Monte Verità

Cénotaphe

10/03/2020

Ossuaire Records

Je m’étais un peu éloigné du BM depuis quelques temps, car je ne trouvais pas matière à réflexion. Ce que j’entendais était certes parfois de qualité, souvent moyen et de temps à autres médiocre, mais j’attendais le bon moment pour reprendre mon clavier et ne pas gloser dans le vide. Ayant connu en temps et en heures toutes les vagues internationales lorsqu’elles frappèrent l’underground, je me sentais plus exigeant envers les musiciens, qui souvent ne faisaient que répéter des formules consacrées ad nauseam. Mais il fallait bien qu’un jour je tombe sur un album différent, plus profond, pas forcément novateur, mais suffisamment éclairé pour m’extirper de mes ténèbres de motivation. Cette rencontre eut lieu lorsque mes oreilles rompues se posèrent sur le premier longue-durée de CÉNOTAPHE, Monte Verità, faux point de départ mais réel envol d’un concept prometteur, aux sorties antérieures révélatrices d’un gros potentiel. En l’état, CÉNOTAPHE est une jeune formation, mais avec un bagage certain, et un background fameux. Duo (Fog aka François Roux - instruments et composition, et Khaosgott - chant et textes), cette entité peut déjà se targuer d’une bonne réputation, gagnée à force de démos, de EP’s, de splits et de compilations. Les amateurs avaient reconnu en son temps les qualités intrinsèques de la séminale démo La Lave Exulte, et les esthètes en étaient restés à la magnificence d’Empyrée, le premier EP du combo. Entre ces sorties et après, des vues partagées avec CIRCLE OF OUROBORUS, une sortie compilée regroupant le premier EP Horizons avec sa suite logique Azur, pour aujourd’hui enfin oser l’exercice du LP complet, avec pas moins de quarante-six minutes de musique agencée, pensée, réfléchie et posée sur papier avec virulence mais pertinence.

Formé en 2015, CÉNOTAPHE a une longue histoire puisque Fog et Khaosgott ont tous deux joué dans la référence NÉCROPOLE aux côtés d’Amertume, membre de CAVERNE dont Fog a aussi fait partie, et c’est sans surprise que les analogies entre les trois groupes se recroisent au moment de juger de Monte Verità. Conceptuellement, cet album se base sur une montagne située à Ascona, en Suisse, qui au début du dix-neuvième siècle attirait les artistes, intellectuels et autres marginaux désireux de s’extirper de la masse humaine grouillante pour transcender leur esprit et leur soif de connaissance. Sans raconter précisément ces années-là, Monte Verità se sert de l’anecdote pour nous offrir une réflexion sur la solitude et l’isolement, et cette envie sublime de prendre de la hauteur pour échapper à notre condition prosaïque de simples mortels condamnés à la routine répétitive d’une vie unidimensionnelle. Et si l’on retrouve tous les fondements de la musique déjà exposés sur les sorties précédentes, sur cette fameuse démo ou ces EP’s salués par un public reconnaissant, les huit nouveaux morceaux osent s’écarter légèrement des sentiers rebattus pour proposer une vision musicale certes nihiliste dans le fond, mais perméable aux mélodies de biais et aux harmonies amères dans la forme. On retrouve la patte unique de Fog dans les compositions, avec cette propension à utiliser la vitesse en permanence via des blasts impitoyables, mais aussi le talent de conteur rauque de Khaosgott qui possède ce phrasé morbide unique que seuls les meilleurs hurleurs de BM savent utiliser à bon escient.

Musicalement, le tout est évidemment assez opaque, la production épaisse mais diffuse, laissant tout de même une grande latitude à tous les instruments maniés par Fog, dont une basse qu’on discerne sans avoir à faire d’effort. On sent assez vite que le duo a voulu clairement s’éloigner de ses années NÉCROPOLE en développant son propre style, et toutes les affiliations directes constatées sur les sorties précédentes ont disparu, laissant place à une approche plus personnelle faite de violence crue et de poésie noire. Les néophytes et allergiques à la cause du BM aussi raw que grandiloquent ne verront pas de différence entre ce premier album et la majeure partie de la production actuelle, pourtant, en filigrane s’inscrit un individualisme notable, nous rapprochant tout autant de la première vague nordique que de la scène canadienne du nouveau siècle, le tout emballé dans une emphase littéraire typiquement française. Et même si les riffs n’ont pas l’aura de gimmicks immédiatement accrocheurs, ils n’en constituent pas moins les strates indispensables au canevas global, comme le démontre « Myosis », la mise en bouche initiale qui laisse une guitare acide occuper l’espace après une courte intro brumeuse. A partir de son intervention, les débats s’affolent, et on retrouve le CÉNOTAPHE brut et sauvage, au rythme implacable, au chant hurlé à pleins poumons, au parfum légèrement MAYHEM historique, mais aux ambitions terriblement individualistes. Terriblement violent, ce premier LP n’en est pas moins d’une poésie trouble, parfaitement en adéquation avec cette superbe pochette reprenant le tableau « Meditation » peint par Frantisek Kupka en 1899, et dopé par une production finalisée au Caveau studio à l’été 2019. Avec des compositions signées par Fog au printemps 2018 et des paroles écrites par Khaosgott juste avant d’entrer en studio, Monte Verità est une ascension vers des vérités personnelles, vers un calme relatif propre à la contemplation d’un monde agonisant, que « Aux Cieux Antérieurs » décrit parfaitement de son emphase énorme, et de ses inserts en chant clair, aussi surprenants que malsains.

Huit morceaux conséquents, dont chacun retiendra ce qu’il juge le plus pertinent, mais surtout, une poignée de longues interventions, dont le final impérial « Monte Verità », d’une lenteur processionnelle, tout en progression évolutive, et allusif à tous les courants BM depuis les origines troubles de HELLHAMMER et BATHORY. Une œuvre aussi précieuse qu’elle n’est brutale, une sècheresse instrumentale qui ne cache pas la richesse de composition, et un vrai départ pour CÉNOTAPHE qui est clairement en passe de devenir l’une des références incontournables du BM européen. A noter que l’album est disponible en plusieurs formats chez plusieurs labels, en vinyle chez Nuclear War Now, en CD chez Ossuaire, et tout un tas d’autres distributeurs. Histoire de ne pas le manquer, ce qui serait une faute de goût impardonnable.               

                                                

Titres de l’album :

                        1. Myosis       

                        2. Aux Cieux Antérieurs       

                        3. L'oeuf de Mammon          

                        4. De mon Promontoire Astral          

                        5. Intolérante Thébaide         

                        6. Ne M'oubliez

                        7. Emersion    

                        8. Monte Verità

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/07/2020 à 17:50
80 %    213

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kairos

Ouais dsl j'ai été un peu sec, mais l'autre andouille est venu gratuitement me baver sur les rouleaux... J'aurais dû employer l'adverbe "cordialement" à la fin de mon précèdent post. 

26/01/2021, 16:03

Bones

Mouais, mais par contre je vais rapidement le réécouter pour voir si mon approche a évolué. C'est vrai qu'il est réputé...  j'ai sans doute raté le coche.

26/01/2021, 13:14

Arioch91

@Humungus : SIC... And Destroy !   Comme disait Coluche : la politique ? C'est quand on est poli et qu'on a(...)

26/01/2021, 10:45

Arioch91

@Humungus : je confirme pour The Rack. Plusieurs fois j'ai essayé mais sans jamais accrocher.Y a des albums comme ça

26/01/2021, 07:56

Humungus

Toujours "intéressant" (SIC !!!) quand la politique s'insère ici... ... ...

26/01/2021, 07:38

Humungus

Ne pas "rentrer" dans "The rack" ?!?!Bizarre étant donné la monstruosité de cet album...Quoi qu'il en soit, je plussoie sur HAIL OF BULLETS !Pis n'oublions pas le merveilleux GRAND SUPREME BLOOD COURT non plus hein !!!(...)

26/01/2021, 07:35

Arioch91

@Bones : merci pour l'idée, vais m'écouter les trois albums de Hail of Bullets, juste histoire de rattraper mon retard concernant le père Van Drunnen.

25/01/2021, 20:12

Bones

Ce dernier Asphyx n'est pas une montagne de nouveautés mais il est super efficace. On sent les vieux briscards qui connaissent parfaitement leur affaire.Etant un gros fan de Van Drunen, je vais décortiquer ses paroles en ne doutant pas que les morceaux vont s'en tro(...)

25/01/2021, 18:39

Jus de cadavre

Ouais, ils frappent fort les anciens avec cet album ! 

25/01/2021, 18:17

LeMoustre

Chez Accuser, en période récente, c'est Demoniac qu'il faut écouter. Plus violent, sorte de Testament sous amphétamines, il est à mon humble avis le meilleur de ce que Thoms  a produite depuis Who Dominates Who. Ah, si, le premeir album est aussi (...)

25/01/2021, 17:03

LeMoustre

Opposer les casseurs qui seraient bons à expédier aux bagnes de Cayenne pour casser des cailloux et les envahisseurs du Capitole n'est pas une bonne idée. L'objectif est pas le même, les casseurs sont souvent des racailles de délinquants multiréc(...)

25/01/2021, 11:47

Stench

Très étrange à dire mais sur le titre "Tree years of famine", j'entends Overkill de "Skullkrusher". Sinon, excellent album, bien sûr !

25/01/2021, 11:46

Arioch91

Je suis fan du timbre vocal de Van Drunnen depuis le Consuming Impulse de Pestilence mais j'avoue n'avoir jamais accroché au The Rack d'Asphyx et ne me suis jamais penché sur les sorties du groupe. Pas plus pour Hail of Bullets (si je me gourre pas).Mais &ccedi(...)

25/01/2021, 11:04

Solo Necrozis

Piñata of Pus, Necro Thicc, Uteronecrotic Descent of the Divine...Haha ces titres de merde, j'en ris comme un con devant mon PC.

25/01/2021, 10:12

Simony

En tout cas, le livestream proposé samedi était une boucherie totale. Avec ou sans public, les mecs se donnent, Martin plaisantent entre les morceaux et v'là comment ça défouraille sévère. Total respect pour ces mecs qui en imposent, vraiment (...)

25/01/2021, 08:17

POMAH

L'ambiance est chaude par ici...

25/01/2021, 08:06

Humungus

J'en suis déjà à ma troisième écoute consécutive...ACHAT OBLIGATOIRE BORDEL !!! !!! !!!PS : Martin je t'aime.

25/01/2021, 04:25

Pozo (bass)

Thanks for the review!I'll put our spotify link if you wanna follow ushttps://open.spotify.com/artist/0QwY3TM6Lvo6Ba8VGC67YL

25/01/2021, 01:07

Chemikill

Parler de la musique serait déjà un gros morceau.

24/01/2021, 22:59

jtdef

Avec Joe Bidon et l'imposteur Harris ils sont mal barrés.

24/01/2021, 21:11