On change d’ambiance, on oublie les couleurs, on oublie la folie gentiment débridée, et on se concentre sur des notions plus…enfin moins nuancées.

Pour ce faire, direction l’Italie histoire d’y rencontrer une quasi institution locale, qui depuis 2004 agite l’underground bruitiste à grands coups de rythmique de forcené, et de riffs torturés. Laquelle ?

Celle fondée par David (batterie) et Giorgio (guitare, basse et chant) en 2004 en Sicile, histoire de suivre les pas encore très marqués des cadors de l’extrême international, genre REPULSION, AUTOPSY, NAPALM DEATH, CARCASS et autres PUNGENT STENCH.

Pari réussi ?

En plus de dix ans et trois longue durée, je serais tenté de dire que oui, et justement ce troisième né, Stream of Shadows vient entériner le postulat de façon ferme, définitive et bien barrée.

Alors non, les HAEMOPHAGUS ne font pas dans la dentelle, et se vautrent dans le Horror Death comme un goret sans sa bauge, mais le font avec un enthousiasme putride qui suscite le nôtre, et qui ne s’embarrasse pas de principes pour piocher dans le répertoire des références énoncées, histoire de mettre en place sa propre boucherie sonore. Qui tourne à plein régime, et qui tranche beaucoup plus fin qu’il n’y paraît.

Les HAEMOPHAGUS ne sont pas de vulgaires massacreurs bas du front, connaissent par cœur leurs classiques qu’ils récitent à longueur de LP, mais qui ont en plus des citations personnelles à placer. Et ça, à vrai dire, dans le créneau du Death barbare à tendance Grind, leur permettrait même de faire office de leaders tant leurs compositions sont aussi terrassantes que créatives, ce qui est relativement rare dans le domaine. Mais on sait les Italiens friands de petites trouvailles qui permettent de renouveler les genres, et nos deux amis (trois avec Gioele à la guitare) le démontrent avec aplomb sur ce Stream of Shadows violemment fascinant, et rythmiquement intrigant.

Mais venant du pays qui a vu naître les RESURRECTURIS, plus rien ne m’étonne, et surtout pas l’originalité dans la continuité.

En gros, les HAEMOPHAGUS pourraient se percevoir comme un groupe ayant réussi l’hybridation entre le radicalisme morbide d’AUTOPSY, la précision rythmique de GOJIRA, et les exactions Gore de CARCASS, le tout arrosé d’une bonne dose de fantaisie thématique héritée de l’école transalpine de l’extrême. Quelques réminiscences du REPULSION le plus chafouin qui vont bien (d’ailleurs, les Italiens ont participé à un album hommage avec une reprise de « Excruciation » sur le Tribute To Repulsion), de soudaines accélérations, des allusions à BENEDICTION, en gros, une adaptation des racines du Death le plus primal dans un contexte anormal et contemporain, avec beaucoup d’idées, de pistes suivies et assumées, et de thèmes bien catchy qui retiennent l’attention toute la journée. Nous sommes donc bien loin de l’énième effort Brutal Death/Grind du mois, puisque les Italiens ont su garder leurs distances avec la linéarité sanglante, au point de se rapprocher parfois de la démence artistique des DISHARMONIC ORCHESTRA et PUNGENT STENCH, tout en sachant parfaitement ordonner des riffs à la AUTOPSY à intervalles réguliers.

Tout commence pourtant de façon assez traditionnelle, bien qu’on sente dès « Shadowline » des prétentions plutôt hors contexte dans le cadre d’un album de Death brutal et lapidaire. Riffs acides qui virevoltent, chant grave mais légèrement décalé pas forcément typique, subtiles accélérations à la ENTOMBED des jeunes années, mais surtout, une imbrication d’idées qui s’enchaînent avec fluidité et flair, sans laisser retomber la pression.

Ajoutez à ça une propension à étaler des passages en mid tempo salement mémorisables et costauds, et vous obtenez le premier hit de l’impossible, alors même qu’il reste encore treize morceaux…pas mal pour un groupe qui à la base se voulait hommage au Grind de son enfance…

Et alors que « Tombtown » exhale des effluves nauséabonds à la CANCER/UNLEASHED, « Blastmaniacom! » ne fait aucun mystère de son titre aveu, et multiplie les numéros d’équilibriste rythmique pour se rapprocher d’une version ludique des MORBID ANGEL, sans tout le décorum satanique de pacotille. Break soudain qui écrase le tempo, multiplicité des arrangements, heurts des plans qui se télescopent contre une fausse pesanteur vraiment agitée, c’est du grand art, simplifié pour coller à l’éthique, mais qui ose les dissonances, les débordements hors cadre…Enfin tout ce qui fait que le Death peut se montrer plus pertinent qu’une simple succession de hurlements plus ou moins agencés.

D’ailleurs « Deranger » se veut plus Heavy sombre que Death d’outre-tombe, malgré des soli stridents et des riffs bavant, et « Meteor Mind » traîne des pieds le long d’une route plongée dans les ténèbres, se guidant au son de chœurs soudainement interrompus par des blasts éclair, qui finalement accélèrent la course pour vous abriter sous un réverbère.

Autant de pistes en si peu de minutes, c’est pour le moins brillant, et surtout surprenant en prenant en compte le fait que les HAEMOPHAGUS ne versent jamais dans le Techno-Death (d’ailleurs, l’odeur de foire immédiatement fracassée de blasts les éloigne d’autant plus de cette orientation…surtout avec ce final digne de l’ambiance glauque de Carnival Of Souls…)  

Et si « Innergetic » tente le Crossover CARCASS/DEATH en moins de deux minutes et trente secondes, Si « Infectious Domain » se contente de reprendre les recettes de Severed Survival, si « Unrestrained » fait presque la même chose en plus court, et si « The Darkest Trip » nous en donne un bon en multipliant les sextolets acides comme les proverbiaux petits pains, tout en tissant la toile la plus gluante de l’effort intégral, c’est justement parce que les Italiens refusent de brider leurs petites mains en raccommodant des accrocs déchirés depuis trop longtemps.

Certes, il faut rester attentif, certes, il faut admettre que le Death peut s’ouvrir à des influences extérieures (et heureusement d’ailleurs), mais en définitive, n’est-ce pas ce qui rend le genre plus intéressant ? Absolument.

De façon très personnelle et intelligente, Stream of Shadows transcende les codes et montre un groupe qui en dix ans a largement eu le temps d’affiner sa vision au point de devenir unique en son genre. HAEMOPHAGUS se pose donc en nouvelle référence d’un créneau qui n’en est pas un, tout en gardant son ADN d’origine, ce qui n’est pas une mince affaire. Death lourd et groovy, expérimental qui séduit, mais Grind traditionnel qui embellit. Avec chaque entrée qui dispose d’une vraie personnalité, ce troisième album des Italiens les propulse chiens dans un jeu de crânes, manipulateurs d’humour noir sur fond de bande sonore macabre, mais drôle et envoutante.

Un Death vivant en somme, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes les concernant.


Titres de l'album:

  1. Shadowline
  2. Tombtown
  3. Blastmaniacom!
  4. Deranger
  5. Meteor Mind
  6. Electric Circles in a Yellow Sky
  7. Captured from Above
  8. Innergetic
  9. The Cosmicorpse
  10. Infectious Domain
  11. Monochrome
  12. Unrestrained
  13. Twisted Syllables
  14. The Darkest Trip

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/04/2017 à 14:12
85 %    353

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

pas terrible


Déjà je ne me considère pas comme un "métalleux" et oui il est permi de penser que cet album est une déception totale.


Thanks a lot guys!


Ouaip...


J'aime bien. Du thrash quoi, peut-être plus impersonnel qu'à l'époque...


Effectivement, une très bonne surprise; j'espère juste que le caractère 100% français ne va pas les pénaliser pour la suite.


@RBD +1 pour ton com en général, et la phrase suivante en particulier: "il faut assumer d'aimer des choses que beaucoup d'autres gens aiment aussi."


Pas mal du tout ! Ça me fais penser à du Malevolent Creation un peu !


J'attendais autre chose. Bof bof.


J'aime profondément le Black Album. Cela me fait sourire de voir combien '...And Justice..." est revenu dans le coeur des fans alors qu'il est resté longtemps mal aimé pour son côté moins direct que tous les autres. Mais c'était avant 1996. Le Black Album a un son dantesque, a touché un publi(...)


Commercial ou pas pour moi le Black Album est une énorme réussite.
La production met encore à l'amende bien des prod actuelles ! Le fait que les gens aient été très déçu de l'orientation prise par le groupe à l'époque, biaise le regard sur cet album selon moi. Si ça n'avait pas ét(...)


Evidemment que le black album était commercial: on ne serait pas encore à disserter dessus 28 ans après si ce n'était pas le cas. De là à dire que ce n'est pas une réussite...
Marrant cette propension du metalleux à vouloir d'un côté se démarquer à tout prix (en se targuant par ex (...)


C'est le nouveau dead can dance ?


Pas mal du tout, ça


Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.