Macho Boys

Macho Boys

30/03/2017

Sabotage Records

Matinée Punk Hardcore, parce que l’underground, j’en veux encore. Alors autant commencer son dimanche du bon pied en se sevrant d’une bonne dose de Hardcore’n’roll dans la plus grande tradition du style, avec un groupe qui n’a pas les 80’s dans sa poche.

En écoutant ce Macho Boys des… MACHO BOYS, le trip nostalgique est à portée de tape, et on imagine bien les étagères de ces défenseurs de la crudité instrumentale remplies d’albums cultes, en version vinyle ou en cassettes enregistrées en réenregistrées jusqu'à plus soif, décorées de graphismes homemade et autres annotations bien vintage.

Mais malgré ce que leur nom semble indiquer, ces mecs machos n’en sont pas totalement, puisqu’on retrouve au sein du line-up de ce quatuor deux musiciennes, Tekiah Elzey au chant et Samantha Gladu à la basse. Elles sont accompagnées de Chris Mason à la guitare et Sam George au kit, ce qui transforme le quatuor en band équilibré, mais pas sûr que le genre même de leur combinaison les intéresse vraiment. Disons que les choses se sont passées de cette façon, et que le hasard fait très bien les choses.

Venant de Portland, Oregon, les MACHO BOYS ont déjà proposé une démo en début d’année 2016, ce qui avait mis la puce à l’oreille de tous les guetteurs de supergroupes, puisqu’ils en sont un quelque part. Venant conjointement des LOW CULTURE et de PISS TEST, ces quatre esthètes d’un Hardcore à grosse tendance Punk ne jouent pas les finauds, et assument l’héritage de la culture des eighties, nous ramenant directement dans le giron temporel de labels légendaires comme SST ou Dischord, avec ce je-ne-sais-quoi de plus les rendant aussi frais qu’un EP inédit des DESCENDENTS découvert dans la cave d’un vieux Punk à la retraite.

Caution crédibilité, agression spontanée, tels sont les ingrédients de ce premier EP qui ne fait pas les choses à moitié, et qui partage son tempo entre furies accélérées et mid tempo assénés, ce qui nous permet de sauter du pogo au slam sans avoir à bousiller notre pantalon déjà salement usé.

Son très cru, médiums qui grésillent, graves en retrait mais pas gommés pour qu’on puisse saisir la pulsation d’une grosse caisse et d’une basse à l’unisson, Macho Boys est l’archétype même de réalisation qui ne révolutionne pas le petit monde du Punk Hardcore, mais qui le fait respirer encore, haleter plus fort, pour proposer une grosse louche de morceaux in your face, qui érigent le Rock’n’Punk au rang de dogme absolu.

On pense évidemment au séminal Milo Goes To College d’Aukerman & co, mais aussi aux NEGATIVE APPROACH, à BLACK FLAG, à la scène de Boston, mais aussi à celle de New-York, lorsque le rythme se stabilise et que Tekiah hurle comme une damnée qui fend la bise. Une petite touche à la NEIGHBORHOOD BRATS, des allusions aux X-RAY SPEX (et pas seulement à cause du chant féminin, rassurez-vous), mais surtout, une énergie incroyable qui fait aussitôt regretter le fait qu’on ne pourra certainement jamais les apercevoir en concert. Ceux-ci doivent être résolument incendiaires eut égard à l’intensité de ce EP, qui ne ménage ni les gros riffs Hardcore propulsés par une rythmique qui ne faiblit jamais, ni les barrés qui maintiennent les BPM à un niveau raisonné.

En gros, une synthèse de tout ce que la scène Hardcore d’il y a trente ans proposait, remis au goût du jour sans dénaturer le son d’origine des pionniers.

Alors si vous aimez les grattes qui n’ont pas oublié de salir leur distorsion, le couplage basse/batterie collé comme un chewing-gum sous un paillasson, et les invectives d’une chanteuse qui se sort les tripes pour de bon, jetez-vous sur ce Macho Boys qui vous arrachera les tétons.

Tout ça respire l’urgence à plein nez, le truc qu’il faut choper sur le moment avant qu’il ne refroidisse, et des morceaux comme l’ouverture « Victim To Blame » donne le ton, qui ne baissera jamais en intensité tout du long. Chris Mason et sa six-cordes s’ingénient à combiner l’instantanéité sournoise de Greg Ginn et l’attaque ludique et coulée de Stephen Egerton, tandis que le duo Samantha/Sam usine et turbine en arrière-plan sans manquer de jus, pour une osmose générale de battue organisée en pleine forêt de la nostalgie d’une scène qui depuis la fin des années 70 n’en peut plus de revivre à travers la passion de la jeune génération.

Tout ceci sonne comme un cri de révolte adolescent en prise aux affres d’un désespoir de rejet, celui d’une société qui parque ses parias dans un coin oublié, pour que personne ne puisse les entendre ou les retrouver. Cette image s’incarne à merveille dans le format « long » de « Dark Places » qui nous éclabousse d’une atmosphère sombre et glauque à la FLAG/DISCHARGE, mais sait aussi trouer le silence sur quelques fulgurances (« Papa Don’t Preach Pt.2 », pas sûr que Madonna y renouvelle ses vœux, « Pig Sweat », cochon qui couine en contretemps, « Liar », que Rollins ferait bien de croire sur parole).

Mais les mecs ont au moins l’honnêteté d’assumer leur morgue indépendante effrontée, comme le démontre le tonitruant et vilipendant « We Don’t Owe You Anything », crédo Punk par excellence qui refuse les parrainages et autres reconnaissances de paternité, sans toutefois rejeter les enseignements de ses aînés sur un « Class Of 1984 », au moins aussi revêche que le film homonyme.

Des enchaînements pur classe américaine (« Stone Cold », avec une Tekiah qui vous chante dans les yeux et vous regarde dans le micro sans sourciller ni postillonner, « Cockroach » qui court après les cafards, pied au plancher et en brandissant le balai), et final accrocheur qui vous conseille de monter sur scène pour tenter le triple salto arrière en piqué (« Slam », ou comment réconcilier les DESTROY ALL MONSTERS et les STIMULATORS), et voilà donc un premier EP impeccablement troussé qui vous donnera l’impulsion pour vous projeter quelques décennies en arrière histoire de vous rappeler comment tout ça a commencé.

Retenez bien ce nom, les MACHO BOYS. Girls and boys unis dans le même élan de pureté, crachant un Punk Hardcore sans trop d’effet, mais concentré sur l’essentiel, riffs, rythmique, chant qui dans la colère nous émerveille, pour un trip back to reality sans pareil.

Et pas la peine de jouer les gros costauds de coin de ruelle. Avec une équipe pareille, c’est direct dans les burnes à la truelle.


Titres de l'album:

  1. Victim To Blame
  2. Dinosaur
  3. Pig Sweat
  4. Papa Don't Preach Pt. 2
  5. Stop The Hate
  6. Dark Place
  7. We Don't Owe You Anything
  8. Class of 1984
  9. Liar
  10. Stone Cold
  11. Cockroach
  12. Slam

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/04/2017 à 14:22
75 %    543

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

TEMNEIN

youpimatin 10/08/2020

Down 2009

RBD 08/08/2020

Universe

mortne2001 29/07/2020

F.F.W.

mortne2001 27/07/2020

Tiamat 2010

RBD 26/07/2020

Créda Beaducwealm

mortne2001 24/07/2020

Les Enfants du Cimetière

mortne2001 20/07/2020

Concerts à 7 jours
Wormrot + Trepan Dead + Mucus 18/08 : La Brat Cave, Lille (59)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Décidément ce titre de BENEDICTION donne vraiment envie d'en entendre plus. Classique mais efficace.

11/08/2020, 21:21

Moshimosher

Une bien triste nouvelle... RIP... :(

11/08/2020, 21:13

LeMoustre

Hâte d'en ecouter plus. Ramenez nous Sabbat et Deathrow et on sera comblés.

11/08/2020, 12:13

Kerry King

Dommage aussi cette histoire qu'il ne soit plus avec Entombed mais sous Entombed A.D.

D'ailleurs que devient Entombed de Hellid ? LG reste le membre charismatique du groupe pour moi.

10/08/2020, 22:03

Kerry King

Une légende. RIP.

10/08/2020, 21:59

Gargan

Riffs hypnotiques, chant excellent, merci pour la découverte.

10/08/2020, 13:36

Humungus

Phil is god.

10/08/2020, 10:38

Humungus

Pour l'avoir croisé back stage il y a quelques années, je confirme que ce type est la gentillesse même.

10/08/2020, 10:36

adq

En meme temps en piccolant et se shootant non stop c'est quasi inevitable maheureusement,,,

10/08/2020, 10:30

adq

connais pas mais merci pour la news people

10/08/2020, 10:28

Raumsog

Ouch c'est dur ça... Outre la carrière qu'on lui connaît, le type a quand même l'air foncièrement hyper sympa donc vraiment bonne chance à lui, "get the damn deal done" comme il dit!

10/08/2020, 09:26

LeMoustre

Entre lui et le cancer de LG Petrov, quelle tristesse.

10/08/2020, 08:57

Nubowsky

Quel dégoût..

10/08/2020, 07:11

Kerry King

Putain de chanteur LG ! La famille Metal est avec lui !

10/08/2020, 00:23

RBD

Tout à fait en phase avec cette présentation ! J'ai découvert le groupe avec cet album et j'ai été conquis. Je l'ai pris plutôt comme du Death Sludge à la Ulcerate et compagnie, dans une version plus accessible que les autres classiques de ce style que le groupe rejoint dès ce coup de maîtr(...)

09/08/2020, 22:50

RBD

Belle histoire dans cette épouvantable tragédie. Il doit y en avoir d'autres. Nervecell est un très bon groupe de Death brutal que je suis depuis leur premier disque.

09/08/2020, 21:53

RBD

Allons bon ! Tous nos voeux de force et de rétablissement.

09/08/2020, 21:47

Buck Dancer

J'ai d'abord eu peur en pensant qu'il était décédé, et vu ma réaction cela m'aurait fait un vrai choc, mais bien mauvaise nouvelle.
Allez LG, nique lui sa gueule à ce putain de cancer.

09/08/2020, 20:17

Buck Dancer

Vu en 2012 au Bataclan et j'ai pris un pied énorme. Et au contraire de toi RBD, j'ai eu cette sensation de spontanéité, qui manque cruellement a 99% des groupes metal que j'écoute. Phil hésitait pas à stoppé un morceau en plein milieu, pour mieux le recommencer ensuite, parce que le public ne(...)

09/08/2020, 16:32

KaneIsBack

Dans le genre LDOH-worship, c'est plutôt bon. Dommage que ça soit si court !

09/08/2020, 11:33