Conveyance In Death

Rhûn

26/01/2024

I.k. Productions

Attention. L’homme est seul, s’appelle Aaron Charles et joue un Black Metal fièrement guerrier et subtilement mélodique. Jusque-là, rien de bien inhabituel, mais l’homme vient de Portland. Et là, les visages s’éclairent à mesure que les ténèbres s’épaississent. Car cette ville de l’Oregon est un réservoir inestimable et inépuisable d’atrocités sonores, que ce soit en termes de Hardcore, de Death Metal ou de Black Metal. Alors autant prendre le cas au sérieux, et aborder l’écoute de ce premier album avec beaucoup d’attention.

Monté il y a deux ans, le projet solitaire RHUN se présente officiellement sur la scène BM nationale par le biais de Conveyance In Death, en six titres bien tassés. Et si les one-man-bands sont légion dans la tanière du Metal noir, nombreux sont ceux qui ne valent pas tripette et servent juste à flatter l’ego nihiliste de sauvages mal éduqués. RHUN est donc différent de la masse. Eu égard à sa créativité tout d’abord, mais aussi sa musicalité. Souvent à la lisière du Death des années 2000, le concept propose un Metal fortement influencé par la scène suédoise, avec DISSECTION en tête de liste, et bien évidemment, un parrainage indirect et post-mortem de BATHORY.

Puissance, harmonies et lancinance, telles sont les trois mamelles de ce premier jet très professionnel. Tellement qu’il donne le sentiment d’avoir été joué par un groupe à part entière, tant ses idées sont riches et ses arrangements luxuriants.

Une très bonne surprise de l’underground donc, et un disque qui risque de rester dans vos playlists noires des mois durant. Bien loin du lo-fi ou du Trve un peu trop trou, Conveyance In Death ressemble beaucoup aux productions Memento Mori et Sentient Ruin, et pourrait même réconcilier les deux écoles. Celle bruitiste et avant-gardiste et l’autre plus traditionnelle et fidèle aux dogmes. 

De l’excellent boulot, et une majesté qui nous ramène aux grandes heures des Acteurs de l’Ombre. Même grandiloquence de ton, même port altier des riffs acharnés, même chant décharné, pour un résultat identique : de la classe dans l’attaque, et de la fermeté dans le propos musical.

En refusant de rester statique ou unidirectionnel, RHUN nous offre donc un spectacle intégral, redoutablement bien mixé pour équilibrer les ingrédients. Dès « Morningstar », le ton est donné, et l’ambiance est surchauffée. A la manière d’une chaudière industrielle tournant à plein régime, Conveyance In Death n’offre que peu de respirations, mais évite le côté monolithique des sorties old-school un peu trop linéaires. On s’en rend évidemment compte assez vite, mais encore plus en testant le quasi Indus « Bone Ornament », qui après quelques mesures martiales, laisse un lick hautement redondant faire son office.

Et ce mélange de fournaise rythmique et d’aération mélodique est assurément le point fort de ce premier album. Peaufiné, bichonné, tout en restant très sauvage, il s’inspire de trois décennies de courants divers pour faire passer son message, digne des superproductions mondiales. On soulignera avec délice la multiplication des plans au sein de chaque morceau, ces soli harmonieux qui caressent les tympans, et ces reprises sans pitié qui nous écrasent les os. Et l’un dans l’autre, on se dit qu’Aaron Charles se passe allégrement d’acolytes et autres sidekicks.

En moins de quarante minutes, le talent de l’américain s’impose. Si les quelques inflexions MARDUK et MAYHEM permettent de situer la narration, si « Howl of Gleaming Swords » tambourine velu de sa propre colère, le tracklisting fait la part belle à des exigences formelles, incarnées par des suites évolutives ambitieuses, mais modestes en termes de durée.   

Libre mais concis, personnel mais cohérent et universel, Conveyance In Death utilise les astuces Death les plus accrocheuses, les guitares acoustiques inquiétantes, les silences pesants, et accepte tacitement d’incarner la nouvelle garde US du Black de première division. On regrettera juste l’absence d’un morceau vraiment épique, mais en savourant le fielleux « Citadels in Ruin », aussi oppressant qu’un thorax coincé par la douleur, on se dira que le tout est franchement bien foutu, et quasiment imperfectible dans son style.

Portland, encore et toujours. Cette ville inspire les esprits les plus vils, et leur confère des pouvoirs quasiment surnaturels. RHUN pérennise donc l’héritage de l’Oregon, et sonne le canon, pour rappeler à tous les autres que les maîtres n’ont pas déménagé.

Et ne comptent pas le faire.     

 


Titres de l'album :

01. Morningstar

02. Tomb of Andesite

03. Bone Ornament

04. Howl of Gleaming Swords

05. Citadels in Ruin

06. Night's Glacial Passing


Bandcamp officiel


par mortne2001 le 13/04/2024 à 17:51
78 %    105

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Labbé
@165.225.205.40
15/04/2024, 15:01:53

je plussoie ! cet album est effectivement fort fort bon... mention spéciale pour Howl of Gleaming Swords. 

Merci pour la découverte ! 

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

@LeaJ'exprime mon avis tout le monde me tombe dessus je défend mon point de vue et voilà tout. Il y a toujours quelqu'un pour remettre une pièce dans la machine, pour moi j'ai effectivement tout dit du coup je m'amuse un peu que voulez-vous.

27/05/2024, 16:40

DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35