Renegado

Vingador

19/06/2021

Dark Sun Records

La langue portugaise sied donc formidablement bien aux musiques extrêmes, et s’insère totalement dans un contexte de brutalité ambiante. Les groupes de Hardcore brésiliens et portugais peuvent en témoigner, mais les groupes de Thrash aussi. Ainsi, les originaires de Macaé, Rio de Janeiro de VINGADOR mélangent leur langue natale avec l’anglais sur ce deuxième album, qui tombe à point nommé pour rassurer leurs fans éperdus. Créé en 2009, ce trio belliqueux n’avait plus donné de nouvelles depuis la sortie de son EP Let the Hate Flow en 2016, et leurs suiveurs fidèles commençaient à sérieusement s’inquiéter. Mais Renegado, en quelques riffs et lignes vocales saura les remettre en confiance, tant le groupe apparait soudé comme jamais, et plus que décidé à dénoncer quelques injustices et autres situations inconfortables.

Du line-up d’origine, restent les deux leaders, Diego Neves (basse/chœurs) et Alexandre Cabral (guitare/chant), qui depuis 2017 sont soutenus par les percussions de Magno Moreira Elias, aka Mad. Et visiblement le trio s’entend à merveille, puisque les dix compositions de ce second effort sont d’une solidité alliée à une fluidité exemplaires, les mélodies se taillant une bonne part du gâteau, sans atténuer les effets d’une violence sous-jacente, exprimée il est vrai de façon assez modérée.   

Entre Heavy/Thrash, Speed Metal, Crossover light et quelques allusions Core, VINGADOR se situe en convergence de deux influences majeures, allemande d’un côté avec l’importance de DESTRUCTION, et canadienne de l’autre côté avec la tutelle d’ANNIHILATOR, pour produire un cocktail détonnant à défaut d’être étonnant. On retient de cet album ses riffs multiples et francs, ses sinuosités harmoniques, la propension de Cabral à sortir de sa guitare des soli tout à fait capables, et la simplicité d’une rythmique qui ne cherche pas les embrouilles. De la concision donc, malgré un timing respectable, des couplets rageurs, des refrains fédérateurs, et de longs breaks évolutifs, presque progressifs parfois, qui confèrent une patine ambitieuse à ce comeback inattendu.

« Renegado do Metal », l’insert le plus bref et certainement le plus rapide est intelligemment mis en avant-plan, histoire de séduire les fans d’un Thrash musical plus radical. On pense alors à un brin d’OVERDOSE, à du HEATHEN plus teigneux et moins conséquent, et aussi à une forme très fidèle d’EXODUS, passé au prisme joyeux d’Amérique du Sud. On aime cette sincérité dans l’instrumental, et ce duo de voix rageuses, qui hurlent des lyrics engagés, mais aussi une allégeance à la famille Metal dont les trois brésiliens font évidemment partie.

Une fois ce choc encaissé, la machine ralentit dans les tours pour trouver sa vitesse de croisière, mais le voyage ne perd aucunement de son intérêt. Les BPM tombent moins nombreux, mais la guitare ne se calme pas pour autant, et lâche un maximum de riffs, tandis que les fills diaboliques de Mad se restreignent pour que le tout puisse cheminer sans encombre. Peu de surprises donc à attendre de la part de Renegado, mais beaucoup de plaisir d’écoute. Une grosse basse ronflante à la ANTHRAX, une guitare solide et volubile, un chanteur au timbre ferme et aux harangues convaincantes, et finalement, tout ce qu’on est en droit d’espérer d’un solide album old-school, qui s’ancre de lui-même dans une tradition d’extrême brésilien assez loin de ses racines les plus fermement ancrées en sol bestial. Ici, on ne braille pas comme un petit démon à qui on a marché sur la queue, on n’accélère pas le tempo pour fricoter avec le Death ou le Thrashcore, mais on joue fin, intelligemment et de façon compréhensible (« Mumia »).

En travaillant tous les secteurs de jeu, les trois musiciens ont bétonné leur projet, et toutes les intros sont d’importance. Qu’elles soient mélodiques ou percussives, elles ne sont pas que de simples prétexte à introduire le thème principal, et développent des trésors d’ingéniosité. Et lorsque les brésiliens se souviennent des méthodes de la Bay-Area, d’ATROPHY à METALLICA, ça nous donne de petits classiques en devenir, à l’image de l’imparable « O Chamado ». Les plus féroces regretteront sans doute cette modération, mais les plus exigeants sur la qualité se repaîtront de « Lucifer Legacy » et son ambiance pur TESTAMENT des grands jours. Se rapprochant parfois d’un Techno-Thrash humble aux proportions humaines (« Hadley's Hope »), VINGADOR singe le HOLY MOSES de The New Machine, toutes proportions gardées évidemment, et toujours en louchant du côté le plus tournoyant de l’histoire allemande.

On aurait certes apprécié quelques crises de folie plus prononcées, mais impossible de déceler le moindre point faible dans cette réalisation, sauf en soulignant quelques redondances frappantes dans l’inspiration. Mais la fin de l’album nous réserve quelques bonnes surprises, à l’instar du lourd et agressif « Scarlet Flag », ou du lapidaire et très OVERKILL/DESTRUCTION « O Retorno de Lenin », communisto-Thrash en diable. Excellent travail donc de la part des brésiliens de VINGADOR qui se font pardonner de la plus belle des façons pour leur long silence. Une vengeance sur le temps qui se mange bouillante, et une tranche de vie lusophone qui tiendra le test du temps sans forcer.

    

                                                                                                                                                                                                     

Titres de l’album:

01. Renegado do Metal

02. Hospital Colônia

03. Mumia

04. O Chamado

05. Lucifer Legacy

06. Hadley's Hope

07. Semente da Resistência

08. Scarlet Flag

09. M.G.U.

10. O Retorno de Lenin


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/03/2022 à 14:41
78 %    480

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gargan

Faudrait descendre un peu et faire la prochaine édition au stade rochelais   

16/04/2024, 08:30

Tourista

Au delà du commerce qui brûle, ce qui est ÉVIDEMMENT regrettable pour l'entrepreneur et la clientèle, il est difficile de ne pas voir le côté comique de l'événement... Au pays des clochers qui ont servi si souvent de barbecues.  (...)

15/04/2024, 18:21

Simony

Oh ça va on rigole ! Pour une musique qui se dit en désaccord avec le concept de religion, je trouve que l'on sacralise et idolâtre un peu trop de choses dans cette scène.C'est dommage c'est sur mais c'est que du matériel, ça va !

15/04/2024, 16:14

Labbé

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. Merci pour la découverte ! 

15/04/2024, 15:01

LeMoustre

Le niveau des commentaires ici ça fait peur

15/04/2024, 14:25

LeMoustre

Oh purée !!! Merde !Moi qui ai eu la chance de pouvoir y trainer une demi journée entière (il les fallait) a la recherche de perles d'époque, émerveillé par ce magasin-musée, c'est bien fâcheux cette news.U(...)

15/04/2024, 13:47

Humungus

Y'a des gens ici qui sont trop "Trve".

15/04/2024, 06:54

Satan

Y a des gens ici qui n'ont aucun sens de l'Histoire et un sens de l'humour franchement bas-de-plafond.

14/04/2024, 23:29

azerty666

Résidu de Slayer, mouhahahahahaaaa ^^

14/04/2024, 20:10

Tourista

Un beau black friday.

14/04/2024, 15:48

Benstard

Putain ça me fait mal comme c'est en bois.

14/04/2024, 08:21

Humungus

Ah mais ouais !!!Il m'a fallu 24h pour comprendre... ... ...

14/04/2024, 06:55

Tourista

J'ai mis du temps à capter !! 

14/04/2024, 05:40

Tourista

14/04/2024, 05:39

Saul D

Jinx, j'y ai pensé, mais ils chantent en anglais je crois.... ( "stand up for rock'n'roll power", si je ne me trompe pas...)...je pensais sinon à un groupe entre Trust et Satan Jokers ( pour le son), Attentat Rock, c'est plus rock'n'roll que h(...)

13/04/2024, 16:44

Tourista

Fan service. La voix me fait chier d'une force, par contre... Clairement ce ne sera pas un album pour mézigue. Je comprends mieux pourquoi je n'ai jamais accroché à Death Angel, et c'est pas faute d'avoir essayé depuis 35 piges.

13/04/2024, 10:31

Rudy Voleur

13/04/2024, 06:59

Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52