On change d’ambiance, on oublie les couleurs, on oublie la folie gentiment débridée, et on se concentre sur des notions plus…enfin moins nuancées.

Pour ce faire, direction l’Italie histoire d’y rencontrer une quasi institution locale, qui depuis 2004 agite l’underground bruitiste à grands coups de rythmique de forcené, et de riffs torturés. Laquelle ?

Celle fondée par David (batterie) et Giorgio (guitare, basse et chant) en 2004 en Sicile, histoire de suivre les pas encore très marqués des cadors de l’extrême international, genre REPULSION, AUTOPSY, NAPALM DEATH, CARCASS et autres PUNGENT STENCH.

Pari réussi ?

En plus de dix ans et trois longue durée, je serais tenté de dire que oui, et justement ce troisième né, Stream of Shadows vient entériner le postulat de façon ferme, définitive et bien barrée.

Alors non, les HAEMOPHAGUS ne font pas dans la dentelle, et se vautrent dans le Horror Death comme un goret sans sa bauge, mais le font avec un enthousiasme putride qui suscite le nôtre, et qui ne s’embarrasse pas de principes pour piocher dans le répertoire des références énoncées, histoire de mettre en place sa propre boucherie sonore. Qui tourne à plein régime, et qui tranche beaucoup plus fin qu’il n’y paraît.

Les HAEMOPHAGUS ne sont pas de vulgaires massacreurs bas du front, connaissent par cœur leurs classiques qu’ils récitent à longueur de LP, mais qui ont en plus des citations personnelles à placer. Et ça, à vrai dire, dans le créneau du Death barbare à tendance Grind, leur permettrait même de faire office de leaders tant leurs compositions sont aussi terrassantes que créatives, ce qui est relativement rare dans le domaine. Mais on sait les Italiens friands de petites trouvailles qui permettent de renouveler les genres, et nos deux amis (trois avec Gioele à la guitare) le démontrent avec aplomb sur ce Stream of Shadows violemment fascinant, et rythmiquement intrigant.

Mais venant du pays qui a vu naître les RESURRECTURIS, plus rien ne m’étonne, et surtout pas l’originalité dans la continuité.

En gros, les HAEMOPHAGUS pourraient se percevoir comme un groupe ayant réussi l’hybridation entre le radicalisme morbide d’AUTOPSY, la précision rythmique de GOJIRA, et les exactions Gore de CARCASS, le tout arrosé d’une bonne dose de fantaisie thématique héritée de l’école transalpine de l’extrême. Quelques réminiscences du REPULSION le plus chafouin qui vont bien (d’ailleurs, les Italiens ont participé à un album hommage avec une reprise de « Excruciation » sur le Tribute To Repulsion), de soudaines accélérations, des allusions à BENEDICTION, en gros, une adaptation des racines du Death le plus primal dans un contexte anormal et contemporain, avec beaucoup d’idées, de pistes suivies et assumées, et de thèmes bien catchy qui retiennent l’attention toute la journée. Nous sommes donc bien loin de l’énième effort Brutal Death/Grind du mois, puisque les Italiens ont su garder leurs distances avec la linéarité sanglante, au point de se rapprocher parfois de la démence artistique des DISHARMONIC ORCHESTRA et PUNGENT STENCH, tout en sachant parfaitement ordonner des riffs à la AUTOPSY à intervalles réguliers.

Tout commence pourtant de façon assez traditionnelle, bien qu’on sente dès « Shadowline » des prétentions plutôt hors contexte dans le cadre d’un album de Death brutal et lapidaire. Riffs acides qui virevoltent, chant grave mais légèrement décalé pas forcément typique, subtiles accélérations à la ENTOMBED des jeunes années, mais surtout, une imbrication d’idées qui s’enchaînent avec fluidité et flair, sans laisser retomber la pression.

Ajoutez à ça une propension à étaler des passages en mid tempo salement mémorisables et costauds, et vous obtenez le premier hit de l’impossible, alors même qu’il reste encore treize morceaux…pas mal pour un groupe qui à la base se voulait hommage au Grind de son enfance…

Et alors que « Tombtown » exhale des effluves nauséabonds à la CANCER/UNLEASHED, « Blastmaniacom! » ne fait aucun mystère de son titre aveu, et multiplie les numéros d’équilibriste rythmique pour se rapprocher d’une version ludique des MORBID ANGEL, sans tout le décorum satanique de pacotille. Break soudain qui écrase le tempo, multiplicité des arrangements, heurts des plans qui se télescopent contre une fausse pesanteur vraiment agitée, c’est du grand art, simplifié pour coller à l’éthique, mais qui ose les dissonances, les débordements hors cadre…Enfin tout ce qui fait que le Death peut se montrer plus pertinent qu’une simple succession de hurlements plus ou moins agencés.

D’ailleurs « Deranger » se veut plus Heavy sombre que Death d’outre-tombe, malgré des soli stridents et des riffs bavant, et « Meteor Mind » traîne des pieds le long d’une route plongée dans les ténèbres, se guidant au son de chœurs soudainement interrompus par des blasts éclair, qui finalement accélèrent la course pour vous abriter sous un réverbère.

Autant de pistes en si peu de minutes, c’est pour le moins brillant, et surtout surprenant en prenant en compte le fait que les HAEMOPHAGUS ne versent jamais dans le Techno-Death (d’ailleurs, l’odeur de foire immédiatement fracassée de blasts les éloigne d’autant plus de cette orientation…surtout avec ce final digne de l’ambiance glauque de Carnival Of Souls…)  

Et si « Innergetic » tente le Crossover CARCASS/DEATH en moins de deux minutes et trente secondes, Si « Infectious Domain » se contente de reprendre les recettes de Severed Survival, si « Unrestrained » fait presque la même chose en plus court, et si « The Darkest Trip » nous en donne un bon en multipliant les sextolets acides comme les proverbiaux petits pains, tout en tissant la toile la plus gluante de l’effort intégral, c’est justement parce que les Italiens refusent de brider leurs petites mains en raccommodant des accrocs déchirés depuis trop longtemps.

Certes, il faut rester attentif, certes, il faut admettre que le Death peut s’ouvrir à des influences extérieures (et heureusement d’ailleurs), mais en définitive, n’est-ce pas ce qui rend le genre plus intéressant ? Absolument.

De façon très personnelle et intelligente, Stream of Shadows transcende les codes et montre un groupe qui en dix ans a largement eu le temps d’affiner sa vision au point de devenir unique en son genre. HAEMOPHAGUS se pose donc en nouvelle référence d’un créneau qui n’en est pas un, tout en gardant son ADN d’origine, ce qui n’est pas une mince affaire. Death lourd et groovy, expérimental qui séduit, mais Grind traditionnel qui embellit. Avec chaque entrée qui dispose d’une vraie personnalité, ce troisième album des Italiens les propulse chiens dans un jeu de crânes, manipulateurs d’humour noir sur fond de bande sonore macabre, mais drôle et envoutante.

Un Death vivant en somme, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes les concernant.


Titres de l'album:

  1. Shadowline
  2. Tombtown
  3. Blastmaniacom!
  4. Deranger
  5. Meteor Mind
  6. Electric Circles in a Yellow Sky
  7. Captured from Above
  8. Innergetic
  9. The Cosmicorpse
  10. Infectious Domain
  11. Monochrome
  12. Unrestrained
  13. Twisted Syllables
  14. The Darkest Trip

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/04/2017 à 14:12
85 %    458

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Protogonos

From Chaos To Ashes

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Melechesh + W.E.B. + Selvans

RBD / 21/01/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)


Pas mieux, je fais aussi partie de ce fameux groupe depuis un certain album sorti en 1996. Je reste très fan de Schizophrenia, de Beneath et d'Arise et pas sur que, sur l'ensemble de Quadra, je sois vraiment friand du nouvel album du début à la fin.

Force est toutefois de reconnaitre(...)