Fondé en 2012 du côté de Carthagène, INJECTOR incarne avec un panache certain la relève de l’arrière-garde Thrash ibère. Débutant sa carrière sous la forme d’un trio articulé autour de Dani MVN (chant/guitare) et Mafy (basse/choeurs), vite rejoints par Danny B (guitare), le groupe s’est rapidement mis au boulot pour accoucher d’une démo (Harmony of Chaos, 2013), soutenu au kit par Alberto. Après trois ans d’existence, le quatuor se lança alors dans l’élaboration d’un album complet, publié en 2015 sous le titre de Black Genesis. Gagnant en popularité, le combo dut alors faire face à la défection de leur frappeur, qui fut finalement remplacé l’année dernière par Anibal, histoire de capitaliser rapidement sur la réputation acquise à la force des poignets. Et les leurs sont plutôt du genre hyperactif, puisque loin de temporiser, les espagnols se sont lancés à corps perdu dans la composition d’une suite digne de ce nom, Stone Prevails, disponible depuis la fin mai. On y retrouve évidemment toutes les composantes ADN d’un ensemble qui ne renie en rien les dogmes fondamentaux du style qu’ils affectionnent, ces envolées saccadées héritées de la Bay-Area, ces longues progressions toutes en évolution, mais aussi ces crises de colère soudaines qui permettent de dynamiser des morceaux déjà bien costauds. Pas de grand chambardement à attendre de la part de ces cousins ibères, qui préfèrent le classicisme à l’enfer d’une innovation souvent promise à l’échec, mais plutôt une solide dose de Metal en fusion, qui ne crache toutefois pas sur un brin d’ambition. D’ailleurs, pour bien marquer leur identité, les musiciens refusent l’étalage de références empilées, même si ces dernières ne sont pas vraiment difficiles à identifier.

Mais là n’est pas le but du jeu, qui est loin d’en être un de dupes. Se basant sur leurs théories antérieures, les INJECTOR injectent justement dans leur Thrash pas mal de nuances, et se rapprochent ainsi d’une version bien râpeuse d’une digression METALLICA bien juteuse, bien que certaines références Punk viennent aérer le tout de leurs accents épidermiques. Avec un timing total dépassant l’heure de jeu, les espagnols n’ont pas joué la carte de la facilité ni de la parcimonie, et pourtant, ils parviennent en cumulant les clins d’œil et les apports personnels à garder notre attention et maintenir notre concentration. Douze morceaux qui se veulent aussi cohérents que différents, pour une visite guidée des arcanes les plus populaires d’un Metal incendiaire, aussi explosif que réfléchi, et qui ne refuse pas de se montrer aussi contemporain que nostalgique. Bien loin de du décalque actuel des hordes old-school au trait grossier, Stone Prevails joue l’ambivalence, la pluralité, allant jusqu’à piocher dans les coffres Hardcore et Heavy de quoi enrichir son propre trésor d’agressivité. On aurait pu craindre en notant la longueur un peu trop étirée de certaines compositions de la redite et une redondance hors contexte, mais c’est justement le contraire qui se produit, et en découvrant la richesse d’un morceau de la trempe de « Stone Prevails », on reste assez admiratif face à la pugnacité d’un quatuor qui n’a pas sacrifié la nuance au produit de la puissance. A vrai dire, le deux composantes sont en proportions égales, ce qui nous permet de nous replonger dans l’époque bénie des HEATHEN, TESTAMENT et autres MEGADETH/METALLICA, sans que les musiciens n’abusent d’emprunts un peu trop flagrants. Guitaristes qui s’en donnent à cœur joie en rythmique et en solo, ossature basse/batterie solide et inventive, chant aux délicieux accents Hardcore râpeux, pour un festival de lave Thrash en fusion qui ne laisse que peu de répit et d’autres options.         

Sachant toujours trouver le lick le plus idéal pour catapulter leurs idées dans la stratosphère de la violence, les INJECTOR signent donc un album aussi instinctif et épidermique que réfléchi et structuré. Si certains trouveront quand même le temps long en certaines occurrences, spécialement lorsque le tempo s’alourdit pour trouver une assise plus affirmée, tout le monde s’accordera à trouver les titres relativement bien échafaudés, et évitant le piège de la facilité. Entre des contretemps déments, des breaks savants, et des couplets aussi denses qu’un mosh-pit en transe (« Justice By Fire », un peu PANTERA sur les bords, et même au milieu), le quatuor mène la danse, et dispose d’ailleurs d’un son un peu âpre mais assez profond pour apprécier les facéties d’un batteur qui n’a pas la double pédale dans ses chaussettes (« Utloa »). Et le tout déroule, pas vraiment à la cool, sinuant entre la rigueur des figures imposées et la liberté d’harmonies savamment distillées (« Behind The Curtain » et son intro pompeuse découlant sur un up tempo enragé), pour mieux se pencher sur le cas éminemment important d’un Thrash à la lisière du techno (« World Rebord », digne des meilleurs moments du séminal The Evolution Of Chaos d’HEATHEN). Et si la linéarité du chant pourra rebuter les plus exigeants, refusant les modulations pour suggérer les plus viriles sensations, la paire de guitares volubiles saura apporter ce petit plus de variété qu’un excellent album de Thrash se doit de proposer. A cheval entre les époques mais résolument à l’aise dans la sienne, Stone Prevails est un pavé qu’on se mange en pleine face, mais qui cache un énorme jet de graviers, qui nous lacèrent les chairs pour nous traîner en enfer, dans une purge grandeur nature qui associe les astuces mélodiques et les affolements rythmiques (« The Purge »).

Le résultat, sans trop se rapprocher du Crossover en titille quand même les limites, et ose la tension progressive, un peu surgonflée mais suffisamment tendue pour oppresser (« Paranoia In My Head »), tentant même le coup de l’intermède instrumental dissonant histoire de détourner l’attention un instant (« Cotard Delusion », VOIVOD, HOLY MOSES, HAVOK, le tout en à peine plus d’une minute). Une complétude qui fait plaisir à entendre, et qui se termine dans un massacre en règle, gardant toujours les BPM sous contrôle, mais se lâchant dans une euphorie symptomatique des débuts du genre (« Deceived By God », toujours cette juxtaposition de thèmes Metal sur un chant Hardcore vomi de bile). Un cheminement logique, une basse qui sait se faire sa place, pour une complémentarité assez flagrante entre des instrumentistes qui se connaissent bien, suffisamment pour intégrer ce nouveau frappeur et le considérer comme un acolyte de toujours. INJECTOR nous offre avec Stone Prevails douze bonnes raisons de les apprécier, et signent là un second LP aussi performant que le premier, mais un peu plus mature aux entournures. Avertissons-les quand même que la durée n’est pas toujours la meilleure alliée de l’efficacité et qu’il conviendra à l’avenir de concentrer quelques idées pour ne pas trop les diluer.                            

     

Titres de l'album:

                       1. It Lives

                       2. 1994

                       3. Oppressive Force

                       4. Stone Prevails

                       5. Justice By Fire

                       6. UTLOA

                       7. Behind the Curtain

                       8. World Reborn

                       9. The Purge

                      10. Paranoia in my Head

                      11. Cotard Delusion

                      12. Deceived by God

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/06/2018 à 14:01
80 %    155

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Demonic

Rise from Chaos

Avast

Mother Culture

Languish

Unworthy

Airrace

Untold Stories

White Coven

Overseas

Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Sick of It All + Black Knives

RBD / 16/11/2018
Hardcore

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

+ Sick Of It All + The Worst Doubt

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Napalm Death

25/11 : Antipode, Rennes (35)

Photo Stream

Derniers coms

Bah putain !
SUNN O))) à Nancy !?!?
Incroyable et génial ça !!! !!! !!!


Le genre d'affiche qui me vend du rêve à plein tube...


Bravo Metalnews...
Par votre faute, sans même avoir écouté l'album, je me suis déjà précommandé le coffret.
C'est malin !


Ça va peut-être (enfin) ouvrir l'esprit à bon nombre d'entre vous (enfin j'espère). L'initiative de vous l'imposer tout cuit dans le bec vous aidera au mieux à entendre de nouvelles sonorités, ça changera à vos oreilles.


A noter que des pass promo sont d'ores et déjà en vente pour les 4 jours.
Concernant l'affiche, j'étais à la conférence de presse, et Yann a précisé que du coup le site en serait modifié (ils attendent entre 10 et 13 000 personnes le jeudi) avec notamment une Dave Mustage dont l'ouver(...)


Mouais...
Cela ne me surprend guère en fait.
Les Bretons (comme beaucoup d'autres) aimant encore bien en faire des tonnes sur l'identité régionaliste...
Quoi qu'il en soit, musicalement, je trouve l'idée de l'ajouter à l'affiche géniale en soit.


C'est un truc de fou là... étrange mais taré ! Alan Stivell au Motoc !


Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.