Allez, on revient à la charge une fois de plus, histoire d’achever de vous convaincre que « c’était mieux avant ». Visiblement, des milliers de groupes semblent le croire au vu de la densité de productions vintage qui nous engloutissent depuis ces dix-quinze dernières années.

Mais certains semblent y trouver leur compte, groupes comme public, alors pourquoi s’en plaindre ?

Et puis d’un certain côté, il faut avouer que lorsqu’on a dépassé un certain âge, oui, « c’était mieux avant ».   

Mais avant quand au juste, parce que la fourchette temporelle est vaste quand même? Dans ce cas précis, c’était mieux dans les années 80, lorsque le Speed, le Thrash, le Black et tout ce qui était evil restait encore cantonné dans l’underground, et que tout restait à faire.

Depuis évidemment, la donne a bien changé, et l’extrême est devenu un cirque impitoyable ou chacun cherche à faire plus immonde que son voisin. Mais il y a trente ans et des poussières, même les combos les plus diaboliques gardaient encore un lien avec l’expression musicale intelligible, et certains semblent s’en souvenir, éprouvant même de grosses bouffées de nostalgie à l’évocation de leur scène nationale.

C’est certainement le cas des NIGHTPRÖWLER qui n’ont pas oublié les exactions de leurs voisins brésiliens et de leurs homologues européens et américains, de POSSESSED à MUTILATION, en passant par SEPULTURA, mais aussi MOTORHEAD, VULCANO, et toute cette scène bestiale qui savait faire capitaliser une technique approximative en poussant les boutons à fond.

NIGHTPRÖWLER est donc un groupe de Quito, Equateur, enfin, façon de parler. En effet, le « groupe » se résume à une individualité notable, celle de Dave Vicer (David Estrella pour l’état civil), qui depuis 2011 malmène ses cordes de guitares, ses cordes vocales, ses cordes de basse et ses peaux de tom pour nous convaincre du bienfondé de sa démarche en solitaire.

L’homme/musicien est prolifique et discipliné malgré son penchant pour la débauche, et a déjà produit trois EP en trois ans (Midnight Sacrifice, 2013, 666 Booze Nights Till Apocalypse en 2014 et Drunk Whores and Destruction en 2015), plus une participation à un 4-band-split en compagnie de RESTOS DE TRAGEDIA, GELO et OVER BLOOD en 2013.

Les années ont donc affûté et affiné sa vision qui finalement est toujours aussi grave et grasse, mais cathartique dans son refus permanent d’évolution musicale. Pour l’entrevoir et l’appréhender sans poser vos oreilles sur l’objet qu’est son premier LP Unholy Rawness, il suffit d’imaginer un mélange explosif du DARKTHRONE le plus N’Roll, du VENOM le plus paillard, du MOTORHEAD le plus Fast n’Roll et d’un brin de SODOM qui aurait su ralentir la cadence avant de sortir de la route du bon goût. Ajoutez à ça un brin de sauvagerie d’Amérique du Sud période 85/86, et une attitude frondeuse et déviante, et vous obtenez huit morceaux qui déboulent dans votre salon sans prévenir et qui dézinguent tout le mobilier.  

On retrouve d’ailleurs sur ce premier longue durée des morceaux qu’on retrouvait déjà sur les précédents EP, mais pas d’inquiétude si vous les connaissez, puisque ces titres ont été retravaillés et réenregistrés. C’est donc un travail presque totalement inédit que nous propose Dave, qui couronne six années de présence dans l’underground, et qui confirme que l’homme n’a rien perdu de sa spontanéité.

La formule est efficace et sommaire. Du Speed revu et corrigé BM des origines (VENOM), avec une pointe de Thrash glauque à la FROST quand le tempo décélère, des tonalités graves qui se répercutent en écho pendant une demi-heure, et surtout, le minimum de variations pour ne pas diluer le bordel ambiant. Non que la musique de NIGHTPRÖWLER soit particulièrement brutale, mais son statisme et son refus de toute modulation la rendent monolithique et éminemment sauvage, et adressée aux fans les plus exigeants de Heavy/Speed blackisé primaire et primesautier.

Tout ça n’engendre pas la tristesse, même si la linéarité de l’entreprise n’échappera à personne. Hormis quelques changements de tempo de ci de là, Unholy Rawness n’a pas été baptisé au hasard et fonce droit devant, ne ralentissant que pour éviter de se vautrer trop vite dans les bas-côtés.

Mais une simple lecture des titres vous en dira plus que n’importe quel discours, et vous comprendrez vite que la modernisation et l’adaptation à l’époque ne sont pas des thèmes qui intéressent Dave. Lui aime parler de femmes de petite vertu, de diablotins velus, de boissons fortes et autres déesses de l’enfer charnues, à qui il dédie une musique crue qui vous ramènera dare-dard  dans les mid 80’s.

Chacun ses goûts après tout.

Son premier LP a donc les défauts de ses qualités, et l’inverse, mais reste admirable de conviction et de franchise. Il dispose en outre d’un bon son, équilibré mais abrasif, distordu mais intelligible, qui laisse pas mal d’écho et de réverb’ planer sur le chant tout en préservant la pureté des guitares qui sonnent comme de jolies scies sauteuses en mode 1000 tours minute.

Alors certes, les plans de batterie ne sont pas toujours hyper calés sur le clic (un petit clin d’œil à Witchhunter de SODOM peut-être ?), certes les riffs sont interchangeables, certes le chant est monolithique, mais après-tout, le contrat est clair et ne comporte aucune clause écrite en minuscules histoire de vous la mettre bien profond. Et puis, quand le maître imite à la perfection une rencontre improbable entre MOTORHEAD et POSSESSED (« Drunk Whores and Destruction », limite VONDUR dans la justesse des guitares quand même), on se laisse amadouer et on s’envoie une bonne rasade de musclé.

Sinon, ben, du Speed évidemment, presque tout le temps, quelques plans médians méchamment Rock, et un truc bien bestial qui flirte avec un Crust modéré dans les moments les plus sauvages (« Midnight Sacrifice », irrésistible dans son pastiche de DISCHARGE revu et corrigé DARKTHRONE), des longueurs inévitables (« My Boot over the Face of Christ »), mais beaucoup de plaisir, simple et direct.

En fait, et pour donner dans la description honnête, Unholy Rawness est une grosse fête organisée en l’honneur du malin, un machin qui commence à minuit et qui finit à minuit et demi, mais qui laisse la vieille maison abandonnée encore plus délabrée et jonchée de bouteilles et autres déchets.

Pas la célébration la plus fine qui soit, mais un truc qui vous fera prendre votre pied ou les jambes à votre coup. Alors, « c’était mieux avant » ?

Faut voir.

Ça dépend.


Titres de l'album:

  1. Intro (Devil's Ecstasy)
  2. Nothing But the Night
  3. Drunk Whores and Destruction
  4. Night of the Prowler
  5. Midnight Sacrifice
  6. Hammer of Horrors
  7. My Boot over the Face of Christ
  8. Witching Rock n' Roll

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/07/2017 à 14:27
70 %    328

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Midnight Priest

Aggressive Hauntings

Mortals' Path

Feast of Maggots

Lowest Creature

Sacrilegious Pain

Wretch

Man or Machine

Sabaton

The Great War

Pendulum Of Fortune

Return To Eden

Horndal

Remains

Protector

Summon the Hordes

Majesty

Legends

Dead Horse

Horsecore: An Unrelated Story That's Time Consuming

Затемно (zatemno)

В петле

Hollow Haze

Between Wild Landscapes and Deep Blue Seas

Nyss

Dépayser

Shit Life

Reign In Bud

Teleport

The Expansion

Alcotopia

It Hits the Spot

Pounder

••

Night Screamer

Dead of Night

No Sun Rises

Ascent/Decay

Combichrist + Terrolokaust

RBD / 17/07/2019
Electro

Live-report - Impetuous Ritual / Ascended Dead / Scumslaught

Jus de cadavre / 14/07/2019
Death Metal

Napalm Death + A.C.O.D.

RBD / 12/07/2019
Black Metal Symphonique

Municipal Waste + Terror Shark + Dirty Wheels

RBD / 10/07/2019
Hardcore Metal

Live-report HELLFEST 2019 / Dimanche

Jus de cadavre / 07/07/2019
Hellfest Open Air

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

C'est le festival du moche pour de récentes pochettes de heavy allemand !


ce type de groupe n'a pas fini de nous plonger dans les abysses du ridicule


J'ai l'impression que le précédent était sorti avant-hier, ils tiennent le rythme ceux-là !


Aaaaaaahhh !!!
C'était le bon vieux temps tout de même hein…
(Vieux con speaking)


dégageait*


Kerry King + 1.
C'est vrai que leur show dégagé pas mal.
J'en ai été d'ailleurs le premier surpris sur le moment...


Je viens de me choper le Pantera. Que j'avais en fait déjà en bootleg sous le nom de "Black Tooth" !
Tant pis... un énorme live en tout cas ! Ultra bourrin !


Magique


ah ouais ? le pantera me fait bien envie aussi ! je l'ai qu'en bootleg degeu et pas complet...


Rien à voir, mais j'ai le Nailbomb en CD du Dynamo...


ce live est sortit ya quelques semaines deja ;) dans la meme serie il y a aussi le live de testament de la meme année.


ah le bon vieux groupe en carton


très mou


Oui, belle pochette !! :)


Je n'aurais jamais cru qu'un jour un groupe ose s'arroger ce nom sacré...


Voilà la meilleure pochette de tous les temps !!


Mou ?!!! Euh...


Un autre groupe qui a tout démonté sur ce Hellfest c'est Anthrax !

Bordel encore furieux ça vieillit pas, putain de patate.

https://www.youtube.com/watch?v=pHKTjsYlNh0


+ 1 bordel !!!
(Comme souvent avec Sieur Jus de cadavre...)


Indifférence générale !