Quand on aime on ne compte pas. Adage populaire s’il en est, et pourtant, si, quand on aime, on peut compter. On peut compter par exemple les années qui séparent une œuvre de son modèle. Et réaliser que malgré les décennies qui creusent un fossé temporel, les choses n’ont pas vraiment changé. De là découle une problématique simple. Peut-on aimer un groupe qui s’évertue à rendre hommage à l’une de ses influences au point de sonner exactement de la même façon ? C’est le nœud épineux qui nous ensanglante la pensée lorsqu’on aborde le cas de la vague old-school émanant de Suède depuis plus d’une dizaine d’années, et qui produit des copies carbone au kilomètre. Car les scandinaves, aussi doués soient-ils ne semblent trouver leur salut que dans le zieutage abusif de la copie des aînés, au point de rendre pratiquement la même sans éprouver aucune gêne. Et que vous preniez le spectre du côté de l’AOR ou à l’autre extrême Death, l’interrogation reste la même…Je me souviens de mes années d’école, qui en sont presque devenu un cas, et je me rappelle que les professeurs n’éprouvaient aucune pitié envers un élève qui s’évertuait à copier son voisin pour obtenir une bonne note. Et la sentence était toujours la même, celui qui ne se dénonçait pas condamnait l’autre à subir la même punition que lui. Un bon gros zéro pointé. Faut-il appliquer le même principe en matière d’art, lorsqu’on tombe en plusieurs occurrences sur un groupe qui ne fait rien de plus que de « faire du », sans essayer d’y apporter un peu de nuance histoire de faire croire que ses propres connaissances l’ont aidé à se dégager d’un tutorat abusif ? La question de pose à propos des LIK, qui depuis leur premier album, Mass Funeral Evocation n’ont de cesse de vouloir sonner plus DISMEMBER que DISMEMBER, et qui se fourvoient dans une impasse en forme de reproduction des sonorités de Like An Ever Flowing Stream ou de Dismember.

 

Vous me direz, « oui, certes, mais au moins ont-ils le mérite de le faire bien ! ». Certes, mais qui se souvient d’un remake aussi réussi soit-il lorsque le modèle est déjà un classique ? En retombant sur nos pattes, nous pourrions évoquer cette sale mode hollywoodienne du remake acharné, et cette propension des dits « créatifs » à renoncer à leur vocation d’origine pour s’assurer un minimum de rentrées financières en tablant sur l’attrait que représente toujours un original classique. Et de fait, ce genre de réflexion condamnerait immédiatement Carnage au pilori des artistes voués à la roue ou au fouet pour avoir emprunté sans vergogne les plans et autres idées non personnelles histoire de se faire remarquer. Et dire que les LIK ont été remarqués depuis la parution de leur premier LP est un euphémisme. Les critiques, trop heureux d’avoir affaire à un succédané leur autorisant les formules de style les plus faciles à placer ont oublié que le job d’un chroniqueur est à la base d’aider l’auditeur à faire la différence entre les leaders et les suiveurs. Tenez, prenez par exemple le premier morceau de cette seconde livraison, qui va jusqu’à piller presque intégralement le riff séminal et grave de « Override Of The Overture ». Pour un néophyte ayant eu les oreilles bouchées lors de l’invasion Death de l’orée des 90’s, cette entame représentera une sorte de pinacle, un acmé de violence qui leur semblera enthousiasmant, et méritant un maximum de louanges pour avoir su capter les effluves putrides de cette époque fertile en violence. Mais pour les initiés, tout ça le confinera à une sale affaire de plagiat qu’un tribunal ne prendra même pas la peine de sanctionner. Mais les exemples de ce type ne sont ni rares ni anecdotiques sur ce nouvel album d’un trio (Chris Barkensjo - batterie/chant, Tomas Akvik - chant/guitare et Niklas ''Nille'' Sandin - guitare et basse), qui semble ne rien tirer de son passé pourtant chargé (les musiciens viennent d’horizons et de groupes aussi divers que KATATONIA, WITCHERY et NALE, dont on ne retrouve presque aucune trace ici). Et après une écoute exhaustive et attentive de Carnage, la sentence tombe, irrévocable. Aussi impeccable soit-il, ce nouvel album n’est rien de plus ni de moins qu’un nouvel album de DISMEMBER publié à compte d’auteur sous un alias qui peine à cacher son origine.

Pour être tout à fait honnête, le boulot abattu est une fois encore impressionnant, et ce, à tous les points de vue. En adoptant une pochette signée du trait mythique de Mark Riddick, et en acceptant l’offre alléchante de Metal Blade, les trois suédois se sont assuré un service après-vente optimal, qui ne leur a pas fait renoncer à leurs désirs d’origine. La production est bien sûr énorme, et s’évertue à propager ce son de guitare en tronçonneuse si symptomatique des groupes de légende qui nous ont tous converti à la froideur des côtes suédoises il y a presque trente ans. Les morceaux sont construits autour d’un ou deux thèmes porteurs et ne laissent jamais retomber la pression, même lorsque le tempo cède enfin à une accalmie mid bienvenue. Le chant est gravissime, les accélérations impitoyables, les breaks tombent toujours pile au bon moment, et les riffs sont plus gras que le bide de Lars Goran Petrov après une soirée barbecue du côté de Stockholm. Mais les influences et autres références sont si voyantes qu’on se demande souvent si la première génération ne va pas finir par porter plainte pour « influence consciente » (car je doute qu’elle soit inconsciente à ce niveau de mimétisme), et pas seulement en abordant le cas des membres de DISMEMBER. Il conviendrait d’ajouter à la liste des floués les membres d’ENTOMBED évidemment, qui voient certains de leurs classiques relus et à peine revus pour la forme, ainsi que les AT THE GATES dont le Slaughter Of The Soul est cité de manière plus ou moins indirecte en plusieurs occurrences. Vous me rétorquerez avec justesse que ce procès d’intention concerne à peu près quatre-vingt-dix pour cent de la production locale, et vous aurez raison. Vous arguerez sans doute du fait que certaines compos, dont « The Deranged » essaient de voir et de jouer un petit peu plus loin que le bout de leur nez, et vous n’aurez pas totalement tort. Mais vous aurez au moins la franchise d’accepter le fait que Carnage, en l’état, n’est rien de plus qu’un recensement des figures et coutumes de la première vague Death scandinave de 91/94, n’essayant pas forcément de se dégager de ses références pour proposer une digression sur un vieux thème un peu plus personnel.

Mais - et doit-on le regretter? - ça fonctionne, comme d’habitude. Parce que les suédois sont des malins, et surtout, des musiciens qui connaissent leur affaire au point de la réactualiser sans la dénaturer. LIK, avec Carnage, prouve qu’il est possible de produire un disque qui sonne comme, qui sent comme, qui est comme, mais qu’on peut apprécier en tant que tel, en mettant ses principes de côté. Sauf qu’à force de mettre ses principes de côté et d’accepter le passéisme comme seule forme de nouveauté, nous allons finir par oublier que la musique, c’est aussi une véritable création, et pas seulement l’art de créer une illusion. Et depuis un moment, ces musiciens nous forçant à regarder à gauche pour nous surprendre à droite ne nous persuadent que d’une chose. Qu’ils sont d’habiles manipulateurs, mais qu’ils manquent cruellement de prestige


Titres de l'album:

     1. To Kill
     2. Rid You Of Your Flesh
     3. Celebration Of The Twisted
     4. Dr Duschanka
     5. Left To Die
     6. Cannibalistic Infancy
     7. Death Cult
     8. The Deranged
     9. Only Death Is Left Alive
    10. Embrace The End

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/05/2018 à 14:38
75 %    324

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
05/06/2018 à 17:23:20
C'est pas ma chronique, mais je viens de découvrir cette tuerie... Alors je me permets de le mettre en sélection ! Tout simplement énorme ! Même si oui, déjà entendu ;)
Total Swedish Death Metal !

Jefflonger
membre enregistré
16/07/2018 à 22:06:27
intéressante cette chro, soit on fonce dedans , soit.... ben on fonce aussi mais on oublie pas de découvrir les autres albums non death d'une référence suédoise, à savoir Entombed. C'est ce que je suis en train de découvrir et je découvre de chouettes albums ( same difference , uprisng ,inferno). en tous cas cette chro a titillé ma curiosité

Ajouter un commentaire


Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037


Les gars, vous savez où il se trouve encore, ce bouquin ?


Hellhammer et Manowar en même temps, la blague... N'importe quoi !


A savoir jeunes impatients que le running order du samedi sera visible demain.
Et celui de dimanche...
Bah dimanche prochain pardi.


J'avais peur que MANOWAR et KING DIAMOND se chevauche...
Bah heureusement non... ... ...
Mais c'est MANOWAR et HELLHAMMER qui jouent en même temps bordel de dieu !
Fait chier ce HELLFEST merde ! (sic)
Sinon, à partir de 17 h, la TEMPLE c'est vraiment "The place to be"...


ca a toujours été un groupe de pur black metal et aujourd'hui plus que jamais


merci pour la decouverte ! mais pas merci car je vais encore claquer des sous a cause de vous ;)


@Jus de cadavre : je plussois pour le livre ! Un véritable petit bijou !

Concernant ce documentaire, j'ai hâte de le voir, en espérant autre chose que du Get Thrashed # 2. Get Thrashed était un excellent docu sur la scène Thrash US (principalement), pas utile qu'un autre documentai(...)


Le bouquin est terrible en tout cas : bourré de photos bien rares (que je n'avais jamais vu ailleurs, et pourtant on parle de gros groupes !). C'est vraiment les tous premiers jours de la scène de Bay Area en image. Un livre d'histoire quoi ! :D


Itou.


Sympa !


Excellente nouvelle. Fan de toutes les périodes des norvégiens.


C'est pas le même illustrateur que les albums précédents et pourtant on trouve une continuité très forte sur l'ensemble des albums de la nouvelle ère du duo (depuis qu'ils mettent plus en lumière un Metal old-school très 80's plutôt qu'un Black Metal des débuts)


J'attends d'écouter ça avec fébrilité.
D'ores et déjà, un constat peut-être porté : La pochette est extraordinaire.


Ouaip... J'ai juste eu l'impression d'écouter x fois le même morceau. Même le batteur ne se fait pas chier et démarre les compos toujours de la même façon. Je passe mon tour sans regret.


(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !