Matinée Punk Hardcore, parce que l’underground, j’en veux encore. Alors autant commencer son dimanche du bon pied en se sevrant d’une bonne dose de Hardcore’n’roll dans la plus grande tradition du style, avec un groupe qui n’a pas les 80’s dans sa poche.

En écoutant ce Macho Boys des… MACHO BOYS, le trip nostalgique est à portée de tape, et on imagine bien les étagères de ces défenseurs de la crudité instrumentale remplies d’albums cultes, en version vinyle ou en cassettes enregistrées en réenregistrées jusqu'à plus soif, décorées de graphismes homemade et autres annotations bien vintage.

Mais malgré ce que leur nom semble indiquer, ces mecs machos n’en sont pas totalement, puisqu’on retrouve au sein du line-up de ce quatuor deux musiciennes, Tekiah Elzey au chant et Samantha Gladu à la basse. Elles sont accompagnées de Chris Mason à la guitare et Sam George au kit, ce qui transforme le quatuor en band équilibré, mais pas sûr que le genre même de leur combinaison les intéresse vraiment. Disons que les choses se sont passées de cette façon, et que le hasard fait très bien les choses.

Venant de Portland, Oregon, les MACHO BOYS ont déjà proposé une démo en début d’année 2016, ce qui avait mis la puce à l’oreille de tous les guetteurs de supergroupes, puisqu’ils en sont un quelque part. Venant conjointement des LOW CULTURE et de PISS TEST, ces quatre esthètes d’un Hardcore à grosse tendance Punk ne jouent pas les finauds, et assument l’héritage de la culture des eighties, nous ramenant directement dans le giron temporel de labels légendaires comme SST ou Dischord, avec ce je-ne-sais-quoi de plus les rendant aussi frais qu’un EP inédit des DESCENDENTS découvert dans la cave d’un vieux Punk à la retraite.

Caution crédibilité, agression spontanée, tels sont les ingrédients de ce premier EP qui ne fait pas les choses à moitié, et qui partage son tempo entre furies accélérées et mid tempo assénés, ce qui nous permet de sauter du pogo au slam sans avoir à bousiller notre pantalon déjà salement usé.

Son très cru, médiums qui grésillent, graves en retrait mais pas gommés pour qu’on puisse saisir la pulsation d’une grosse caisse et d’une basse à l’unisson, Macho Boys est l’archétype même de réalisation qui ne révolutionne pas le petit monde du Punk Hardcore, mais qui le fait respirer encore, haleter plus fort, pour proposer une grosse louche de morceaux in your face, qui érigent le Rock’n’Punk au rang de dogme absolu.

On pense évidemment au séminal Milo Goes To College d’Aukerman & co, mais aussi aux NEGATIVE APPROACH, à BLACK FLAG, à la scène de Boston, mais aussi à celle de New-York, lorsque le rythme se stabilise et que Tekiah hurle comme une damnée qui fend la bise. Une petite touche à la NEIGHBORHOOD BRATS, des allusions aux X-RAY SPEX (et pas seulement à cause du chant féminin, rassurez-vous), mais surtout, une énergie incroyable qui fait aussitôt regretter le fait qu’on ne pourra certainement jamais les apercevoir en concert. Ceux-ci doivent être résolument incendiaires eut égard à l’intensité de ce EP, qui ne ménage ni les gros riffs Hardcore propulsés par une rythmique qui ne faiblit jamais, ni les barrés qui maintiennent les BPM à un niveau raisonné.

En gros, une synthèse de tout ce que la scène Hardcore d’il y a trente ans proposait, remis au goût du jour sans dénaturer le son d’origine des pionniers.

Alors si vous aimez les grattes qui n’ont pas oublié de salir leur distorsion, le couplage basse/batterie collé comme un chewing-gum sous un paillasson, et les invectives d’une chanteuse qui se sort les tripes pour de bon, jetez-vous sur ce Macho Boys qui vous arrachera les tétons.

Tout ça respire l’urgence à plein nez, le truc qu’il faut choper sur le moment avant qu’il ne refroidisse, et des morceaux comme l’ouverture « Victim To Blame » donne le ton, qui ne baissera jamais en intensité tout du long. Chris Mason et sa six-cordes s’ingénient à combiner l’instantanéité sournoise de Greg Ginn et l’attaque ludique et coulée de Stephen Egerton, tandis que le duo Samantha/Sam usine et turbine en arrière-plan sans manquer de jus, pour une osmose générale de battue organisée en pleine forêt de la nostalgie d’une scène qui depuis la fin des années 70 n’en peut plus de revivre à travers la passion de la jeune génération.

Tout ceci sonne comme un cri de révolte adolescent en prise aux affres d’un désespoir de rejet, celui d’une société qui parque ses parias dans un coin oublié, pour que personne ne puisse les entendre ou les retrouver. Cette image s’incarne à merveille dans le format « long » de « Dark Places » qui nous éclabousse d’une atmosphère sombre et glauque à la FLAG/DISCHARGE, mais sait aussi trouer le silence sur quelques fulgurances (« Papa Don’t Preach Pt.2 », pas sûr que Madonna y renouvelle ses vœux, « Pig Sweat », cochon qui couine en contretemps, « Liar », que Rollins ferait bien de croire sur parole).

Mais les mecs ont au moins l’honnêteté d’assumer leur morgue indépendante effrontée, comme le démontre le tonitruant et vilipendant « We Don’t Owe You Anything », crédo Punk par excellence qui refuse les parrainages et autres reconnaissances de paternité, sans toutefois rejeter les enseignements de ses aînés sur un « Class Of 1984 », au moins aussi revêche que le film homonyme.

Des enchaînements pur classe américaine (« Stone Cold », avec une Tekiah qui vous chante dans les yeux et vous regarde dans le micro sans sourciller ni postillonner, « Cockroach » qui court après les cafards, pied au plancher et en brandissant le balai), et final accrocheur qui vous conseille de monter sur scène pour tenter le triple salto arrière en piqué (« Slam », ou comment réconcilier les DESTROY ALL MONSTERS et les STIMULATORS), et voilà donc un premier EP impeccablement troussé qui vous donnera l’impulsion pour vous projeter quelques décennies en arrière histoire de vous rappeler comment tout ça a commencé.

Retenez bien ce nom, les MACHO BOYS. Girls and boys unis dans le même élan de pureté, crachant un Punk Hardcore sans trop d’effet, mais concentré sur l’essentiel, riffs, rythmique, chant qui dans la colère nous émerveille, pour un trip back to reality sans pareil.

Et pas la peine de jouer les gros costauds de coin de ruelle. Avec une équipe pareille, c’est direct dans les burnes à la truelle.


Titres de l'album:

  1. Victim To Blame
  2. Dinosaur
  3. Pig Sweat
  4. Papa Don't Preach Pt. 2
  5. Stop The Hate
  6. Dark Place
  7. We Don't Owe You Anything
  8. Class of 1984
  9. Liar
  10. Stone Cold
  11. Cockroach
  12. Slam

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/04/2017 à 14:22
75 %    300

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Northern Light Orchestra

Greatest Hits

Ploughshare

In Offal Salvation

Conjure

Releasing The Mighty Conjure

Death Chaos

Bring Them to Die

Atomic Death Squad

Brain Dead

Blackwater

Good As Evil

Scorcher

Systems of Time

Virginia Hill

Makin' Our Bones

Psython

The Last Days of the Good Times

Nacht Und Gnosis

Det Warder Sådt I Skröplighet Och Skal Upstå Ur Kraft

Helfro

Helfro

Ain

Stance I

Beaten To Death

Agronomicon

Wolfen

Rise of the Lycans

War Thrashed

Bienvenido A Tu Ejecucion

Pertness

Metamorphosis

Last Autumn's Dream

Secret Treasure

The Ripper

Hell Rising

Chainbreaker

Lethal Desire

Obscura + Fallujah + Allegaeon + First Fragment

RBD / 16/02/2019
Death Mélodique

NECROS CHRISTOS + ASCENSION + VENENUM / Live-report / Rennes

Jus de cadavre / 11/02/2019
Death Old School

Brendan Perry

RBD / 06/02/2019
Country

Concerts à 7 jours

+ Uada + Tribulation

23/02 : Cinema, Alost ()

Photo Stream

Derniers coms

kingdoms est pourtqnt excellent


Belle chronique, complémentaire a choosing death ?
Très tentant


L'annonce qui n'annonce rien, j'espère que ça ne va pas se limiter à la sortie d'un t-shirt


J'aurais un titre a la place de ça ! Vivement du nouveau Entombed.


Intéressant ça.


1) Re-Ah ah ah !!!
2) Perso, je ne trouve pas que la scène NS soit plus pro, plus visible et plus acceptée qu'avant.
A mon sens, rien n'a bougé à ce niveau là.
"C'est aussi peut-être dû au "taf" sur le zine" : Bien vu je pense.
3) "Je fais partie de ceux qui dissocie c(...)


Ah ah ah !!!


14 ans ? trops jeunes pour moi et pour le black


"Louis-Ferdinand Céline, c'est énorme !"
Laurent Gerra.


Yep, excellente interview bien cash, et bonne découverte d'un label que je ne connaissais absolument pas !


sympa l'interview ! hate de lire les suivantes car c'est un sujet super interressant rarement exposé


Super démarche de votre part que cette nouvelle série d'interviews, et super cool entretien, très enrichissant ! Merci à vous !


Je précise que le "tu" utilisé plus haut ne se voulait pas personnel mais bien général. Le "on" aurait été de ce fait, plus approprié. ;-)


@ Jus de Cadavre : héhé ouais, je sais. Et ce n'est peut-être pas dans les coms d'une news sur Shining qu'il est le plus approprié d'en parler... Mais ça me paraissait important à soulever comme question, sur le moment.
A titre perso, il me semble qu'acheter, partager, diffuser, aller vo(...)


JTDP : là tu soulèves le grand débat par rapport à cette scène... Est ce que écouter un groupe NS dans son coin, sans faire attention à l'idéologie, c'est soutenir ? Difficile comme question.
Perso je fais partie de ceux qui dissocie complétement l’idéologie de l’œuvre... Mais (...)


Ils auront pas perdu de temps pour enchaîner.
J'espère vraiment un grand Morbid Angel, meilleur que Kingdoms.


"J'ai reçu il y a quelques années un email tout à fait officiel de la bibliothèque nationale de je sais pas quoi ou grosso modo ils me disaient : "nous avons vu que vous avez un label et dans le cadre de la collection nationale d'archives musicales nous vous invitons à nous envoyer un exemplai(...)


Perso, ce qui me fait un peu flipper avec cette scène NS, c'est que de 1 on en parle beaucoup plus (ce qui leur fait immanquablement plus de pub) et de 2, j'ai comme l'impression que la scène Metal, Black mais pas que, ne sait pas trop quoi en foutre de ça en fait. Cela fait 2 interviews que je l(...)


#BalancesTonLoupGarou


Un peu trop foutraque à mon goût...