Lorsque ce cher Hershell Gordon Lewis a éclaboussé les écrans des drive-in des Etats-Unis de son Blood Feast, personne n’a vraiment rigolé, à part lui. Cette petite pelloche destinée selon lui au « public de bouchers du sud » fit scandale, à tel point que nombre de véhicules quittaient les pelouses bien avant l’apparition du mot « fin ». Sans compter les petites amies tombant dans les pommes au spectacle de ces démembrements sur fond de regards louches exorbités, et des hectolitres de faux sang fabriqué maison, et généreusement appliqué sur les fausses blessures de mannequins de plastique agrémentées d’un rab’ de bidoche bon marché. Bref, le Gore était né, et le reste de l’histoire horrifique en fut marqué à jamais. Il aurait pu en être de même à la fin des années 80, dans le New-Jersey, lorsqu’on combo local lâcha sur une foule crédule ses premiers jets de bile, mais le destin étant souvent chafouin et peu enclin à laisser le destin se reproduire pour une simple raison de métonymie, l’évènement ne trouva pas écho dans la carrière des BLOOD FEAST de Bayonne, qui n’a rien à voir avec notre sud de la France. Il faut dire qu’avec une distribution signée New Renaissance, et un potentiel limité, les BLOOD FEAST n’avaient pas toutes les chances de leur côté, à tel point qu’il leur fallut attendre des années avant d’acquérir enfin le statut de groupe culte/maudit, aux albums recherchés et honorés, à tel point que Kill For Pleasure se négocie aujourd’hui dans son édition d’origine aux alentours de cent dollars. Belle revanche pour un groupe à part, dont un seul membre d’origine est toujours au poste, ce cher Adam Tranquilli, guitariste de son état qui n’a jamais renoncé à y croire et qui a eu bien raison. Et entre deux reformations pour le fun et quelques concerts, le vaillant six-cordiste a réussi avec la manière à entériner le comeback de son groupe fétiche, qui en 2007 a signé un contrat longue durée avec le malin pour rester dans la course.

Et entre des compilations lâchées à la hâte, et un nouvel LP paru l’année dernière (The Future State of Wicked, recommandable et toujours commandable), BLOOD FEAST est enfin redevenu l’entité malfaisante que l’on connut presque par procuration (leurs albums n’ayant jamais bénéficié à l’époque d’une distribution globale en dehors d’épisodes en Allemagne et aux Pays-Bas), et nous refait avec un sadisme bon enfant le coup de Chopping Block Blues, soit un développé/couché de Thrash bestial fleurant bon la nostalgie des eighties pas encore agonisantes. Et puisque les malandrins de Hells Headbangers leur ont offert un traitement aux petits oignons, les bougres au line-up renouvelé (Tom Lorenzo - basse et Chris Natalini - chant depuis 2010, CJ Scioscia - guitare depuis 2014 et  Adam Kieffer - batterie depuis 2017) en ont profité, et nous jettent en plein visage un nouvel EP, ce Chopped, Sliced and Diced qui ne fait que continuer le travail entrepris il y a plus de trente ans, avec une jouissance indéniable et une aisance insolente. Mais autant vous prévenir tout de suite, cette nouvelle tranche de vie à la mode mort n’a pas grand-chose d’inédit, puisque les cinq titres studio proposés sont en fait des réenregistrements de classiques du groupe, et un panaché relooké de quelques morceaux des deux premiers albums. Pas de quoi fouetter un chat ou déculotter une vierge donc, puisque les fans de la première heure connaissent déjà ces chansons par cœur, mais le procédé permettra aux nouveaux fans de découvrir un pan de l’histoire du regroupe remis au goût du jour, et bénéficiant en sus d’un traitement très respectueux puisque pas filé à n’importe quel clampin venu.  

C’est en effet Joel Grind, de TOXIC HOLOCAUST qui s’est chargé du mastering de ce nouvel objet, et comme d’habitude, l’homme et le fan ont fait un très bon boulot. On redécouvre donc d’anciennes compos avec un regard auditif neuf, et autant dire que ces cinq crachats électriques n’ont rien perdu de leur pouvoir d’attraction en se mettant au diapason. Il reviendra aux die-hard de juger de la pertinence des choix du tracklisting, mais comme les œuvres de BLOOD FEAST ont toutes ce caractère universel de Thrash débauché et ordurier, les cinq entrées privilégiées pourront parfaitement faire office au choix de :

Trou normand en attendant la suite des évènements

Petit en-cas en attente de se plonger dans la discographie intégrale de ces marsouins

Cale-meuble pour une comtoise un peu branlante.

Ceci étant dit, ne cachons pas notre plaisir, puisque la formation actuelle à vraiment l’air de s’éclater, et que la cohésion est de mise. Et pour les néophytes, sachez que vous vous apprêtez à découvrir l’un des groupes les plus biscornus de la vague Thrash underground US des années 80, qui ne s’embarrassait pas de préoccupations techniques et qui fonçait dans le tas, sans verser dans les excès d’un Thrashcore un peu limite niveau éducatif. Alors oui, ça mule, mais raisonnablement. Les riffs sont gentiment circulaires, la rythmique appuie mais n’enfonce pas le clou, les soli sont soit inexistants, soit balbutiants, et les textes évidemment concernés par les aspects les plus sociaux des relations humaines. Alors, de la torture, de l’horreur, de la friture, mais de bon cœur et l’esprit rieur puisqu’il n’est pas question d’effrayer, mais bien de distraire. Et c’est ainsi que les BLOOD FEAST rejoignent spirituellement les aspirations ludiques de leur ancêtre Gordon Lewis, qui lui aussi pratiquait son art avec la sincérité d’un marchand de tissu du marais, pas dupe, mais heureux de pouvoir procurer quelques plaisirs coupables à son public.

J’ai donc beaucoup parlé, mais j’ajouterai quand même que cet EP nous permet de découvrir le groupe en conditions directes à Osaka, pour un festival de furie sonore qui a dû rendre les japonais hystériques, et que le tout en vingt-cinq minutes fait beaucoup de bien, sans aucune prétention. Et si Kill For Pleasure ne sera jamais Pleasure To Kill, rien ne vous empêche de célébrer l’un des combos les plus attachants de sa génération. Youpi.  

 

Titres de l’album :

                      1.Concubine  

                      2.Hunted Stalked and Slain

                      3.Darkside

                      4.Chopping Block Blues

                      5.Chemically Imbalanced

                      6.By the Slice [live in Osaka]

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 07/01/2019 à 17:54
80 %    178

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.