Bienvenue dans la réalité…Le genre d’accueil ironique qui vous laisse présager du pire…Quoique, ce pire, vous le connaissez très bien…

Métro, boulot avec un peu de chance, dodo, éventuellement, pour les plus chanceux, ou la rue pour les autres. La survie, les faux espoirs mais la vraie lucidité, et on avance, coûte que coûte, puisque s’arrêter, c’est mourir un peu. Comme le temps passe trop vite pour les laissés pour compte, on tente de le figer. Musicalement, à mots choisis, avec toute l’agressivité requise pour pouvoir faire un pas devant l’autre. Seul leitmotiv, ne pas montrer ses faiblesses pour que « les autres » ne les exploitent pas.

Mais vous savez quoi ? Les BORN TO BURN n’ont pas de faiblesses. Juste une force Hardcore incroyable qu’ils accentuent d’une rage Metal. 

L’histoire de ce groupe né à Tours st celle de deux potes, Romain et Johnny, ciblant le même but. Envoyer la sauce, et ne surtout pas la diluer, sauf dans un gros bol de véhémence histoire d’en accentuer la force et le piquant. A ce noyau, se greffe le chant de Teddy en 2013, avant que Romain ne laisse la place à Nono (IRAE/HUNTING GROUND) à la guitare. Nosh complète le line up à la batterie, épaulé par Tom qui le remplace lorsqu’il vaque à d’autres projets.

Aujourd’hui, Jo se tape toujours les quatre cordes et Ted maltraite le micro, et Rico rythmique à tout va sur son manche.

Cinq musiciens stables, un remplaçant sur le banc, et l’équipe découvre les joies du live, des concerts partagés en quintette, et surtout, avec un public avide de Hardcore bien velu, qui ne cache en rien ses influences Metal. Ce Metal, ils l’ont découvert comme nous tous pendant leur jeunesse, celui des KORN, PANTERA, SLAYER, MAIDEN, mais à l’époque, ce même Metal se métissait sous les coups de boutoirs hip-hop et Core des MADBALL, DOWNSET, et les inflexions modernes des KORN, DEFTONES, SEPULTURA…Il y aurait des dizaines d’autres exemples à citer, mais après tout, ça va comme ça, tout ça suffit pour comprendre. Pour comprendre quoi ?

Que les BORN TO BURN sont en effet nés pour brûler, mais brûler les scènes, brûler les doutes, et brûler les inégalités qu’ils passent leur temps à dénoncer. Alors concrètement, et malgré le fait que Welcome To Reality soit leur premier album, le groupe fait preuve d’une maitrise et d’un professionnalisme impressionnants. Les temps morts, les faiblesses, les flottements, ils ne connaissent pas. Et je dois reconnaître que pour un premier jet, ce LP ressemble plus à un énorme coup de poing dans la gueule, de ceux qu’on retrouvait sur les pochettes de BLACK FLAG ou du séminal Vulgar Display Of Power de Phil & co. Vous situez le contexte ? Alors écoutez la musique, rentrez le ventre, et supportez l’uppercut. C’est douloureux, mais salvateur. Et sur la scène du Metal Hardcore français, dites-vous que ces cinq-là n’ont peur de rien. Pourquoi ? Parce qu’ils ont les muscles de ces riffs tendus et épais, et les nerfs de ces impulsions rythmiques qui vous prennent de biais avant de vous coller au tapis.

Des guitares qui fulminent et trépignent, mais qui ne riffent que lorsqu’elles ont quelque chose de pertinent à dire. Une rythmique en pression artérielle soumise aux effets du stress, qui monte, descend, se stabilise avant de connaître un pic de colère qui affole le tensiomètre. Et puis un chant, un hurlement primal qui crache des motivations pertinentes. En gros, l’art du discours ad hoc, adapté au contexte d’une société sans pitié, et qui lui-même n’en éprouve plus depuis longtemps.

D’où ces onze morceaux, intro dense comprise qui ne font pas de quartier, mais qui y tournent pour prévenir la jeunesse de ce qui l’attend.

La force d’un MADBALL couplé à la puissance d’un MACHINE HEAD, un petit tour du côté des ruelles suintantes du Downtempo pour mieux cavaler sur les avenues du Hardcore le plus métallisé qui soit. Mais attention, point de Metalcore ici, mais du vrai Hardcore, qui se frotte à l’épaisseur des guitares du Metal, sans opportunisme, mais dans l’urgence.

Et si « The Shield » ne vous rappelle pas les colères les plus sournoises de MADBALL, si « Who Are You » et son chaloupé de batterie très fin ne vous inquiète pas de son entame sombre et pernicieuse, alors, vous avez encore beaucoup à apprendre de ces gars-là.

Pas de frime, juste des titres qui triment et qui s’ils dépassent souvent les quatre minutes, vont pourtant à l’essentiel du propos. Des plans qui cognent, des breaks qui sonnent, et un « Hammer » qui multiplie justement les deux et les associe dans une rixe impromptue qui pourrait prendre place un samedi soir de désillusion, alors qu’on se rend compte que rien ne changera jamais. Un riff plus Metal que le short de Rocky George, un Crossover monstrueux entre les SUICIDAL et PANTERA pour un ballet de pas chassés Néo Core, et une succession de coups portés à l’onirisme déplacé de jeunes qui croient savoir que l’avenir leur sourira peut-être.

Sauf que dans les sillons de Welcome To Reality, rien ne sourit. Tout est éclairé par les néons fatigués et blafards d’une nuit de jour qui n’en finit plus.

Alors on laisse exploser la rage (« Pigs »), on pointe du doigt et on laisse une distorsion énorme se caler sur le polissage d’une basse qui n’est pas là pour jouer les bouche-trous. On chope le mensonge dans une impasse pour lui faire avouer tous ses travers, et on le frappe jusqu’à ce que Core s’ensuive (Warm Up », double grosse caisse qui pétrit les muscles et envolées up tempo qui sentent le musc).

Le quintette ne cache rien. Il se prétend « Loud », et l’est même si quelques stridences viennent perturber la lourde marche en avant. Ils terminent même leur démonstration in style par une énième ruée dans les brancards sur « Mars », chaud comme la boule rouge qui tourne autour d’un axe rythmique plus souple qu’à l’habitude. De loin, on entend Ted vitupérer en compagnie de chœurs rappés, et on imagine la trajectoire des mots lâchés dans l’espace qui retrouve son écho.

Après une démo en forme d’avertissement, les Tourangeaux de BORN TO BURN prouvent avec Welcome To Reality qu’ils ont tout compris, qu’ils vont tout incendier. Vous préférez faire l’autruche et vous cacher la tête dans le sable d’un Hardcore timoré ? Pas d’échappatoire, et ils vous choppent par les burnes pour vous faire affronter l’évidence d’une vie de souffrance.

Et leur Hardcore teinté de Metal se hisse sans aucun mal à la hauteur des meilleurs premiers efforts du style. Un vulgaire étalage de puissance ?

 Quelque chose qui en en est proche. Un genre de BORN TO BURN MY EYES qui laisse la liberté résonner d’une balle qui s’échappe d’un canon bien huilé.


Titres de l'album:

  1. Welcome
  2. Who are You?
  3. Hammer
  4. Seven
  5. Finish Him
  6. The Shield
  7. Pigs
  8. Warm Up
  9. Dark Walk
  10. Loud
  11. Hammer

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/10/2016 à 07:14
85 %    505

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Orthostat

Monolith Of Time

Obscenity

Summoning the Circle

Psy-no-ark

Nodvs Gordivs

Stranguliatorius

Rope Soap Tabouret

Nebula Orionis

Starthrone

Valiant Bastards

Harbingers of Chaos

Samarium

Right to Get Violent

Split/cross

Rise of Discontent

Executioner

Bone Collector

Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + Dragunov

02/03 : Black Baron, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Je ne vais pas paraphraser mes camarades du dessus mais j'en pense tout autant.


Merci pour ce petit clin d’œil à Heavy Sound et content de t'avoir eu au sein de l'équipe dès les tout débuts de l'aventure... et longue vie à Sleeping Church Records et Metalnews !


Rien qu'avec ces deux noms ça promet d'être très poétique en effet !


Allons allons, j'ai des gens qui m'aident bien autour de moi, tu sais de quoi je parle Jus de cadavre... c'est aussi grâce à des personnes comme toi que tout cela est possible.


Cool oui l'interview ;) Un groupe, un label et le zine... Je sais pas comment tu fais Simo ! :D


Merde, mais c'est mortel RITUALS ! J'étais complètement passé à côté... Chouette interview encore une fois et bonne continuation à Sleeping Church Records ;-)


@Kerry King : Si tu aimes Gus Van Sant, tu aimeras...


J'ai jamais regardé le "Last Days" je me demande si il vaut le coup ?

Lords of Chaos je me demande quand il sera dispo ça fait longtemps qu'on annonce le film.


Ca sent mauvais tout ca...


Tout pareil Simo ! Bienvenue Acid, ça fait plaisir une nouvelle plume ! :)


Et voilà c'est corrigé...


Parce que dans la com' du label, c'est le pays qui est indiqué... j'avoue que je n'ai pas vérifié mais effectivement en voyant Vindsval, j'aurais du corriger de moi-même, désolé c'est bien Français...


Avec cette chronique, nous accueillons dans notre équipe Acid
Vous retrouverez d'autres articles de sa part prochainement mais toute l'équipe de Metalnews.fr lui souhaite la bienvenue, en espérant que sa plume vous séduise et qu'elle vous fasse découvrir de nouveaux groupes ou vous confor(...)


Pas mal, rien d'extraordinaire et ça reste du black Telerama-compatible (ça m'empêche pas de beaucoup aimé BaN) mais il y a 2 choses que j'apprécie :

1) Ils avaient fait une itw du gars de Throane et je m'étais dit, c'est bien mais ils pourraient quand même s'intéresser à BaN q(...)


les Vegan et auters Veggie nous les cassent sévère


Ouais le "Rock" c'est la grande mode, c'est hype. Faut profiter du filon avant que ça s’essouffle !
Et si Nirvana a eu son "Last Days" de Gus Van Sant, fin c'est sur Cobain plutôt. Plus une palanquée de docu plus ou moins bon.


J'avais adoré le premier album... celui-là ne m'a pas déçu. Un groupe qui mériterait d'être plus connu.


C'est entraînant


Débat intéressant.
Autant la gars de Tyr assume complètement son truc, et c'est son droit, du moins tant que le pays d'où il vient maintient la légalité de cette pratique. Autant une asso qui se veut vegan, moi je trouve ça étrange qu'elle cautionne ça en étant partie prenante de l'(...)


Avec tout ça, TYR ne fera jamais la 1ere partie de GOJIRA . Je ne suis pas vegan je n'ai jamais écouté TYR, mais on peut aussi boycotter les concerts dont les groupes sont chasseurs ou bossent dans des abattoirs. Pour les chasseurs , il y a de tout du saoulot, du viandar mais aussi du responsabl(...)