TOGETHER TO THE STARS. Ça pourrait ressembler au nom de baptême d’un projet caritatif, ou à un projet humanitaire destiné à lever des fonds pour une cause quelconque, ou encore à un projet spatial de découverte d’une nouvelle galaxie, et en tout cas, ça laisse songeur, et interrogatif quant au contenu éventuel. Et finalement, après écoute, cette dernière option pourrait coller à l’optique, puisque ce nouveau groupe propose en effet une musique stellaire, aux confins de plusieurs univers, qui emprunte tout autant au Shoegaze, au Post Black, qu’ au Post Metal de quoi alimenter son imaginaire. Le Blackgaze n’étant pas toujours exempt de reproches, l’attitude du chroniqueur sera celle de la méfiance, beaucoup d’albums du cru prenant de faux airs de contemplation stérile à base de mélodies répétitives et d’alternances prévisibles entre passage d’une crudité abrupte et longues digressions harmoniques, pas toujours créatives, et la plupart du temps redondantes comme un leitmotiv un peu trop facilement martelé. Mais il y a quelque chose de différent sur cet An Oblivion Above, qui justement évite les facilités pour explorer des pistes sinon nouvelles, du moins pas forcément trop marquées par le sceau de la tradition. Fondé à Stockholm, ce duo suédois nous offre donc une nouvelle tranche de vie méditative, qui se base sur des références établies, et qui tente par tous les moyens de les transcender pour les faire oublier, et se concentrer sur des choses un peu plus personnelles. Avec seulement deux musiciens aux commandes, la complaisance était à craindre, d’autant plus qu’un seul des deux s’est chargé de la partie créative, ce qui souvent n’offre pas le recul nécessaire à l’objectivité, et pourtant, malgré quelques facilités, l’ensemble propose un trip intégral qui nous évade d’une réalité trop restrictive, sans tomber dans les ellipses ni dans l’abstraction la plus confuse.  

Plus factuellement, TOGETHER TO THE STARS est donc l’association entre David Steinmarck, le touche à tout du duo, qui outre sa polyvalence instrumentale a aussi pris en charge la composition et l’écriture, laissant le chant à son comparse Franco Fuentes, qui donne corps et âme à des textes parfois abscons, et à une musique terriblement attachante et séduisante dans le fond et la forme. Pas grand-chose de réellement intéressant à raconter sur les deux hommes, qui ne prennent pas le temps d’expliquer le pourquoi du comment, et qui préfèrent laisser leurs chansons parler pour eux. Leur label au contraire pose quelques jalons pour attirer le chaland, et propose donc ce premier LP aux fans de HERETOIR, ANOMALIE, AMESOEURS ou HARAKIRI FOR THE SKY, ce qui n’est ni complètement faux, ni vraiment pertinent. Certes, les quatre références utilisées permettront de mieux appréhender un projet qui utilise des recettes convenues, mais l’ambiance assez prenante que les deux suédois sont parvenus à créer mérite mieux que quelques comparaisons faciles, d’autant plus que leurs choix d’instrumentation opposent une liberté personnelle bien plus grande qu’une simple somme de références. Et bien loin de l’ennui profond dans lequel nous plonge souvent le Blackgaze, ce premier effort tente par tous les moyens de s’extirper de sa condition, spécialement lorsqu’il parvient à susciter des émotions contraires. Et de l’émotion, An Oblivion Above en regorge, et en offre à tous ceux qui oseront tenter l’expérience, une expérience humble qui ne se dépare pas d’une indéniable ambition. Avec deux titres qui passent aisément la barre des dix minutes, et un qui les frôle, les deux acolytes ont pourtant pris des risques tout en collant à la philosophie de leur approche, mais trouvent toujours des arrangements notables ou des harmonies qui s’incrustent dans la tête, suggérant parfois qu’ils sont allé chercher leur inspiration du côté d’un ciel qu’ils se plaisent à contempler de son infini.

Nous sommes donc assez loin des facilités et des politesses d’usage d’une étiquette définie à l’époque par les DEAFHEAVEN, même si l’ombre d’ALCEST plane parfois au-dessus des nuages. Pas vraiment contemplatif dans les faits, ni basé sur une utopie de réunion des genres, ce premier chapitre d’une nouvelle saga offre un visage multiple aux expressions homogènes et cohérentes, et une fois de plus, oppose un chant purement BM à des guitares complètement Post, pour créer ce décalage classique entre brutalité et séduction, sans vraiment choisir son camp, mais en parvenant à mettre une osmose tangible en place. Et le choix d’avoir entamé leur première œuvre par un titre aussi ample que « Timeless », qui en effet se joue du temps rappelle le culot de l’OPETH d’Orchid, qui lui aussi ne nous laissait aucune préparation pour affronter le chaos à venir. Et bien que les deux groupes finalement ne partagent pas grand-chose, si ce n’est cet affranchissement volontaire des étiquettes, il est tout à fait pertinent de les comparer, spécialement à cause de cette guerre que se mènent sans cesse des riffs purement sombres et des mélodies éthérées, dualité soulignée par des lignes vocales enterrées dans le mix, qui hurlent leur mal-être dans le lointain. Il est aussi possible de trouver des corrélations entre les suédois et VATTNET VISKAR, si l’on se souvient bien du voyage spatial proposé par le fulgurant Settler que les américains avaient publié en 2015, et qui trouve ici un écho non négligeable. Bien sûr, le néophyte se demandera sans doute pourquoi les plans se répercutent avec une telle régularité, et se posera la question de la pertinence de la viabilité d’un tel projet, mais le fan de Post comprendra très vite que les TOGETHER TO THE STARS, sans être vraiment novateurs osent quand même aller jusqu’au bout de leur démarche, et avalera d’une traite le long et épique « Apathy », qui sublime ce sentiment de stagnation asthénique, le bousculant d’une partie centrale en tourbillon de blasts sur fond de tapis de riffs acides.

L’interlude électrico-acoustique « Shrine » nous permettant de reprendre notre souffle avant la dernière déflagration, c’est l’esprit plus ou moins apaisé que nous encaissons le dernier choc de « Sanctuary », qui appuie un peu plus sur l’emphase BM, avec son rythme soutenu et ses guitares plus recentrées. C’est d’ailleurs l’épilogue rêvé de ce genre d’entreprise, et celui qui se rapproche le plus des fondements mêmes du Post BM des origines, n’hésitant pas à casser le schéma trop bien établi, même si son break central reste bluffant de pureté cristalline. Et l’un dans l’autre, et les minutes passant, on se rend compte que les quarante-deux passées en compagnie des suédois le furent très vite, ce qui est toujours bon signe. Sans vraiment chercher à bousculer l’ordre établi du Blackgaze et du Post, les TOGETHER TO THE STARS y soufflent un vent d’air un peu plus frais, et donnent le signal de départ d’une carrière qui pourrait être plus riche que la moyenne. Attendons de voir s’ils confirment à l’avenir avant de nous croire propulsés dans les étoiles. Celles-ci restent à vue, mais encore hors de portée, et leur approche nécessitera un peu plus d’audace en propulsion.


Titres de l’album :

                         1. Timeless

                         2. Oblivion

                         3. Apathy

                         4. Shrine

                         5. Sanctuary

Facebook officiel

Bandcamp officiel 


par mortne2001 le 09/03/2019 à 18:03
80 %    195

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Fuming Mouth

The Grand Descent

Endimion

Latmus

Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Band bien guez. L'un de leurs plus mauvais albums. Les compos sont plates et le chanteur n'a plus de voix.


1) Bon j'ai dit 15 h comme ça car l'exaction a eut lieu en milieu d'après-midi. Impossible donc que cela ait pu se faire pendant INCANTATION car j'étais forcément au devant de la scène à ce moment là.
2) "Ou comment faire d'un seul riff un morcif entier"
Bah figures-toi que c'est (...)


Depuis l'éponyme, a oui quand même, le seul qui envoi lourd dans leur disco(aller on dira aussi Iowa).

Je vais tenté cet album.


marrante ton anecdote, tiens. Vers 15h, ils devaient pas aimer Incantation, preuve qu'entre le missionnaire et ça, ils devaient pas avoir beaucoup de goût.
Sinon, plus sérieusement, d'accord avec toi pour la majorité, Humungus, sauf ZURIAKKE (bon, moi et le black à capuche ça fait 2) ou (...)


Merci pour le report, très agréable à lire.
Juste en passant, une petite faute : "Beaucoup de groupes refusent de jouer ici à cause de ça, mais la moindre des choses, quand on accepte de venir, c’est de jouer le jeux." - jeu.


Bon, je sais qu'ici, c'est sur le MOTOCULTOR mais vu que LeMoustre évoque plus haut le sujet :
Effectivement, super METAL MEAN cette année encore bordel !
Comme d'habitude, une affiche du tonnerre pour pas bien cher.
Seul bémol ce week end, les trombes d'eau que l'on s'est pris (...)


Au Méan, Midnight a déchiré et a véritablement lancé le fest, avec son punk/thrash à la Venom/Motörhead survolté. Enchaîner directement avec Incantation d'ailleurs fut une bonne idée, tant les deux groupes ont excellé dans leurs styles respectifs. Je sais pas au Motoc', mais ces deux là (...)


Slips sales forever


Une édition boueuse cette année !
Mais du lourd ! Incantation monstrueux, Midnight ultra rock n roll, etc... ! On vous raconte tout ça bientôt !


Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes