Pochette pas très sympa pour contenu pas plus avenant, c’est de cette façon que se présente la première démo des Américains de KIDNAPPED, qui n’ont nullement l’intention de faire dans la dentelle ou dans le Progressif ouvragé.

Originaires du Connecticut, ce trio se répand et se vautre dans un mélange légèrement malsain et subtil de Hardcore, de Powerviolence, de Grind et de Fastcore, pour le plus grand bonheur des plus bourrins d’entre vous, qui vont certainement se régaler de ces rythmiques cassées et de ces riffs ombragés, sans parler de cette ambiance claustrophobique savamment étudiée.

Pas de renseignement particulier à vous communiquer sur le passé de ces brutes plus intelligentes qu’il n’y paraît, puisqu’en dehors d’un Bandcamp aux infos assez anémiées, rien à l’horizon, même pas une page Facebook de saison.

Mais, après-tout, who cares ? La musique parle d’elle-même, et d’un langage assez obscur, empruntant parfois le vocable d’un Induscore assez maladif avant de partir en vrille dans des accélérations typiques d’un Powerviolence brutal et incisif.

Quoiqu’il en soit, et face à la brièveté de la production proposée, l’hésitation n’est pas forcément de mise même si le ton change de son comme de chemise.

D’ailleurs, le trio est honnête jusqu’à vous poser une question existentielle en forme d’entame. « Will You ? » résonne en effet comme une mise en garde, que le Crust teinté de Grind des deux premiers titres appuie de sa vitesse un peu fatiguée et de ses riffs légèrement usés. « Ingrate », continue le boulot, et démarre sur les chapeaux, avant que les roues ne se dégonflent d’un Hardcore boursouflé, qui retrouve ses instincts les plus atrophiés sur « Leech », qui joue l’alternance DISCHARGE/NAPALM DEATH/NAILS, en laissant son tempo se mouvoir comme bon lui semble.

Les impulsions se fracassent comme des oignons sur une poêle chauffée de Doomcore grognon, et parfois les riffs se veulent plus noirs qu’un jet de vomi sur un bavoir, et nous laissent un peu échauffés de devoir nous demander à quoi on a vraiment affaire tout compte fait.

Pas vraiment Powerviolence, ou par intermittence, Crust par résonnance, Grind par vengeance, les KIDNAPPED ne nous facilitent pas vraiment le boulot et passent en revue toutes les nuances grises d’un Hardcore qui garde vos doigts dans la prise. Si la plupart des segments se la jouent bref et véhément, « Untitled/Fucking Mouth » ose les deux minutes de pression en impression, et une fois de plus, percute le Sludge d’un Fastcore vraiment dément.

Les BMP jouent au chat et au rat pourri, la batterie part en roue libre le temps de quelques dissonances troublantes, avant de se caler sur un Crust à la Birmingham, pas vraiment franc du collier et aux accents un peu déviés.

Difficile à classer, mais tout fonctionne, sans qu’on pige vraiment comment. Pas du genre foutoir, mais plutôt Hardcore bipolaire qui t’envoie te faire voir, fonctionnant aux humeurs souvent changeantes, mais gardant le cap d’une moiteur assez étouffante.

Les références sont plutôt difficiles à placer, à moins de parler d’un DISCHARGE en stage intensif D-beat scandinave, avec options cours de Grind pour trublions, un peu comme si le cursus Suédois et la sauvagerie Punk anglaise aux abois collaboraient pour élaborer de nouvelles théories de brutalité maladive.

Mais en moins de dix minutes, pas facile de juger d’un potentiel qui s’annonce pourtant assez conséquent. Il est certain qu’un timing doublé nous aurait bien aidé, mais espérons en cela que les KIDNAPPED reviennent nous embarquer dans un futur plus ou moins rapproché, pour nous exposer leur but de façon plus développée.

Mais pour le moment, cette première démo est une jolie promesse de violence légèrement perturbée, un peu psycho sur les bords, tordue mais bien amenée, qui nous rappelle tout autant la scène Powerviolence/Induscore du sud des Etats-Unis que le Crust honni des pays de l’Est en furie.

Un truc sale, rachitique, versant une partie de la rançon à des EYEHATEGOD planqués derrière les amplis et refilant un pourcentage à des TOMBS pas encore remis de leurs derniers méfaits impunis.

Court, mais bourré de mauvaises intentions. En gros, une vilaine et impressionnante démonstration.


Titres de l'album:

  1. Will You?
  2. Ingrate
  3. Leech
  4. Cold Steel Versus My Temporal Lobe
  5. Picked Apart
  6. Untitled/Fuming Mouth
  7. Decide
  8. THTOP

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 17/05/2017 à 17:28
70 %    377

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.