Au Bord du Gouffre

Mamüth

09/01/2023

Autoproduction

Lorsqu’on parle de Crossover, on imagine immédiatement cette hybridation de Thrash et de Hardcore telle que l’on définit des groupes comme D.R.I, NUCLEAR ASSAULT ou autres CRUMBSUCKERS. Non, le Crossover est un mouvement beaucoup plus général, en phase avec sa définition la plus littérale : croisement. Plusieurs genres peuvent donc être impliqués, ce que nous expliquent peu ou prou les vendéens de MAMÜTH.

Le MAMÜTH est au choix un mammifère proboscidien de la famille des éléphantidés, une ancienne chaîne de supermarchés, un excellent film avec Gérard Depardieu, ou un quatuor de Montaigu. C’est ce dernier cas qui nous intéresse aujourd’hui, puisque François (basse/chant), Nico (batterie), John (guitare) et James (guitare) nous proposent leur premier album, un premier album plutôt court, mais méchamment percutant. A peu près autant qu’un pachyderme qui vous fonce dessus les défenses en avant ou qu’un Gérard Depardieu sur sa pétrolette allant chercher ses trimestres manquants.

MAMÜTH officie donc dans un créneau assez difficilement cernable, entre Heavy Metal vraiment lourd, Sludge digeste et Hardcore light. Mais c’est encore le groupe qui parle le mieux de sa démarche singulière sur son Bandcamp :

Au-delà des étiquettes, des genres, ce qui réunit les membres de MAMÜTH, c'est leur intérêt pour ce vecteur commun qu'est la musique. Ainsi MAMÜTH distille un Crossover - Punk, Métal, Hardcore -  teinté de multiples influences musicales.

Cette définition est encore la meilleure pour décrire les sept pistes de ce premier long ne l’étant pas tellement. Avec moins de trente minutes au compteur, Au Bord du Gouffre s’y jette assez rapidement, non sans avoir pris le soin de nous expliquer sa philosophie. Construit sur une base de Sludge/Hardcore parfois teinté de Doom, Au Bord du Gouffre se veut aussi catchy que pesant, et alterne les humeurs, les ambiances, pour offrir un panaché de directions tout sauf hésitant.

Si la dominante reste sous la moyenne d’une lourdeur pas trop suffocante, les digressions restent efficaces et mémorisables, entre Hardcore de rue et Sludge de province. « Le Pouvoir et le Sang », après un feedback évident nous montre alors l’étendue des capacités de ces musiciens désireux d’échapper aux étiquettes, et traîne sa rythmique puissante le long de guitares disertes, et d’un chant rauque et définitivement Core.

A la manière d’un 7WEEKS plus Punk que Stoner, ou d’un LOFOFORA moins porté sur le Rap que sur le Hardcore, MAMÜTH joue simplement son va-tout, et remporte l’adhésion des fans d’une musique ouverte et sincère.

On se laisse facilement séduire par ces deux guitares qui se complètent à merveille dans la lancinance, à la manière parfois d’un CANDLEMASS des débuts (« Binaire »), ou d’un THERAPY en rupture de bans mélodiques (« Indigestion »). L’album suit donc son cours naturel, et nous entraîne sur les routes, comme une dernière répétition avant la tournée de promotion. Avec son léger parfum HELMET en arrière-plan (« Eclipse »), ses réflexes automatiques, et ses déviances harmoniques, Au Bord du Gouffre est une proposition sur un pont d’un saut à l’élastique pas forcément bien assuré, aux harnais usé et à la chute imprévisible, sensation ultime d’un genre n’en étant pas un et susceptible de réserver quelques surprises en douche froide.

Enregistré les 30 avril et 1er mai 2022 au studio Corner Box à Rocheservière, et mixé durant l'été par Antoine Lacoste, masterisé le 2 novembre 2022 au studio Masterlab à Nantes par Ronan Cloarec, Au Bord du Gouffre dispose d’un son ample et sec, sans artifices, avec des graves gardés sous la bride, et des médiums au service de riffs simples et directs. Pas question de se disperser ou de diluer son alcool, la volonté de rester underground et pur est manifeste sur tous les morceaux, même lorsque l’atmosphère surchauffée nous donne un aperçu des concerts à venir (« Combat »).

Un groupe honnête pour un album ne l’étant pas moins, et qui se permet parfois des allusions brèves à la NOLA, sur l’épilogue « Aube Sanglante ». Solide en mid, léger en up, MAMÜTH a de sacrées qualités, et cette entame de parcours le souligne avec beaucoup d’humilité.

Le MAMÜTH écrase, mais peut aussi prendre ses pattes à son cou. Pas pour éviter le combat, mais pour se battre sur un autre front. Mettons hors des frontières de la Vendée par exemple.  

                        

  

Titres de l’album:

01. Le Pouvoir et le Sang

02. Au Bord du Gouffre

03. Binaire

04. Indigestion

05. Eclipse

06. Combat

07. Aube Sanglante


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 06/03/2023 à 17:52
85 %    405

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49