Metal symphonique à relents Power, Frontiers, je m’attendais à un nouveau groupe venu d’Italie ou du Nord de l’Europe, mais las, les surprises sont donc par définition…imprévisibles. Les SEVEN SPIRES n’en sont donc d’une pas à leur coup d’essai, et ne viennent ni de Naples ni de Stockholm, mais bien de Boston, dans le Massachussetts, et nous offrent donc leur second album trois ans après le premier. C’est Solveig qui mit le feu aux poudres en 2017, avec son subtil mélange de fragrances fortes, et c’est à Emerald Seas de prendre la suite, alors même que le thème de l’album est une préquelle de l’album précédent. Suite musicale pour évènements contextuels a priori, le contraste ne manque pas de piquant, tout comme l’art maintenant confirmé des américains pour prendre à contrepied tous leurs détracteurs potentiels. Sur le papier, SEVEN SPIRES a en effet tous les atouts pour séduire un public avide de sensations symphoniques un peu en toc, mais la réalité est bien différente. En effet, le quatuor est composé de pointures qui se sont rencontrées sur les bancs de la Berklee College of Music, et donc constitué d’instrumentistes connaissant leur métier, et d’une chanteuse très versatile, qui sait utiliser ses capacités au maximum dans tous les registres pour ne pas nous faire bailler avec des envolées lyriques répétitives. Ce qui n’est pas non plus répétitif, c’est cette musique qui couvre un terrain assez impressionnant, du Heavy pur et dur au Power échevelé, maintenant les allusions au Folk, à la Pop, mais aussi au Rock plus traditionnel, pour accoucher parfois de chansons si parfaites qu’on en vient à questionner le jeune âge des participants. Les bostoniens ont une fois encore bénéficié des soins éclairés du maestro Sascha Paeth (AVANTASIA, KAMELOT, EPICA) qui a mixé et masterisé ce second LP comme le premier, mais cette histoire de fidélité n’est pas étonnante. D’une parce que le combo mérite toutes les attentions, et d’autre part, puisque ce cher Sascha a fini par bombarder Adrienne Cowan comme chanteuse de son nouveau projet solo SASCHA PAETH’S MASTERS OF CEREMONY.

Ajoutez à ça que la tempétueuse vocaliste fait aussi partie des têtes chantantes d’AVANTASIA, et vous comprendrez pourquoi cette nouveauté est à considérer avec le plus grand des sérieux. Car sans prétendre que les américains révolutionnent un style qui prône souvent le statu quo, ils soufflent un vent d’air frais sur ses flancs les plus rigides, permettant au genre de se montrer plus convaincant et persuasif qu’à l’ordinaire. Les fans ayant investi leurs deniers dans la campagne de financement participatif de Solveig doivent aujourd’hui être ravis de leur investissement, qui a permis au groupe de se retrouver à l’affiche de grand évènements comme le MetalDays, le 70,000 Tons of Metal, ou le ProgPower USA, mais surtout, armés jusqu’aux dents et disposant d’un soutien de poids en Frontiers pour ce second album qui reprend les choses avant que le premier album ne les aient entamées. SEVEN SPIRES est un peu dans les faits l’antithèse du groupe de Metal Symphonique lambda. En effet, dans ce créneau, les chanteuses en font souvent trop tout en se montrant inflexibles sur leur inspiration opératique, défaut majeur que la talentueuse Adrienne Cowan balaie d’un hurlement bien grave. La chanteuse sur ces douze morceaux et intro nous prouve qu’elle ne supporte aucune contrainte ni barrière, et capable de nous charmer d’une mélodie éthérée pour mieux nous concasser de grognements Death quelques instants plus tard. Et cette façon qu’a le groupe de traiter plusieurs genres pour les synthétiser en un seul rappelle un peu la magie des CHTHONIC sur le terrifiant « Drowner Of Worlds », le morceau le plus long du lot, qui n’est pas non plus sans évoquer CRADLE OF FILTH ou même KING DIAMOND dans une version plus appuyée. Et faites-moi confiance, un groupe capable de passer d’une humeur à son opposée sans perdre de sa cohésion est rare, très rare.

Ce contraste s’opère la plupart du temps entre les morceaux, mais peut aussi se retrouver au sein d’un même contexte, lorsque le quatuor (Adrienne Cowan - chant/clavier, Jack Kosto - guitare, Peter Albert de Reyna - basse et Chris Dovas - batterie) n’hésite pas à aérer des thèmes limites Death avec un chant féminin subtil et un refrain purement Heavy Metal. C’est ainsi qu’on se retrouve bousculé par des hits de la trempe de « Unmapped Darkness », sorte de dramatisme Heavy/Power de première catégorie qui se joue des frontières, et qui profite de riffs simples sublimés par une chanteuse vraiment capable. Cette chanteuse justement s’avère point de focalisation indéniable, malgré le potentiel technique de ses acolytes, qui ne bricolent pas en arrière-plan. Si la rythmique est évidemment solide et puissante, ce sont les soli de Jack Kosto qui s’illustrent dans un registre néo-baroque à la Malmsteen, et qui apportent une plus-value à l’ensemble qui n’en avait déjà pas vraiment besoin à la base. Le talent des américains éclate donc au grand jour, et ce second album, plus qu’une simple confirmation, est l’explosion d’un potentiel, l’éclat d’un diamant déjà ciselé, qui transcende le Heavy Metal symphonique le plus classique pour le transformer en joyau teinté de Folk qui relègue la concurrence à des années lumières (« Silvery Moon »). Impossible en effet à l’écoute d’Emerald Seas de ne pas penser à un leader d’une nouvelle génération capable de reléguer les NIGHTWISH dans les abysses de souvenirs déchus, et si la seconde moitié de l’album s’offre un climat plus tamisé, les morceaux n’en sont pas moins fascinants. Car si Adrienne est capable des plus étonnantes prouesses, elle est aussi à la base une excellente chanteuse de Metal, ce que « Bury You » démontre de son classicisme.

Et entre cette intelligence de composition qui refuse l’immobilisme, et cette chanteuse capable d’incarner toutes les vocalistes les plus célébrées de la scène à elle seule, Emerald Seas devient une œuvre très difficile à classer. On choisit le terme de Metal Symphonique par facilité, mais le quatuor s’apparente souvent à une forme très personnelle de Metal extrême, à la frontière d’un Death mélodique pas franchement avoué (« Fearless »), un peu comme si AVANTASIA avait dopé sa musique pour écrire un concept-album mêlant agressivité et douceur, en poussant au paroxysme tous ses aspects (« The Trouble With Eternal Life »). SEVEN SPIRES se montre donc sous un jour particulièrement flatteur, et risque d’obtenir la reconnaissance universelle qu’il mérite, d’autant que l’album se termine sur un très joli (presque) instrumental qui laisse une impression de plénitude. Carton plein donc pour les américains, et bonne opération pour Frontiers qui vient de signer l’un des groupes les plus intéressants de sa génération.    

                                 

Titres de l’album :

                    01. Igne Defendit

                    02. Ghost Of A Dream

                    03. No Words Exchanged

                    04. Every Crest

                    05. Unmapped Darkness

                    06. Succumb

                    07. Drowner Of Worlds

                    08. Silvery Moon

                    09. Bury You

                    10. Fearless

                    11. With Love From The Other Side

                    12. The Trouble With Eternal Life

                    13. Emerald Seas

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 24/02/2020 à 17:32
82 %    322

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Solarys

Endless Clockworks

Power Theory

Force of Will

Testament

Titans Of Creation

Konvent

Puritan Masochism

Murder One

Live In Lembarzik

Harem Scarem

Change the World

Dreamlord

Disciples of War

Denial

Antichrist President

Trepalium

From The Ground

Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Trepalium m'accompagne depuis que j'écoute du metal. Album après album et sur scène, des claques.
Ils ont su conjuguer une rage instinctive avec le regard décalé du jazz. Il fallait les avoir bien accrochées pour se lancer là-dedans et y parvenir.
Mais cet album, je ne sais pas. J(...)


Impossible de voir ce canard crever des dommages collatéraux du con-vide 19.

Je déteste leur mode de notation des skeuds, mes achats sont assez espacés, mais soutien malgré tout ! (et c'est quand même d'un autre niveau que Metallian, que j'ai racheté hier par hasard et dont pas ma(...)


Déjà ce serait pas mal de virer le clavier et revenir à l'essentiel.


Ah pour moi, si ! The Gathering et Demonic même !


Ce n'est pas en Suède mais en Norvège! ^^


Et The Gathering, non?


Même si nous attendons tous impatiemment de reprendre une vie de concerts normale le plus vite possible, la sortie du confinement risque d'être progressive, plus lente que la manière par où nous y sommes arrivés, et avec peut-être même des retours ponctuels en arrière de quelques jours.


Il reste une faible possibilité pour que ce ne soit pas lui et on va attendre les conclusions de l'enquête... Si le déroulement des faits est conforme aux apparences, c'est une épouvantable histoire qui va effectivement retomber sur l'image du Metal, au moins en France. J'ai quand même une pens(...)


TESTAMENT, c'est 'The legacy' et 'The new order'. Point final.


Matt Pokora et plein de machin on reporté leur concert en juin.

Nîmes avec Deep purple et Nightwish maintenu en juin.

Pourquoi le hellfest peut pas ? Dommage.

Je pense que c'est a cause des groupes étrangé et qu'il y a beaucoup d'étranger soit.


"Mortel désolé pour la faute


Cette album est mortelle je l écoute tout le temps en ce moment et très bonne chronique sur l'album


Purée les dernières phrases de l'article : adieu professionnalisme, bonjour sensationnalisme... °_°


@Jus de Cadavre : complètement d'accord avec toi (même si me fait putain de chier) et la lecture de l'article en question ne fait que confirmer cela. RIP Hellfest 2020...


Ce n'est pas encore l'annulation officielle mais c'est tout comme...
https://www.ouest-france.fr/economie/entreprises/crise-du-coronavirus/info-ouest-france-coronavirus-pourquoi-le-hellfest-2020-se-prepare-un-report-d-un-6799786


Les 3 précédents albums ne m'ayant pas laissé des souvenirs impérissables, je passe mon tour pour celui-ci.

Testament restera pour moi le groupe qui a pondu de belles références comme The Legacy, The New Order et Practice what you Preach et ça s'arrêtera là.


La voix me fait penser à Runhild Gammelsæter dans le projet Thorr's Hammer avec les mecs SunnO)))


J'avoue belle découverte, c'est lourd et massif.


Putain c'est chaud quand même là, je sens déjà certains venir vomir leur haine du métal, en criant au loup.


@Simo, jettes une oreille là-dessus si c'est pas déjà fait !