On ne va pas repartir dans ce sempiternel et soporifique débat visant à établir les limites de ce qu’on appelle « True Black Metal », mais il convient d’y apporter quelques nuances importantes.

Je crois qu’au-delà d’une certaine mise en pratique, le BM est plus une affaire d’idéologie que de style, et que finalement, la forme importe peu tant le fond prédomine. Après tout, peu importe qu’il soit symphonique, avant-gardiste, rétrograde et délicieusement vintage, l’essentiel est la foi qu’y portent les musiciens le pratiquant, et le discours qu’ils dispensent, aussi bien musical que conceptuel.

Ainsi, si l’on a constaté ces dernières années des avancées importantes et pertinentes, il est toujours bon de constater que certains sont capables de rester accrochés à des racines sans pour autant nous prendre pour des imbéciles.

D’où cette question. Le Raw Blask doit-il rester inaudible et pétrifié par une production anémiée, ou peut-il se permettre d’être intelligible sans perdre sa force primale ?

La réponse est évidemment « ça dépend », notamment du talent des musiciens impliqués.

Celui des BLOOD TYRANT est incontestable, et ce premier album est la preuve que le BM peut rester sauvage et sans compromis, sans tomber dans la parade grotesque à base de corpsepaint hâtivement plaqué sur des visages aux grimaces grotesques et d’alignements de riffs incompréhensibles et recyclés des milliers de fois.

Pour autant, les Bataves ne cherchent aucunement l’innovation…

Après une première démo Night Of The Blood Moon proposée l’année dernière, les Hollandais se sont vus soutenus par la structure Iron Bonehead pour enregistrer leur premier longue durée, disponible dans une superbe version 12’’ en édition très limitée de trois cents copies. Et croyez-moi, l’investissement en vaut la peine, tant le Black de ces misanthropes nous rappelle les meilleurs souvenirs sombres des glorieuses 90’s.

Pour faire simple et clair, tout est purement BM sur ce premier album. Du son ultra abrasif des guitares jusqu’aux changements de tempo incessants, en passant par les chœurs funèbres, et l’ambiance glaciale semblant congeler des forêts norvégiennes.

On se prend à réécouter inconsciemment les premiers MARDUK, DARKTHRONE et BURZUM, sans que les BLOOD TYRANT ne versent dans une entreprise de pillage éhontée.

Ce qui frappe au prime abord, et finalement sur tout l’album, c’est cette capacité à rester d’une noirceur absolue sans rechigner à dispenser quelques mélodies amères, et à manier les arrangements pour que la batterie se mette à tonner d’un écho terrifiant, sans piétiner les plates-bandes des guitares.

Avec un chant bien évidemment rauque et nihiliste, Aristocracy Of Twilight plane largement au-dessus de la masse grouillante des groupes de BM lo-fi avec lesquels il partage un certain goût du minimalisme de production, mais avec lesquels il entre en contradiction en termes d’ambition.    

Ici, point de thème étiré jusqu’à la souffrance, mais une succession de plans intelligemment agencés, régulièrement perturbés par des trouvailles sonores assez malignes, qui relancent l’intérêt et nous surprennent de leur incongruité.

Il n’est d’ailleurs pas impensable de citer les références primaires du genre, les BATHORY, MAYHEM première génération, pour situer un peu l’orientation, notamment sur le terrassant et réfrigérant « Barbaric Wampyrism », qui vomit sa bile comme pouvait le faire Quorthon lorsqu’il invoquait les esprits anciens du fond de sa grotte suédoise.

Ce morceau est d’ailleurs l’acmé d’une démonstration d’opposition entre force brute et enrobage mélodique, avec ses longs passages d’énergie diabolique et ses arabesques de guitare tournoyantes.

En parlant de morceaux, le terme est judicieusement choisi puisque les sept titres proposés en sont, et ne se contentent pas de faire durer la torture en répétant à l’envi des plans stériles dès le départ, mais en obéissant à des règles de structures certes libres, mais logiques.

On peut être nihiliste mais rester créatif, ce que semblent démontrer ces Hollandais peu à même de tomber dans la parodie pathétique.

Borborygmes, cris divers, mais riffs froids comme la mort, parfois dissonants, mais toujours pertinents. Telle est la direction choisie par Aristocracy Of Twilight, qui après deux minutes d’intro grandiloquente choisit l’âpreté comme dogme et s’y tient de bout en bout.

Up tempo, down tempo, blasts, accélérations subites, chant qui se racle comme un Vikerness en pleine crise de démence (« Clandestine Bloodmists », le plus court et le plus bruyant de l’ensemble), son qui semble se radicaliser au fur et à mesure pour atteindre des sommets de décadence rachitique sur « Engulfed by Purifying Flames » qui ne dévie pas d’un iota de la philosophie d’origine et cette dualité de tempo.

A terme, il est certain que les idées de BLOOD TYRANT ne se veulent absolument pas novatrices, mais plutôt respectueuse d’une idéologie figée dans le temps et l’espace, dans cette région scandinave des early 90’s qui découvrait alors les possibilités brutales infinies d’une musique aussi impitoyable que fascinante.

Sans sonner comme une démo de mauvaise qualité, Aristocracy Of Twilight privilégie l’authenticité, et offre même une superbe outro funèbre qui se meut le long de quelques notes synthétiques envoutantes comme une nuit de pleine lune.

C’est à ce moment précis que l’on comprend toute la poésie funeste de ce premier album qui a parfaitement su capter l’esprit du BM le plus cru, sans souffrir de ses travers les plus regrettables.

Un album ancré dans le passé mais pas passéiste, qui se veut aussi honnête qu’indépendant, et qui n’a cure des griefs qu’on pourrait formuler à son encontre, qui finalement, seraient plus subjectifs qu’autre chose.

 Une excellente façon de se rappeler que le BM, lorsqu’il est joué avec un cœur sombre mais pur, reste le style extrême le plus fascinant qui soit, loin des dérives grandiloquentes ou autres ascétismes de pacotille peinant à couvrir une pauvreté d’inspiration.


Titres de l'album:

  1. Dawn of a New Supremacy - Aristocracy of Twilight
  2. The False Heresy
  3. Undying Iron Will
  4. Barbaric Wampyrism
  5. Clandestine Bloodmists
  6. Engulfed by Purifying Flames
  7. Inertia Meditation

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/01/2017 à 17:46
85 %    320

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Vilest Breed

Live Fuck Die

Riot City

Burn the Night

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !


Meilleur concert du Hell, un groupe fou ! J'aimerais vraiment les voir dans une petite salle chauffée à blanc... ça doit faire encore plus mal !