Voilà au moins quelque chose qui n’est pas banal. Vendu par les référentiels Shadow Kingdom et venant de Finlande, les EXCUSE n’ont pourtant pas celle de l’affiliation old-school bête et méchante, telle que les labels actuels semblent cautionner en multipliant les signatures hâtives. Un nom donc étrange pour un groupe qui assume totalement ses positions, aussi excentrées soient-elles, et qui vont vous garantir une écoute subtilement novatrice, alors même que leurs concepteurs sont allé piocher dans le passé de quoi vous divertir. Mais il y a old-school et old-school come on dit, et celui-ci n’est pas du genre paraphrase ou répétition vaine, alimentant son bestiaire en invitant divers protagonistes dans la danse. Entre Thrash des origines, Power méchamment sadique, Speed lubrique et Heavy morbide, ce quatuor (Oskar Lindström - guitare/chant, Atte Aaltonen - basse/chœurs, Anselmi Ahopalo - guitare et Tatu Lybeck - batterie) aux ambitions clairement affichées n’hésite donc pas à jouer le crossover, se plaçant habilement en convergence des extrêmes d’il y a trente ans, au point d’évoquer un mélange magique et envoutant d’HELLHAMMER et de RAZOR. D’ordinaire, les artistes évoluant dans ce créneau jouent la bestialité à outrance, et la simplicité ouverte. Mais le talent de ces originaires d’Helsinki est justement de jouer les fiers à bras et les intellectuels de la bestialité, en laissant leur compositions se dérouler durant de longues minutes, sans reproduire ad nauseam les mêmes plans baveux. En résulte donc une sorte de Thrash progressif et primitif, entre une version maléfique de MANILLA ROAD et un MERCYFUL FATE beaucoup plus primaire. Rythmiques évolutives mais percussives, riffs dégoulinants mais précis, et chant légèrement sous-mixé et diffus, pour un cocktail détonnant et étonnant, qui va enivrer les fans les plus éthyliques de violence musicale futée.

Résumons un peu la carrière de ces mercenaires. Fondé en 2009, le collectif a patiemment travaillé sa copie, entamant les hostilités par une démo en 2013, avant de lui offrir un EP comme suite (Path To Extinction la même année), puis un second en 2016 (Goddess Injustice). En 2018, un split, avant de lâcher une démo synthétisant le répertoire la même année (Visions of the Occultic Cosmos), dont le nom résonne en écho sur Prophets From the Occultic Cosmos, ce premier LP qu’on attendait tant. Continuant le travail entrepris depuis leur création, les membres d’EXCUSE se permettent donc de révolutionner le petit monde de la nostalgie outrancière, en conférant à leur débauche de décibels une envergure nouvelle, basée sur une utilisation prononcée de la mélodie et de la complexité. Complexité, mais pas celle imbue et pédante du progressif dit « moderne », mais plutôt celle qu’on décelait il y a quelques décennies chez les défricheurs les plus ambitieux, notamment du côté d’une Europe centrale qui refusait alors le conformisme ambiant imposé par l’Angleterre et les Etats-Unis. C’est donc du côté de la Suisse si chère à Tom Warrior mais aussi au cœur de l’Allemagne des LIVING DEATH (celui de Protected From Reality évidemment) qu’il faut chercher les traces d’inspiration dont ce premier album est constellé, même si comme précédemment évoqué, les enseignements des bûcherons de RAZOR et des sudistes de MANILLA ROAD ne sont pas tombées dans le tiroir d’aveugles et sourds. Et comme les finlandais n’ont pas l’intention de jouer profil bas, ils affirment leurs positions ambivalentes dès le stellaire « Black Crystal Visions », qui de sa longue intro harmonique à ses soli épiques ne fait pas grand cas de son désir d’évasion brutale. Si le son global, assez étouffé et nivelé se satisfait très bien de son cachet d’époque, la composition en elle-même échappe avec bonheur à la normalisation actuelle en vogue dans les milieux vintage, qui n’en peuvent plus de se piller entre eux. Les références d’usage sont alors substituées par des figures moins évidentes de l’underground, et ce savant mélange d’Apocalyptic Raids, Vengeance From Hell, Crystal Logic et Executioner’s Song séduit de son amplitude, mais aussi de son efficacité, puisque la puissance et l’originalité sont abordées avec autant de soin.

Ce qui permet donc au quatuor de nous taillader d’un Speed vengeur aux riffs tournoyants, symptomatique de la première vague du cru de 84/85 (« Blade of Antichrist »), tout en citant VENOM, POSSESSED, et tous ces méchants paillards sevrés à l’occultisme bon marché, mais à la réalité artistique novatrice. Outre une cohésion collective impressionnante, les talents individuels se placent en avant naturellement, et Anselmi Ahopalo de nous enchanter de ses interventions qui parfois précèdent avec flair des breaks à la tierce à la MAIDEN (d’ailleurs la basse guerrière d’Atte Aaltonen n’est pas sans rappeler les cavalcades digitales de Steve Harris). Sans provoquer de décalage entre ses multiples facettes, le groupe se montre donc cohérent et fluide, parvenant à amalgamer des éléments disparates pour créer un univers tout à fait logique, et envoutant. Et pourtant, avec des compos flirtant ou dépassant les cinq minutes, l’écueil de la redondance était difficile à éviter, ce que des progressions fascinantes comme « Prophets From the Occultic Cosmos » ou « Goddess Injustice » parviennent à faire avec brio. Multipliant les changements de tempo, les cassures, les changements de direction sans paraître perdu ou hésitant, le groupe nous propose donc une nouvelle mouture de Speed/Thrash progressif hargneux et opaque, semblant par moment transcender les inflexions néfastes de HELLHAMMER pour les rendre plus présentables au reste de la famille. On est assez conquis par ces élans instrumentaux soudainement interrompus par des lignes de chant roublardes, et par cette accumulation de plans qui s’enchaînent sans discontinuer, mais sans se marcher sur les croches. Tout au plus pourra-t-on se montrer frustré par la modération des BPM qu’on aimerait parfois plus soutenus pour faire exploser les mèches flambées de « Sworn to the Crimson Oath ».

Mais cette frustration passagère est vite tempérée par les dix minutes triomphantes du final « Watchtower of the Trans-Dimensional Pathway », qui se paie le luxe de survoler deux ou trois années d’extrême initial avec talent et aisance. On discerne un peu du BATHORY viking en devenir, et par extension les premiers cris poussés par la scène BM nordique, mais aussi l’héritage du Heavy européen, et son désir de s’extirper d’une condition de tempérance par trop limitative. Incroyable plongée dans les abysses de la transformation d’un Hard-Rock devenu trop sage en Thrash pas encore incontrôlable, ce morceau est véritablement l’apogée que méritait ce premier album pour s’imposer comme œuvre majeure. Une tranche d’underground qui redonne confiance en cette mode du recyclage qui tourne en rond, et qui révèle EXCUSE dans le costume d’un leader en devenir. Belle performance.            

 

Titres de l’album :

                          1.Black Crystal Visions

                          2.Blade of Antichrist

                          3.Prophets From the Occultic Cosmos

                          4.Goddess Injustice

                          5.Sworn to the Crimson Oath

                          6.Watchtower of the Trans-Dimensional Pathway

Facebook officiel


par mortne2001 le 07/08/2019 à 17:03
88 %    171

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cold As Life

The Things We Can't Stop

Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pfiouuuu !
Et oui 20 ans...
Effectivement, album qui avait divisé (une fois de plus !) le petit monde ostracisant du Black Metal.
J'étais bien plus élitiste et "Trve" à l'époque (aaaaaahhh la jeunesse !) mais ayant déjà une certaine ouverture d'esprit, j'avais adoré cet alb(...)


Attention, étant donné que c'est un titre diffusé via DECIBEL, c'est souvent un titre qui ne paraitra pas sur un album, il faut le considérer comme un petit bonus et non une piste de ce à quoi pourrait ressembler le prochain album.


Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!