Attention, disque vraiment méchant, et vraiment violent. Mais après tout, qu’attendre d’autre d’une formation qui ose appeler franchement ses albums Misanthropy et Nihilism, et ainsi balayer d’un revers de mépris toute forme de communication humaniste encore un tant soit peu empathique ?

Rien, je vous l’accorde.

L’extrême, le Grind, le Powerviolence, le Sludge, le Sludgecore, le Crust, le Fastcore, et tutti quanti, on connaît très bien. Chaque créneau dispose d’une bande de héros prêts à repousser à chaque intervention les limites de la brutalité et de la pesanteur, mais rares sont les ensembles capables de se revendiquer de toutes ces influences pour affirmer être « différent », et encore plus véhément que la somme de ses références.

C’est pourtant le cas des Hollandais de TEETHGRINDER, qui ont choisi le nom idoine pour illustrer leur démarche horrifique et jusque-boutiste dans tous les sens des termes.

Mais après tout, on ne tourne pas avec NAPALM DEATH, DILLINGER ESCAPE PLAN, TERRORIZER, ANAAL NATRAKH, ou en compagnie de TOMBS et BLACK ANVIL par hasard. Tous ces gens-là font partie de la même caste d’artistes qui osent aller plus loin que les autres, et domestiquer le bruit pour le restituer de façon encore plus agressive et violente qu’une moyenne de parties déjà véhémente dans le fond.

Le fond de l’air de Nihilism est d’ailleurs très frais, pour ne pas dire glacial, mais étonnamment, personne n’éprouve le besoin de fuir ses frimas pour partir se sentir en sécurité. La sécurité est d’ailleurs un des vecteurs totalement absent de cette nouvelle réalisation longue durée, qui enfonce encore plus le clou planté par Misanthropy, qui aurait d’ailleurs pu en remontrer aux PROTECTOR en termes de violence instrumentale et de chaos ambiant.

Il est pour le moment difficile de dire si Nihilism est plus intense que son aîné, mais ce qui est certain par contre, c’est qu’il l’est cent fois plus que la moyenne des productions actuelles.

En choisissant de ne pas choisir clairement de créneau, TEETHGRINDER évolue dans un univers multiple et hybride, gravitant autour des galaxies Grind, Death, Powerviolence, Sludge et Hardcore, dans un axe de rotation sidérant de vitesse et d’ultraviolence, à rendre les révolutions des NAILS et autres TRAP THEM à peine dignes d’un time lapse d’amateur un peu apathique.

Certes mes termes fleurent bon l’excès d’enthousiasme, mais n’oubliez pas que cette chronique est écrite par un scribouilleur rompu à l’exercice de la douleur auditive, et qui sait parfaitement à qui il a affaire lorsqu’il traite le cas d’un album à part.

Et je l’affirme haut et fort, ce deuxième LP des TEETHGRINDER dame le pion en termes d’intensité à bien des formations plus établies, sans forcer, en jouant crânement la carte du refus du cloisonnement et de l’assimilation des genres les plus extrêmes du marché.

Alors…Dans un désir constant de choquer et de provoquer, ce quatuor (Mart Wijnholds, Wieger Jan Scheper, Jabe Piter Faber et Jonathan Edwards) qui se revendique du parrainage/admiration des incunables NASUM, CONVERGE, BLACK SABBATH, CURSED, SLEEP et 16 HORSEPOWER (cherchez l’intrus…), se permet justement de piquer à chacun d’entre eux sa formule de salsepareille d’uberviolence, pour proposer sa propre version d’un Metal extrémiste qui parfois atteint des sommets dans la douleur et la brutalité (« Carnist », cinq minutes de torture intensive, lourde, tendue, abrasive et aussi Sludgecore qu’elle n’est Indus, et aussi méchamment Chaotic Core qu’elle ne pue le Hardcore malsain).

Et entre deux saillies Grind aussi affolantes qu’un sprint de NASUM poursuivi par Barney («Force Fed Ideologies », même leur Crust semble terrorisé par sa propre vilénie, « The Soil Has a Thirst For Blood », je me demande sincèrement comment ils parviennent à tenir ce rythme et cette intensité sur presque trois minutes), des tentatives hybrides à faire passer les NAILS et les TRAP TEHM pour de jolis conteurs à endormir les enfants sages (« Pale Flowers », tu m’étonnes qu’elles dépérissent avec un tel arrosage de Crust démoniaque qui les houspille de chœurs plus BM qu’un slip de Varg Vikerness), et de longues ambiances « progressives », qui effectivement imposent la douleur auditive avec conviction ( le final tétanisant de « Bite the Hand that Feeds », qui cruste autant qu’un WOLRD NARCOSIS salement énervé, avant de partie en vrille sur une conclusion évolutive aussi impressionnante de Post BM qu’elle n’étonne de mélodies dézinguées à grands coups de Hardcore épais)….

…tout ça finit par ressembler à une synthèse de tout ce que l’underground le plus vilain peut proposer de plus agressif, de plus intense, et de moins complaisant…

Je pourrais aussi parler de « Isolation », qui ne doit rien ni à Lennon ni à Curtis, mais qui impose une atmosphère vraiment terrifiante, par l’entremise de riffs gras, lourds et médians, de « Sicarius », qui après une intro chaotique et limite Mathcore finit par se vautrer dans un Crust horrible et défiguré par un Grind des abysses, et de l’entame stridente de « Somnanbulant » qui en effet risque de vous faire vous lever la nuit pour vérifier que votre salon n’est pas squatté par des tarés échappés d’un asile industriel aux haut-parleurs bloqués sur des fréquences irritantes. Mais…

…tout ça ne pourrait pas vous faire comprendre à quel point Nihilism mérite son nom, et à quel point il redéfinit les règles de l’outrance musicale en la poussant justement dans ses derniers retranchements.

Ce second album des bataves de TEETHGRINDER est une nouvelle étape dans la déévolution du bruit, et s’apparente à une tempête ravageant tout sur son passage, ne laissant que des décombres fumants et des cadavres ambulants.

Rarement la violence et l’absence de compromis n’auront trouvé une tribune aussi dévouée, sans pour autant que le chaos absolu ne s’incruste par les pores encore ouverts. N’admettant ni pause, ni reprise de souffle, Nihilism est un monstre de débauche tentaculaire qui ridiculise toute concurrence, et vous rentre dans les dents comme un énorme pain dans la gueule inattendu. De quoi faire passer n’importe quel album de NAILS ou NASUM pour une gentille balade bucolique dans les forêts de la musicalité abordable.

Formule ? Formule. TEETHGRINDER vient juste de publier un disque qui vous fera réaliser que vous n’aviez pas encore touché du doigt l’extrême. Le vrai. Celui qui vous effraie autant qu’il ne vous fascine. Comme une fraise de dentiste enfoncée dans la gencive par un praticien psychopathe assoiffé de sadisme.

Et sur un fauteuil percé de clous rouillés par-dessus le marché. Pas de quoi rire, mais de quoi souffrir.

Vraiment.     


Titres de l'album:

  1. Somnambulant
  2. The Soil Has a Thirst for Blood
  3. Isolation
  4. The Pain Exceeds the Fear
  5. Force Fed Ideologies
  6. Carnist
  7. Sicarius
  8. Pale Flowers
  9. Bite the Hand That Feeds

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/11/2016 à 14:43
97 %    397

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Miscarriage

Imminent Horror

Death Agony

Desiderata : A Devastating Revelation

Damantra

Broken

Walls Of Blood

Imperium

Terre

Terre

Pristine

Road Back To Ruin

Tytus

Rain After Drought

Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Interview avec AEPHANEMER

Acid / 23/04/2019
Aephanemer

Misanthrope Tournée des 30 ans / Sphaera

Simony / 21/04/2019
Gothic Death Metal

SOEN + GHOST IRIS + WHEEL - Backstage By The Mill - Paris

Kamel / 20/04/2019
Backstage By The Mill

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Oui, le côté ultra cliché, difficile de pas y succomber. Sûr qu'au Keep It True de ce weekend, le label Cruz Del Sur, qui expose, sera bien dévalisé. La chanteuse amène le petit plus nécessaire pour sortir du lot.


Oui excellent ce truc ! Ultra cliché dans le genre mais ça fonctionne à fond.


Super truc de heavy épique qui renvoie aux espoirs du genre, type Chevalier ou Visigoth. En plus le dessin de Whelan ajoute au charme de l'album. Les vov=calises de la chanteuse sont très efficaces.


groupe de merde


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. DARKTHRONE bordel !!! Super morceau !!! Hail DARKTHRONE !!!
(Mais il me semble que cela a déjà été dit non ?)

PS : Qui plus est, l'idée d'animer cette superbe poche(...)


Super morceau ! Hail Darkthrone !


Terrible encore. Putain ce que j'aime ce groupe bordel. Autant pour leur musique que pour ce qu'il représente. Darkthrone bordel !


1) "Je connais pas Parkway Drive jamais écouté"
Continuez ainsi mon brave !!!
2) "Hellhammer est reformé ?"
Bah alors Monsieur King ! Réveillez-vous !
C'est LA news de 2019 !
Mon érection en tous cas car futur visionnage de la chose en juin prochain au HELLFEST...


Hormis Slayer c'est pas fou les têtes d'affiche, je connais pas Parkway Drive jamais écouté.

J'ai vu l'affiche Hellhammer est reformé ?


Une vrai pépite cet album, comme dit dans la chronique froid, profond et à la fois somptueux.


Jus de cadavre + 1.
Et absolument pour tout ce que tu en dis...
(Sauf que moi j'y ai tout de même fait mon hajj en 2006)


Jamais fais le Wacken, et je ne le ferais sans doute jamais... Pourtant c'était la Mecque ce fest pour moi il y a des années, le truc que chaque metalleux se devait de faire au moins une fois ! Mais aujourd'hui j'en ai plutôt une image vieillote, un fest qui n'évolue pas, qui ne cherche pas à i(...)


Ca sent la revanche !!


(suite et fin)
Mais malheureusement, comme le dit très bien Simony "l'auto-parodie et la surenchère du groupe, et notamment de son chanteur S.A.S de L'Argilière a eu raison de bien des Metalheads qui ont vu en eux un bouc émissaire parfait".
C'est exactement ça en ce qui me concerne(...)


Jamais accroché à ce groupe :
Bien trop Prog et "branlette" pour moi.
Pour autant, je respecte beaucoup la formation pour ce qu'elle est aussi :
Des gars intègres, dans une recherche musicale constante, qui mènent leur barque contre vents et marrées depuis un sacré bout de te(...)


??? ??? ???
C'est seulement maintenant qu'ils annoncent des groupes présents pour août prochain ?!?!
Si oui, c'est vraiment se foutre de la gueule du monde.
Alors, j'ai bien conscience que les billets sont déjà tous vendus depuis des lustres et que le futur public n'a donc aucu(...)


Non cela semble être l'image choisie pour illustrer le trailer, mais sait-on jamais...


C'est ça la pochette ?


Enorme ce 1er Testament.
Avec une prod bien plus écoutable que celle du 1er Exodus, par exemple !


Merci. Sympa de voir que le groupe, en plus, pond toujours des albums de grande qualité comme le petit dernier.