Holy Are We Alone

Saeko

20/08/2021

Pride And Joy Music

Sommes-nous seuls dans l’univers ? Si oui, ça serait un beau gâchis d’espace comme le disait très justement Jodie Foster dans Contact. Et en tant qu’espèce la plus évoluée de notre belle planète, je prends acte de la possibilité d’une autre forme d’intelligence susceptible de se manifester un jour pour prouver notre bêtise crasse et insondable. Après tout, une forme de vie qui s’ingénie à détruire son environnement n’est pas l’exemple idoine à donner à une échelle galactique n’est-il point ? C’est en tout cas un tour de notre monde que propose le groupe japonais/allemand/italien SAEKO, qui lui non plus n’est pas né d’hier. Et son histoire est assez intéressante d’ailleurs.       

Formé par la chanteuse japonaise Saeko Kitamae, exilée en Allemagne pour fonder son premier groupe de Heavy Metal, SAEKO a démarré sa carrière sous les meilleurs auspices. A l’époque, le Metal nippon n’était pas encore aussi populaire qu’aujourd’hui, et un groupe de Power Metal mené par une chanteuse japonaise était suffisamment exotique pour attirer la presse internationale en manque de scoops. Et c’est en deux ans que la réputation du groupe s’est établie, avec deux albums impeccables, Above Heaven, Below Heaven et Life, qui ont permis à l’ensemble international de gagner ses galons de nouvelle référence Heavy/Power, avec des tournées en support de Doro, et des participations fameuses au Wacken. Bénéficiant alors d’une bonne tribune, le groupe semblait lancé sur les meilleurs rails, mais le mélange entre la culture japonaise et européenne connut quelques ratés, qui obligèrent la chanteuse à rentrer au Japon. Point final à ce premier chapitre, mais la suite restait encore à écrire.

Bien déterminée à ne pas se laisser effacer des livres d’histoire par le destin, Saeko Kitamae s’est remise au travail en 2020 en lançant une campagne de crowdfunding, afin d’enregistrer ce troisième album que la chance lui avait refusé. Après avoir atteint son but, elle s’entoura de nouveaux de musiciens de classe A, et SAEKO put enfin reprendre du service, et nous offrir une suite à l’excellent Life, datant de 2006 et ayant imposé sans le vouloir quinze ans de silence et d’absence. Et autant dire que Holy Are We Alone nous offre le visage d’un groupe compact, soudé, créatif et prêt à en découdre avec le monde entier.

Le monde entier, voici d’ailleurs le terrain de jeu de cet album qui a organisé une visite mondiale assez spéciale. Entourée de Guido Benedetti, guitariste de TRICK OR TREAT, d’Alessandro Sala, bassiste de RHAPSODY OF FIRE et de Michael Ehré, batteur de PRIMAL FEAR et GAMMA RAY, Saeko Kitamae donne toute l’étendue de son talent vocal, mais aussi celui de narratrice passionnée par son sujet, qui a choisi cette fois-ci d’adopter les inflexions traditionnelles de tous les pays qu’elle visite. Soutenue par quelques guests dont le célèbre Derek Sherinian, claviériste de SONS OF APOLLO et Lars Ratz bassiste de METALLIUM, Saeko nous offre un billet pour la découverte des traditions locales, et malgré un parti pris Heavy très Power et mélodique, genre qui n’a jamais constitué ma ligne low-cost préférée, j’admets avoir voyagé dans d’excellentes conditions et en avoir pris plein les oreilles.

Co-produit par Saeko Kitamae et Guido Benedetti avec l’aide à la console de V. Santura (TRIPTYKON, OBSCURA), Holy Are We Alone est un voyage de l’âme à la recherche de la vérité universelle. Vaste thématique, que chaque morceau marque de son empreinte. Les chansons sont donc très connotées par le folklore des pays qu’elles abordent, et les intitulés sont autant d’étapes sur cette quête. L’album vous emmènera donc au Japon, évidemment, mais aussi en Syrie, en Angleterre, en Allemagne, en Inde, au Brésil, à Hawaï, en Fédération de Russie, soit un joli tour du monde en musique. Entièrement composé et écrit par la paire Saeko Kotamae /Guido Benedetti, Holy Are We Alone revisite donc le patrimoine Metal mondial, et propose une structure assez atypique avec l’utilisation d’instruments variés, et l’emploi de diverses langues, dont le japonais, l’anglais, l’allemand, l’hawaïen et même le sanskrit.

Mais si tout ceci est bien joli et alléchant sur le papier, encore fallait-il confirmer les ambitions musicalement. Et de ce côté à, aucun doute à avoir : le trip est intégral, l’exécution au millimètre, et les ambiances prenantes et envoutantes. Prenant le risque d’un comeback tardif, SAEKO a brillamment relevé le pari de l’actualisation, et semble plus que jamais à sa place dans cette société hétéroclite et multiculturelle qui domine aujourd’hui les capitales du monde entier.

Compositions solides et variées, guitares toutes cordes dehors, et la voix unique de Saeko, toujours aussi versatile, profitant parfois d’une basse totalement Funk pour s’abandonner à des mélodies traditionnelles japonaises. D’aucuns argueront que tout ceci n’est qu’une affaire Power Metal plus futée que la moyenne, mais il n’en est rien : loin d’un gimmick, le concept de l’album donne lieu à des pièces musicales de toute beauté, avec acoustique, mélodies superbes, et réelle transposition de la culture artistique de chaque pays, loin d‘arrangements midi cheap qui donnent la nausée. Le sublime et puissant « Syria: Music, My Love » nous transporte directement à Damas, tandis que le mid-tempo « UK: Never Say Never » évoque très bien les harmonies de SHY émanant d’un Londres embrumé en été.

La grosse pièce centrale « Germany: Rebellion Mission », l’une des plus puissantes de toutes, retrouve l’impulsion sauvage du Heavy à l’allemande, avec ces soudaines accélérations de grosse caisse, et ces envolées vocales lyriques. Entre opéra fantôme et sonate d’automne, Holy Are We Alone a trouvé le juste équilibre entre folklore local et concision Metal, et nous enivre de ses atmosphères plus vraies que nature. Chaque titre possède son identité comme le veut la direction artistique, mais le tout est d’une cohérence rare, et d’une beauté harmonique indéniable.

Véritable tour de force, ce troisième album de SAEKO est le petit miracle que nous n’attendions plus de la part d’un groupe qui lors de ses premières années, était méchamment en avance sur son temps. Le temps l’a peut-être rattrapé, mais n’a émoussé ni son envie ni sa créativité. Un album majeur de 2021, et les plus belles cartes postales que vous pourrez recevoir.   

 

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Circle Of Life

02. Japan: In My Dream

03. Syria: Music, My Love

04. UK: Never Say Never

05. Germany: Rebellion Mission

06. India: Farewell To You I (From Father to Son)

07. Brazil: Splinters Of The Sun

08. Hawaii (USA): Farewell To You II (From Mother to Daughter)

09. Russia: Heroes

10. Holy Are We Alone


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/08/2021 à 17:39
88 %    830

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Father Merrin + Cleaver + Prypiat 10/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gautier

Bien réalisé mais je supporte pas sa voix...   

06/12/2022, 07:16

Sadam Mustaine

Je filme toujours une ou deux chansons en live puis je range et je profite et j'essaye de me foutre aux barrières 

05/12/2022, 18:48

JTDP

C'est vrai que ça fait bizarre tout ces téléphones...L'effet est peut-être aussi démultiplié par le fait que ce soit et l'intro et la conclusion du concert... Et ce qui est amusant c'est que, paradoxalement, c'est grâce &agra(...)

05/12/2022, 00:02

NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12