Ceci n’est pas une chronique, pas dans le sens littéral du terme. Mais le groupe dont nous allons parler n’a jamais été un groupe, dans le sens émotionnel du terme, il a été bien plus que ça pour nombre d’entre nous. Pas d’inédit à espérer, pas de nouvelles chansons (bien que le groupe ait récemment publié un album dont le titre en dit long), juste un regard en arrière, un regard qui va loin dans le temps, et loin dans les cœurs. Allez, avouez-le. VULCAIN pour vous, c’est un peu plus qu’un simple band français aux albums inégaux, au parcours erratique, à l’histoire simple. Je me permets d’emprunter à Claude Sautet le titre de l’un de ses films, et pour la forme, j’en utiliserai un autre. Vincent, Daniel, Marc et les autres, parce qu’ils résument bien mieux la légende qu’une analyse fouillée d’un tracé musical qui n’a pas vraiment d’équivalent chez nous. Oh, on pourrait parler de TRUST, d’ADX, de LOUDBLAST, de SATAN JOKERS, mais non, VULCAIN est unique en son genre, et pourtant, de la plus honnête des façons, sans tricher, sans effet de manche, sans compromission, et surtout, sans le ridicule achevé d’autres formations qui n’ont pas hésité à se vendre ou avoir recours à des subterfuges pour nous faire croire qu’ils furent les vrais héros d’une génération qui finalement, n’en aura eu que trois. Vincent, Daniel et Marc, les desperados du Rock français, les banlieusards qui sont venus au secours du Rock N’Roll, ceux qui ont créé le big bang, sans transition, avant de stopper la machine, pour des raisons évidentes. VULCAIN, c’est un matin comme les autres de 81, cette année mythique qui vit une rose s’afficher sur les écrans télé un soir du 10 mai, encore un matin, mais pas pour rien. Celui où les frangins Puzzio, Daniel et Vincent, ont décidé de tout donner, tout pour la musique. Dans l’Essonne, rien de transcendant ne se passe. La vie annonce la couleur de sa grisaille, et la perspective d’aller pointer à l’usine ne séduit personne. Alors, passionnés de MOTÖRHEAD, GRAND FUNK RAILROAD, TEN YEARS AFTER, AC/DC, les frangins Puzzio, mais aussi Didier Lohezic et Richard fondent leur propre ensemble, sans nom de baptême. L’idée viendra plus tard, celle d’un Dieu romain, maître de la foudre, qui symbolise à merveille la force de frappe du quatuor qui joue fort et vite, comme si sa vie en dépendait. VULCAIN. Le mythe est né, mais le mythe est humain, aux proportions raisonnables, et ne va pas tarder à faire chavirer le cœur des fans d’un Rock joué dur, mais sincèrement, sans esbroufe.

Avec une telle énergie, le groupe intéresse. Le public évidemment, lors de concerts aux proportions modestes, mais à l’impact tangible. Mais aussi les labels, et après quelques démos pour se roder, intervient une signature sur Ebony records, après un morceau sur une compile. Ainsi naquit l’un des plus grands premiers albums de l’histoire du Rock français, ce Rock N’Roll Secours qui en quelques morceaux, résumait la philosophie du groupe. Les guitares, les décibels, les potes, l’amitié, les motos, et puis la route. Sorti en 1984, trois ans après la formation du groupe désormais frappé de son kit par Franck Vilatte, Rock N’Roll Secours est une bouée lancée aux naufragés qui se noient dans un océan de riffs de façade et de gimmicks qui empestent la stratégie commerciale. Il replace le Rock, le vrai, au centre des débats, et lâche les hits, ceux que le quatuor jouera jusqu’à son dernier souffle. « Ebony », « Les Damnés », « Vulcain/L’Enfer », « Le Fils de Lucifer », et évidemment, cette « Digue du Cul » qui deviendra leur hymne de bitume et de salles enfumées, et que leurs fans reprendront jusqu’à ne plus avoir d’air dans leurs poumons. De là, commence l’histoire, et le chemin du succès qui se pave de briques d’or, avec des enregistrements au mythique studio Maunoir en Suisse, le chaperonnage d’Elie Benali, un habitué de la scène, et la création de Riff records, le label personnel du boss. Desperados, sans vraiment changer la donne, intronise un petit nouveau, jeune, mais qui cogne comme Bonham et y croit comme un disciple devenu égal. Bienvenue à Marc Varez, qui sans le savoir, sera le troisième et dernier batteur de la formation. Avec cette stabilisation, la confiance est à bloc, d’autant plus que le public Hard jugé si difficile accorde ses grâces au groupe. Big Brothers marque pourtant une rupture, VULCAIN souhaite s’adapter à son époque plus sophistiquée, et commence à chercher des pistes un peu moins évidentes. Elie leur impose une reprise, le choix se porte sur la scie radiophonique « On nous cache tout, on nous dit rien » de Dutronc, qui surprend les die-hard. Le son de l’album, plus propre, les compositions moins folles, la standardisation de l’approche n’entachent en rien la réputation, et le groupe en pleine bourre se lance alors un défi, alors qu’il a déjà joué avec les ROGUE MALE anglais et les CHARIOT du même pays. Offrir au sien la plus grosse tournée qu’il n’a jamais connue, une tournée qui passera par la Belgique, la Hollande, et pas mal d’autres coins où VULCAIN est en odeur de sainteté. Et si l’opération ne connaîtra pas le succès escompté, avec seulement les dates à l’étranger et à la Loco de Paris affichant complet, elle aura au moins le mérite de nous offrir l’un des plus grands live de l’histoire, sorte d’équivalent national de l’insurpassable No Sleep ‘Til Hammersmith de l’icône MOTORHEAD, Live Force. Car VULCAIN, même à terre, même avec des dettes à rembourser, est plus que jamais vivant. Sans savoir que le reste du parcours ne va pas être de tout repos, et que le meilleur est désormais derrière eux, tout du moins en termes de succès et de stabilité…

Didier finit par rendre les armes, remplacé par le jeune prodige Franck Pilant. Le groupe commence à se perdre en se cherchant, et publie Transition, au titre si bien nommé et à la pochette diapositive retravaillée au pochoir. L’évolution musicale est notable, mais Franck ne grattera qu’un seul été, vite remplacé par un autre petit prodige éphémère, Marco Arieta, pour enregistrer Big Bang, toujours aussi nuancé. Et puis, entre galères, petits boulots, Vincent, Daniel et Marc finissent par piger qu’à l’instar du gang de leur pote de toujours Lemmy, ils n’ont pas besoin d’aide pour jouer au maximum de leurs capacités. Alors, la formule du power trio s’impose, ainsi que le retour aux sources, symbolisé par l’adoption du seul titre possible pour marquer cette reconquête d’identité. Vulcain. Je ne reviendrai pas ici sur les dernières années qui après l’annonce que la machine allait stopper, déclenchèrent une brouille entre les musiciens, qui allait durer une décennie entière. Je ne reviendrai pas non plus sur les années Mr JACK et BLACKSTONE, mais je pourrais parler de ce retour sur la scène immense du Hellfest, auquel j’ai assisté, ou ces interviews données dans le magasin de Vincent du côté de Pigalle.

Je parlerai plutôt de ce coffret qui nous est offert par Season of Mist, le label de Vinyle, et qui regroupe comme son nom l’indique tous les albums studios du groupe, de Rock n’Roll Secours à V8. Le packaging est très sobre, un peu cheap, mais la somme qu’il coûte (30 balles) excuse cet ascétisme de présentation et cette absence d’inédits et autres raretés. Il n’y a rien dans cette boite en carton que l’on ne connaisse déjà. Il n’y a que d’autres petits cartons qui renferment trente ans d’histoire musicale, des dizaines de chansons fabuleuses, et surtout, il y émane un parfum de passion, d’implication totale, des effluves de tabac, de la sueur, un bruit de moteur, des larmes, des éclats de rire, de la sincérité, et de l’amour, osons le terme. Tiens, en l’ouvrant, j’ai même cru entendre Daniel chuchoter un « Ça va mec ? » complice, le même qu’il hurlait sur la scène de la Loco en 87. On regrettera bien sûr que VULCAIN ne nous ai pas joué la totale en oubliant deux live qui valent toujours leur pesant de plomb, mais tel est le concept de Studio Albums 1984 - 2013, du studio, rien que du studio, chose un peu surprenante pour un combo qui prenait toute son ampleur en concert. Nous avons tous un souvenir lié à VULCAIN, et si le cœur vous en dit, je vous invite à en lâcher un en commentaire de cette chronique qui n’en est pas vraiment une. Plus une accolade amicale à un groupe qui n’en était pas vraiment un non plus. Plutôt un groupe de potes, des grands frères qui ont fait notre éducation à grands coups de riffs et de mots qui frappaient en plein cœur. Alors, juste une dernière chose avant de fermer ma gueule. Merci les mecs, sincèrement, merci.   

                       

Albums :

  • Rock n’Roll Secours
  • Desperados
  • Big Brothers
  • Transition
  • Big Bang
  • Vulcain
  • Stoppe la Machine
  •  V8

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/11/2019 à 16:35
80 %    226

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


Goughy
@185.73.206.97
21/11/2019 à 16:08:35
Tu m'as ému mon ami (oui, comme tu m'as ému, je t'appelle mon ami).
Tu avoues ta malhonnêteté en assumant de ne pas parler des années post Vulcain (l'album) et tu fais bien... Pas la peine de parler des mauvais souvenirs quand on en a autant de bons et ça évite d’évoquer ces années où le groupe s'est fait, bien malgré lui, rattrapé par la ringarditude.
Perso mon premier concert c'était en 96, j'avais 16 ans et on était 50 à l'espace Reuilly, ensuite je les ai vus dans une sorte de festival à Levallois entourés de groupes de Punk rock adolescent (notamment "les Betteraves"... si si, j'ai gardé l'affiche)... on était loin, très loin des favoris du hard français et, si ça restait des mecs supers, leur propos était déjà sacrément désabusé...
Et du coup denier désaccord avec toi, j'ai justement trouvé le concert du Hellfest horrible et un peu gênant, je retiendrais plutôt comme dernier fait d'armes celui du trabendo où toute la salle était à fond, souriante et avait trop bu, comme il se doit.

Humungus
membre enregistré
22/11/2019 à 05:55:48
Aaaaaaahhh !!!
L'un des rares groupes français qui me file la gaule sans tiquer sur le chant francophone !
J'ai une paire de vinyles de ce groupe essentiel, mais vu que je n'ai que leur première galette en CD, cela sera donc un achat obligatoire pour moi. Pis à ce prix là en plus... Faudrait vraiment une putain de pince pour renâcler hein...
Merci Season.

Jefflonger
@92.184.100.191
27/11/2019 à 16:10:42
C'est beau ce que tu écris. Perso j'ai découvert Vulcain avec big brother, le vinyle passe encore mais rarement sur ma platine. J'ai une chouette édition de rock'n roll secours avec l' ep la dame de fer qui passe encore très bien dans la voiture.

Ajouter un commentaire


Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Ende + Gorgon + Neptrecus

14/12 : La Brat Cave, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Et grève est un mot à la mode par les temps qui courent ^^


Oh putain la boulette! Merci JTPD de ton attention, voici l'erreur corrigée....Ça prouve au moins que les chroniques sont lues...Et oui, d'accord pour le clip, mais comme toujours avec les groupes mélodiques/Aor, c'est l'inverse de Shakira la bolivienne en fait, il vaut mieux écouter que regarde(...)


Aaaaah aaaaah, bien vu poybe, c'est effectivement Grèce ! Même si fût un temps Grève et Grèce étaient deux mots intimement liés...


Black Metal, Grève ... c'est un lapsus ? ^^


6 ans, les salauds...
En tout cas content de voir que je ne suis pas le seul à attendre cet album.


Excellent groupe, découvert très récemment grace au podcast de Métalorgie, YCKM.


C'est une EXCELLENTE nouvelle !!! Parce que bon, même pour une échelle de temps doomesque, 6 ans ça commence quand même à faire long ! :-)


Aïe aïe aïe, grave erreur mon cher mortne2001...Shakira, cette fameuse artiste connue pour avoir inventé le concept de musique à regarder, est...colombienne ! :-D
Sinon, côté musique, rien à dire, c'est tout comme t'as dit. Par contre le clip de "One Circumstance" pique sévèrement l(...)


Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.