Game On

Pokerface

31/03/2017

M O Music

Oui, souvent la vie ressemble à une partie de poker. Certains naissent avec une bonne main, et n’ont plus qu’à assurer la suite. D’autres au contraire se retrouvent avec une donne éparse, que le tapis ne vient jamais compléter.

Ensuite, il faut savoir se débrouiller. Savoir bluffer quand il faut, mais aussi savoir se coucher au bon moment pour éviter de perdre plus qu’on a. Enfin, le tout est un jeu, une combinaison d’actions visant à amortir les pertes ou démultiplier les gains.

En trichant même, s’il le faut. Mais discrètement. Parce qu’au final, la vie n’est jamais dupe, et le destin finit toujours par vous rattraper.

Alors, la vie est un jeu. Pas toujours équitable, et qui peut vous entraîner dans une spirale descendante d’addiction et de perversion. C’est en tout cas peu ou prou la leçon que les Russes de POKERFACE veulent nous inculquer au travers de leur troisième longue durée, Game On.

Les POKERFACE ont d’ailleurs une table très ouverte. Les joueurs s’y succèdent, et on ne peut pas dire que la stabilité de l’équipe soit leur point fort. Après moult ajustements et changements de partenaires, le line-up semble s’être stabilisé autour de l’axe Dmitry Morozov « Free Rider » à la basse, Олесь Писаренко « Doctor » au kit, Vadim Beloklokov et Alina “Xen Ritter” Kuzmina aux guitares, et Alexandra “LadyOwl” Orlova au chant, afin de permettre l’enregistrement de ce troisième album, souvent considéré comme une étape majeure dans la carrière d’un groupe.

J’ai déjà croisé le chemin de ces pourfendeurs du Thrash timoré à l’occasion de la sortie de Divide and Rule, dont j’avais dit le plus grand bien, et qui avait d’ailleurs justifié une interview assez salée. Mais si l’on devait comparer la discographie du quintette à une main de poker, je dirais que leur effort précédent avait tout d’une quinte flush, tandis que ce Game On ressemble plus à un brelan de rois. Certes, cette donne leur permettra encore de rafler la mise au regard des combinaisons assez faibles de la concurrence, mais on ne peut s’empêcher de penser qu’avec un peu plus d’application et une analyse plus profonde de la distribution, les Russes auraient pu quintupler leurs gains avec un peu plus d’audace. Et un bluff mieux amené que ces dix morceaux somme toute assez similaires et prévisibles…

Pourtant, tout avait bien commencé avec un concept intelligemment amené. Une solide métaphore sur la vie via une dépendance fatale au jeu, les aléas du hasard, et la perte de toute possession pour finalement faire face à une logique d’une inéluctabilité lénifiante. Tant que nous n’affrontons pas nos démons de face, nous n’avons aucune chance de savoir qui nous sommes, et où nous allons. Les POKERFACE ont d’ailleurs illustré ce concept d’une pochette de toute beauté, qui sans vraiment en révéler toutes les arcanes, nous plonge dans l’univers en labyrinthe de son anti-héros, en prise avec les affres de sa conscience et des obstacles qu’il doit franchir pour entrevoir le chemin de la rédemption.

Le souci étant qu’ils ont choisi d’unifier leur histoire autour de thèmes musicaux somme toute relativement similaires, et qu’ils n’ont pris aucun risque avec la belle main que le destin leur a offert. Et donc, comme dit précédemment, au lieu de tenter le diable et de transformer leur brelan de rois en full au rois par les as, ils ont préféré jouer la sécurité en se recentrant autour de dix brulots uniformes, certes très efficaces, mais tous assez semblables dans leurs digressions sur un Trash de très bonne facture, mais qui ne donne aucune illusion ni aucun frisson.

C’est donc très professionnel, très bien produit, mais on sait d’avance qui va faire tomber le tapis et comment, ce qui au bout de quelques passes assez prévisibles reste quand même handicapant.

Non que l’on s’ennuie, mais la sauvagerie encore un peu gauche et le culot présenté sur Divide And Rule manquent cruellement à ce Game On, qui de bout en bout reste d’une logique implacable et d’une stabilité un peu roborative.

En prenant le parti d’un tempo quasiment unique, le quintette n’a pas fait fans la dentelle, souhaitant sans doute apporter à leur idée d’origine la cohérence dont elle avait besoin. Mais dès lors, les combats successifs avec les démons ressemblent tous à des combos de jeux vidéo, avec les mêmes mouvements, les même soli certes impeccables mais légèrement polis, et des invectives vocales uniformes, dans un registre ARCH ENEMY en à peine moins systématique.

En gros, les POKERFACE sont passés du stade de jeune joueur flambeur un peu chien fou risquant sa mise sur une poignée de coups, à celui d’un professionnel sur de son fait, ne montrant aucune émotion, et préférant assurer que chuter sur un bluff un peu trop risqué.

Et c’est dommage.

Sans vouloir jouer les usuriers du tempo, je suis pratiquement certain que les BPM des morceaux plafonnent tous à une même moyenne de rapidité modérée, et malgré certains passages plus en mid, les dix morceaux de ce troisième LP suivent tous la même ligne de conduite de brutalité mélodique modérée. Et malgré une poignée de riffs plus facilement mémorisés, l’homogénéité est de mise, et rafle la principale sans faire le moindre bruit. Certes, la vocation d’un groupe de Thrash n’est pas forcément de révolutionner le genre, mais un peu d’ouverture et quelques modulations auraient permis de faire décoller l’ensemble, et de nous proposer une partie moins cousue de fil blanc.

Certes aussi, le résultat est forcément toujours aussi efficace dans un registre EXODUS/KREATOR/ARCH ENEMY version de l’est, mais la copie est trop classique pour que ce Game On en devienne un.

Pourtant, Vadim et Alina font ce qu’ils peuvent leur guitare à la main pour sortir des riffs parfois très SLAYERiens (« Bow! Run! Scream! », peut-être le plus épileptique du lot d’ailleurs, avec son refrain hautement accrocheur), certes, Alexandra donne tout ce qu’elle a et tente quelques modulations vocales de bon aloi, mais ce duo basse/batterie est bien trop inamovible pour encore surprendre les joueurs assis à la table, et déjà rompus à l’exercice de lecture transversale de parties menées avec des cadors bien plus fanfarons et chevronnés.

Alors, les chansons s’enchaînent comme autant de duels gagnés d’avance, et la routine pointe le bout de sa monotonie après quelques morceaux bien sentis, mais calqués les uns sur les autres, sans passion ni folie. On pense même à une version contemporaine de HOLY MOSES, sans le timbre légendaire de Sabina, et seul « Jackpot » qui dévie enfin de cette ligne de conduite apporte un peu de fraîcheur à l’ensemble en osant quelques pistes un peu moins faciles.

En définitive, et sans vraiment se mettre à dos les amateurs d’un Thrash formel et très pro, les POKERFACE ont pêché par excès de modération, ce qui est un comble pour un album qui s’en veut justement l’antithèse. Il est certain qu’au bout de quelques années de pratique, n’importe quel joueur vous dira qu’il aspire à plus de stabilité, mais est-ce vraiment ce qu’on vient chercher à une table Thrash où l’on peut perdre plus gros que ce que l’on est susceptible de gagner ?

Pas certain. Et au final, les démons de Game On ne sont pas forcément les plus difficiles à affronter. Ils sont même plutôt sages et tranquilles tapis dans l’ombre de votre destinée…


Titres de l'album:

  1. The Bone Reaper
  2. The Fatal Scythe
  3. Play or Die
  4. Blackjack (Demonic 21)
  5. Straight Flush
  6. Cry. Pray. Die.
  7. Creepy Guests
  8. Bow! Run! Scream!
  9. Jackpot
  10. Game On

Site officiel


par mortne2001 le 23/04/2017 à 17:27
68 %    575

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42

Arioch91

encore moins sur Conan*

27/02/2021, 19:35