Ce qu’il y a d’assez amusant avec les groupes de Power Metal asiatiques, c’est qu’ils ont toujours dans leur discographie plus de DVD que d’albums. On le sait, l’image est très importante la bas, spécialement lorsque les groupes en question sont entièrement féminins, ce qui est le cas des MARY’S BLOOD.

Ces quatre musiciennes (Eye – chant, Saki – guitare, Rio – basse et Mari – batterie) ont formé leur groupe après avoir quitté leur précédent, DESTROSE, bien décidées à jouer une musique leur correspondant totalement, ce qu’elles essaient de nous démontrer depuis la sortie de leur premier single « Save The Queen », publié en 2009, et surtout depuis leur premier longue durée, Countdown to Evolution, qui fit suite à une jolie pelletée de simples, EP et autres vidéos.

Alors l’image est OK, les demoiselles en question sont jolies, mais nous connaissons tous les travers des combos de Power Metal du soleil levant…Des refrains lénifiants de banalité, une musique stéréotypée qui emprunte autant à STRATOVARIUS qu’à la culture locale, pour un soin excessif apporté au visuel au détriment d’une réelle inspiration de ton.

Mais, il arrive que de temps à autres, quelques exemples entrent en contradiction avec ce postulat somme toute assez négatif…Non que Fate propose un destin entièrement différent des stéréotypes prévisibles, mais il parvient tout de même à proposer quelque chose d’intéressant dans la forme, et au moins suffisamment brutal et mélodique pour mériter votre attention.

Dans la lignée des groupes du cru, les MARY’S BLOOD dispensent donc un Power Metal haut en énergie, assez brutal dans l’exécution, agrémenté de refrains aux harmonies travaillées, qui accrochent l’oreille et agitent les crinières. Ne vous attendez donc pas à une soupe miso formatée pour séduire les masses, les filles jouent très fort, très bien, et se permettent même de métisser leur musique d’arrangements électroniques modernes assez séduisants.

Dans la mouvance des CYNTIA, ALDIOUS et autres BALFLARE, Fate ne propose pas d’innovation majeure, mais joue crânement la carte d’un Metal hautement agressif, qui ne perd pas de temps en considérations mielleuses, et qui parvient grâce à l’incroyable énergie qu’il dégage à se tailler une place dans les meilleures réalisations du genre.  

Si vous pensez BABYMETAL, oubliez vite vos idées préconçues. Les MARY’S BLOOD ne sombrent pas dans l’exotisme de marketing, et ne sont pas des poupées dont les ficelles sont tirées par d’habiles concepteurs désireux de vendre un spectacle de marionnettes à un public avide de dépaysement. Techniquement, les filles sont d’un excellent niveau, spécialement l’extraordinaire chanteuse Eye, qui s’arrache les cordes vocales sans tomber dans les tics crispants des Castafiore de Prisunic. Elle sait chanter, grogner, moduler, et s’adapte à tous les contextes proposés par ses sœurs d’armes qui évoluent avec facilité dans des univers différents et parallèles, butinant les fleurs du Power Metal classique (« Nautical Star »), et écrasant les pousses du Néo Death les plus tenaces (« Counter Strike », tonitruante et explosive entrée en matière qui rendrait les AT THE GATES et autres SOILWORK verts de rage).

Mais comme tout groupe de Metal Japonais qui se respecte, MARY’S BLOOD sait aussi ménager la chèvre mélodique et le chou radiophonique, avec quelques inserts hautement commerciaux aptes à faire craquer les charts locaux («Château de Sable », en VF s’il vous plaît, pour un refrain qui va faire exploser les salles). Mais elles ont au moins le mérite d’y glisser quelques soli vraiment diaboliques et des passages compressés atomiques, même si parfois la vigilance baisse et la tradition s’incruste sans toutefois marquer de trop flagrants signes de faiblesse (« HANABI », qui rappelle une délicieuse et très mignonne union entre STRYPER et SYU, genre d’AOR Métal estampillé Japonais, un peu sucré mais qui finit par séduire de ses intonations légères).

Mais pas d’inquiétude à avoir, nous sommes loin d’un décorum pour jeunes filles en fleur décidées à s’émanciper au son d’un Metal aseptisé, et le quatuor redresse bien vite la barre de la brutalité avec un infernal ballet (« Self-Portrait »), qui présente une image beaucoup moins polie, malgré un refrain qui une fois vde plus tire sur les ficelles les plus éprouvées.

Eye et sa bande s’essaient même avec brio à l’exercice de la ballade en demi-teinte, et nous offrent un « In The Rain », doux et onirique à souhait, sur lequel les arpèges sont distillés avec délicatesse, permettant à la voix de cette chanteuse fabuleuse de tenter le double axel de l’émotion et de la passion. Construction en crescendo rappelant l’art fragile des SCORPIONS, pour un final à la « November Rain », qu’on imagine bien exécuté sous une pluie battante de larmes.

Cette même émotion trouve un écho indéniable sur « Change The Fate », pour un des meilleurs trompe l’œil de l’album, puisque le morceau dégénère vite en éruption volcanique débordant de lave en fusion, dans un tourbillon de guitares en syncope, habilement contenu par une basse enfin plus présente aux avant-postes.

Le quatuor nous laisse sur une note qui résume à merveille la partition variée de l’album avec une dernière valse Power Metal endiablée (« Queen Of The Night »), qui fait toutefois un peu regretter que la tentative de Metalcore technoïde de «Angel’s Ladder » n’ait pas été plus approfondie…

Mais, loin d’être un reproche, cette constatation ne m’empêche nullement de vous conseiller chaudement Fate, ce troisième LP des Japonaises de MARY’S BLOOD (qui fait suite au Bloody Palace de l’année dernière), qui prouve que le quatuor est parvenu à une maturation indéniable dans la variété et l’éclectisme, sans nuire à la cohérence globale.

Du Power Metal très bien exécuté et composé, qui s’il reste assez typique de la scène de l’extrême orient, en représente une sorte de quintessence qui risque de gravement séduire les fans du genre.

L’album sera disponible en version deluxe, agrémenté d’une seconde rondelle en forme de DVD documentaire, packaging usuel de ce genre de sortie, mais qui vous permettra d’en savoir un peu plus sur ce groupe aussi sympathique que séduisant.

 En attendant, quelques vidéos sont disponibles sur Youtube pour régaler vos ouïes et vos mirettes, mais n’oubliez pas que la musique prime avant tout, ce que Fate démontre en étalant un destin qu’on imagine très favorable pour nos quatre musiciennes.


Titres de l'album:

  1. Counter Strike
  2. Shall We Dance
  3. Angel's Ladder
  4. Nautical Star
  5. Chateau de Sable
  6. Hanabi
  7. Self Portrait
  8. In The Rain
  9. Change The Fate
  10. Endless Tragedy
  11. Queen of the Night

Site officiel


par mortne2001 le 15/11/2016 à 16:13
70 %    480

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Vak

Loud Wind

Ascend The Hollow

Echoes Of Existence

Aziza

The Root Of Demise

Twilight Force

Dawn Of The Dragonstar

Perpetual Among Us

Thy Will Be Done

Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Skeletal Remains + Black March

RBD / 21/08/2019
Beatdown Death

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

+ All In The Small + Dopethrone

25/08 : Le Dropkick, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

Très bon report. Précis et honnête.
Et bien dommage qu'un groupe du niveau de Skeletal Remains soit si peu communicatif... c'est surtout con pour eux d'ailleurs.


@maxime : je ne comprends pas ???


Cool ! Je suis un héros ! :-)


Très chouette tour-report ! Merci ! Et du coup j'en profite pour découvrir ABYSSIC dont la musique est vraiment cool.


Merci ! Merci de rappeler qu'il suffit juste de savoir lire pour être un héros... ;-)


Celui qui arrive à lire et surtout comprendre ce pavé est un héro...


Je ralais d’être absent pour cette date mais tu m’as remonté le moral. J’ai personnellement du mal avec la non communication (voir le mépris pour certains) des groupes envers leurs fans.. surtout dans des musiques dites de niches..
Sauf erreur de ma part, leur excellent batteur est p(...)


Belle découverte!


Chronique sacrément bien torchée. Chapeau !


"Carnal knowledge prophecy!" à 15h...ok je sors :-)


Cet album m'attire, je trouve le truc ambitieux mais 'tain, pas évident de bien rentrer dans le délire !


On a pas dû écouter le même album!


Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever