Rush of Death

Almanac

06/03/2020

Nuclear Blast

Etant français, j’en étais resté à l’Almanach Vermot, relié pleine peau de porc, édition 1916. N’étant pas forcément au courant de tout ce qui se fait sur la scène Metal, je n’avais pas conscience que des vilains allemands s’étaient emparé de notre fierté nationale pour s’en faire un sobriquet plus personnel et germain, et c’est ainsi que j’ai découvert sur le tard l’ALMANAC de Victor Smolski, ou plus exactement le VICTOR SMOLSKI’S ALMANAC. Si vous n’êtes pas plus porté que moi sur la biographie exhaustive des musiciens européens, ce nom ne vous dira sans doute pas grand-chose. Pourtant, Victor Smolski est un acteur majeur de la scène d’outre-Rhin, puisqu’il fut membre de RAGE de 2001 à 2012, soit de l’album Welcome to the Other Side à 21. Mais l’homme et le musicien sont plutôt du genre hyperactif, puisqu’on retrouve le nom de Smolski au casting de groupes comme MIND ODYSSEY, VOODOO GODS et évidemment VICTOR SMOLSKI himself, puisqu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Victor, via RAGE a donc beaucoup travaillé avec le LINGUA MORTIS ORCHESTRA, celui-là même qui aida RAGE dans les années 90 à s’extirper de sa routine Metal trop prononcée, et ALMANAC est donc plus ou moins la poursuite de ses travaux avec cet ensemble atypique, dont on retrouve une actrice ici. Et c’est donc avec Tsar que le concept s’est fait connaître en 2016, avant de confirmer d’un rageur Kingslayer un an plus tard. La formule était assez simple, combiner les obsessions du guitariste pour le Heavy, le Power, le Néo-classique et le classique tout court, et ainsi fusionner des genres complémentaires pour en créer un presque nouveau. Et si les amateurs de Hard à l’Allemande savent à quel point il peut être savoureux mais assez peu digeste, les esthètes de la démonstration estampillée Ruhr savent aussi que leurs musiciens préférés savent mettre de côté les ficelles à rôti les plus épaisses pour produire une musique plus fine qu’à l’ordinaire.

Jusqu’à présent, j’appréciais le concept sans vraiment me relever la nuit pour en analyser les tenants et aboutissants. Si les deux premiers LPs d’ALMANAC étaient d’une qualité indéniable et faisaient montre d’une malice incontestable, Rush of Death se devait d’entériner les bonnes prophéties pour mettre tout le monde d’accord. Après tout, nous parlons-là d’un troisième album, de celui qui confirme ou infirme les réputations, et il y a fort à parier que certains fans seront déçus de l’orientation empruntée, tandis que d’autres loueront l’ouverture d’esprit médiane de Victor. Car le guitariste/claviériste est capable, il le sait, et ses suiveurs aussi, mais il a l’intelligence de mettre sa technique au service de la créativité. C’est ainsi qu’il ne nous les brise pas avec des démonstrations boursouflées toutes les trente secondes, préférant mettre en avant la qualité des chanteurs qui l’entourent et des chansons qu’il compose. Avec un line-up légèrement remanié et l’arrivée de Frank Beck (GAMMA RAY, MASTERS OF DISGUISE) et Patrick Sühl (ex-Cp24, ex-GUN BARREL, ex-PANTALEON) au chant, venus soutenir la puissante et lyrique Jeannette Marchewka du LINGUA MORTIS ORCHESTRA, ALMANAC a donc fait peau légèrement neuve, puisqu’on ne retrouve plus du line-up officiel que Victor et Jeannette, et de l’album précédent Tim Rashid à la basse. C’est peut-être pour ceci ou toute autre raison que Rush of Death sonne plus mainstream et compromis que ses deux aînés, et qu’il risque de diviser la fanbase. Les chansons sont ici plus raisonnables, moins empruntes de ce classicisme baroque que Victor affectionne tant, et plus symptomatiques d’un Power Metal de très haute volée, selon les standards européens en vigueur depuis quelques années.

Ceci n’est pas une critique, mais une simple constatation. N’étant pas un fan du genre démonstratif et emphatique, j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter cet album qui selon moi parvient à unir l’énergie allemande d’un RAGE, la fluidité technique d’un DREAM THEATER, et le sens de la mélodie suédois. Pas de surcharge en graisse à craindre non, ni de rideaux de velours aux reflets un peu cheap, mais une solide dose de Heavy Metal plus légère qu’elle n’y paraît à l’écoute, et surtout, des tubes, des hits, notre hôte prouvant qu’il n’a rien perdu de son flair légendaire pour nous faire lever le poing et chanter en chœur. Ce qui surprend au prime abord, c’est le côté homogène de l’album, et l’osmose entre les musiciens. Il faut dire que la configuration actuelle a tourné pendant plus d’un an ensemble, ce qui a de quoi renforcer pas mal de liens, et on le sent à l’écoute des compositions qui mettent en avant les qualités individuelles et collectives. Le niveau d’enthousiasme est parfois bluffant, tout comme les prouesses personnelles, et en terminant la course sur le trépidant « Like A Machine », Victor nous laisse sur une note euphorique, ce morceau représentant la quintessence du Power Metal à l’Allemande, celui que SCANNER défendait en son temps, mais avec des trouvailles instrumentales et une aisance naturelle typiquement contemporaines. On a d’ailleurs le sentiment que Victor lâche tout sur ce morceau, nous faisant montre de ses incroyables capacités de guitariste, alors que les chœurs en épilogue nous permettent une sortie toute en douceur. Mais avant de penser à sortir, il faut d’abord rentrer, et c’est via le rageur (évidemment) « Predator » que Rush of Death nous contamine de sa vélocité typiquement allemande et de ses riffs musclés. On sent que la production a été peaufinée (trop diront certains), et le groupe renouvelé n’attend pas très longtemps avant de nous convaincre de son potentiel. « Rush Of Death » lâche donc toute mesure et dépasse le timing, mais sans manquer d’idées, entre une intro menaçante qui met dans l’ambiance et cet up-tempo à la RAVEN qui trépide d’un lick classique, mais toujours efficace.

En altérant les modalités, Victor propose à ses fans de quoi se faire les tympans, passant avec aisance du Heavy mélodique au Heavy progressif et technique, sans tomber dans l’esbroufe et en s’appuyant toujours sur cette dualité vocale toujours aussi prenante. Et si les dix morceaux n’en sont que huit à cause de deux inserts judicieusement placés, ce troisième album n’en est pas moins complet, diversifié, entre Hard à la nordique (« Soiled Existence ») et démonstration de force à l’américaine (« Satisfied » et sa redondance presque Néo qui fait trembler les tuyaux). Pas grand-chose donc à reprocher à notre guitariste préféré, qui a accepté des concessions, et abandonné des prétentions symphoniques pour se concentrer sur la pertinence et les aspects les plus percutants de sa musique. Mais avec un nombre conséquent de riffs, deux chanteurs qui se complètent à merveille et une exubérance globale, Rush of Death est un album qui convainc, et vers lequel on revient.

                                   

Titres de l’album :

                      01. Predator

                      02. Rush Of Death

                      03. Let The Show Begin

                      04. Soiled Existence

                      05. Bought And Sold

                      06. The Human Essence

                      07. Satisfied

                      08. Blink Of An Eye

                      09. Can’t Hold Me Back

                      10. Like A Machine

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/03/2020 à 19:25
80 %    334

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Licence to Kill

mortne2001 04/06/2020

Mood Swings

mortne2001 02/06/2020

Wintersun

JérémBVL 01/06/2020

Songs For Insects

mortne2001 30/05/2020

Solstice

mortne2001 28/05/2020

The Triumph Of Steel

JérémBVL 27/05/2020

The Gathering 2006

RBD 26/05/2020

End Of Society's Sanity

mortne2001 25/05/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KaneIsBack

Jamais vu le groupe en live, en grande partie à cause de leur réputation catastrophique. Mais j'adore sur album, et ce disque, malgré ses défauts, reste une de mes références (il faut dire qu'il fait partie des premiers albums que je me suis payé). Par contre, je tiens à dire ici haut et for(...)

05/06/2020, 21:41

poybe

Perso je les ai vus il y a une dizaine d'années à la coopé de Clermont (tournée avec Moonspell, Turisas et Dead Shape Figure (là j'ai du rechercher le nom du groupe ^^)), je n'en garde pas un mauvais souvenir. Le son était bon, la prestation correcte, sans être non plus transcendante ... j'av(...)

05/06/2020, 18:45

Hair-dressing Curiosity

@ Humungus :
:-)))))

N'empêche que pour ceux qui avaient biberonné aux 4 Horsemen dans les 80's, devoir subir des curetages du prose comme Load/Reload/St Anger... bordel ! la cicatrisation des sphincters a pris du temps. C'est un peu comme les rhumatismes, ça se réveille mêm(...)

05/06/2020, 17:05

Reading Bouquinerie

Naaa, c'est de la petite série, réimprimé par paquets de 12. :-D

Raaa n'empêche j'ai hâte de lire ça ! Ca va raviver des souvenirs !
(mode "vieux con", avec ses demo tapes sous le bras)

05/06/2020, 16:51

Lifting Catastrophy

J'en viens à penser que le récit d'un BON concert de Cradle ça permet finalement de démasquer à coup sûr un pseudo spectateur qui en fait ne les a jamais vus live. :-))))))




Non allez, pas tapé !! c'était juste pour faire du mauvais esprit. :-)))))

05/06/2020, 16:47

Goughy

Je n'ai que cet album et "Beauty", vu 5 ou 6 fois, toujours en festival ou "gros concert" dons ils n'étaient pas tête d'affiche, je n'ai jamais entendu pareille bouillie sonore pour aucun groupe, même du grind de squat.
On en parle parfois avec mon pote qui me dit que je ment, qu'on les a v(...)

05/06/2020, 15:57

Humungus

4ème réédition putain !?!?
Musso n'a qu'à bien se tenir !

PS : A quand dans la Pléiade ???

05/06/2020, 13:12

Humungus

Bah écoutes, j'ai fort bien fait de ne faire aucun commentaire hier soir car tu as (d)écrit en mille fois mieux qu'elle était mon ressenti sur le sujet...
Merci Professeur Hair-dressing Curiosity.

05/06/2020, 13:10

Hair-dressing Curiosity

Je pense que c'est un tout.
S'ils n'avaient pas à ce point retourné leur veste, il y aurait eu une meilleure acceptation du look, parce qu'ils avaient un tel capital sympathie et affectif avec le public que les fans auraient évoqué ça 6 mois plus ce serait passé crème.
Mais quand (...)

05/06/2020, 12:27

Reading Bouquinerie

maLin

05/06/2020, 12:20

Reading Bouquinerie

C'est main, je viens de me délester de 46 balles. :-))))

(merci MetalNews !!)

05/06/2020, 12:20

Arioch91

Excellent ouvrage que je recommande !

05/06/2020, 07:09

Humungus

Sachant que j'ai dû les voir 3 ou 4 fois, j'ai donc eu l'immense malchance de tomber à chaque fois sur une de leurs 5 mauvaises prestations live.

The Trve Humungus.

05/06/2020, 05:22

Satan

Deux choses :
1) C'est "Whore" en non "Wore".
2) De plus, c'est le nom de l'opus qui prend des petits points (au nombre de 5) et non le titre éponyme qui s'écrit d'une seule traite.
Désolé d'être pénible mais on se doit de respecter les chefs-d’œuvre jusque dans les moindr(...)

04/06/2020, 23:18

Satan

Il est parfaitement risible que l'argument number 1 de l'époque était "ils ont coup leurs cheveux". Ça en dit long sur le degré d'immaturité de bon nombre de métalleux malheureusement.

04/06/2020, 23:05

lolo

pas mal le chat planqué dans les gradins!

04/06/2020, 15:55

Humungus

"Age tendre et têtes de con" voulais-tu dire non ?

04/06/2020, 13:07

Jus de cadavre

O'Brien est toujours dans le line-up sur Metal-archives, mais sur le post de Fisher en studio il mentionne le nom de Rutan...
"georgecorpsegrinder
Guess what I’m doing @manarecording @cannibalcorpseofficial @alexwebsterbass @erikrutanofficial #paulmazurkiewicz #robbarrett @metalbladere(...)

04/06/2020, 11:57

grinder92

Pat est sorti de prison (50000$ de caution). Je pense qu'il n'en a pas fini de ses soucis judiciaires, mais il est libre.
A-t-il composé pour le prochain album ? aucune idée...

04/06/2020, 11:47

L'anonyme

Et avec qui pour remplacer Pat 0'Brien, parce que je suppose qu'il est toujours en prison ? Erik Rutan ? D'autant plus que O'Brien compose beaucoup pour le groupe...

04/06/2020, 11:34