Evolution

Kobra And The Lotus

20/09/2019

Napalm Records

Le Hard Rock moderne, cette problématique qui agace les puristes et fait enrager la nouvelle génération. A mon époque, le Hard Rock et le Heavy Metal, c’était évidemment IRON MAIDEN, JUDAS PRIEST, SAXON, DEF LEPPARD, et quelques autres qui suivaient ou initiaient le mouvement. Mais à chaque génération sa propre définition, depuis la fin des années 80, le style a mué, muté, pour se changer en quelque chose de différent, mais pas antagoniste pour autant. L’apparition des KORN, DEFTONES et autres LINKIN PARK a bouleversé la donne, mais la nouvelle vague ne se limite pas à cette appellation Néo Metal tant décriée. DIAMANTE, JOHN DIVA, FIVE FINGER DEATH PUNCH, GHOST, NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, MADINA LAKE, AS I LAY DYING, BABYMETAL AVENGED SEVENFOLD…La liste est longue et loin d’être exhaustive, et les arguments fallacieux s’empilent sur le bureau de contrôle de la crédibilité, dépassé par les dossiers limites et les cas borderline, sans vraiment pouvoir trancher dans un sens ou dans l’autre. Ainsi, quid du cas des canadiens de KOBRA  AND THE LOTUS ? Est-ce encore du Hard-Rock, ce que leur nomination pour l’album de l’année aux JUNO awards semble indiquer ? La question mérite elle la réflexion ? Ne peut-on pas, à l’instar de SLIPKNOT apprécier leur musique sans vraiment se porter caution de leur authenticité ? Non, car le Rock des années 80 n’avait déjà plus rien à voir avec celui des années 70, lui-même très éloigné de la cause fifties. Et au-delà de toutes ces questions sur la crédibilité d’un groupe affilié ou non à un mouvement, reconnaissons-le. Nous sommes parfois des vieux cons accrochés comme des morpions à nos vinyles de MÖTLEY CRÜE ou ACCEPT. En 2019, le Hard et le Heavy sont pluriels, ce qu’ils ont toujours été et les KOBRA  AND THE LOTUS font partie de notre famille que ça vous plaise ou non. Depuis 2010 plus exactement, et la sortie de leur introductif Out of the Pit, prémonitoire, qui révélait une force vive de la scène canadienne, mais aussi celle d’une carrière impeccable qui dure aujourd’hui depuis plus d’une décennie.

Des origines, ne reste plus aujourd’hui que la frontwoman et vocaliste Kobra Paige. Ses anciens comparses ont quitté le navire depuis longtemps, à l’exception de Jasio Kulakowski, guitariste déjà présent sur la suite éponyme de 2012. A leurs côtés, la section rythmique composée de Brad Kennedy (basse) et Marcus Lee (batterie), enrôlés respectivement en 2013 et 2014, et le petit nouveau, Ronny Gutierrez, à bord en tant que second guitariste depuis l’année dernière. Factuellement, Evolution est donc le sixième LP des originaires de Calgary, mais aussi un nouveau départ, une fracture, un désir d’explorer des horizons différents. D’ailleurs, la flamboyante Kobra présente cette nouvelle étape en ces mots :

« Notre travail donne le ton pour tout ce qui va suivre. Musicalement, c’est toujours très Heavy, ça met en valeur les talents individuels et maintient le cap. Mais c’est aussi plus abordable en même temps. Ça rend hommage à nos influences, tout en nous emmenant au niveau supérieur. C’est à la fois une nouvelle présentation à notre univers et une renaissance. Le but ultime était de nous construire une identité solide, et de mettre à jour notre approche. Nous voulons juste être KOBRA  AND THE LOTUS, rien de plus ni de moins.”

Une fois cette mise au point effectuée, il n’y a pas d’autre constat à faire que d’admettre que ce sixième longue-durée est un changement dans la continuité, une suite logique qui tient compte de l’évolution personnelle des musiciens, et plus prosaïquement, l’un des meilleurs albums de Metal moderne du cru cette année. Après avoir sillonné le monde aux côtés de BEYOND THE BLACK, XANDRIA, DELAIN, KAMELOT, KISS, DEF LEPPARD, JUDAS PRIEST,  BLACK LABEL SOCIETY, MAX CAVALERA, SLASH, GUS G, STEEL PANTHER, BUCKCHERRY, AMARANTHE, FEAR FACTORY, PRIMAL FEAR, d’avoir foulé les scènes du Download, du Sonisphère, du Rock Am Ring, du Graspop et du Hellfest, les canadiens commencent à en avoir sous les bottes, et à savoir exactement ce qu’ils veulent et ce qu’ils sont. Et l’image qu’ils renvoient aujourd’hui est celle d’un groupe mature mais toujours aussi jeune, capable de s’enthousiasmer d’une rythmique élastique pour mieux réunir les DIABLO SWING ORCHESTRA et LACUNA COIL (« Get The F*ck Out Of Here »), ou de signer un hit explosif et définitif adoptant les contours exacts du Heavy moderne et efficace (« Burn ! », moins de trois minutes pour un timing Eurovision aussi calibré que ce refrain policé.). On le sait, le mieux est l’ennemi du bien, et le professionnalisme le dispute au bout d’un certain temps à la spontanéité, mais Evolution se paie le luxe d’éviter toute erreur sans sonner trop formaté. Kobra n’a jamais chanté aussi bien, aussi proche du symphonique qu’elle le peut mais sans les arabesques pompeuses, se lovant avec sensualité au creux de guitares qui n’ont pas oublié leur mordant au placard. Certes, les arrangements sont léchés, la production signée Michael “Elvis” Baskette (ALTER BRIDGE, SLASH, SEVENDUST) propre et carrée, mais l’ensemble dégage une bonne humeur contagieuse, et fait montre d’un esprit juvénile assez délicieux.

Efficacité donc comme leitmotiv, allègement des structures et amincissement du son global, pour un album qui n’a rien perdu de sa substance, et qui ose encore des choses plus poussées. Si la durée globale des morceaux respecte à la seconde près la tradition des singles Pop d’antan, le groupe n’hésite pas à se laisser aller aux joies de l’acoustique délicat (« Wash Away », ses nappes vocales, sa basse ronde, et ses soudaines explosions Power qui évitent la tragédie facile), ou à contrario du Heavy moderne et bien dans sa peau (« Evolution », archétype en soi, mais tellement bien fait qu’on y croit). Le reste est bien évidemment toujours aussi bien balisé entre sonorités contemporaines et inspiration pérenne (« Circus » et son riff doublé, roublard à la MUSE, « We Come Undone », salto arrière Groove Metal aux syncopes qui dynamisent), et écoute après écoute, l’album grandit en vous, révélant ses ambitions orientalo-électro (« Wounds »), ses travers Pop totalement assumés (« Thundersmith »), allant jusqu’à se révéler à la dernière minute en costume de grandiloquence Power Metal (« In The End »). De fait, et en continuant le travail de longue haleine, Evolution referme quelques portes, mais en ouvre d’autres en grand, celles qui mèneront le quintet du statut de valeur sure à celui de référence absolue, leader d’un mouvement canadien Modern Metal qui n’a pas à trembler de la concurrence américaine. Une réussite, pas forcément absolue, mais un nouveau départ qui en dit long sur les ambitions, et un paquet de chansons qui serviront de mètre-étalon pour un futur doré. De quoi agrandir la collection de prix sur les étagères, sans perdre de vue l’essentiel. Etre célébré, mais pour les bonnes raisons et ses propres qualités.    

 

Titres de l'album :

                       01. Evodem

                       02. Evolution

                       03. Burn!

                       04. We Come Undone

                       05. Wounds

                       06. Thundersmith

                       07. Circus

                       08. Wash Away

                       09. Liar

                       10. Get The F*ck Out Of Here

                       11. In The End

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 21/12/2019 à 14:43
82 %    308

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

L'idée du test a l'entrée est la meilleure idée.48/72 heures avant, et comme on dit "l'amour du risque".

19/01/2021, 18:32

Gargan

 "no present for christmas" pour  Bones 

19/01/2021, 18:23

Kerry King

Iced Earth c'est Jon Schaffer est rien d'autre actuellement on ne va pas se mentir, la formation actuel est loin de la glorieuse de l'époque et les membres sont tous arrivé il y a moins d'une décennie, sauf le batteur qui le suit depuis pas mal d'ann&(...)

19/01/2021, 18:18

Bones

Bien vu pour le Deicide. :-)... ou un petit "Slaughter in the Vatican".  Cathartique.  :-)

19/01/2021, 17:45

Jus de cadavre

Assez d'accord avec Moshi concernant la réaction des autres membres du groupe. Personnes ne pouvait s'être préparer à une telle situation

19/01/2021, 17:23

poybe

Sérieusement, quand on s'intéresse un peu aux thèmes développés par le groupe ... et donc leur leader, ça n'a rien de très surprenant de le retrouver là dedans. Il a choisi de se rendre et d'assumer les conséquences de (...)

19/01/2021, 17:15

Moshimosher

Perso, qu'ils partagent ou non ses idées, je comprends la réaction des autres membres du groupe... Il font tranquillement leur musique, sans embêter personne (enfin, je crois), et, tout d'un coup (ou pas) en voilà un (et le leader en plus !) qui se met à(...)

19/01/2021, 16:26

Laurent

Qu'ils rouvrent déjà les cafés concert, les concerts devant un écran géant il n'y a pas urgence

19/01/2021, 15:38

Buck Dancer

Message coupé que je continue...Écoute toi un petit Deicide ça ira mieux   

19/01/2021, 15:34

Buck Dancer

Bones, dans ces conditions je comprends mieux

19/01/2021, 15:32

RBD

La différence de traitement entre Noël et le 31 décembre m'a également surpris. J'y vois d'abord une justification sanitaire (discutable) : le soir de Noël les familles ce sont plutôt les familles qui se rassemblent tandis que le 31 ce sont plut(...)

19/01/2021, 15:21

Bones

Désolé, je suis un peu raide sur la question mais j’ai été traumatisé par une famille trèèèès portée sur la religion. Depuis je bouffe un peu du curé et je vois des calotins partout, ne m’en voulez pas. :-)

19/01/2021, 15:15

Buck Dancer

Bones, peut-être parce que Noël se fête traditionnellement en famille et à la maison, alors que le 31 tout le monde est dehors à faire la fête ( et les cons)? Noël, ouvertement catho ? Pas dans mon monde moi, désolé.... 

19/01/2021, 14:47

Humungus

Je rejoins forcément totalement mon coreligionnaire du dessus !L'ajout de vidéos d'antan, c'est juste génial !PS : "Voyage au centre de la scène - Les 30 ans de CYTTYOLP !"...Putain, David, t'as fait tr&egra(...)

19/01/2021, 14:03

Humungus

Pas mal du tout VAISSEAU.Classique dans l'ensemble mais bien torché.Par contre, L'Apache, je ne vois pas ce que cela à de Doom... Hormis la pochette bien sûr (superbe au demeurant).

19/01/2021, 13:26

JTDP

J'avoue. Ecouté distraitement il y a quelques jours, je suis pressé de me replonger dedans, tant il m'avait déjà bien accroché !

19/01/2021, 12:39

RBD

Je suis d'accord avec l'intuition de Kairos. C'est la fin d'Iced Earth sous cette formation, avec un communiqué pareil, ils n'ont plus qu'à retourner sur le marché ou faire leur propre groupe.Même si les métalleux sont plus in(...)

19/01/2021, 12:36

Bones

@ Gargan : OK je vais repréciser une chose : je ne nie pas la magie de Noël pour nos mioches,  c'est la différence de traitement entre Noël et la St Sylvestre qui me défrise le fion et me fout totalement en pétard. Pourquoi autoriser des rassembleme(...)

19/01/2021, 12:26

Kairos

Les autres membres du groupes marchent sur des braises, il n'y a qu'à lire les commentaires sur la page FB du groupe, Schaffer se fait qualifier de traitre par pas mal de monde. D'où le communiqué tiédasse du groupe, on condamne, mais on ne cite pas le p(...)

19/01/2021, 11:19

Arioch91

Pour la réaction des autres membres du groupe, soit ils ont le même type d'idées que leur frontman et publient un communiqué pour éviter de se faire gauler, soit il y a un cerveau dans la caboche de ces types et ils réagissent naturellement à u(...)

19/01/2021, 10:41