Ce qu’il y a d’assez amusant avec les groupes de Power Metal asiatiques, c’est qu’ils ont toujours dans leur discographie plus de DVD que d’albums. On le sait, l’image est très importante la bas, spécialement lorsque les groupes en question sont entièrement féminins, ce qui est le cas des MARY’S BLOOD.

Ces quatre musiciennes (Eye – chant, Saki – guitare, Rio – basse et Mari – batterie) ont formé leur groupe après avoir quitté leur précédent, DESTROSE, bien décidées à jouer une musique leur correspondant totalement, ce qu’elles essaient de nous démontrer depuis la sortie de leur premier single « Save The Queen », publié en 2009, et surtout depuis leur premier longue durée, Countdown to Evolution, qui fit suite à une jolie pelletée de simples, EP et autres vidéos.

Alors l’image est OK, les demoiselles en question sont jolies, mais nous connaissons tous les travers des combos de Power Metal du soleil levant…Des refrains lénifiants de banalité, une musique stéréotypée qui emprunte autant à STRATOVARIUS qu’à la culture locale, pour un soin excessif apporté au visuel au détriment d’une réelle inspiration de ton.

Mais, il arrive que de temps à autres, quelques exemples entrent en contradiction avec ce postulat somme toute assez négatif…Non que Fate propose un destin entièrement différent des stéréotypes prévisibles, mais il parvient tout de même à proposer quelque chose d’intéressant dans la forme, et au moins suffisamment brutal et mélodique pour mériter votre attention.

Dans la lignée des groupes du cru, les MARY’S BLOOD dispensent donc un Power Metal haut en énergie, assez brutal dans l’exécution, agrémenté de refrains aux harmonies travaillées, qui accrochent l’oreille et agitent les crinières. Ne vous attendez donc pas à une soupe miso formatée pour séduire les masses, les filles jouent très fort, très bien, et se permettent même de métisser leur musique d’arrangements électroniques modernes assez séduisants.

Dans la mouvance des CYNTIA, ALDIOUS et autres BALFLARE, Fate ne propose pas d’innovation majeure, mais joue crânement la carte d’un Metal hautement agressif, qui ne perd pas de temps en considérations mielleuses, et qui parvient grâce à l’incroyable énergie qu’il dégage à se tailler une place dans les meilleures réalisations du genre.  

Si vous pensez BABYMETAL, oubliez vite vos idées préconçues. Les MARY’S BLOOD ne sombrent pas dans l’exotisme de marketing, et ne sont pas des poupées dont les ficelles sont tirées par d’habiles concepteurs désireux de vendre un spectacle de marionnettes à un public avide de dépaysement. Techniquement, les filles sont d’un excellent niveau, spécialement l’extraordinaire chanteuse Eye, qui s’arrache les cordes vocales sans tomber dans les tics crispants des Castafiore de Prisunic. Elle sait chanter, grogner, moduler, et s’adapte à tous les contextes proposés par ses sœurs d’armes qui évoluent avec facilité dans des univers différents et parallèles, butinant les fleurs du Power Metal classique (« Nautical Star »), et écrasant les pousses du Néo Death les plus tenaces (« Counter Strike », tonitruante et explosive entrée en matière qui rendrait les AT THE GATES et autres SOILWORK verts de rage).

Mais comme tout groupe de Metal Japonais qui se respecte, MARY’S BLOOD sait aussi ménager la chèvre mélodique et le chou radiophonique, avec quelques inserts hautement commerciaux aptes à faire craquer les charts locaux («Château de Sable », en VF s’il vous plaît, pour un refrain qui va faire exploser les salles). Mais elles ont au moins le mérite d’y glisser quelques soli vraiment diaboliques et des passages compressés atomiques, même si parfois la vigilance baisse et la tradition s’incruste sans toutefois marquer de trop flagrants signes de faiblesse (« HANABI », qui rappelle une délicieuse et très mignonne union entre STRYPER et SYU, genre d’AOR Métal estampillé Japonais, un peu sucré mais qui finit par séduire de ses intonations légères).

Mais pas d’inquiétude à avoir, nous sommes loin d’un décorum pour jeunes filles en fleur décidées à s’émanciper au son d’un Metal aseptisé, et le quatuor redresse bien vite la barre de la brutalité avec un infernal ballet (« Self-Portrait »), qui présente une image beaucoup moins polie, malgré un refrain qui une fois vde plus tire sur les ficelles les plus éprouvées.

Eye et sa bande s’essaient même avec brio à l’exercice de la ballade en demi-teinte, et nous offrent un « In The Rain », doux et onirique à souhait, sur lequel les arpèges sont distillés avec délicatesse, permettant à la voix de cette chanteuse fabuleuse de tenter le double axel de l’émotion et de la passion. Construction en crescendo rappelant l’art fragile des SCORPIONS, pour un final à la « November Rain », qu’on imagine bien exécuté sous une pluie battante de larmes.

Cette même émotion trouve un écho indéniable sur « Change The Fate », pour un des meilleurs trompe l’œil de l’album, puisque le morceau dégénère vite en éruption volcanique débordant de lave en fusion, dans un tourbillon de guitares en syncope, habilement contenu par une basse enfin plus présente aux avant-postes.

Le quatuor nous laisse sur une note qui résume à merveille la partition variée de l’album avec une dernière valse Power Metal endiablée (« Queen Of The Night »), qui fait toutefois un peu regretter que la tentative de Metalcore technoïde de «Angel’s Ladder » n’ait pas été plus approfondie…

Mais, loin d’être un reproche, cette constatation ne m’empêche nullement de vous conseiller chaudement Fate, ce troisième LP des Japonaises de MARY’S BLOOD (qui fait suite au Bloody Palace de l’année dernière), qui prouve que le quatuor est parvenu à une maturation indéniable dans la variété et l’éclectisme, sans nuire à la cohérence globale.

Du Power Metal très bien exécuté et composé, qui s’il reste assez typique de la scène de l’extrême orient, en représente une sorte de quintessence qui risque de gravement séduire les fans du genre.

L’album sera disponible en version deluxe, agrémenté d’une seconde rondelle en forme de DVD documentaire, packaging usuel de ce genre de sortie, mais qui vous permettra d’en savoir un peu plus sur ce groupe aussi sympathique que séduisant.

 En attendant, quelques vidéos sont disponibles sur Youtube pour régaler vos ouïes et vos mirettes, mais n’oubliez pas que la musique prime avant tout, ce que Fate démontre en étalant un destin qu’on imagine très favorable pour nos quatre musiciennes.


Titres de l'album:

  1. Counter Strike
  2. Shall We Dance
  3. Angel's Ladder
  4. Nautical Star
  5. Chateau de Sable
  6. Hanabi
  7. Self Portrait
  8. In The Rain
  9. Change The Fate
  10. Endless Tragedy
  11. Queen of the Night

Site officiel


par mortne2001 le 15/11/2016 à 16:13
70 %    448

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

First Signal

Line of Fire

Find Me

Angels In Blue

Royal Republic

Club Majesty

The Morganatics

Love Riot Squad Vs The F-world

The Brink

Nowhere to Run

Crazy Lixx

Forever Wild

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Ministry

18/06 : La Laiterie, Strasbourg (67)

Photo Stream

Derniers coms

Ils ont enfin sorti un album potable depuis 1988 ? Ah non après vérif ' leur dernière crotte reste Hardwired.


Ils ont morflé les Mets, c'est l'age c'est normal mais tant que l'envie et là !

C'est surtout le père Hetfield, Lars est un peut plus boudiner qu'avant. Rob ça va par contre c'est celui qui a le moins bougé, il a la même dégaine qu'il y a 10 ans.


Buck Dancer + 1 putain !!!
A l'instar (dans une moindre mesure tout de même) d'un "Fear, emptiness, despair", deux albums totalement décriés à l'époque...
Allez savoir pourquoi putain ?!?!
Aaaahhhlala ! Les fameux critiques-pisse-vinaigre... … ...


Une belle chro qui m'a donné envie d'en écouter davantage


En parlant de Napalm, j'ai une période Diatribes en ce moment. Album que j'ai négligé à l'époque mais... quel putain de tuerie !!! Un de mes préférés.


Monstrueux ! C'est la saison des baffes en ce moment !


Mitch Harris est bloqué à cause de raisons familiales (et parentales, une histoire de maladie, il me semble). Aux USA.


Billet en poche. Ca va chier. Je les ai vus au moins 12 fois sur scène. Pas grave, j'en serai encore.


Mais il n'a rien écrit pour le prochain album. Juste enregistré ses parties de guitare.


Il est toujours là mais pas sur scène


Et sinon Mitch Harris, il revient quand dans le groupe ?


Enormissime ce titre !! J'adore. Terrible !


Boucherie absolue !!! Oh la vache ! Trop pressé d'écouter ça en entier !


et le sujet *


Tu m'étonnes mec !!!
Et oser "Marc Dutroux national hero" pour un groupe belge… Quand tu sais le drame national que cela a été à l'époque (est le sujet "taboo" que c'est encore désormais), au delà de l'outrage, faut limite avoir de sacrées couilles au cul pour pondre un titre pareil(...)


Tel père tel fils bordel ! C'est marrant, en à peine 5 secondes tu sais que tu es dans la Bay Area...


Pas mal ce truc, connaissais pas du tout ! Merci pour la découverte, mais du coup fait chier de pas avoir été les voir au ND !
Joli titres de morceaux en tout cas :,D !


Only Theater of Pain, l'ultime chef d'oeuvre.


Merci, oui c'est souvent ça.


ah cool ! j'y croyait plus !