Lorsque je regarde des émissions de télé-crochet comme The Voice, je me demande toujours quel est ce besoin d’aller chercher de nouveaux chanteurs pour les sortir de l’ombre alors même que celle-ci dissimule toujours un sacré paquet de chanteurs confirmés, vivant de leur métier comme ils le peuvent, alors même que leur voix devrait leur permettre d’exploser dans la lumière…

Mais bon, je ne vais pas refaire le monde à moi tout seul, ni contester la popularité de tels programmes…Je reste néanmoins dubitatif quant à leur réel intérêt, surtout lorsque j’en viens à chroniquer des albums d’artistes comme Jimi Anderson…

Jimi, c’est l’archétype du chanteur à voix d’airain que pratiquement personne ne connaît, alors même que sa carrière a débutée il y a plus de trente ans. Et pourtant, sans avoir la flamboyance d’un Jimi Jamison, d’un Ian Gillan, ou d’un Glenn Hughes, l’Ecossais sait se servir de ses cordes vocales et de l’étendue de sa tessiture pour mettre en valeur des compositions variées et aussi empruntes de Hard Rock mélodique que d’AOR ou de Classic Rock énergique et tonique.

Il nous en avait déjà fait démonstration dans les 80’s au sein de son combo SAHARA, avant de s’essayer au tribute band de FOREIGNER, et de faire une première partie remarquée des WET WET WET option stadium, mais ce premier album sous la nouvelle bannière du JIMI ANDERSON GROUP nous en donne un nouvel aperçu, tout aussi probant que les précédents.

Pourtant, le bonhomme n’a pas vraiment renouvelé son approche, reste en terrain connu, mais continue de distiller des chansons simples qu’il sublime de sa voix magnifique.

Le JIMI ANDERSON GROUP est donc un trio, pas forcément Power, mais assez convaincant pour mettre la voix de Jimi en avant au son de morceaux parfois West-Coast, parfois bien européens, mais toujours sincères et hautement mélodiques. Outre Jimi derrière le micro et le clavier, nous retrouvons deux sidekick de luxe, Sandy Jones à la basse, à la guitare et aux claviers aussi, ainsi que Graeme Duffin à la guitare lead, sans autre indication de section rythmique complète.

Musicalement, l’affaire est solide, mais avec un parcours pareil, rien d’étonnant à cela. Une douzaine de morceaux, pas tous indispensables, pas tous concernés par un Hard Rock affirmé, mais largement assez harmonieux et hargneux pour séduire les plus sensibles d’entre vous.

On tombe même parfois dans l’AOR de première classe lorsque le groupe entonne un délicieux «Feel Like Letting Go », que les FM US auraient sans doute passé en boucle durant les eighties, avec ses arrangements soft et son refrain contagieux.

Mais à vrai dire, Longtime Comin' est le type même de disque que les fans encenseront et que les détracteurs détracteront. C’est un album qui ne cherche à convaincre personne, mais qui permet à ses auteurs et interprètes de prendre du plaisir à en donner aux fans d’un Rock parfois agressif, souvent caressant, et qui ne tournent pas le dos à de superbes mélodies, toutefois légèrement handicapées par un son pas toujours bien équilibré.

Exemple type, « Better This Way », qui a tout pour devenir une blue-song classique des années 2000, mais qui reste en retrait comme son instrumental trop repoussé par le chant envahissant de Jimi qui se place en avant. Dommage, mais ça n’empêche en rien d’apprécier cette sublime chanson pour ce qu’elle est.

D’ailleurs, d’autres interventions bénéficient d’une production plus adaptée et moins aseptisée, comme ce très énergique « Welcome To The Revolution », dont les SLAUGHTER et autres DANGER DANGER auraient pu faire un hit il y a une trentaine d’années.

Rock, Hard Rock, AOR donc, avec cette petite pointe de Rock US pour rendre le tout plus fidèle aux racines pas vraiment européennes, pour un survol de carrière assez complet, qui rappelle autant le parcours des FOREIGNER que celui de Bob SEGER (avec quelques nuances toutefois), de JOURNEY, Eddie MONEY et autres chantres d’une musique délicatement agressive mais hautement harmonique.

En de rares occasions, le ton se durcit même pour atteindre le niveau d’un Glam Rock filtré par le prisme d’un Hard Rock mélodique à la THUNDER/WINGER, notamment sur le très radiophonique « Higher Than Higher » qu’on pourrait facilement trouver sur le prochain album de Ted Poley.

Quelques volutes Bluesy pour enrichir la palette sonore, et « Longtime Comin’ » de jouer l’intimisme grand public, et même un brin de romantisme à la WHITESNAKE de « Is This Love » durant les quelques minutes de tendresse du superbe « Where Do We Go From Here » qui démontre que Jimi Anderson a connu son heure de gloire dans les 80’s de David Coverdale.

Pas vraiment de recherche d’originalité, juste une grosse dose de simplicité et d’honnêteté, assumée par un « Same Old Song » qui n’est pas dupe de son groove chaloupé à la AEROSMITH, ou via un « Let’s Get Serious », un peu DEF LEP, un peu BLACK COUNTRY COMMUNION, mais totalement Rock et au message qui ne trompe personne.

En effet, le fun reste le maître mot de ce premier album en quasi solo, et le plaisir pris à interpréter des morceaux qui ne cherchent pas à époustoufler, mais à donner le sourire et l’envie de chanter et bouger.

En l’état, Longtime Comin' pourrait être l’incarnation d’une FM Californienne de 85/86, proposant une programmation cohérente mais éclectique dans son Rock électrique. Entre déhanché sexy sur coulis de voix groovy (« Necessary People »), riff bluesy et harmonies US bénies (« Best For Me »), et approche soft d’un West-Coast de velours que FOREIGNER caressait avec professionnalisme à l’époque d’Agent Provocateur et Inside Information (« Oh Why »), le tableau est exhaustif, et savamment agencé pour transformer ce premier essai en sorte de Best-of déguisé.

Oui, Jimi Anderson connaît son boulot, non, il ne sous-estime pas son talent, ni ne bride sa passion. Non, Longtime Comin' n’est pas une révélation explosive, plutôt une affirmation précise, celle qui vous pousse à croire qu’au bout de tant d’années, il faut savoir vous mettre en avant pour vous faire remarquer. Et ce grand et méconnu chanteur le mérite, plus que ces pseudos anonymes qui se bousculent au portillon d’un studio de télévision qui fera peut-être d’eux des stars pendant au moins…une saison.


Titres de l'album:

  1. Same Old Song
  2. Let's Get Serious
  3. Spread It All Around
  4. Feel Like Letting Go
  5. Better This Way
  6. Welcome to the Revolution
  7. Higher Than Higher
  8. Longtime Comin-
  9. Where Do We Go from Here
  10. Necessary People
  11. Best for Me
  12. Oh Why

Site officiel


par mortne2001 le 12/03/2017 à 14:05
75 %    357

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Wayward Sons

The Truth Ain't What It Used To Be

Marduk

La Grande Danse Macabre

Various Artists

Brutal Africa - The Heavy Metal Cowboys of Botswana

The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

+ Inconcessus Lux Lucis + Nocturnal Graves

28/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je les ai vus sur scène à cette époque. Ca tuait. Mais il faut bien avouer que cet album est fade. Il m'avait vraiment déçu à l'époque. A juste titre.


Merde...


R.I.P.


Il résume très bien la situation actuelle...


T'inquiètes, t'es pas tout seul. Cet album vaut le déplacement.


Effectivement, dur de pas penser à Chritus à l'écoute de l'album pour le moment. Même avec la plus grande volonté. Et plutôt d'accord aussi avec Humingus, sans lui et ce malgré la qualité de la musique, on passe d'un groupe stoner au dessus du lot à un groupe "comme les autres". Bien dommag(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?