Tout doucement, l’oiseau fait son nid. Et rapidement, Dooweet a fait le sien, au point de devenir une véritable référence dans le milieu, et même mieux, un gage de qualité.

Des preuves ?

Un simple coup d’œil et d’oreilles à leur production, et pour appuyer un peu le postulat, un détour via une de leurs dernières signatures, les espagnols de NEXT STEP.

Quelle est donc cette prochaine étape vantée par le label français et le quartette ibère ? Une nouvelle modulation sur le thème classique d’un Hard-Rock moderne, ne crachant pas sur de violents accès de fièvre Metal, et quelques digressions Stoner de fort bon aloi.

En somme, un solide résumé de la scène Rock contemporaine, avec quelques clins d’œil appuyés, mais surtout, une foi sans bornes en un travail appliqué.

Car à l’instar de leur label, les madrilènes n’ont pas pressé le pas et ont pris leur temps pour ne pas passer de vie à trépas trop rapidement.

Fondé en 2008, le quartette (Guillermo García – chant, guitare, Irene Génova – guitares, chœurs, Jesús Hernando – basse, chœurs et Diego Solana  - batterie) tournait alors à une moyenne d’âge de quatorze ans, et se complaisait dans des reprises de groupes référence, tels METALLICA ou GREEN DAY. Entre changements de nom et composition de morceaux originaux, ils finissent par enregistrer en 2011 leur premier EP, Something To Fight For, à l’intitulé fort à propos.

En 2014 sort leur single « Lost In The Hunting », qui reste à ce jour leur hymne absolu, avant de lâcher une vidéo illustrant le titre « Eternal », qui leur servit de carte de visite pour accéder à un statut encore plus professionnel.

En neuf ans d’existence, et autant d’épreuves et de certitudes, seuls  Guillermo et Irene subsistent du line-up d’origine, et à l’écoute de ce premier effort longue durée, Legacy, on comprend très bien que les deux amis/musiciens avaient une idée très claire de la trace qu’ils souhaitaient laisser de leur passage sur la scène musicale européenne, alors même que leur parcours n’en est encore qu’à son entame, malgré les années consacrées à leur projet.

Et autant le dire sans détour, cette trace risque d’être profonde tant la musique de NEXT STEP est forte, puissante, digne d’intérêt et d’importance. Sur une trame classique de Metal moderne et lyrique, les madrilènes tissent des liens évidents avec la scène alternative US, et citent avec bonheur des influences évidentes comme ALTER BRIDGE, TRIVIUM, BLACK STONE CHERRY, STONE SOUR, AVENGED SEVENFOLD, soit la crème de la crème du Heavy contemporain qui séduit la jeune génération album après album, et concert après concert. Mais ce qui saute aux oreilles dès les premières écoutes de ce Legacy, c’est le professionnalisme incroyable dont font preuve les espagnols, transformant ce premier essai en réussite majeure, quasiment imperfectible, et susceptible de séduire un public très large, aussi friands d’harmonies Post Grunge que de rythmiques dévastatrices.

Première constatation, ces instrumentistes ont du bagage derrière eux, ce qui leur permet d’agrémenter des compositions simples et directes de petites fioritures bien placées, et d’agencements de construction assez intelligents.

Deuxième postulat, malgré des références assez notables, l’identité du combo est affirmée, et on sent à chaque détour de morceau que la route a été longue pour en arriver là. Les modulations sont nombreuses, et il est très difficile de placer les NEXT STEP dans un créneau particulier. Et ça, c’est toujours un signe de grande qualité….

Pour en avoir le cœur net et vous faire une opinion personnelle, n’importe quel titre peut faire l’affaire. Mais si vous souhaitez une démonstration immédiate, je vous conseille de vous pencher sur le cas du hit fatal « Legacy », qui en un peu moins de six minutes vous prouvera que vous avez fait le bon choix. Véritable pépite alternative qui assume son époque mais ne rechigne pas à piocher dans le passé des nineties de quoi alimenter sa fontaine de mélodies, ce titre est un monstre qui mérite d’être placé en avant, pour sa façon de narguer la suprématie d’ALTER BRIDGE sur son propre terrain, et même de leur damer le pion.

Section rythmique solide et inventive, solistes débordant de feeling et refusant toute démonstration inutile pour se concentrer sur les quelques notes qui font mouche (et qui nous ramènent à la mémoire quelques interventions historiques de John Petrucci), et chant flamboyant se servant de chœurs comme de tremplins pour monter encore plus haut dans les nuages du lyrisme.

A+B+C, c’est noté, l’équation est résolue, et inutile de chercher plus loin, les NEXT STEP viennent de vous prouver que la confiance que vous avez bien voulu leur accorder est largement méritée.

Mais pour information, ce morceau n’est pas un cas isolé, loin de là…

Et d’ailleurs, qui dit Metal moderne, dit inflexions Metalcore, mais sans exagération pour ne pas paraître trop opportuniste. Alors le groupe les assimile à des ascendances Heavy, comme sur l’imposant « Humans » qui se veut démonstration de force avec sa double grosse caisse régulière et son chant plus poussé. Chœurs presque Hardcore, cassures, pour une démarcation FIVE FINGER DEATH PUNCH qui n’oublie pas le feeling au placard.

« Wounds Become Scars » en ouverture annonce aussi fort bien la couleur, ou plutôt les couleurs, avec son mélange digne d’un PANTERA des meilleurs jours, qui tâterait par prospection des futurs braquages de TRIVIUM. La complémentarité des voix de Guillermo et Irene fait merveille, tandis que les arpèges le disputent aux riffs redondants, pour une constante opposition force/douceur qui prend au cœur. Mais le groupe sait aussi se montrer plus progressif, avec en écrin un joli déroulé épique de plus de sept minutes sur le magique « Price We Pay », qui installe une ambiance prenante sur une longue intro avant de laisser parler les watts qui rebondissent sur un up tempo élastique.

Autre moment fort de cet album qui finalement prend son envol dès le départ pour ne jamais piquer du nez, le long plané de dix minutes « Faith Collapsing », qui reprend tous les codes des madrilènes pour les pousser à leur paroxysme de pertinence, avec encore de bonnes idées ponctuelles comme ce pattern de batterie sur le couplet, ou ce break central triturant le souvenir d’un ALICE IN CHAINS avec un Jerry Cantrell se prenant pour Dimebag Darrell. Fabuleux…

Et si Legacy ne se veut pas concept album, il tient quand même fermement son fil rouge dans la main, et s’interroge sur ce que l’humanité représente pour tout un chacun, et l’héritage que nous laisserons en tant qu’individus et que collectif.

Alors, si l’on en juge par son contenu, et en pratiquant la métonymie, gageons que si le comportement des hommes se calque sur ce premier album des NEXT STEP, on se souviendra de notre civilisation comme d’une force créative indéniable, capable du meilleur, comme…du meilleur.

Et si la prochaine étape montre encore des signes d’évolution pour les espagnols, j’ai franchement hâte d’assister à leur progression.


Titres de l'album:

  1. Wounds Become Scars
  2. End Of Falling
  3. Echoes Of A Life
  4. Nature Calls
  5. Price We Pay
  6. Follow
  7. Legacy
  8. Humans
  9. Whatever May Come
  10. Faith Collapsing
  11. Eternal

Facebook officiel


par mortne2001 le 19/03/2017 à 17:56
85 %    250

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thyrant

What We Left Behind

Vicissitude

Fratricide

Arakara

Shadow of Violence

Third Reich

Degeneration

Hellthrasher

Windrot

Walk On Fire

Mind Over Matter

Lo-ruhamah

Anointing

Comity

A Long Eternal Fall

Mnhm

Of Empires Past

Black Palm

Resentful

Nevrome

Black Sun

Fragile Vastness

Perception

Grid

Human Collapse Syndrome

Au-dessus

End Of Chapter

Nephilims Howl

Through The Marrow Of Human Suffering

Charmcharmchu

Majestic Brewing Order

Indemnity

Bloody Minded Bullet Headed

Distillator

Summoning The Malicious

The Walking Dead Orchestra + Epilepsy

RBD / 25/05/2017
Deathcore

EXTREMITY RETAINED: Notes Sur Le Death Metal Underground

mortne2001 / 23/05/2017
Death Metal

Interview du groupe DEATHBRINGER

Jus de cadavre / 23/05/2017
Interview

Moshfest 3

RBD / 17/05/2017
Grindcore

AS WOLVES AMONG SHEEP - La saga funeste du NSBM.

Simony / 15/05/2017
Black Metal

Concerts à 7 jours

Deep Purple + Monster Truck

01/06 : Zenith, Lille (59)

Against Me + The Bronx

01/06 : La Maroquinerie, Paris (75)

Against Me + The Bronx

02/06 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)

Slim Cessna's Auto Club + Lonely Longhorn

03/06 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Mortier + Deluge + Spyral

03/06 : La Ferme D'ennequin, Loos-en -gohelle (59)

Deep Purple + Monster Truck

03/06 : Accorhotels Arena, Paris (75)

Existance + Letters Written On Dead Leaves + Aqme

04/06 : La Ferme D'ennequin, Loos-en -gohelle (59)

Against Me + The Bronx

05/06 : La Sirène, La Rochelle (17)

+ Architects

05/06 : Astrolabe, Orléans (45)

Against Me + The Bronx

31/05 : L'aéronef, Lille (59)

Victory + Outreau + Bromure

31/05 : La Mécanique Ondulatoire, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

@JTPD: le bouquin est à 36 euros.
@Saul D: comme toi j'ai été déçu de ne pas retrouver AGRESSOR ou MASSACRA par exemple...
@RBD: j'espère que la chronique t'a donné un bon aperçu ;)


Ah, j'espérais un avis. Je me doutais que ce devait être bien fichu (Netherton n'est pas un idiot).


J'ai la version anglaise du livre, en effet très passionnant...mais il manque des groupes ( Jason Netherton a dit que certains ont mis trop longtemps à répondre), les scènes française, italienne, et je dirais mexicaine ( parce qu'on a quand même pas mal de groupes latino-américains cités) so(...)


Clair qu'elle donne sacrément envie cette chronique ! Juste pour info il est à combien le bouquin ?


Le bouquin m'a fait penser à celui sur le NYHC. J'ai bien sûr été moins concerné, puisque j'ai arrêté le Death assez tôt (les meilleurs groupes ont en effet sorti leurs meilleurs albums entre 1987 et 1993), mais il est sympa à lire, et certaines anecdotes sont vraiment marrantes.