The Edge of Existence

Creeping Death

08/10/2021

Autoproduction

Slaves, hebrews born to serve, to the Pharaoh. 

Rassurez-vous, je vais vous la faire courte et vous éviter une interprétation a cappella du classique de METALLICA, qui ne me sert que d’introduction à cette chronique. Rien à voir avec la Californie, encore moins avec l’Egypte ou le Thrash, puisque les CREEPING DEATH sont des texans pur jus, qui évoluent dans un registre Ô combien plus cruel et caverneux.

Formé en 2015 dans ce grand état dont furent aussi originaires les PANTERA, CREEPING DEATH est une sorte d’archétype de Death band qui n’a cure des modes, et qui accommode les restes des nineties pour les faire réchauffer au feu de 2021. Du pur old-school donc, mais méchamment groovy, ce que le premier album de la horde Wretched Illusions prouvait il y a à peine deux ans. Pour autant, ne vous attendez pas à une suite conséquente de leurs aventures morbides, puisque ce nouvel EP est aussi court que son format lui permet, et qu’en sus, les brutes ont pris le soin de réenregistrer trois de leurs anciens classiques.

A moitié inédit, à moitié compilation, The Edge of Existence n’en est pas moins d’importance. Témoignage des capacités actuelles d’un line-up renouvelé, ce format moyen dévoile donc trois inédits et trois interprétations actualisées, pour le plus grand bonheur des fans d’un Death solide, épais comme de la pourriture noble, et suintant comme du salpêtre sur les murs d’une crypte.

Le groupe (Rico - basse, Trey - guitare, Lincoln Mullins - batterie, Reese - chant et A.J. Ross III - guitare depuis l’année dernière) se présente donc à nous le torse bombé, et les intentions claires : continuer son ascension/descente vers ses enfers les plus personnels, en accentuant la méchanceté américaine naturelle d’une touche de froideur glaciale purement suédoise. Les musiciens ne le cachent d’ailleurs pas, ils n’ont cure de ce qu’on est en droit d’attendre d’eux, et ne jouent que pour leur plaisir.

C’est ainsi que Trey Pemberton déclare sans ambages :

Je dois admettre que nous sommes un peu égoïstes. Nous n’écrivons de la musique que pour nous. Nous jouons une musique qui nous plaît, et que nous aimerions écouter. Après tout, c’est nous qui allons vivre avec ces chansons nuit après nuit !     

 

Mais cet égoïsme ne se traduit pas par une musique élitiste ou trop brouillonne. Le Death proposé par les texans est fort en oreilles, conséquent, reposant sur une rythmique monstrueuse et polyvalente, et des riffs solides et légèrement faisandés. Et en écoutant cet EP, il est difficile de faire la différence entre le présent et le passé, tant la cohésion entre les deux époques est flagrante. Si les fans hardcore reconnaîtront immédiatement les trois titres du premier EP Sacrament of Death même après leur lifting, les néophytes apprécieront cette tranche de mort servie tartare et en pleine décomposition.

Produit et mixé par Ryan Bram (GATECREEPER, BITTER RIVALS, SEX PRISONER), The Edge of Existence est donc une sorte de Golem émergeant de la boue de l’humanité, bien décidé à remettre de l’ordre dans l’immoralité générale. On y retrouve l’efficacité brute de SUFFOCATION, la pesanteur d’IMMOLATION, mais surtout le groove nouveau siècle qui permet au formalisme de se transcender pour nous offrir des plans vraiment catchy, que quelques blasts viennent égayer de leur vélocité (« Sacrament of Death »). Un classicisme indéniable, mais une réelle envie de jouer le Death avec foi, et des instincts naturels pour placer des idées légères. On prend acte de cette déclaration d‘intention qui propose un instantané fidèle du groupe en 2021, qui à n’en point douter reviendra bientôt sous la forme d’un second longue-durée.

En attendant, cet EP est un amuse-bouche qui calme les fringales les plus poussées, et entre l’hymne post-mortem « Relics From The Past » et la franchise radicale du final « Skinned Alive », tout n’est que joie et démembrement dans un coin reculé du Texas, où personne ne vous entendra mourir.

         

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Edge of Existence

02. Relics From The Past

03. Humanity Transcends

04. Sacrament of Death

05. Doused In Flames

06. Skinned Alive


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel




par mortne2001 le 17/05/2022 à 15:36
80 %    58

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32