On ne va pas repartir dans ce sempiternel et soporifique débat visant à établir les limites de ce qu’on appelle « True Black Metal », mais il convient d’y apporter quelques nuances importantes.

Je crois qu’au-delà d’une certaine mise en pratique, le BM est plus une affaire d’idéologie que de style, et que finalement, la forme importe peu tant le fond prédomine. Après tout, peu importe qu’il soit symphonique, avant-gardiste, rétrograde et délicieusement vintage, l’essentiel est la foi qu’y portent les musiciens le pratiquant, et le discours qu’ils dispensent, aussi bien musical que conceptuel.

Ainsi, si l’on a constaté ces dernières années des avancées importantes et pertinentes, il est toujours bon de constater que certains sont capables de rester accrochés à des racines sans pour autant nous prendre pour des imbéciles.

D’où cette question. Le Raw Blask doit-il rester inaudible et pétrifié par une production anémiée, ou peut-il se permettre d’être intelligible sans perdre sa force primale ?

La réponse est évidemment « ça dépend », notamment du talent des musiciens impliqués.

Celui des BLOOD TYRANT est incontestable, et ce premier album est la preuve que le BM peut rester sauvage et sans compromis, sans tomber dans la parade grotesque à base de corpsepaint hâtivement plaqué sur des visages aux grimaces grotesques et d’alignements de riffs incompréhensibles et recyclés des milliers de fois.

Pour autant, les Bataves ne cherchent aucunement l’innovation…

Après une première démo Night Of The Blood Moon proposée l’année dernière, les Hollandais se sont vus soutenus par la structure Iron Bonehead pour enregistrer leur premier longue durée, disponible dans une superbe version 12’’ en édition très limitée de trois cents copies. Et croyez-moi, l’investissement en vaut la peine, tant le Black de ces misanthropes nous rappelle les meilleurs souvenirs sombres des glorieuses 90’s.

Pour faire simple et clair, tout est purement BM sur ce premier album. Du son ultra abrasif des guitares jusqu’aux changements de tempo incessants, en passant par les chœurs funèbres, et l’ambiance glaciale semblant congeler des forêts norvégiennes.

On se prend à réécouter inconsciemment les premiers MARDUK, DARKTHRONE et BURZUM, sans que les BLOOD TYRANT ne versent dans une entreprise de pillage éhontée.

Ce qui frappe au prime abord, et finalement sur tout l’album, c’est cette capacité à rester d’une noirceur absolue sans rechigner à dispenser quelques mélodies amères, et à manier les arrangements pour que la batterie se mette à tonner d’un écho terrifiant, sans piétiner les plates-bandes des guitares.

Avec un chant bien évidemment rauque et nihiliste, Aristocracy Of Twilight plane largement au-dessus de la masse grouillante des groupes de BM lo-fi avec lesquels il partage un certain goût du minimalisme de production, mais avec lesquels il entre en contradiction en termes d’ambition.    

Ici, point de thème étiré jusqu’à la souffrance, mais une succession de plans intelligemment agencés, régulièrement perturbés par des trouvailles sonores assez malignes, qui relancent l’intérêt et nous surprennent de leur incongruité.

Il n’est d’ailleurs pas impensable de citer les références primaires du genre, les BATHORY, MAYHEM première génération, pour situer un peu l’orientation, notamment sur le terrassant et réfrigérant « Barbaric Wampyrism », qui vomit sa bile comme pouvait le faire Quorthon lorsqu’il invoquait les esprits anciens du fond de sa grotte suédoise.

Ce morceau est d’ailleurs l’acmé d’une démonstration d’opposition entre force brute et enrobage mélodique, avec ses longs passages d’énergie diabolique et ses arabesques de guitare tournoyantes.

En parlant de morceaux, le terme est judicieusement choisi puisque les sept titres proposés en sont, et ne se contentent pas de faire durer la torture en répétant à l’envi des plans stériles dès le départ, mais en obéissant à des règles de structures certes libres, mais logiques.

On peut être nihiliste mais rester créatif, ce que semblent démontrer ces Hollandais peu à même de tomber dans la parodie pathétique.

Borborygmes, cris divers, mais riffs froids comme la mort, parfois dissonants, mais toujours pertinents. Telle est la direction choisie par Aristocracy Of Twilight, qui après deux minutes d’intro grandiloquente choisit l’âpreté comme dogme et s’y tient de bout en bout.

Up tempo, down tempo, blasts, accélérations subites, chant qui se racle comme un Vikerness en pleine crise de démence (« Clandestine Bloodmists », le plus court et le plus bruyant de l’ensemble), son qui semble se radicaliser au fur et à mesure pour atteindre des sommets de décadence rachitique sur « Engulfed by Purifying Flames » qui ne dévie pas d’un iota de la philosophie d’origine et cette dualité de tempo.

A terme, il est certain que les idées de BLOOD TYRANT ne se veulent absolument pas novatrices, mais plutôt respectueuse d’une idéologie figée dans le temps et l’espace, dans cette région scandinave des early 90’s qui découvrait alors les possibilités brutales infinies d’une musique aussi impitoyable que fascinante.

Sans sonner comme une démo de mauvaise qualité, Aristocracy Of Twilight privilégie l’authenticité, et offre même une superbe outro funèbre qui se meut le long de quelques notes synthétiques envoutantes comme une nuit de pleine lune.

C’est à ce moment précis que l’on comprend toute la poésie funeste de ce premier album qui a parfaitement su capter l’esprit du BM le plus cru, sans souffrir de ses travers les plus regrettables.

Un album ancré dans le passé mais pas passéiste, qui se veut aussi honnête qu’indépendant, et qui n’a cure des griefs qu’on pourrait formuler à son encontre, qui finalement, seraient plus subjectifs qu’autre chose.

 Une excellente façon de se rappeler que le BM, lorsqu’il est joué avec un cœur sombre mais pur, reste le style extrême le plus fascinant qui soit, loin des dérives grandiloquentes ou autres ascétismes de pacotille peinant à couvrir une pauvreté d’inspiration.


Titres de l'album:

  1. Dawn of a New Supremacy - Aristocracy of Twilight
  2. The False Heresy
  3. Undying Iron Will
  4. Barbaric Wampyrism
  5. Clandestine Bloodmists
  6. Engulfed by Purifying Flames
  7. Inertia Meditation

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/01/2017 à 17:46
85 %    334

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah j'ai vraiment bien aimé cet album.
Effectivement groovy à souhait.
A tel point que je vais me rebouffer toute la disco du groupe histoire de me refaire un avis plus précis sur la chose.
Par contre, pas trop de ton avis quand tu dis que "l’influence s’estompe".
LIZZ(...)


respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D