Soma Sema

Stengah

18/03/2022

Mascot Label Group

Un premier album est toujours une étape très importante pour un groupe, mais une étape sans doute plus facile à négocier qu’il n’y parait. En effet, lorsque le public ne vous attend pas au tournant, il est plus facile de le surprendre. L’écueil à éviter étant toujours le même : ne pas se noyer dans les flots de la production actuelle qui essuie vague sur vague quotidiennement, engloutissant le chroniqueur et le public sous une marée incessante qui ne charrie pas que des gros poissons méritant les filets. De là, une seule attitude à adopter : rester soi-même, jouer sa musique, et attendre…de constater les effets produits. Et à ce petit jeu de pas si dupes, les lillois de STENGAH viennent de frapper un grand coup, et pas d’épée dans l’eau.

STENGAH est sans doute un nom qui ne vous dit pas grand-chose, pourtant on retrouvera ce quintet (Alex Orta - guitare, Benoit Creteur - basse, Eliott Williame - batterie, Max Delassus - guitare et Nicolas Queste - chant) sur la mainstage 2 du Hellfest édition 2022. Voilà qui en dit long sur son potentiel et son pouvoir de séduction, car fouler cette scène mythique après un seul album n’est pas chose donnée à tout le monde. Mais en écoutant les dix pistes de cet énigmatique Soma Sema, on comprend immédiatement la décision des programmateurs tant la musique de STENGAH est aussi complexe et fine qu’elle n’est puissante et violente. Et faites-moi confiance, ranger ces cinq-là dans une petite case n’est pas chose facile. Mieux, c’est impossible.

Entre Djent pour les plus feignants et Metal extrême technique pour les amoureux de la formule, STENGAH navigue à vue, se permet des allusions multiples au Post Metal, au Death technique et progressif, au Metalcore le moins lénifiant, et développe de beaux arguments qui maintiennent en haleine pendant près de cinquante minutes. Si le fil rouge est assez facile à suivre en se calant sur cette rythmique mouvante et fluide, le reste des aventures est beaucoup plus dense que ce que les premiers morceaux laissent augurer. En effet, entre cette base instrumentale en équilibre constant dans la difficulté et ce chant hurlé digne des plus grandes années du Death moderne, on pense irrémédiablement à quelques références, dont PERIPHERY et MESHUGGAH sont les plus évidentes.

GOJIRA peut éventuellement être cité dans un désir de complétude, mais ne vous leurrez pas : STENGAH est déjà STENGAH, une personnalité affirmée et une identité forte, et un morceau aussi dense et touffu que « Message in Memories » vous en convaincra sans peine. A la rigueur, les plus effrontés des journalistes pourront parler sans avoir l’air ridicule de Post-Djent, bien que l’étiquette fasse sourire. Mais ce désir de mettre la technique au service de la musicalité et de la brutalité témoigne d’un esprit frondeur et d’une confiance en soi absolue.

Technique, mais pas démonstration. Les musiciens ne sont pas là pour se faire cirer les pompes, et sont totalement conscients de leur potentiel. Alors, les riffs taillés au biseau, les attaques en staccato chirurgicales, et les mélodies éthérées comme il se doit dans un univers Post évitent la redondance de solfège, et il se dégage un parfum viscéral de ces chansons qui sonnent comme telles. Et au final, on en vient à oublier tout classement ou rangement sur les étagères tant les lillois louvoient et évitent les trous de catégorisation trop fermes.

« Weavering » en intro ne sera pas sans évoquer aux plus anciens la fameuse entame de « Hit the Lights » de qui vous savez, et autant prendre cette allusion pour une preuve d’amour. On y sent aussi les orchestrations du sieur Devin Townsend, et parfois l’énergie développée par le quintet est en effet sous perfusion STRAPPING YOUNG LAD, sans évidemment en atteindre les sommets de bestialité mécanique. L’ombre d’un DREAM THEATER des jeunes années plane aussi très bas sur « At the Behest of Origins », ainsi que le spectre d’un TOOL méchamment réveillé d’un rêve spatial, soit la quintessence de ceux qui osent défricher au risque de se planter ou de passer pour des élitistes pédants.

STENGAH se situe donc en convergence de toutes ces références, mais offre quelque chose de plus qu’un simple résumé. Un sentiment d’urgence et de rage, que les passages les plus marqués par le Death moderne accentuent.

Difficile de mettre en avant tel ou tel chapitre tant ils forment un tout indissociable. Il est possible - à la rigueur - de remarquer quelques prouesses personnelles, et quelques instants de furie maitrisée, sur « Lumen » par exemple, qui envoie les 100k en façade pour éblouir l’audience. Chaque morceau déborde d’idées inventives, d’accents différents, de citations dans le texte de genres externes (« Blank Masses Inheritance » peut évoquer un HYPNO5E moins porté sur les voyages et plus sur les émotions sédentaires), et au final, on se laisse embarquer dans un voyage extraordinaire qui brave les frontières et les éléments.

Les quelques redondances rythmiques, les quelques plans replacés avec plus ou moins de flair ne constituent pas des entraves, et le culot et la confiance ont tôt fait d’effacer les derniers doutes. Alors, si le MESHUGGAH de Destroy Erase Improve est votre tasse de fuel, noyez-vous dans ce Soma Sema qui en est un proche cousin, sans avoir trop d’ADN en commun.  

Et rendez-vous très bientôt sur la mainstage 2 du Hellfest pour une confrontation live. Je sens qu’on va moins faire les malins.    

           

             

 

Titres de l’album :                                              

01. Weavering

02. At the Behest of Origins

03. Above Inhumanity

04. Swoon

05. Lumen

06. Message in Memories

07. Blank Masses Inheritance

08. He and the Sea

09. The Overman

10. Offering



par mortne2001 le 27/03/2022 à 17:27
85 %    537

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Dobey swamp

Il y a décalage notoire entre ce report et la perception de ce pseudo journaliste qui a oublié d être objectif je pense et l avis du public. Ça arrive trop souvent malheureusement.

30/05/2024, 19:02

gory salope

@gory : on veut lire ton report alors, petite catin

30/05/2024, 14:16

GORY

Ce report, c'est du grand n'importe quoi rédigé par une personne qui n'y connaît rien (j'y étais). 

30/05/2024, 11:48

Jus de cadavre

Terrible. Le Thrash / Death au top. On dirait du Legion of the Damned en (bien) mieux avec un coté Slayer de vicelard. 

29/05/2024, 22:14

Jus de cadavre

Setlist de malade tout simplement. Tom est une brute absolue derrière les futs c'est taré. J'avais même pas entendu causer de cet album live ! Merci pour la chro et le rattrapage ;)

29/05/2024, 22:07

Saul D

"pense"

29/05/2024, 17:28

Saul D

Je le sais, je les avais interviewés il y a un moment, mais je ne pensent pas qu'ils aient des tendinites du bras, eux :-)

29/05/2024, 17:28

Gargan

Les birds, en mode vieux con, je les évite depuis leur retrait du dernier hellfest (en même temps, pas mon style donc je le vis bien :D). Raisons très vagues et tellement dans l'air du temps : z'en font pas assez pour les femmes (y'a pourtant rien de pire et d&a(...)

29/05/2024, 15:46

Steelvore666

Miam-miam !

29/05/2024, 07:54

Matürin/ Mobütu

Ici le chanteur du gang Mobütu.Il est vrai que j’ai cette fâcheuse habitude de trop parler entre les morceaux et je te le concède et te remercie pour le consei(...)

28/05/2024, 17:21

Jus de cadavre

Saul D : et bien pas tant que ça en fait ! Al-Namrood (qui veut dire "non-croyant" en arabe) est clairement anti-islam ! Au point que les membres restent anonymes car ils risquent (très) gros dans leur pays qui a le coup de sabre facile...

28/05/2024, 15:04

Saul D

Mettre en lien Al Namrood et Nokturnal Mortum, c'est cocasse :-)

28/05/2024, 12:44

PTT

Je trouve que DPD a raison. Et paradoxalement, je compose de la zique plutôt moyenne, on sort des albums qui sont certainement dispensables, 90% de nos "fans" sont nos potes. Mais je continue. Parce que j'aime ça, parce que sinon il ne me restera plus que d(...)

27/05/2024, 23:38

Johnny grossebite

Allez, après les boomers hivy mitol, voici venir les goudous en colère. De mieux en mieux

27/05/2024, 22:12

DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55