Suicide Forest

Deveria

17/03/2021

Animated Insanity Records

Un peu à la bourre sur ce coup-là, avec des disques intéressants qui s’entassent dans le dossier chronique, pour être finalement exhumés quelques mois après leur sortie. C’est le cas aujourd’hui du premier album des américains de DEVERIA, qui proposent un mélange assez intéressant de traditionalisme et de modernisme, tout en gardant sous le coude des ambitions notables. Fondé en 2008, et déjà auteur d’un premier EP éponyme en 2010, le quatuor s’est ensuite fait très discret pendant une décennie entière, pour peaufiner ce premier longue-durée qui tient quelques promesses et laisse des possibilités en suspens. Première constatation en écoutant ce Suicide Forest, le niveau technique des musiciens, solide, et la cohésion d’ensemble, cimentée. Evitant le piège de l’intro passe-partout sans intérêt, les originaires de Rotterdam, New York, nous offrent un véritable premier morceau qui met dans l’ambiance, et qui superpose les couches de sons à des percussions tribales tout à fait effectives : résultat, on est pris dans le cercle dès les première secondes, et l’attention est à son maximum.

Et cette attention est immédiatement captée par la puissance du premier véritable morceau de l’album, « Silent Cries ». Spontanément, le cerveau turbine pour piocher les bonnes références, et le DREAM THEATER des jeunes années, QUEENSRYCHE, FATES WARNING, NEVERMORE, SAVATAGE, SACRED OATH, OMEN, et d’autres sans doute, indiquent une direction artistique classique et délicatement passéiste. Les DEVERIA jouent donc comme beaucoup la carte de l’old-school assumé, mais le font avec flair et passion, ce qui nous évite les répétitions mécaniques de groupes pensant qu’un simple recyclage de plans peut agir sur les émotions.

Pour autant, ne vous attendez pas à la révélation de l’année, ni à la réconciliation entre les anciens et les nouveaux. DEVERIA ne joue pas la carte du culot à tout prix, mais synthétise avec bonheur ses influences pour nous offrir un excellent album de Heavy progressif à tendance Power Metal, de ceux qu’on appréciait à la fin des années 80 et dans les années 90. La technique est donc affutée, les chœurs proéminents, les parties instrumentales léchées, et le nombre de plans conséquents. Jouant parfois avec la frontière entre le Heavy et le Thrash comme pouvaient le faire les pionniers de SANCTUARY et CRIMSON GLORY (« Fate »), les quatre musiciens (Chuck Woodard – chant, John Suski – batterie, Marvin Veeder – basse et Christian Bivona – guitare) s’offrent donc une latitude non négligeable, d’autant que les éléments opératiques occupent une bonne place dans les compositions.

Ainsi, le diptyque « Kingdom of Evermore » / « Miracles », occupant un bon quart d‘heure du métrage démontre que les ambitions sont bien réelles, et que les moyens de les concrétiser sont efficaces. Avec une belle présence rythmique et des changements de tonalités appréciables, Suicide Forest ne vous donne pas vraiment envie d’aller faire un tour seul dans la fameuse forêt d’Aokigahara au nord-ouest du mont Fuji, mais plutôt de ressortir votre collection de vinyles d’époque, pour vous faire une petite fête entre initiés quadra ou quinqua. Efficace aux entournures, suffisamment sauvage pour caresser dans le sens du poil, lyrique juste ce qu’il faut mais pas trop, ce premier album est donc le témoignage d’un acharnement à sortir de l’anonymat, et à nous éviter la facilité de recyclage des groupes trop opportunistes. On se prend à rêver d’une fausse suite à des albums comme Transcendance ou Empire en écoutant le cristallin et magnifique « Reign of Fire », avec ses arpèges d’intro délicats se transformant en riff incroyablement redondant par la suite, ou à découvrir des inédits de DREAM THEATER période Berkeley, alors que John Petrucci faisait découvrir METALLICA à ses camarades de classe (« Kingdom of Evermore »).

De l’équilibre donc, une ouverture d’esprit manifeste, mais surtout, un beau juste milieu trouvé entre la mélodie et la puissance, pour nous offrir un voyage dans le temps plus qu’agréable : crédible. Mordant, séduisant, velouté ou agressif, DEVERIA est performant dans tous les domaines, et nous sert des tranches de vie Heavy en mode tartare des nineties (« IX » qui aurait pu figurer en bonne place dans le répertoire du MAIDEN époque Blaze), mais aussi des dérivations plus personnelles, avec basse ronflante, guitares impériales et ambiance religieuse (« One Nation »). Avec en sus un épilogue bouclant la boucle (« …The End »), Suicide Forest est d’une vitalité incroyable, d’une flamboyance indéniable, encore un peu tendre au niveau des références, mais déjà très persuasif musicalement. A défaut de faire preuve d’audace, le quatuor se montre solide et aux épaules carrées, capable de supporter les comparaisons les plus impressionnantes et en sortir légèrement grandi.

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. The Beginning Of…

02. Silent Cries

03. Suicide Forest

04. Fate

05. Demons Inside Me

06. Reign of Fire

07. Kingdom of Evermore

08. Miracles

09. IX

10. One Nation

11. …The End


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/03/2022 à 14:39
80 %    164

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12

Hoover

C'est atroce...

29/11/2022, 20:19

metalrunner

Du megadeth chanté   par James

29/11/2022, 13:37

Dédé

Le morceau est vraiment bien , oui le chant gâche un peu 

28/11/2022, 22:51