ou à une dégoulinade de claviers sirupeux, ce quatrième LP est toujours dévoué à la cause Heavy appuyée, mais on peut quand même noter quelques efforts d’ouverture pour attirer dans les filets quelques amateurs de Hard-Rock plus velouté. Avec un tracklisting de onze morceaux originaux pour à peine moins de quarante minutes de musique, CRYSTAL TEARS a joué la parcimonie, puisque les deux derniers titres bonus en live ne peuvent être pris en compte, malgré le petit plus qu’ils apportent à cette réalisation qui sait cogner aux portes. A celle des MYSTIC PROPHECY, des JUDAS PRIEST aussi, mais surtout à celle de la propre chapelle du groupe, qui lève le voile sur ses ors dès l’entame tonitruante de « Evil Vs Evil », que l’on retrouve illustré d’un clip appuyant d’images les sonorités les plus Power échevelées. Démonstration immédiate d’un savoir-faire tout sauf spartiate, ce titre d’entame est une véritable déclaration d’amour à la vitesse, la rudesse et l’adresse, et nous plonge derechef dans les affres d’un Metal pur et dur, par l’entremise d’un riff élevé à la dure et d’un tempo que les AT THE GATES n’auraient certainement pas renié. D’ailleurs, les guitares ont de faux airs à la suédoise sur cette entrée en matière, ce qui ravira certainement les amateurs de virilité nuancée d’un chorus chamarré.

En démarrant sur les chapeaux de roues, les grecs nous font le coup du STRATOVARIUS en pleine crise de Thrash aigue, mais rétablissent très vite la barre pour rejoindre les rives d’un True Heavy en plénitude. Mais de ce côté-là aussi, le ton s’est raidi, ou point de friser la véhémence d’un Néo-Thrash en absence, puisque « Blindead », expurgé de son intermède en arpèges subtils a de qui faire se friser les poils de fans de brutalité mélodique prononcée. Et cette alternance orbi s’exprime aussi urbi, puisque si chaque titre s’aménage de transitions inter-styles, le bilan global lui aussi se plaît à revêtir des costumes différents, sans que la cohésion n’en pâtisse. Doté d’une production à décoiffer Rob Halford lui-même (quoique…) peaufinée par le maestro R.D. Liapakis (MYSTIC PROPHECY, DEVIL'S TRAIN, SUICIDAL ANGELS), Decadence Deluxe n’est sans doute pas annonciateur d’une décadence programmée, mais se veut luxuriant et luxueux, et poli aux entournures, puisque des soli explosifs à la rythmique impulsive, tous les secteurs ont été soignés aux petits oignons. Une grande place a d’ailleurs été laissée à l’organe enflammé de Søren Adamsen, qui incarne avec brio LE chanteur de Heavy Metal par excellence, capable de passer d’un Hard-Rock sévèrement burné mais radiophonisé (« Heart of A Lion », que les W.E.T. et les BONFIRE pourraient jalouser) à un Power Metal nitroglicériné (« Death Haunts Forever », sifflantes, lyrisme, accélération soudaine en pente, pour un road trip qui frise le Death en plus d’une occurrence…une nouvelle carte à jouer ?).

Et grâce à ces variations, ce quatrième album des lions hellènes atteint une intensité tout à fait honorable, et se pose en successeur plus que crédible au solide Hellmade. Il le surpasse même en termes de qualité, puisque les multiples pistes qu’il explore sont beaucoup plus variées, tâtant même le terrain explosif du Power Metal à la nippone, sans trahir ses origines européennes. Suffisamment long pour attirer l’attention, un peu trop court pour suggérer une totale adhésion, il se termine sur deux extraits en concert, qui nous offrent une facette moins personnelle. Le quintette, sans doute fort aise, se fend à l’occasion de deux reprises, en mode acoustique, pour une relecture de deux classiques du COOP’ et de QUEEN, qui si elles n’apportent pas grand-chose aux originaux, permettent de voir le groupe sous un jour nouveau. Il est évident que la voix éraillée de Søren ne s’accorde que très mal des registres originaux (il a vraiment beaucoup de mal avec « Tie Your Mother Down » qui ressemble à une crise d’aphonie réglée à grand renfort de cris), mais en tant que petit cadeau, ces deux intermèdes finaux font souffler un vent de fraicheur sur un album qui semble chercher un ailleurs. Mais cette nouvelle balise Argos des grecs nous permettra d’attendre quatre nouvelles années au sec, en souhaitant que ce désir d’aménagement soit révélateur d’un avenir clément.  

                                      

Titres de l’album:

               1. Evil Vs. Evil

               2. Blindead

               3. Heart of a Lion

               4. Where Angels Die

               5. Death Haunts Forever

               6. My Own Hell

               7. Bleeding Me

               8. Chaos Thy Name

               9. Sick of It All

              10. Dear Insanity

              11. Tears for the Dead

              12. I’m 18 (Alice Cooper cover)

              13. Tie Your Mother Down (Queen cover)

Facebook officiel


par mortne2001 le 10/06/2018 à 18:21
80 %    426

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
MorbidOM

Si tu t'en fous complétement pourquoi exhumer un post qui date de 8 moi ?

28/11/2020, 19:39

Je m\'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe

Je m'en fou complètement ça reste un putain de bon groupe 

28/11/2020, 17:41

Forza

Ca a déja une autre gueule que les victoires de la musique chez nous avec Louise Attaque et Etienne Daho (!) en catégorie rock. Je pense également que le trophée va revenir à Power Trip, non seulement parce que c'est mérité, mais a(...)

28/11/2020, 16:09

POMAH

J'avais bien compris Humungus, je voulais pas t'induire en erreur. ;)Par contre le reste de l'album je suis pas plus emballé. Première galette du groupe que je trust pas complètement...

28/11/2020, 12:55

metalrunner

Leur meilleur album un sacré souvenir.

28/11/2020, 10:47

Humungus

Je ne connais que le premier et dernier nominé...Sans conteste (malgré toute l'admiration que j'ai pour Mr Ice T), mon vote va vers POWER TRIP.LE titre cassage de gencive !

28/11/2020, 10:27

Humungus

Attention hein ! Je n'ai absolument rien contre "les synthés sous champi" (bien au contraire d'ailleurs). Le reste de l'album en usant avec splendeur, mais sur ce titre, la mélodie, comme je le disais au dessus, est bien trop teinté Prog'. Et com(...)

28/11/2020, 10:24

POMAH

Assez d'accord avec Humungus, j'ai un peu de mal aussi avec le synthé sous champi quoi... Elle est ou la puanteur rampante d'Apparitions ... ?

27/11/2020, 21:30

Oliv

Oui ça va 5 mn les concerts a la tv , halte a l’entrave aux libertés et on ressortira la guillotine pour couper quelques têtes, ça fera une animation supplémentaire. 

27/11/2020, 19:00

Humungus

Le moins bon morceau à mon sens de l'album.Ce synthé Prog me dérangeant énormément...

27/11/2020, 13:51

Gargan

Premier morceau terrible, avec LE son de synthé spatial 70/80s. Tu prends ton jetpack direction les étoiles après quelques IPA.

27/11/2020, 10:05

Jefflonger

Une belle époque les premiers albums de Nightfall. J'ai re écouté mes vieilles k7 à l'annonce de ces rééditions cd et vinyles,  et les imperfections des 2 premiers conservent un petit charme pas trop suranné 

26/11/2020, 21:38

Moshimosher

Bon, je viens de me voir le premier épisode... et c'est vraiment prometteur !

26/11/2020, 16:57

Iron flesh

Merci pour les bon retours ! Hâte d' envoyer ça en live ! 

26/11/2020, 16:14

Moshimosher

Cool ! Je vais me regarder ça ! 

26/11/2020, 16:12

Simony

Voici un lien qui fonctionne pour la vidéo : 

26/11/2020, 14:08

Kamel

La vidéo ne fonctionne pas... Agréable rappel de Civilization One! Jamais réussi a mettre la main sur le second album :-(...

26/11/2020, 14:03

Gargan

Ahh mais ça marche très bien les propositions de news !Docu excellent (bon, ça fait un peu bizarre les pubs norvégiennes comme si de rien n'était en intro), dont je me suis véritablement délecté. Tu rentres vraiment dans l'i(...)

26/11/2020, 13:59

RBD

J'avais reçu exactement comme toi le premier album, dont j'attendais beaucoup à l'époque à l'instar de tout le monde vue l'équipe. Je partage donc hélas ce point de vue sur ce qui reste à ce jour le seul groupe de Marc Grew(...)

25/11/2020, 20:55

el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35