Vengeance

Twelve Foot Ninja

15/10/2021

Volkanik Music

Il y a quelques années, j’aurais bien aimé penser les TWELVE FOOT NINJA français. Après tout, ils avaient la même façon de bafouer les frontières de genre pour créer leur propre espace, et m’évoquaient nos PSYKUP, 6:33, IGORRR, sans vraiment leur ressembler. Mais après avoir chroniqué le dernier 6:33 justement, je retrouve les australiens, et je me dis que les deux groupes ont beaucoup de choses en commun. Cette même folie douce, cette façon d’opposer la force des guitares à l’agilité un peu fourbe des claviers, ce refus des convenances, cette sortie de prison permanente qui leur évite les barreaux d’un genre rouillé jusqu’à la moelle, et évidemment, la qualité, cette qualité que l’on retrouve chez les grands expérimentateurs, qui avant de combiner, s’assurent que la greffe prendra et que les organes tiendront le choc.

Six ans après leur dernière intervention, les australiens reviennent avec un grand dessein. Un album d’abord, ce Vengeance aux proportions modestes au vu des possibilités, mais aussi un livre, The Wyvern and The Wolf, écrit par Nicholas Snelling, un single, « Long Way Home », doté d’un jeu en 2D qui permettra aux amateurs de puzzles de découvrir une vidéo, et pour finir, une bande-dessinée, imaginée par Mackay et illustrée par George Evangelista. Sacré concept donc que ce retour des grimpeurs fous de TWELVE FOOT NINJA, qui en sus de nous paniquer les sens de cette musique unique, nous raconteront via ce roman inattendu les histoires d’un samouraï orphelin adopté par le cruel chef d’un clan ninja. Folie musicale, folie littéraire, graphisme, petits jeux, le packaging est complet et la fête peut commencer. Et commençons-là par ce nouvel album, le troisième seulement en une décade d’existence.

Un peu fainéants les australiens…Non, hyperactifs, mais lucides dans leurs choix. Ils ne valident que leurs meilleures idées, et restent très critiques envers eux-mêmes. De la même façon que Silent Machine les avait introduits à la noblesse Fusion avec élégance, de la même façon qu’Outlier les avait confirmés sur le trône des décadents, Vengeance en rajoute une couche dans la folie, tout en restant d’une cohésion rare. Vu de l’extérieur, le néophyte aura du mal à comprendre pourquoi ce groupe bénéficie d’une telle aura dans le monde du Metal désincarné et décalé. Après tout, IWRESTLEDABEARONCE, MR BUNGLE, DIABLO SWING ORCHESTRA et tant d’autres ont repoussé toutes les limites, de façon plus probante et encore plus provocante, alors à quoi bon s’agenouiller face à un groupe qui semble prendre plaisir à fondre Djent, Metalcore, Synth et Alternatif sans vraiment user son imagination ? 

Les détails mon cher, les détails. Les détails qui se cachent derrière les idées principales, derrière les arrangements, derrières les couches de chant et de synthés, les textes, et cette façon opératique de traiter la Pop sur des petits chefs d’œuvre comme « Over and Out ». Alors, certes, pour se mettre à la bonne avec le public Metal, on invite Tatiana de JINJER, histoire de voir si la horde cloutée suit le mouvement. Mais comme pour mieux leur faire le coup de la panne, on les cueille à froid en conclusion avec l’acoustique et élastique « Tangled », juste pour voir s’ils supportent le deal. On imite Mike et FNM à la perfection, et on se souvient du potentiel de la scène Fusion des nineties, lorsque tout était encore à faire.

Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit et que je ne dirai jamais. TWELVE FOOT NINJA n’est pas mon groupe excentré favori. J’aime leur façon d’insérer des moments de séduction dans la folie pure, et de rester raisonnable lorsqu’il d’agit de transgression. Mais il y a ce perfectionnisme, cette volonté de faire les choses et de peaufiner à outrance qu’on sent dès l’ouverture de « Start the Fire ». Ça sonne Synth-Pop à plein nez, comme ces cargaisons que les suédois nous refilent à longueur d’année, mais c’est tellement plus que ça. On est loin des facilités de GHOST, des réflexes vieillissants des NIGHT FLIGHT ORCHESTRA, et on reste en terre sauvage, comme s’il restait des animaux à dompter.

En moins de quarante minutes, les australiens parviennent sans forcer à excuser leur long silence de six années. Avec quelques hits, du remplissage malin, des idées qu’on connaît déjà, mais surtout, ce savoir-faire au moment du glaçage. Guitare Djent au millimètre, claviers envahissants mais non-dilués, chant délibérément mélodique qui rappelle les astuces les plus simples du Metalcore de papa, et le tout glisse dans les tympans comme un sirop qui apaise vraiment les acouphènes provoqués par des artistes plus crus.

Pas plus de trois minutes par morceau, c’est la règle, presque immuable, des choses gentiment tribales pour club louche dans un sous-sol trop propre (« Vengeance »), quelques bidouillages Nintendo pour amuser la galerie avant d’exploser un énorme riff à la KORN (« IDK »), des accalmies voulues pour avancer tranquille et s’arrêter pour chiller quelques instants (« Gone »), et en gros, la quintessence de l’esprit Patton, lorsqu’il est dégagé des obligations militaires.

On peut ne pas aimer les TWELVE FOOT NINJA (trop Pop, pas assez bricolé, raisonnable ou trop barge, comme vous voulez), mais j’ai quand même du mal à comprendre ceux qui les rejettent. Après tout, cette musique qui au départ semble si simple et évidente évoque pourtant le soin STEELY DAN apporté en studio à un disque qu’on souhaite imperfectible dans la spontanéité (ou l’inverse, ça fonctionne aussi). 

Mais bon, vous faites ce que vous voulez, en France, on en a aussi des fameux, alors pas forcément la peine d’aller en Australie en importer d’autres. Mais c’est dommage pour vous.

 

                                                                                                                                                                                                     

Titres de l’album:

01. Start the Fire

02. Long Way Home

03. Vengeance

04. IDK

05. Shock to the System

06. Gone

07. Culture War

08. Dead End

09. Over and Out (feat. Tatiana Shmayluk)

10. Tangled


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/11/2021 à 15:30
80 %    130

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02