Tout doucement, l’oiseau fait son nid. Et rapidement, Dooweet a fait le sien, au point de devenir une véritable référence dans le milieu, et même mieux, un gage de qualité.

Des preuves ?

Un simple coup d’œil et d’oreilles à leur production, et pour appuyer un peu le postulat, un détour via une de leurs dernières signatures, les espagnols de NEXT STEP.

Quelle est donc cette prochaine étape vantée par le label français et le quartette ibère ? Une nouvelle modulation sur le thème classique d’un Hard-Rock moderne, ne crachant pas sur de violents accès de fièvre Metal, et quelques digressions Stoner de fort bon aloi.

En somme, un solide résumé de la scène Rock contemporaine, avec quelques clins d’œil appuyés, mais surtout, une foi sans bornes en un travail appliqué.

Car à l’instar de leur label, les madrilènes n’ont pas pressé le pas et ont pris leur temps pour ne pas passer de vie à trépas trop rapidement.

Fondé en 2008, le quartette (Guillermo García – chant, guitare, Irene Génova – guitares, chœurs, Jesús Hernando – basse, chœurs et Diego Solana  - batterie) tournait alors à une moyenne d’âge de quatorze ans, et se complaisait dans des reprises de groupes référence, tels METALLICA ou GREEN DAY. Entre changements de nom et composition de morceaux originaux, ils finissent par enregistrer en 2011 leur premier EP, Something To Fight For, à l’intitulé fort à propos.

En 2014 sort leur single « Lost In The Hunting », qui reste à ce jour leur hymne absolu, avant de lâcher une vidéo illustrant le titre « Eternal », qui leur servit de carte de visite pour accéder à un statut encore plus professionnel.

En neuf ans d’existence, et autant d’épreuves et de certitudes, seuls  Guillermo et Irene subsistent du line-up d’origine, et à l’écoute de ce premier effort longue durée, Legacy, on comprend très bien que les deux amis/musiciens avaient une idée très claire de la trace qu’ils souhaitaient laisser de leur passage sur la scène musicale européenne, alors même que leur parcours n’en est encore qu’à son entame, malgré les années consacrées à leur projet.

Et autant le dire sans détour, cette trace risque d’être profonde tant la musique de NEXT STEP est forte, puissante, digne d’intérêt et d’importance. Sur une trame classique de Metal moderne et lyrique, les madrilènes tissent des liens évidents avec la scène alternative US, et citent avec bonheur des influences évidentes comme ALTER BRIDGE, TRIVIUM, BLACK STONE CHERRY, STONE SOUR, AVENGED SEVENFOLD, soit la crème de la crème du Heavy contemporain qui séduit la jeune génération album après album, et concert après concert. Mais ce qui saute aux oreilles dès les premières écoutes de ce Legacy, c’est le professionnalisme incroyable dont font preuve les espagnols, transformant ce premier essai en réussite majeure, quasiment imperfectible, et susceptible de séduire un public très large, aussi friands d’harmonies Post Grunge que de rythmiques dévastatrices.

Première constatation, ces instrumentistes ont du bagage derrière eux, ce qui leur permet d’agrémenter des compositions simples et directes de petites fioritures bien placées, et d’agencements de construction assez intelligents.

Deuxième postulat, malgré des références assez notables, l’identité du combo est affirmée, et on sent à chaque détour de morceau que la route a été longue pour en arriver là. Les modulations sont nombreuses, et il est très difficile de placer les NEXT STEP dans un créneau particulier. Et ça, c’est toujours un signe de grande qualité….

Pour en avoir le cœur net et vous faire une opinion personnelle, n’importe quel titre peut faire l’affaire. Mais si vous souhaitez une démonstration immédiate, je vous conseille de vous pencher sur le cas du hit fatal « Legacy », qui en un peu moins de six minutes vous prouvera que vous avez fait le bon choix. Véritable pépite alternative qui assume son époque mais ne rechigne pas à piocher dans le passé des nineties de quoi alimenter sa fontaine de mélodies, ce titre est un monstre qui mérite d’être placé en avant, pour sa façon de narguer la suprématie d’ALTER BRIDGE sur son propre terrain, et même de leur damer le pion.

Section rythmique solide et inventive, solistes débordant de feeling et refusant toute démonstration inutile pour se concentrer sur les quelques notes qui font mouche (et qui nous ramènent à la mémoire quelques interventions historiques de John Petrucci), et chant flamboyant se servant de chœurs comme de tremplins pour monter encore plus haut dans les nuages du lyrisme.

A+B+C, c’est noté, l’équation est résolue, et inutile de chercher plus loin, les NEXT STEP viennent de vous prouver que la confiance que vous avez bien voulu leur accorder est largement méritée.

Mais pour information, ce morceau n’est pas un cas isolé, loin de là…

Et d’ailleurs, qui dit Metal moderne, dit inflexions Metalcore, mais sans exagération pour ne pas paraître trop opportuniste. Alors le groupe les assimile à des ascendances Heavy, comme sur l’imposant « Humans » qui se veut démonstration de force avec sa double grosse caisse régulière et son chant plus poussé. Chœurs presque Hardcore, cassures, pour une démarcation FIVE FINGER DEATH PUNCH qui n’oublie pas le feeling au placard.

« Wounds Become Scars » en ouverture annonce aussi fort bien la couleur, ou plutôt les couleurs, avec son mélange digne d’un PANTERA des meilleurs jours, qui tâterait par prospection des futurs braquages de TRIVIUM. La complémentarité des voix de Guillermo et Irene fait merveille, tandis que les arpèges le disputent aux riffs redondants, pour une constante opposition force/douceur qui prend au cœur. Mais le groupe sait aussi se montrer plus progressif, avec en écrin un joli déroulé épique de plus de sept minutes sur le magique « Price We Pay », qui installe une ambiance prenante sur une longue intro avant de laisser parler les watts qui rebondissent sur un up tempo élastique.

Autre moment fort de cet album qui finalement prend son envol dès le départ pour ne jamais piquer du nez, le long plané de dix minutes « Faith Collapsing », qui reprend tous les codes des madrilènes pour les pousser à leur paroxysme de pertinence, avec encore de bonnes idées ponctuelles comme ce pattern de batterie sur le couplet, ou ce break central triturant le souvenir d’un ALICE IN CHAINS avec un Jerry Cantrell se prenant pour Dimebag Darrell. Fabuleux…

Et si Legacy ne se veut pas concept album, il tient quand même fermement son fil rouge dans la main, et s’interroge sur ce que l’humanité représente pour tout un chacun, et l’héritage que nous laisserons en tant qu’individus et que collectif.

Alors, si l’on en juge par son contenu, et en pratiquant la métonymie, gageons que si le comportement des hommes se calque sur ce premier album des NEXT STEP, on se souviendra de notre civilisation comme d’une force créative indéniable, capable du meilleur, comme…du meilleur.

Et si la prochaine étape montre encore des signes d’évolution pour les espagnols, j’ai franchement hâte d’assister à leur progression.


Titres de l'album:

  1. Wounds Become Scars
  2. End Of Falling
  3. Echoes Of A Life
  4. Nature Calls
  5. Price We Pay
  6. Follow
  7. Legacy
  8. Humans
  9. Whatever May Come
  10. Faith Collapsing
  11. Eternal

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/03/2017 à 17:56
85 %    619

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Seven Spires

Emerald Seas

The Dues

Ghosts Of The Past

Quiet Riot

Hollywood Cowboys

Angel Witch

Angel Of Light

Vastum

Orificial Purge

Divide

From Seed to Dust

Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Depraved + Adx + Factor Hate

01/03 : Salle Des Fêtes, Fismes (51)

Napalm Death + Rotten Sound + Eyehategod

03/03 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Rose Hreidmarr au chant comme pour le précédent album. Pour le reste je sais pas... Pas de line-up annoncé sur Metal Archives (pour l'instant).


Ben voila, il n'y a pas de raison que le metal français n'ai pas le droit à son mélodrame de nom ;). Bon pour le moment nous avons qu'une seule version de l'histoire...

Pour parler musique, j'avais beaucoup aimé "Sur les falaises de marbre", surement un de mes albums préféré de 2(...)


Mmm, musicalement, les deux derniers albums étaient intéressants, pas faciles en terme de composition, mais plutôt ambitieux et instrumentalement réussis, même parfois brillants. Rien à dire sur le parti-pris et la prise de risque. C'est la voix de Greene qui ne me séduit pas au point d'achet(...)


A noter qu'a priori il y a baleine sous gravier avec ce retour de GLACIATION, au vu du post publié par Valnoir sur sa page fb => https://www.facebook.com/jean.simoulin.7/posts/651167092299009?__tn__=K-R
Pour ceux qui ont la flemme de lire en anglais, les collègues de Scholomance Webzine ont (...)


Bon, j'ai pas encore écouté ce dernier album, mais le peu que je m'en suis fourré dans les esgourdes pour l'instant ne me fait pas changer d'avis sur ce groupe que j'ai tant vénéré dans les 90's.
De fait, Yoloman + 1 000 000 !!!


Un des dieux de mon petit panthéon personnel.
Quand on sait que j'ai débuté ma carrière Métallique en me plongeant corps et âmes dans AC/DC, c'est donc à mon sens tout bonnement indispensable.


Tellement mauvais et tellement drôle à la fois qu'on leur accorde l'indifférence avec mansuétude.


"quand on veut écouter du vieux Death Metal qui schlingue la gerbe et la bile, on se coltine un vieil INCANTATION, un des premiers BOLT THROWER, et vogue la gerbe le long du canapé"
:D !


Ah et puis Sieur Simony, je n'ai pas pu attendre votre fameux crédit à si faible taux...
Ma pré-commande est déjà passée.


Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.