Lorsque je regarde des émissions de télé-crochet comme The Voice, je me demande toujours quel est ce besoin d’aller chercher de nouveaux chanteurs pour les sortir de l’ombre alors même que celle-ci dissimule toujours un sacré paquet de chanteurs confirmés, vivant de leur métier comme ils le peuvent, alors même que leur voix devrait leur permettre d’exploser dans la lumière…

Mais bon, je ne vais pas refaire le monde à moi tout seul, ni contester la popularité de tels programmes…Je reste néanmoins dubitatif quant à leur réel intérêt, surtout lorsque j’en viens à chroniquer des albums d’artistes comme Jimi Anderson…

Jimi, c’est l’archétype du chanteur à voix d’airain que pratiquement personne ne connaît, alors même que sa carrière a débutée il y a plus de trente ans. Et pourtant, sans avoir la flamboyance d’un Jimi Jamison, d’un Ian Gillan, ou d’un Glenn Hughes, l’Ecossais sait se servir de ses cordes vocales et de l’étendue de sa tessiture pour mettre en valeur des compositions variées et aussi empruntes de Hard Rock mélodique que d’AOR ou de Classic Rock énergique et tonique.

Il nous en avait déjà fait démonstration dans les 80’s au sein de son combo SAHARA, avant de s’essayer au tribute band de FOREIGNER, et de faire une première partie remarquée des WET WET WET option stadium, mais ce premier album sous la nouvelle bannière du JIMI ANDERSON GROUP nous en donne un nouvel aperçu, tout aussi probant que les précédents.

Pourtant, le bonhomme n’a pas vraiment renouvelé son approche, reste en terrain connu, mais continue de distiller des chansons simples qu’il sublime de sa voix magnifique.

Le JIMI ANDERSON GROUP est donc un trio, pas forcément Power, mais assez convaincant pour mettre la voix de Jimi en avant au son de morceaux parfois West-Coast, parfois bien européens, mais toujours sincères et hautement mélodiques. Outre Jimi derrière le micro et le clavier, nous retrouvons deux sidekick de luxe, Sandy Jones à la basse, à la guitare et aux claviers aussi, ainsi que Graeme Duffin à la guitare lead, sans autre indication de section rythmique complète.

Musicalement, l’affaire est solide, mais avec un parcours pareil, rien d’étonnant à cela. Une douzaine de morceaux, pas tous indispensables, pas tous concernés par un Hard Rock affirmé, mais largement assez harmonieux et hargneux pour séduire les plus sensibles d’entre vous.

On tombe même parfois dans l’AOR de première classe lorsque le groupe entonne un délicieux «Feel Like Letting Go », que les FM US auraient sans doute passé en boucle durant les eighties, avec ses arrangements soft et son refrain contagieux.

Mais à vrai dire, Longtime Comin' est le type même de disque que les fans encenseront et que les détracteurs détracteront. C’est un album qui ne cherche à convaincre personne, mais qui permet à ses auteurs et interprètes de prendre du plaisir à en donner aux fans d’un Rock parfois agressif, souvent caressant, et qui ne tournent pas le dos à de superbes mélodies, toutefois légèrement handicapées par un son pas toujours bien équilibré.

Exemple type, « Better This Way », qui a tout pour devenir une blue-song classique des années 2000, mais qui reste en retrait comme son instrumental trop repoussé par le chant envahissant de Jimi qui se place en avant. Dommage, mais ça n’empêche en rien d’apprécier cette sublime chanson pour ce qu’elle est.

D’ailleurs, d’autres interventions bénéficient d’une production plus adaptée et moins aseptisée, comme ce très énergique « Welcome To The Revolution », dont les SLAUGHTER et autres DANGER DANGER auraient pu faire un hit il y a une trentaine d’années.

Rock, Hard Rock, AOR donc, avec cette petite pointe de Rock US pour rendre le tout plus fidèle aux racines pas vraiment européennes, pour un survol de carrière assez complet, qui rappelle autant le parcours des FOREIGNER que celui de Bob SEGER (avec quelques nuances toutefois), de JOURNEY, Eddie MONEY et autres chantres d’une musique délicatement agressive mais hautement harmonique.

En de rares occasions, le ton se durcit même pour atteindre le niveau d’un Glam Rock filtré par le prisme d’un Hard Rock mélodique à la THUNDER/WINGER, notamment sur le très radiophonique « Higher Than Higher » qu’on pourrait facilement trouver sur le prochain album de Ted Poley.

Quelques volutes Bluesy pour enrichir la palette sonore, et « Longtime Comin’ » de jouer l’intimisme grand public, et même un brin de romantisme à la WHITESNAKE de « Is This Love » durant les quelques minutes de tendresse du superbe « Where Do We Go From Here » qui démontre que Jimi Anderson a connu son heure de gloire dans les 80’s de David Coverdale.

Pas vraiment de recherche d’originalité, juste une grosse dose de simplicité et d’honnêteté, assumée par un « Same Old Song » qui n’est pas dupe de son groove chaloupé à la AEROSMITH, ou via un « Let’s Get Serious », un peu DEF LEP, un peu BLACK COUNTRY COMMUNION, mais totalement Rock et au message qui ne trompe personne.

En effet, le fun reste le maître mot de ce premier album en quasi solo, et le plaisir pris à interpréter des morceaux qui ne cherchent pas à époustoufler, mais à donner le sourire et l’envie de chanter et bouger.

En l’état, Longtime Comin' pourrait être l’incarnation d’une FM Californienne de 85/86, proposant une programmation cohérente mais éclectique dans son Rock électrique. Entre déhanché sexy sur coulis de voix groovy (« Necessary People »), riff bluesy et harmonies US bénies (« Best For Me »), et approche soft d’un West-Coast de velours que FOREIGNER caressait avec professionnalisme à l’époque d’Agent Provocateur et Inside Information (« Oh Why »), le tableau est exhaustif, et savamment agencé pour transformer ce premier essai en sorte de Best-of déguisé.

Oui, Jimi Anderson connaît son boulot, non, il ne sous-estime pas son talent, ni ne bride sa passion. Non, Longtime Comin' n’est pas une révélation explosive, plutôt une affirmation précise, celle qui vous pousse à croire qu’au bout de tant d’années, il faut savoir vous mettre en avant pour vous faire remarquer. Et ce grand et méconnu chanteur le mérite, plus que ces pseudos anonymes qui se bousculent au portillon d’un studio de télévision qui fera peut-être d’eux des stars pendant au moins…une saison.


Titres de l'album:

  1. Same Old Song
  2. Let's Get Serious
  3. Spread It All Around
  4. Feel Like Letting Go
  5. Better This Way
  6. Welcome to the Revolution
  7. Higher Than Higher
  8. Longtime Comin-
  9. Where Do We Go from Here
  10. Necessary People
  11. Best for Me
  12. Oh Why

Site officiel


par mortne2001 le 12/03/2017 à 14:05
75 %    286

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Vu en 2013 au Luxembourg.
Souvenir malheureusement mitigé :
Super heureux de voir et entendre ce putain de groupe pour la toute première fois sur scène.
Mais déception totale d'avoir l'obligation d'être assis à un concert (c'était la toute première fois que cela m'arrivait (...)


Très surpris de lire que MGLA ait désormais "un public familial"...
Cela fait très longtemps que je ne les ai pas vu en live (à vu de nez je dirai qu'il y a 7 ans), mais je peux vous dire qu'à l'époque, c'était très loin d'être le cas.
Quoi qu'il en soit, groupe que perso j'ador(...)


Nous tenons là la surprise de l'année ! Un des plus grands vocalistes extrêmes sortant un opus solo, là j'en tombe de ma diabolique chaise ! Le tout a l'air bien bien barré en plus : j'adore.


Aie la pochette !!!! Ça sent pas le death metal ça....Akerfeltd doit vraiment se forcer sur scène pour jouer les vieux morceaux.
Enregistré l'an dernier et sort qu'en automne ?


"Kickback reviens ! Ils sont devenus tous mous..."


@Sphincter : ah bah mec ton com fait plaisir à lire ! Autant je ne suis pas un adepte du pit à tout prix autant, quand tu dis que les gens se prennent trop au sérieux, c'est tellement vrai ! Genre si ça se met à bouger un peu trop selon certains dans la fosse, tu as l'impression d'être une bê(...)


Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?