Bury the World

Rancor

14/06/2022

Xtreem Music

Quatrième album pour les madrilènes de RANCOR, et une certitude : leur foi envers un Thrash de tradition est toujours intacte et aussi ardente qu’à leurs débuts. Fidèles à un espacement de plusieurs années entre chaque sortie, les cinq musiciens (Ricardo de Porras & Vasco Durán - guitares, Dani López - chant, Jorge Serrano - basse et Jorge Sáez - batterie) nous ont donc fait patienter cinq ans depuis leur dernier essai, ce fabuleux Evilization paru en 2017. Passé depuis chez les exigeants Xtreem Music, le groupe se devait de garder les boulons bien serrés, et continuer leur travail de sape ayant débuté en 1998.

RANCOR est l’un des fers de lance du mouvement old-school ibère. L’un de ses représentants les plus fiables, violents, techniques et efficaces, et ce Bury the World vient à point nommé asseoir leur position sur le marché Thrash espagnol. Evidemment, qui dit old-school dit emprunts multiples, références additionnées, et CV marqué par l’apprentissage des grands de légende, qu’ils viennent de la Bay-Area ou de la Ruhr. Et dès « Berserk », qui mérite bien son appellation, la machine est lancée à plein régime, chargée en charbon EXODUS pour jouer avec les limitations de vitesse ferroviaires.

X-Treem Music semble totalement satisfait de ce partenariat, et cite même quelques influences possibles. Ainsi, le label n’hésite pas à employer des comparaisons flatteuses, en nommant VIO-LENCE, OVERKILL, SLAYER, METALLICA, TESTAMENT, ANNIHILATOR, et le son de la Bay-Area de façon plus générale. La vérité des faits se trouve quelque part entre ces points de repère, mais il est certain que RANCOR évoque une sorte d’enfant légitime né des ébats furieux entre EXODUS et ANIHILATOR, ce que les plans techniques succédant à des astuces de vitesse franches et fluides confirment relativement tôt.

Mais la vraie qualité de ce groupe décidément à part, est sa capacité de composition. Les titres présents sur ce quatrième tome sont tous des cas d’école à suivre, tant ils ont l’envergure de véritables chansons, et non de simples prétextes en riffs déjà mâchés. Du coup, beaucoup de hits émergent du tracklisting, à commencer par l’hymne imparable « Bury the World », conscient écologiquement, et préparant la fin du monde la mine enragée. On prend acte de ces licks addictifs, de ce chant un peu écorché qui n’est pas sans rappeler Sean Killian et Zetro, et de cette rythmique à l’abattage impressionnant, et à la variété de frappe conséquente.

De fait, l’album passe très, très vite, étant déjà d’une durée fort raisonnable. Et sans avoir le recul nécessaire à un jugement objectif, il se pourrait bien que Bury the World se classe en tête des meilleurs albums du quintet. Formidablement bien agencé, constellé de petites trouvailles catchy (le mid tempo dansant de « Evil Subjugation », pour ne citer qu’un exemple), ce nouvel album a donc bénéficié d’une maturation de cinq années pour voir le jour complètement formé.

Alors, on se laisse séduire par ces courbes charnues et par cette violence diablement intelligente, qui relègue l’ancienne génération des cadors en fin de peloton. Loin des resucées pénibles de leurs idoles, les espagnols cherchent toujours l’idée qui leur permettra de renforcer un titre, se souvenant parfois d’OS fameux venus des Etats-Unis (le très LAAZ ROCKIT « Evade »), ou de mélodies employées abondamment par un Jeff Waters de ces dix dernières années (« Bad Angel »).

Et si la modération rythmique peut parfois frustrer, le manque de culot dans la montée des tours étant souvent agaçant, rien ne vient enrayer la bonne avancée de cet album, qui s’amuse beaucoup de sa propre inventivité au travers de morceaux au parfum Heavy/Thrash tenace (« Digital Criminal »). « Crushing Your Bones », en faux final laisse sur une plaisante impression de plénitude, avec ses duels de guitares aux cordes aiguisées, alors que le véritable épilogue « Rat Licker », blague Funkcore, pose un point final chaloupé/second degré à cette formidable aventure.

RANCOR signe encore une fois un longue-durée hautement recommandable, formel, mais inventif, traditionnel mais personnel. La mouvance vintage a donc encore des arguments à mettre en avant, et Bury the World est la preuve qu’il fallait pour faire un pied de nez aux réfractaires condamnant ces groupes reprenant à leur compte des recettes déjà abondamment employées par le passé.

Préférons donc un plaisir pas dupe à une rancœur tenace.

         

     

Titres de l’album :

01. Berserk    

02. Bury the World   

03. Daggers in the Chest

04. Evil Subjugation

05. Evade      

06. Bad Angel           

07. Digital Criminal   

08. Hunting Humans 

09. Crushing Your Bones     

10. Rat Licker


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 25/06/2022 à 16:45
80 %    119

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06

Jus de cadavre

Merci pour ce très bon report (comme d'habitude) RBD.Nous avons encore et toujours la même vénération pour Suffocation, hé hé. Un groupe éternellement en immense forme sur scène. On se demande quand ils baisseront de r(...)

11/08/2022, 18:39

Simony

Je retiens MOOR et DEATH FILE RED avec LYMBOLIC SCYTHE dans un coin de la tête parce qu'il y a quelque chose je trouve dans cette démo...Merci Mortne2001 pour cette mise en lumière des suintantes abimes du Metal

11/08/2022, 08:20

Satan

@ Gargan : Pour le coup le réalisateur est apparemment un membre de Gaerea par ailleurs...

10/08/2022, 21:36

zfiaj

épingleR

10/08/2022, 18:04

Gargan

Peut être plus au réalisateur du clip d'être blâmé, mais ça fait du buzz pour les deux après tout.

10/08/2022, 10:07

Hip Fire

❤️

10/08/2022, 05:28

Satan

Oui c'est assez moyen, même si pour le coup le seul vrai reproche vient du fait d'avoir utilisé le même décor. Car je rappelle que les univers musicaux sont drastiquement différents, donnant un rendu final lui aussi différent.

09/08/2022, 23:36

Orphan

Copié un clip pas terrible, d'un groupe du même pays au même endroit...bordel la s'est fort. A cela tu rajoutes la dégaine d'Mgla, la cagoule serigraphié et tu est à un niveau de fils de puterie pas mal la. 

09/08/2022, 09:29

Moshimosher

Ah, ouais... tout de même... ça craint ! 

09/08/2022, 00:36

Saul D

ca me rappelle mon premier numéro acheté du fanzine METALORGIE ( ils parlaient des démos de DEATh POWER), le #10 avec Kevin Kuzma et Blood Feast en couverture...

08/08/2022, 16:08

Simony

Sold out en 5 heures....

08/08/2022, 12:42

Gargan

Ils ont troqué le look pirate à celui de paysan (bottes et gibson, c'était assez inédit), un peu dommage &nb(...)

08/08/2022, 10:15

Humungus

Pour les frontaliers, ils seront également au Metal Méan le 20 août.

08/08/2022, 07:01