On ne va pas repartir dans ce sempiternel et soporifique débat visant à établir les limites de ce qu’on appelle « True Black Metal », mais il convient d’y apporter quelques nuances importantes.

Je crois qu’au-delà d’une certaine mise en pratique, le BM est plus une affaire d’idéologie que de style, et que finalement, la forme importe peu tant le fond prédomine. Après tout, peu importe qu’il soit symphonique, avant-gardiste, rétrograde et délicieusement vintage, l’essentiel est la foi qu’y portent les musiciens le pratiquant, et le discours qu’ils dispensent, aussi bien musical que conceptuel.

Ainsi, si l’on a constaté ces dernières années des avancées importantes et pertinentes, il est toujours bon de constater que certains sont capables de rester accrochés à des racines sans pour autant nous prendre pour des imbéciles.

D’où cette question. Le Raw Blask doit-il rester inaudible et pétrifié par une production anémiée, ou peut-il se permettre d’être intelligible sans perdre sa force primale ?

La réponse est évidemment « ça dépend », notamment du talent des musiciens impliqués.

Celui des BLOOD TYRANT est incontestable, et ce premier album est la preuve que le BM peut rester sauvage et sans compromis, sans tomber dans la parade grotesque à base de corpsepaint hâtivement plaqué sur des visages aux grimaces grotesques et d’alignements de riffs incompréhensibles et recyclés des milliers de fois.

Pour autant, les Bataves ne cherchent aucunement l’innovation…

Après une première démo Night Of The Blood Moon proposée l’année dernière, les Hollandais se sont vus soutenus par la structure Iron Bonehead pour enregistrer leur premier longue durée, disponible dans une superbe version 12’’ en édition très limitée de trois cents copies. Et croyez-moi, l’investissement en vaut la peine, tant le Black de ces misanthropes nous rappelle les meilleurs souvenirs sombres des glorieuses 90’s.

Pour faire simple et clair, tout est purement BM sur ce premier album. Du son ultra abrasif des guitares jusqu’aux changements de tempo incessants, en passant par les chœurs funèbres, et l’ambiance glaciale semblant congeler des forêts norvégiennes.

On se prend à réécouter inconsciemment les premiers MARDUK, DARKTHRONE et BURZUM, sans que les BLOOD TYRANT ne versent dans une entreprise de pillage éhontée.

Ce qui frappe au prime abord, et finalement sur tout l’album, c’est cette capacité à rester d’une noirceur absolue sans rechigner à dispenser quelques mélodies amères, et à manier les arrangements pour que la batterie se mette à tonner d’un écho terrifiant, sans piétiner les plates-bandes des guitares.

Avec un chant bien évidemment rauque et nihiliste, Aristocracy Of Twilight plane largement au-dessus de la masse grouillante des groupes de BM lo-fi avec lesquels il partage un certain goût du minimalisme de production, mais avec lesquels il entre en contradiction en termes d’ambition.    

Ici, point de thème étiré jusqu’à la souffrance, mais une succession de plans intelligemment agencés, régulièrement perturbés par des trouvailles sonores assez malignes, qui relancent l’intérêt et nous surprennent de leur incongruité.

Il n’est d’ailleurs pas impensable de citer les références primaires du genre, les BATHORY, MAYHEM première génération, pour situer un peu l’orientation, notamment sur le terrassant et réfrigérant « Barbaric Wampyrism », qui vomit sa bile comme pouvait le faire Quorthon lorsqu’il invoquait les esprits anciens du fond de sa grotte suédoise.

Ce morceau est d’ailleurs l’acmé d’une démonstration d’opposition entre force brute et enrobage mélodique, avec ses longs passages d’énergie diabolique et ses arabesques de guitare tournoyantes.

En parlant de morceaux, le terme est judicieusement choisi puisque les sept titres proposés en sont, et ne se contentent pas de faire durer la torture en répétant à l’envi des plans stériles dès le départ, mais en obéissant à des règles de structures certes libres, mais logiques.

On peut être nihiliste mais rester créatif, ce que semblent démontrer ces Hollandais peu à même de tomber dans la parodie pathétique.

Borborygmes, cris divers, mais riffs froids comme la mort, parfois dissonants, mais toujours pertinents. Telle est la direction choisie par Aristocracy Of Twilight, qui après deux minutes d’intro grandiloquente choisit l’âpreté comme dogme et s’y tient de bout en bout.

Up tempo, down tempo, blasts, accélérations subites, chant qui se racle comme un Vikerness en pleine crise de démence (« Clandestine Bloodmists », le plus court et le plus bruyant de l’ensemble), son qui semble se radicaliser au fur et à mesure pour atteindre des sommets de décadence rachitique sur « Engulfed by Purifying Flames » qui ne dévie pas d’un iota de la philosophie d’origine et cette dualité de tempo.

A terme, il est certain que les idées de BLOOD TYRANT ne se veulent absolument pas novatrices, mais plutôt respectueuse d’une idéologie figée dans le temps et l’espace, dans cette région scandinave des early 90’s qui découvrait alors les possibilités brutales infinies d’une musique aussi impitoyable que fascinante.

Sans sonner comme une démo de mauvaise qualité, Aristocracy Of Twilight privilégie l’authenticité, et offre même une superbe outro funèbre qui se meut le long de quelques notes synthétiques envoutantes comme une nuit de pleine lune.

C’est à ce moment précis que l’on comprend toute la poésie funeste de ce premier album qui a parfaitement su capter l’esprit du BM le plus cru, sans souffrir de ses travers les plus regrettables.

Un album ancré dans le passé mais pas passéiste, qui se veut aussi honnête qu’indépendant, et qui n’a cure des griefs qu’on pourrait formuler à son encontre, qui finalement, seraient plus subjectifs qu’autre chose.

 Une excellente façon de se rappeler que le BM, lorsqu’il est joué avec un cœur sombre mais pur, reste le style extrême le plus fascinant qui soit, loin des dérives grandiloquentes ou autres ascétismes de pacotille peinant à couvrir une pauvreté d’inspiration.


Titres de l'album:

  1. Dawn of a New Supremacy - Aristocracy of Twilight
  2. The False Heresy
  3. Undying Iron Will
  4. Barbaric Wampyrism
  5. Clandestine Bloodmists
  6. Engulfed by Purifying Flames
  7. Inertia Meditation

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/01/2017 à 17:46
85 %    366

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Ende + Gorgon + Neptrecus

14/12 : La Brat Cave, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.


Et grève est un mot à la mode par les temps qui courent ^^


Oh putain la boulette! Merci JTPD de ton attention, voici l'erreur corrigée....Ça prouve au moins que les chroniques sont lues...Et oui, d'accord pour le clip, mais comme toujours avec les groupes mélodiques/Aor, c'est l'inverse de Shakira la bolivienne en fait, il vaut mieux écouter que regarde(...)


Aaaaah aaaaah, bien vu poybe, c'est effectivement Grèce ! Même si fût un temps Grève et Grèce étaient deux mots intimement liés...


Black Metal, Grève ... c'est un lapsus ? ^^


6 ans, les salauds...
En tout cas content de voir que je ne suis pas le seul à attendre cet album.


Excellent groupe, découvert très récemment grace au podcast de Métalorgie, YCKM.


C'est une EXCELLENTE nouvelle !!! Parce que bon, même pour une échelle de temps doomesque, 6 ans ça commence quand même à faire long ! :-)


Aïe aïe aïe, grave erreur mon cher mortne2001...Shakira, cette fameuse artiste connue pour avoir inventé le concept de musique à regarder, est...colombienne ! :-D
Sinon, côté musique, rien à dire, c'est tout comme t'as dit. Par contre le clip de "One Circumstance" pique sévèrement l(...)


Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.