Si la poésie toute en nuance des premiers groupes de Thrash germains (SODOM), et la prose des grandes plumes sud-américaines de la même décennie (SARCOFAGO, SEPULTURA, ATTOMICA) vous transporte au point de vous donner envie de déclarer votre flamme à grand renfort d’alexandrins, alors ce troisième albums des esthètes de CEMETERY LUST est fait pour flatter votre sensibilité. D’une, parce qu’un truc qui s’appelle Rotting In Piss, c’est classe et ça impressionne ces dames. De deux, parce que leur parcours est jonché de glaviots tous plus glaireux les uns que les autres, trois parce qu’ils ont le look sobre des garçons coiffeurs qui ne jurent jamais à table, et quatre, parce que leur musique est d’une finesse et d’une précision à renvoyer les KING CRIMSON à leurs chères études. Mais en dehors de cette ironie somme toute assez bon enfant, il est toujours rassurant de constater que certains groupes n’ont cure des précautions d’expression et de solfège, et continuent de jouer le Metal comme des hommes de Cro-Magnon découvrant le sadisme. Bardés de clous, de cartouchières, et affublés de pseudos à rendre les INTENSE MUILATION verts de jalousie par derrière (Andrew Angeldust - Vomit Vocals & Corpse Molester, Raypist - Buzzsaw Bass & Iron Liver, Crystal Seth - 6 String Blasphemer & Grave Desecrator et Disgustor - Sadistic Hammering & Bodily Dismemberment, je laisse la V.O parce qu’elle est quand même plus goûtue), ces quatre pourfendeurs du politiquement correct continuent donc leur épopée sanglante entamée en 2009, et déjà sanctionnée de quatre démos, et de deux longue-durée, le très léger Screams of the Violated en 2012, et le plutôt primesautier Orgies of Abomination en 2014, auquel ce charmant et ludique Rotting In Piss vient donc s’ajouter de ses quatrains chantant et de ses élans bienséants.

Pas de doute, le changement, ça n’est pas pour maintenant, et les originaires de Portland - la ville de la finesse et de la nuance artistique - n’ont pas décidé de modifier d’un iota leur approche barbare ni de troquer leur barbecue contre un brunch le polo sur les épaules. Pas le genre de mecs qu’on croisera dans un marché bio, ni marchant sur une grève l’air profondément pénétré par la beauté de la nature, mais plutôt les loustics dont on évitera le regard libidineux dans une quincaillerie, histoire de renouveler leur stock de clous rouillés. Du Thrash, ils n’ont retenu que les aspects les plus Black, du Death, ils n’ont conservé que les restes les plus putrides, et c’est donc à une messe en faits copieux (oui, il y en a une…) qu’ils nous convient à l’occasion de la publication bruyante de ces neuf nouveaux morceaux vaillants, qui ressemblent à s’y méprendre à tout ce qu’ils ont composé précédemment. On y retrouve donc ce goût pour les tempi épileptiques, cette affection pour les riffs tronçonnés grossièrement, cet amour d’un chant qui régurgite ses côtes de porc sur la robe de maman, et cette inclinaison à torcher les arrangements avec le reste de papier-cul souillé. Nous replongeons donc dans les affres de l’extrême d’époque, celui que les brésiliens apprenaient à ne pas maîtriser sur leurs premiers albums, et dont les allemands furieux avaient défini les grandes lignes aux alentours de 83/84. Du brut de chez brutal, du bourrin de chez fatal, pour une orgie sonore qui ne tolère aucune limite, et qui cumule la fantaisie de texte à la brutalité de geste. Conçu comme une ode ininterrompue aux débuts des frangins Cavalera, ou comme une symphonie élaborée à la gloire du SODOM des premiers albums, tout en admettant que les italiens de BULLDOZER étaient finalement des philosophes qui s’ignoraient, ce Rotting In Piss accumule les poncifs pour nous les coller en travers de la gorge et nous faire respirer par un trou après une festive trachéotomie musicale.            

 

Mais bien loin du gros n’importe quoi des combos qui confondent bestialité et abstraction bruitiste, les CEMETERY LUST sont très compétents dans leur domaine, et font preuve d’un indéniable panache dans le dégueulasse. Sans non plus chercher à polir leur Metal de mort, ils en arrondissent instrumentalement les angles pour que leur barouf reste compréhensible, sinon abordable par les plus modérés d’entre vous. Il est évident que cette partouze de guitares qui honnissent le Blues ne s’adresse qu’à la frange la plus instable des fans de Thrash, ceux que les précautions du Big4 et les allusions de la vague Néo suédoise rendent malade, à force de nettoyer les combles pour en dégager l’odeur de bouse. Ici, ça pue, mais c’est fait exprès, et des morceaux aussi radicaux que « Piss On Your Grave » prennent un malin plaisir à choquer, mais gentiment, sans se laver les dents, pour exhaler une haleine de fennec à la face de la perfection musicale. Production à l’avenant, rythmique de déments, chant en arrière-plan qui éructe ses horreurs en profitant de quelques effets de terreur, pour un démarcage des pires séries B ricaines gore et républicaines. Une pellicule pour les oreilles, en forme de crossover, invitant les zombies à se goinfrer de greluches en bikini, pendant qu’un maniaque aiguise sa machette pour étêter quelques athlètes se branlant dans un coin. Certes, le tout n’est pas franchement recommandable d’un point de vue éthique, mais c’est globalement jouissif, autant qu’une démo de SARCOFAGO peut l’être, et si l’on croit reconnaître de plan en plan la patte du SEPULTURA de Morbid Visions, pas d’inquiétude, c’est fait exprès, d’autant plus que les barges ont le mérite d’y apporter leur sens du dépeçage personnel.

Bestial Thrash par nécessité, Blackened Thrash par envie, bordélique par essence, et intenses de naissance, les CEMETERY LUST balancent la purée comme s’ils n’avaient pas joui depuis des mois, et accentuent les côtés les plus basiques du Thrash pour en rajouter niveau Black (« Fatal Infestation »), tout en assumant totalement leur passion déviante (« I Am Thrash », on n’en doutait pas), en profitant pour varier malicieusement les plaisirs, et jouer avec le rythme selon leur désir (« Hideous Nature », AUTOPSY fait pipi, la cuvette est-elle moisie ?). Un disque à manier avec des gants, qui contient quand même des pièces conséquentes (« Awaiting Execution », ambiance Hell Awaits pour un Black Thrash en transe), et qui s’écoute avec plaisir, en pissant contre un arbre sans pouvoir s’arrêter de rire.  

       

Titres de l'album:

                       1.Midnight Invasion

                       2.Piss on Your Grave

                       3.Fatal Infestation

                       4.Funeral Home Massacre

                       5.Bowels of Blasphemy

                       6.I Am Trash

                       7.Hideous Nature

                       8.Witches Seduction

                       9.Awaiting Execution

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 02/07/2018 à 18:31
75 %    303

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

3rd From The Sun

3rd From The Sun

Agnostic Front

Get Loud!

Spoil Engine

Renaissance Noire

Lightning Born

Lightning Born

Sapiens

Sapiens Project

Nitrate

Open Wide

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Arglll ! L'album devait sortir le 6 décembre mais le groupe a annoncé un report de 2 semaines.


C'est bien d'avoir une trace de cela pour l'Histoire. Je n'aurais jamais cru que Kerry King soit capable un jour de prendre ses amis dans les bras. Dans les tous derniers instants de ses adieux j'ai cru que Tom Araya allait fondre en larmes ! Le public présent est fervent mais digne, il n'y a pas u(...)


Certains vieux cons comme moi reconnaîtront le clin d'oeil au magazine français "Hard N Heavy" de part la typo utilisée pour le titre de la compile...


Miammmmmmm

https://www.youtube.com/watch?v=NOfwWvd2rR8


Decade est énorme c'est vrai et surement le meilleur live.

Mais Still Reigning bordel moi ça m'a autant marqué.

Cette version de ANGEL OFFFFFF DEAAAAATH.

https://www.youtube.com/watch?v=Ol87N0nxfVs

Non c'est énorme, putain je donnerais une fort(...)


Belle découverte pour moi, j'aime le côté thrashy de certains riffs.


Excellente chronique !


Old school cette pochette ???
La thématique oui, mais la réalisation pas du tout. On dirait un comic Marvel récent...


On dirait du Pestilence la pochette.


Cet artwork très "old-school death metal" !


La musique me replonge directement dans les années 90' cassage de nuques et headbanging, mais j'ai plus de mal avec le chant.


L'intro de "Hell Awaits" sur Decade... M. A marqué à vie !


Gros respect pour Slayer même si j'ai seulement 2 mauvais souvenirs de concert (sur plus d'une quinzaine) Pour moi aussi decade reste le meilleur live , ne serait ce que pour l'intro de hell awaits qui plante le décor pour tout le reste de l'album.


Ah bon, pas le dimanche ?!


Qu'il revienne en 2021 pour les 40 ans et des dates en France et on en parle plus.


@Jus de cadavre ;

oui pour Decade of Aggression auquel je juxtapose Dance of the Dead, bootleg enregistré au Zénith le 22/11/1991.

Ca tombe bien, j'y étais :p


Ach !
Vous n'êtes peut-être pas assez trve pour brûler leur stock, mais dénoncez nous ce groupe si dégueulasse...
On veut un nom et le pourquoi du comment bordel !

(#Closer #Public #Voici)


@king : nan, le meilleur live de l'histoire c'est Decade Of Aggression !!! ;)
Concernant la violence de ce groupe, je me suis toujours demandé d’où venais leur colère et même cette haine palpable. Surtout à leur débuts : King est un premier de la classe à l'école, aucun dans le grou(...)


Je me retape le Still Reigning en ce moment.

LE MEILLEUR LIVE DE L'HISTOIRE.


+ 1000.

Le plus grand groupe de Metal de l'histoire tout simplement...