Il y a des sympathies immédiates qui s’expliquent très clairement. Tenez, les LIAR’S TONGUE, dont je n’avais jamais entendu parler avant ce soir, et qui ne sont ni des proches, encore moins des amis. Je les aime déjà. Pourquoi ? A cause de leur musique ? Oui, en grande partie, mais surtout – et avant même d’avoir accolé le moindre tympan à leur album – pour les influences qu’ils citent en préambule de leur bio. Céans. Bien assis ? Tant mieux, alors égrenons. MACHINE HEAD, METALLICA, CRO MAGS, TAKE OFFENSE, POWER TRIP, HEATHEN et TESTAMENT. Boum, le sans-faute qui mélange avec flair les icônes et les seconds couteaux fameux. Et le pire, c’est que les bougres ne s’en servent pas que comme argument promotionnel, mais synthétisent vraiment les références qu’ils placent en avance. Alors là, je dis chapeau, et bravo, d’autant que leur Thrash à ce petit quelque chose en plus, qui leur permet de surnager dans la déferlante de combos se réclamant de la Bay Area ou de la Ruhr. Ici, ce sont bien évidemment les Etats-Unis qui servent de base, origines obligent, mais en croisant le meilleur du Thrash et le meilleur du Hardcore des années 80, les résidents de Salt Lake City frappent fort, très fort, tant au niveau de l’instrumentation, que de la création ou de la production. Et pourtant, ce coup-là est leur premier, et laisse donc présager d’une carrière explosive, si tant est que le public se laisse séduire. Mais avec les armes à disposition, je ne vois personne faire la fine bouche…

LIAR’S TONGUE, fondation en 2014, et trois ans pour peaufiner un répertoire et le faire tourner, et nous proposer aujourd’hui Threat of Intellect, qui est tout sauf une insulte à votre intelligence. A contrario, on pourrait même affirmer qu’en sus de la puissance, c’est la qualité première de ce LP qui ne traîne pas pour exploser et exposer ses idées. Se basant sur une technique simple mais affirmée, le quatuor (Brian Miya – chant, Tyler Statler – guitare, Dirty Mike – basse/chœurs et Nick Ledbetter – batterie) signe l’un des premiers albums les plus intéressants et intrigants de ces deux ou trois dernières années, sans forcer, mais en travaillant leur approche, leur son, et leur équilibre entre rudesse Hardcore et souplesse Thrash. Le timing est parfait, et reste sous la demi-heure, ce qui garantit une écoute attentive, sans jamais regarder l’heure. Neuf morceaux, dont une intro et une transition, c’est peu, mais l’impact dégagé est optimal. Si les influences usitées sont pertinentes, et si l’on peut voir en eux les dignes enfants illégitimes d’une copulation fictive entre TESTAMENT et les CRO-MAGS, il est aussi possible d’extrapoler sur un éventuel parrainage des DBC et des MORTAL SIN, pour cette efficacité troublante dans les passages en mid, majoritaires d’ailleurs, qui écrasent toute concurrence. Mais les bougres jouent la variété, et ne reste jamais collés à un tempo sans oser changer, ce qui confère à leurs compos une dimension assez fascinante, et des modulations prenantes. Tout est exposé assez vite, et les quatre musiciens s’en tiennent à ce principe, mais leur façon de concevoir un Thrash sous son aspect le plus franc et pourtant le plus biaisé est diablement captivant, tout comme ce « Eclipse of Justice », placé en quasi ouverture, et qui introduit des individualités bien affirmées.

Production un peu sourde, qui exagère les graves pour leur donner une ampleur presque cryptique (dans le sens écho du terme), basse qu’on ressent mais qu’on n’entend presque pas, et batterie matte qui pourtant se répercute sur des plans de guitare simples, mais diablement accrocheurs, le tout lié par un chant purement HC qui prend aux tripes et propulse des paroles revanchardes et lucides à la face de l’auditeur. La formule est lourde, mais presque magique, et les morceaux s’enchaînent sans temps mort, et en distillant une tension progressive, que les accélérations éparses parviennent à alléger à intervalles réguliers.

C’est probant, et surtout, assez déroutant. Si « Plea For Atonement » confirme le bien-fondé de leur démarche, « Conquer And Control » se joue des tendances, et pique les tics des CRUMBSUCKERS pour les confronter au meilleur de la série B Thrash, illustrée par les INDESTROY et autres HEXX, le professionnalisme en plus. Sans tomber dans les travers trop secs d’un ACROPHET qui avait trop clairement choisi son camp, les LIAR’S TONGUE marchent constamment sur un fil invisible tendu entre HEATHEN et les DBC, jonglant avec des quilles vocales sur une corde Metal, pour mieux unir les deux versants dans un même élan.

Les coups de rein donnent vraiment dans l’impulsion non feinte, et une tuerie aussi intégrale que brève tel « Another Face » achève de nous persuader du caractère fondamental d’une formation qui sait très bien qu’elle a sa carte à jouer. Et même si certains plans ont tendance à se répéter, notamment sur le morceau éponyme, qui recycle sans vraiment avancer, d’autres se permettent d’être recasés sans que l’on ait le sentiment d’être abusé (« Mindless Majority »).

D’autant plus que le final offert sur un plateau ne se gêne pas pour enfoncer un peu plus le marteau. « Power Struggle (Rise/Fall) » n’aurait pu être mieux intitulé, tant la puissance Thrash accentuée de rugosité Hardcore laisse des tâches, des traces, et s’enfonce dans notre crâne d’une véhémence sans offense. On reste bouche bée devant une telle démonstration de style, qui juxtapose une fluidité Metal à une insistance Core prête à toutes les outrances. C’est joué avec facilité, mais d’une emphase redoutable, et le chant de Brian, déjà salement insistant augmente encore plus le volume pour nous écorcher les oreilles de ses harangues volontaires. Et rester sur une telle conclusion stimule l’admiration, pour un groupe que l’on découvre dès son premier numéro sous son meilleur jour.

Je peux paraître exagérément enthousiaste, face au caractère assez décalé d’un quatuor que certains auront du mal à situer, ni vraiment Thrash, ni vraiment Hardcore, pas seulement Crossover, mais qui présente déjà des qualités indéniables, et qui se distingue de la masse grouillante de combos qui se contentent de rester dans le rang. De fait, Threat of Intellect est une sortie aussi intrigante que convaincante, et qui séduira tous les adeptes d’une puissance de nuance, qui sans choisir son camp nettement ne reste pas le cul entre deux chaises, les bras ballant. Un album qui empoisonne doucement, sans nécroser les veines. Et qui rend bizarrement accro dès la première prise.


Titres de l'album:

  1. Reveal the Truth
  2. Eclipse of Justice
  3. Plea for Atonement
  4. Conquer and Control
  5. Don't Become
  6. Another Face
  7. Threat of Intellect
  8. Mindless Majority
  9. Power Struggle (Rise-Fall)

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/10/2017 à 18:10
82 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Exhumed

Horror

Sekkusu

Satyromania

Soren Andersen

Guilty Pleasures

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.


Excellente nouvelle


Arrêtez, merde, je me prends un sale coup de vieux à cause de vous ! ^^


Il était meilleur dans VIO-LENCE, c'est clair...


Achat obligatoire !! Même si je l'ai en vinyle d'époque, hé, hé...


AH AH AH !!!
Superbe vanne de quarantenaires effectivement...


Buck Dancer + 1.


J'ai jamais aimé, ni même en encadrer Machine Head et j'ai pourtant essayé. En plus Robb Flynn me paraît insupportable sur scène.... Mais 3h30 de concert et ça sur quasiment toute les tournées c'est RESPECT.


Merci pour la piqûre de rappel sur la sortie de ce nouvel album, dont j'étais passé à côté. A l'écoute du titre sorti il y a quelques semaines, Chritus manquait, mais le côté un peu plus direct du morceau n'était pas fait pour me déplaire. J'espère, en tout cas, un aussi bon album que le(...)


Mon bientôt futur pays d'adoption ! ( 3615 My life) J'espère y faire quelques concerts bien cool. Ça risque d'être intense