Je lisais récemment sur un réseau social connu, le constat acide rédigé par un quidam qui constatait avec résignation le manque de créativité actuel de la scène Metal/Hard-Rock. L’homme se plaignait du déficit artistique actuel des formations en vogue, et déplorait le fait que les jeunes musiciens préféraient se pencher sur leur passé que d’envisager leur propre avenir. Tout en me portant en faux contre ce jugement somme toute assez hâtif, je ne pouvais qu’adhérer à certains de ses arguments, moi qui en tant qu’auditeur/rédacteur fait face chaque semaine à un déferlement de sorties estampillées « vintage », « old-school », et autres sceaux de qualité prestement accolés à chaque nouveauté se voulant « digne de ce nom ». Il est certain que cette vague commence à connaitre ses limites, ayant ravagé les côtes de tous les pays du monde et les oreilles de tous les fans d’un certain Rock des années 70/80/90 qui n’en peuvent plus de se ressourcer aux flots d’un passé qu’ils refusent de voir couler loin de leur mémoire. La vraie question se posant alors, encore plus évidente que d’habitude. A-t-on vraiment besoin de musiciens recyclant et ressassant des plans éculés, des riffs formatés, voire plus qu’empruntés, pour continuer à apprécier une musique qui justement, à constamment refusé le statisme pour aller de l’avant ? Faut-il tolérer cette passion dévorante et engloutissante, au risque d’occulter des artistes qui en acceptant de se planter, osent continuer d’expérimenter ? La réponse est plus complexe qu’il n’y parait, mais je serais tenté de dire que les deux options peuvent cohabiter. Et le premier album des américains de HAUNT vient de me le prouver en moins de quarante minutes.

Après tout, les modes sont cycliques non ? Et le talent étant universel, inutile de le rejeter sous prétexte qu’il capitalise sur celui des aînés pour s’arroger le droit d’exister. Et de fait, plus qu’un disque nostalgique, Burst Into Flames est un extraordinaire LP de Metal racé, certes profondément enraciné dans une culture séculaire, mais aux idées séduisantes, aux mélodies entêtantes, et aux riffs tenaces, catchy, aux déliés plein de grâce, réunissant dans un même élan l’esprit revêche et bravache de la NWOBHM et la sincérité abrupte de la culture southern, une sorte de pont entre l’Angleterre et les Etats-Unis, pour une réunion d’anciens amis fans de MANILLA ROAD et d’IRON MAIDEN, qui ne crachent pas sur un brin de 38 SPECIALS et des LYNYRD SKYNYRD. De quoi étancher sa soif, de quoi apaiser sa faim de souvenirs malins, et surtout, neuf morceaux qui sont autant de hits par eux-mêmes. Un petit peu d’histoire, en précisant que les HAUNT sont en fait un projet né du cerveau fécond de Trevor William Church, fils de Bill "The Electric" Church de MONTROSE, et leader du concept Doom BEASTMAKER, dont les deux LP parus sur Rise Above ont rencontré un écho très mérité. Changement de cap radical donc pour Trevor, qui ici laisse tomber les longues et lourdes litanies pour de légères et subtiles harmonies, bien entouré par son ancien complice/guitariste John William Tucker, et par une section rythmique composée du bassiste Matthew Wilhoit et du batteur Daniel Wilson. En troquant les oripeaux de croque-mort de l’up tempo pour le costume libre d’apôtre d’une musique plus affranchie, Trevor William Church s’offre donc une bouffée d’air frais, et nous entraine une fois encore sur la piste d’un passé que nul ne semble pouvoir oublier, sans pour autant plagier quiconque en s’appropriant son travail de manière éhontée. Pas vraiment inspiré par le Blues funèbre des GRAVEYARD ou par le synthétisme maniéré des THE NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, encore moins par le conceptuel sophistiqué et roublard de GHOST, HAUNT sous sa forme la plus honnête se rapprocherait plutôt des débuts d’Ozzy Osbourne, encore épaulé par le génial et regretté Randy Rhoads, celui qui nous avait offert après son départ de BLACK SABBATH des albums aussi indispensables que Blizzard of Ozz et Diary Of a Madman. D’ailleurs, le parallèle est loin d’être innocent, puisque le parcours même de Trevor valide implicitement ce parallèle…

On y retrouve le même goût des riffs tranchants mais souples, on y retrouve aussi cette facilité pour imposer des mélodies Pop dans un contexte purement Hard-Rock, et même le timbre de voix un peu voilé de Church nous ramène aux intonations feutrées du madman, spécialement sur des morceaux comme « Frozen In Time », ou « Heroes », qui sous couvert d’hommage à la New Wave Of British Heavy Metal lâchent des thèmes hargneux mais soyeux, plus symptomatiques de l’école ricaine de la même époque. Difficile de ne pas imaginer le lick de « Heroes » se substituant à celui de « Crazy Train », et impossible de ne pas valider la corrélation, même si certains arrangements typiquement US nous éloignent de Birmingham (les refrains sont des modèles du genre, et suggèrent même des accointances poussées avec les miraculeux BLUE OYSTER CULT). Impossible aussi de ne pas aborder le cas de THIN LIZZY, à cause de ces tierces majestueuses mais humbles, mais loin de se contenter d’empiler les références sacrées, Burst Into Flame sort parfois de son contexte pour s’offrir quelques embardées bien musclées (« Burst Into Flames »), qui privilégient le Speed bien cramé mais harmonisé, histoire de nous plonger dans un bain de plomb en fusion. Emballé dans une pochette cryptique, mais disposant d’une production claire comme de l’eau de roche, ce premier album est une sorte de mash-up géant qui ose les anecdotes d’un beat dansant pilonné comme un leitmotiv (« Reflectors », Ozzy encore), ou les suggestions précieuses que l’irlandais métissé nous avait susurrées aux oreilles il y a quelques années (« Can’t Get Back »). Presque progressif dans l’esprit, mais terriblement humain et concret dans les faits, ce premier effort ne ménage pas les siens pour nous faire oublier la nostalgie au profit de la créativité, terminant même sa route sous la barre fatidique des quarante minutes pour respecter tous les codes d’usage. Certes, quelques répétitions sont notables, mais ne gênent aucunement l’écoute, et en déviant légèrement des us et coutumes scandinaves, HAUNT se démarque et garde son identité US très prononcée, quoique acceptant les enseignements anglais les plus fondés.

Une récréation plaisante, une façon de préférer le rétroviseur au pare-brise, mais surtout, une excellente musique qui ne choisit que le meilleur d’hier pour proposer l’excellence du jour.                                                  

     

Titres de l'album:

                       1.Burst into Flame    

                       2.Crystal Ball            

                       3.Reflectors              

                       4.My Mirage             

                       5.Wanderlust            

                       6.Frozen in Time                   

                       7.Heroes                    

                       8.Can't Get Back                  

                       9.Looking Glass

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/08/2018 à 14:38
80 %    124

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)