British Disaster: The Battle of '89 (Live At The Astoria)

Exodus

31/05/2024

Nuclear Blast

Je ne chronique que très rarement les albums live. Tout simplement parce que la plupart du temps, ils ne servent que de bouche-trous, et n’ont qu’un caractère historique très anecdotique. Je laisse à la sensibilité de chacun l’appréciation d’une performance quelconque, souvent retravaillée en studio, ou complétement saturée par un son brouillon. Je me concentre donc sur les albums studio, d’autant que beaucoup de groupes lâchent sur le marché n’importe quel concert pour occuper le terrain. Mais il existe des exceptions. Et des exceptions notables. Sans aller jusqu’à aborder le cas de grands classiques comme Live After Death ou Unleashed in the East, certaines œuvres captées en concert valent le détour pour leur nature sauvage. Et ce nouveau live des américains d’EXODUS remplit toutes les conditions pour se voir traité dans ces colonnes.

EXODUS est une machine de guerre live. Tout ceux ayant vu le groupe ne serait-ce qu’une seule fois peuvent en témoigner, et les autres, qui les suivent depuis des années savent que dès qu’ils foulent une scène, c’est pour y mettre le feu. Un public conquis d’avance qui vient faire la fête avec ses héros reste quand même un public à séduire, bousculer et malmener pour le quintet. Quoi qu’il arrive, la mission est simple : fédérer toutes les âmes, et proposer un unisson, artistique et émotionnel. Et quel concert plus légendaire que ce British Disaster: The Battle of '89 qui avait transformé l’Astoria de Londres en étuve, pour le plus grand plaisir de tous les thrasheurs anglais.

Ce concert mythique en tête d’affiche pour la tournée promo de Fabulous Disaster est resté ancré dans les mémoires comme un premier baiser fatal. Les die-hard, disposant de bootlegs le connaissent évidemment par cœur, mais il méritait plus qu’une édition vite faite sur un bout de table. Il fallait lui offrir un son à la hauteur de son intensité et de sa démence, et donc travailler les bandes, trente-cinq ans après la déflagration initiale. Nuclear Blast s’est donc intéressé au projet de près, pour en proposer une version digne de ce nom que vous pouvez apprécier dès maintenant.

Parfois, quelque chose de vraiment génial vous tombe dessus. Dans le cas d’EXODUS, il s’agissait de bobines de bandes multitracks de notre concert en tête d’affiche à Londres lors de la tournée pour Fabulous Disaster! Alors nous avons pensé, écoutons et voyons ce que nous avons et BAM! Nous étions en FEU! Du Thrash pur et dur, cent pour cent en live, et aussi dangereux que jamais! Nous sommes super excités de pouvoir sortir cela pour nos fans. Un véritable chaos!

Gary Holt ne cache pas son enthousiasme, et on ne peut que le comprendre en découvrant le tracklisting de cette prestation haute en couleurs qui a mis le public de Londres en transe Thrash pendant plus d’une heure. Il est de notoriété publique que lorsqu’un groupe joue face à son public, dans son pays et sa ville, son énergie est boostée et le résultat proche du massacre. Pourtant, cet EXODUS-là, expatrié en Europe donne tout ce qu’il a dans le ventre, comme si chaque date de cette campagne européenne était une bataille qu’il fallait gagner. Et entendre l’intro mythique du non moins légendaire Fabulous Disaster donne des frissons, et nous fait nous sentir présent malgré les années passées et notre absence le jour concerné. Mais quand « The Last Act Of Defiance » explose à la rage d’un Tom Hunting possédé par le Pazuzu des fûts, l’impression est encore plus concrète, et l’adolescence revient au galop. Avec ce fameux line-up historique des années post Baloff, EXODUS nous offre un panaché de ses trois premiers albums, avec évidemment une part importante donnée au troisième né, alors en pleine promotion.

Si le chant de Zetro a souvent été discutable en studio, ses geignements ne convaincant pas tous les fans, c’est une toute autre histoire en conditions live. Le chanteur laisse sa rage sortir en vapeur de ses oreilles, et ne se contente pas de hurler. Il rentre dans la peau d’un guerrier, et ne compte laisser aucun survivant. Le vocaliste agrippe son micro de toute la force de ses doigts, et harangue la foule comme un bateleur diabolique. Et un « Toxic Waltz » déjà salement addictif sur disque devient un véritable massacre entre les mains de cette formation au sommet de son art.

Comment résister à un tel assaut ? Impossible, d’autant que le son est excellent. Personne n’est lésé, et même la basse s’invite aux agapes brutales. Si Gary et Rick se taillent la part du lion en tranchant leurs riffs comme des bouchers fous, si Steve grogne et hurle en mode possession, c’est évidemment Tom qui attire toutes les ouïes de ses fills incroyables et de sa frappe implacable. Le quintet se montre sous son meilleur jour, et nous offre une performance hors du commun, de celles qu’un groupe lâche dans ses primes années lorsqu’il estime avoir encore des choses à prouver.

Et les titres de Bonded By Blood de profiter d’un éclairage nouveau. Même sans les vociférations sataniques du regretté Paul, « A Lesson In Violence » et « Piranha » démontent tout sur leur passage, hymnes radicaux d’un premier LP qui en a laissé plus d’un sur le carreau. Joués à une vitesse supersonique, mais avec un contrôle absolu, ces chansons rappellent à quel point EXODUS a été un acteur majeur de l’explosion du Thrash US, et le public londonien, pas dupe de l’importance de l’évènement, se jette corps et âme dans l’arène pour bouffer les lions qui trainent.

Même le très controversé « Chemi-Kill » parait tout à fait à sa place, ce qui en dit long sur l’énergie développée ce soir-là. Mais ce sont évidemment les déjà classiques qui taillent dans le gras, entre un « Deliver Us To Evil » si bouillant que les chairs se décollent du corps, et un terminal « Strike Of The Beast » qui a tout d’une attaque nucléaire de proportions mondiales.

EXODUS, le tank de concert nous fait un bien joli cadeau avec ce British Disaster: The Battle of '89. Concentré de rage pure, témoignage de la première décennie de Thrash fondateur, cet album en concert est un must-have qui trônera fièrement dans votre discothèque. La bête était alors musclée, agressive, précise, et avait tout à fait sa place dans ce que l’on nommera plus tard le Big4. On ne refait pas l’histoire, mais on peut en réécrire certains passages. Et ce soir-là, EXODUS écrasait la concurrence dans les grandes largeurs.


Get in our way and we're going to take your life

Kick in your face and rape and murder your wife

Plunder your town your homes they'll burn to the ground

You won't hear a sound until my knife's in your back

And the EXODUS attack !!!                

 

      

Titres de l’album :

01. The Last Act Of Defiance

02. And Then There Were None

03. Fabulous Disaster

04. 'til Death Do Us Part

05. Corruption

06. The Toxic Waltz

07. A Lesson In Violence

07. Chemi-Kill

09. Piranha

10. Like Father, Like Son

11. Deliver Us To Evil

12. Parasite

13. Verbal Razors

14. Brain Dead

15. Strike Of The Beast


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 28/05/2024 à 19:29
90 %    347

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
29/05/2024, 22:07:25

Setlist de malade tout simplement. Tom est une brute absolue derrière les futs c'est taré. J'avais même pas entendu causer de cet album live ! Merci pour la chro et le rattrapage ;)

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Je pense que DL100 causait du clip...Et là, on peut pas lui donner tort hein... ... ...

19/06/2024, 06:55

Gargan

Plutôt injuste comme commentaire, je m’attendais à qqch de super cheap alors qu’il n’en est rienet musicalement ça se tient (parfois même l’impression d’entendre du Alastis !).

18/06/2024, 22:28

Gargan

La pochette évoque un retour au sources, mais ça ne me fera pas oublier phantoms, qui reste indétrônable.

18/06/2024, 22:20

Kiss the Goat

Un renouveau dans ce qui se fait en français 

18/06/2024, 21:43

DL100

Ah ouais, quand-même... C'est hautement ridicule et pathétique là...

18/06/2024, 12:07

Gargan

Hmmm j'ai tendance à préférer cette version, c'est mal. J'ai le sentiment que c'est plus lisible et pêchu et - heureusement - le son des toms est préservé, le genre de détail qui devait persister. Vont-ils nous refaire le coup po(...)

17/06/2024, 09:04

RBD

C'est une bonne surprise. Kerry n'a eu évidemment aucun mal à bien s'entourer mais ses partenaires ont apporté une pêche supérieure aux derniers Slayer. Ce Thrash à fond est mieux inspiré que celui de "Repentless" sans(...)

16/06/2024, 18:58

Humungus

De ces deux extraits proposés, il ne ressort effectivement pas grand chose...En tous cas, beaucoup moins que sur la réédition de "Morbid visions" qui m'avait bizarrement beaucoup plu l'année dernière.En même temps, et je s(...)

16/06/2024, 08:52

Moshimosher

Franchement, très bonne surprise ! Et vraiment content pour eux qu'ils puissent continuer ! Malgré la vie, la mort continue et c'est bon !!! \m/

15/06/2024, 20:44

Arioch91

L'édition originelle est intouchable, avec un son qui lui est propre et qui l'identifie dès les premières secondes. Sans oublier ce son particulier des toms d'Igor, comme sur le Pleasure to Kill de Kreator.Avec ce réenregistrement, on est loin de (...)

15/06/2024, 19:42

Humungus

Ouais... ... ...Bah à l'écoute de ce titre, cela ressemble comme deux gouttes de foutre à NIFELHEIM hein.Et à du très bon NIFELHEIM qui plus est !De fait, étant über fan de ce groupe, j'attends cette galette avec impati(...)

15/06/2024, 09:11

Moshimosher

Bon, par contre, l'extrait me laisse dubitatif...

15/06/2024, 06:37

Moshimosher

En tant que grand fan, je suis partagé... mais bon, pourquoi pas ! Surtout que j'ai tous les albums d'Edge of Sanity (Until Eternity Ends compris) et une bonne moitié des Nightingale... donc, qui sait... s'ils sont aussi en digital, je pourrais me laisser tenter par c(...)

15/06/2024, 06:33

RBD

Les concerts ne sont qu'une partie de ce petit festival. La dernière fois il y avait des conférences, des "masterclass", un marché aux puces, etc. Ce n'est pas évoqué ici mais je m'attends à retrouver tout cela. La progra(...)

14/06/2024, 11:18

Gargan

Pas un groupe de métal « trad » pour des « états généraux », ça donne vraiment beaucoup d’envie et de crédibilité…

14/06/2024, 07:43

metalrunner

Merci pour la redécouverte Ravage in peace c est trop bon

13/06/2024, 20:13

LeMoustre

Oh la torgnole thrash !Ah oui on sent bien l'influence du Dark Fuckin' Angel période Don Doty a plein nez. Le tempo effréné, les vocalises dans l'esprit. Parfait Achat direct cash de chez cash.J'adore, tout a fait pile poil ma cam(...)

11/06/2024, 20:30

Arioch91

Écouté ce matin en mode découverte tout en bossant, pas l'idéal mais pas le choix.Au premier ressenti, j'ai pensé à un croisement endiablé entre le Darkness Descends de Dark Angel et le Pleasure to Kill de Kreator. On a connu pire (...)

11/06/2024, 12:28

Humungus

"System Shock est un sérieux prétendant au titre d’album Thrash de l’année"Itou mec !!! !!! !!!Pour ma part, je vois plus dans ce superbe album la patte des "Trois Grands Teutons" (KREATOR, DESTRUCTION &(...)

11/06/2024, 11:01

Jus de cadavre

La prod est une fois de plus monstrueuse, bordel il s'est fait attendre celui là !

11/06/2024, 08:49