On ne va pas repartir dans ce sempiternel et soporifique débat visant à établir les limites de ce qu’on appelle « True Black Metal », mais il convient d’y apporter quelques nuances importantes.

Je crois qu’au-delà d’une certaine mise en pratique, le BM est plus une affaire d’idéologie que de style, et que finalement, la forme importe peu tant le fond prédomine. Après tout, peu importe qu’il soit symphonique, avant-gardiste, rétrograde et délicieusement vintage, l’essentiel est la foi qu’y portent les musiciens le pratiquant, et le discours qu’ils dispensent, aussi bien musical que conceptuel.

Ainsi, si l’on a constaté ces dernières années des avancées importantes et pertinentes, il est toujours bon de constater que certains sont capables de rester accrochés à des racines sans pour autant nous prendre pour des imbéciles.

D’où cette question. Le Raw Blask doit-il rester inaudible et pétrifié par une production anémiée, ou peut-il se permettre d’être intelligible sans perdre sa force primale ?

La réponse est évidemment « ça dépend », notamment du talent des musiciens impliqués.

Celui des BLOOD TYRANT est incontestable, et ce premier album est la preuve que le BM peut rester sauvage et sans compromis, sans tomber dans la parade grotesque à base de corpsepaint hâtivement plaqué sur des visages aux grimaces grotesques et d’alignements de riffs incompréhensibles et recyclés des milliers de fois.

Pour autant, les Bataves ne cherchent aucunement l’innovation…

Après une première démo Night Of The Blood Moon proposée l’année dernière, les Hollandais se sont vus soutenus par la structure Iron Bonehead pour enregistrer leur premier longue durée, disponible dans une superbe version 12’’ en édition très limitée de trois cents copies. Et croyez-moi, l’investissement en vaut la peine, tant le Black de ces misanthropes nous rappelle les meilleurs souvenirs sombres des glorieuses 90’s.

Pour faire simple et clair, tout est purement BM sur ce premier album. Du son ultra abrasif des guitares jusqu’aux changements de tempo incessants, en passant par les chœurs funèbres, et l’ambiance glaciale semblant congeler des forêts norvégiennes.

On se prend à réécouter inconsciemment les premiers MARDUK, DARKTHRONE et BURZUM, sans que les BLOOD TYRANT ne versent dans une entreprise de pillage éhontée.

Ce qui frappe au prime abord, et finalement sur tout l’album, c’est cette capacité à rester d’une noirceur absolue sans rechigner à dispenser quelques mélodies amères, et à manier les arrangements pour que la batterie se mette à tonner d’un écho terrifiant, sans piétiner les plates-bandes des guitares.

Avec un chant bien évidemment rauque et nihiliste, Aristocracy Of Twilight plane largement au-dessus de la masse grouillante des groupes de BM lo-fi avec lesquels il partage un certain goût du minimalisme de production, mais avec lesquels il entre en contradiction en termes d’ambition.    

Ici, point de thème étiré jusqu’à la souffrance, mais une succession de plans intelligemment agencés, régulièrement perturbés par des trouvailles sonores assez malignes, qui relancent l’intérêt et nous surprennent de leur incongruité.

Il n’est d’ailleurs pas impensable de citer les références primaires du genre, les BATHORY, MAYHEM première génération, pour situer un peu l’orientation, notamment sur le terrassant et réfrigérant « Barbaric Wampyrism », qui vomit sa bile comme pouvait le faire Quorthon lorsqu’il invoquait les esprits anciens du fond de sa grotte suédoise.

Ce morceau est d’ailleurs l’acmé d’une démonstration d’opposition entre force brute et enrobage mélodique, avec ses longs passages d’énergie diabolique et ses arabesques de guitare tournoyantes.

En parlant de morceaux, le terme est judicieusement choisi puisque les sept titres proposés en sont, et ne se contentent pas de faire durer la torture en répétant à l’envi des plans stériles dès le départ, mais en obéissant à des règles de structures certes libres, mais logiques.

On peut être nihiliste mais rester créatif, ce que semblent démontrer ces Hollandais peu à même de tomber dans la parodie pathétique.

Borborygmes, cris divers, mais riffs froids comme la mort, parfois dissonants, mais toujours pertinents. Telle est la direction choisie par Aristocracy Of Twilight, qui après deux minutes d’intro grandiloquente choisit l’âpreté comme dogme et s’y tient de bout en bout.

Up tempo, down tempo, blasts, accélérations subites, chant qui se racle comme un Vikerness en pleine crise de démence (« Clandestine Bloodmists », le plus court et le plus bruyant de l’ensemble), son qui semble se radicaliser au fur et à mesure pour atteindre des sommets de décadence rachitique sur « Engulfed by Purifying Flames » qui ne dévie pas d’un iota de la philosophie d’origine et cette dualité de tempo.

A terme, il est certain que les idées de BLOOD TYRANT ne se veulent absolument pas novatrices, mais plutôt respectueuse d’une idéologie figée dans le temps et l’espace, dans cette région scandinave des early 90’s qui découvrait alors les possibilités brutales infinies d’une musique aussi impitoyable que fascinante.

Sans sonner comme une démo de mauvaise qualité, Aristocracy Of Twilight privilégie l’authenticité, et offre même une superbe outro funèbre qui se meut le long de quelques notes synthétiques envoutantes comme une nuit de pleine lune.

C’est à ce moment précis que l’on comprend toute la poésie funeste de ce premier album qui a parfaitement su capter l’esprit du BM le plus cru, sans souffrir de ses travers les plus regrettables.

Un album ancré dans le passé mais pas passéiste, qui se veut aussi honnête qu’indépendant, et qui n’a cure des griefs qu’on pourrait formuler à son encontre, qui finalement, seraient plus subjectifs qu’autre chose.

 Une excellente façon de se rappeler que le BM, lorsqu’il est joué avec un cœur sombre mais pur, reste le style extrême le plus fascinant qui soit, loin des dérives grandiloquentes ou autres ascétismes de pacotille peinant à couvrir une pauvreté d’inspiration.


Titres de l'album:

  1. Dawn of a New Supremacy - Aristocracy of Twilight
  2. The False Heresy
  3. Undying Iron Will
  4. Barbaric Wampyrism
  5. Clandestine Bloodmists
  6. Engulfed by Purifying Flames
  7. Inertia Meditation

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/01/2017 à 17:46
85 %    291

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)


cool report !

peut etre aussi moins de monde car affiche avec au final tres peu de black comparé aux précédentes éditions j'ai l'impression,mais ca reste plutot bien fat comme affiche ! il va bien falloir que je me deicide a bouger mon boule en Hollande.


ca faisait longtemps que je n'avais pas ecouté Hate, et merdum ? c quoi c'truc tout mou