The Sanctity of Death

Ultra Silvam

25/02/2022

Shadow Records

Une affaire simple. Des suédois, un label suédois, du Black Metal vraiment méchant et sale, et une continuité dans la tradition, jusqu’à épouser celle des années 90, qui a en quelque sorte jeté les graines de la discorde. Fondé en 2015 à Malmö, le power-trio (le mot est faible) ULTRA SILVAM a d’abord fait ses armes via une première démo éponyme, avant de proposer un premier long célébré par l‘underground comme le nouveau messie vintage. The Spearwound Salvation montrait en effet de belles et néfastes qualités, et une propension à se vautrer dans la fange sombre comme un porc sacrificiel appréciant un dernier bain de boue. Mais le cas de ces trois musiciens n’était pas non plus des plus évidents. Certes, leurs accointances avec la scène mythique nationale étaient évidentes, mais un désir de rendre l’histoire plus souple et contemporaine crevait les tympans, un peu comme si Abbath s’amusait avec son propre héritage. Nous attendions alors une suite éventuelle à ce brouillon intelligent, que Shadow Records nous offre en ce mois de février 2022.

Shadow Records (distribué par Regain Records) a choisi de multiplier les formats, et d’étaler les sorties. Ainsi, le CD et la cassette sont disponibles conjointement, alors que la version vinyle vous fera patienter encore quelques mois. Et croyez-moi, l’objet mérite bien un format un peu moins évident que le dématérialisé ou le simple compact-disc anonyme.

ULTRA SILVAM c’est un peu le melting-pot ultime. Un chaudron de violence bouillonnant, une marmite de bestialité paillarde, un tonneau de liqueur qui crame la gorge et l’estomac. En choisissant de ne pas choisir entre les figures légendaires de son pays, le trio (M.A - basse/chant, A.L - batterie et O.R - guitare) préfère mixer ses références pour produire le BM chaotique le plus prenant, le plus groovy et collant aux semelles du marché. Avec de réguliers inserts Heavy dans la plus grande tradition IMMORTAL, The Sanctity of Death alterne la colère et la séduction vénéneuse, et nous empoisonne de son venin noir comme la poix. Si les segments brutaux sont d’une intensité inégalée (ou presque, n’exagérons rien), les passages plus modulés proposent des choses aérées et intelligentes, des mélodies prononcées, et des allusions à la NWOBHM, à la scène Thrash californienne, mais aussi au Black le plus évolutif de ces vingt dernières années.

Ainsi, « Incarnation Reverse » se propose de vous préparer un petit plateau audio avec quelques échantillons savoureux. De grosses tartines à la sud-américaine, quelques toasts à la suédoise, des en-cas typiquement européens roboratifs à base de riffs pleins et de basse déliée, et le tout passe comme un apéritif pris entre amis, des amis ayant le même background et n’aimant rien de plus que la variété de ton.

Alors, lorsque la température monte d’un cran, on ne peut s’empêcher de penser à une rencontre fortuite mais créative entre BEHERIT et VULCANO, le tout supervisé par le savoir-faire d’un DARKTHRONE, comme le démontre l’épilogue furieux « Of Molded Bread and Rotten Wine ». Truculent dans l’excès, mais fin dans le dosage, ULTRA SILVAM a su s’entourer de la bonne équipe pour accoucher de ce The Sanctity of Death. Enregistré par Devo Andersson (MARDUK) à l’Endarker Studio, mixé & masterisé par Marco S. Vermiglio au studio The Forge Music Production, et décoré d’un superbe artwork de Samuel E. Thomas, ce deuxième album frappe très fort, et très intensément sur une durée très restreinte, ce qui le rend encore plus efficace. Il est tout à fait possible de ne pas être étonné par cette approche plurielle mais brutale, mais en prêtant attention aux détails, et notamment ces breaks brillamment amenés pour aérer des compositions frôlant le non-sens bruitiste absolu (« Sodom Vises Himlafärd » et ses blasts au petit bonheur la chance), on se rend compte du flair de musiciens qui ne vendent pas la peau de l’ours avant de l’avoir mal léché.

Et c’est ce contraste entre la débauche totale et une certaine finesse qui fait le charme d’un album totalement imprévisible, et pourtant ancré dans la culture suédoise des pieds fourchus à la tête cornue. Pas le moindre des paradoxes, mais surtout, un sacré exutoire pour les bipolaires hésitant constamment entre le massacre et le nihilisme d’un côté, et une envie de plaire de l’autre.     

ULTRA SILVAM, future référence de la nouvelle vague suédoise ? Possible, les indices sont probants.

 

                                                                                                                                                                                                      

Titres de l’album:

01. Dies Irae

02. Sodom Vises Himlafärd

03. The Sanctity of Death

04. Tintinnabuli Diaboli

05. Förintelsens andeväsen del II: Den Deicidala Transsubstantiationens Mysterium

06. Black Soil Fornication

07. Incarnation Reverse

08. Of Molded Bread and Rotten Wine


Facebook officiel


par mortne2001 le 16/11/2022 à 17:23
78 %    52

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51