Avant (enfin avant…il y a vingt ou trente ans..) c’était plus simple. On avait le Thrash, le Death, le Black, le Hardcore et puis c’est tout.

Mais depuis, des gredins ont pris un malin plaisir à tout mélanger. Et voilà que je blackise le Death, que je vintage le Thrash, que je hardcorise le Black, et tutti quanti, jusqu’à un bordel sans nom ou les serpents de Satan lui-même ne retrouvent plus leur nid.

Tiens, nous en parlions récemment entre gens de bonne compagnie. Blackened Death, Blackened Thrash, Black Death, Death Thrash, et finalement, on se retrouve où ?

Au milieu de nulle part, avec notre libre arbitre et quelques références pour s’y retrouver dans l’errance. C’est bien gentil tout ça, mais ça mène où au juste ?

Je ne sais pas, en Allemagne peut-être ? Avec les WOUND ?

Quelle plaie….

Venus de Wiesbaden, la Hesse, ce quintette (Lexow – batterie, Friederichs & Last – guitares, Schulz – basse et Schettler – chant) né aux alentours de 2011 a aligné les sorties pendant trois ans, cumulant une démo (Confess To Filth, 2012), une compilation (déjà ? Oui, Inhale The Void, 2013), un LP (même titre, même année) et un split avec les OBSCURE INFINITY (Souls Of Eternal Damnation, septembre 2014, dernier domicile connu), nous faisant respirer ses émanations Death jusqu’au bout des narines sans chercher à se compliquer la vie, juste en piochant dans le répertoire de quelques références…

Mais depuis trois ans, plus rien.

Alors quoi, des pistes, des idées, une façon de se renouveler ? En quelque sorte, puisque leur deuxième album enfin sur le marché semble indiquer une légère déviation dans les déviances, et une musique plus efficace et moins systématique, et surtout, légèrement assombrie de tonalités plus crues que leur passé ne semblait le laisser présager.

Alors, les gars, vous êtes selon votre propre opinion toujours aussi Death. Vous le mentionnez partout, et pourtant, à l’écoute de votre impitoyable Engrained, il semblerait que les noms de MAYHEM/EMPEROR/TORMENTED et autres DIMMU ne soient pas tombés dans vos oreilles sourdes de Black Metalleux un peu trop timides et puristes pour l’avouer.

Certes, on trouve aussi dans ces huit nouvelles pistes de quoi nous aiguiller sur celles d’AT THE GATES ou CARCASS, puisque finalement, plutôt qu’une refonte, vous avez « peaufiné » votre approche pour la noircir un peu au charbon d’un BM pas vraiment clément. Du coup, on sent le regain d’énergie, et surtout, une puissance infinie qui se dégage de chansons pas si simples que ça, voire carrément progressives lorsque vous lâchez votre propre bride.

Black, Death, Thrash, mais aussi Heavy si j’en juge par cette dernière intervention ambitieuse qui joue les prolongations au-delà des dix minutes, avec un « Engrained I, II & III » qui finalement revisite l’esprit de l’underground extrême avec une sale vilénie, mais un professionnalisme qui évoque tout autant les traces de CARCASS (celui de Surgical Steel et Heartwork), que celles d’un ENTOMBED vraiment pas content de voir le destin du Death glisser des mains de la Suède pour se lover au creux de celles plus burinées de l’Allemagne. Guitare en tronçonneuse pour festival de riffs vraiment bien tranchés, chant schizophrène qui se partage entre grognements sourds de cornus et hurlements courts de sorcière à verrue, le tout charpenté autour de breaks mélodiques un peu malsains qui font passer le temps.

Harmonies, construction maligne et subtile, on est quand même loin du Death barbare de tonton David qui s’en souvient comme de son premier vinyle de DISMEMBER…Des ambitions ? Oui, et un son, brut de chez brut, avec une grosse caisse qui sonne comme telle, et des grattes qui assombrissent le ciel d’une distorsion un peu fielleuse sur les bords.

Analogique, c’est magique, et on se prend au jeu…

Autre gros morceau de l’entreprise, l’entremise introductive de « I Am Havoc », qui débute lourd et déviant, avec toujours ces toms qui cognent brut à l’avenant, avant qu’un déluge de blasts et d’accords circulaires ne nous refassent le coup de De Mysteriis Dom Sathanas, plongeant soudain dans un bain d’acide à la ARCH ENEMY, dans une succession d’accélérations qui rappellent étrangement le barnum des FILTH époque From The Cradle To The Enslave.

Impossible de rester coincé dans les certitudes Death en commençant un second LP de cette façon, puisque le BM semble l’option de raison, furie et démence sonore à l’appui, pour un déluge de haine calibrée pour incendier les scènes. Et puis un break délicat en arpèges, une basse à l’économie, un peu sournoise, des vocaux murmurés pour un intimisme pas vraiment forcé, et on comprend dès lors que l’affaire est compliquée…

Alors, Death Black ? Black Death ? Heavy Thrash blackisé et joué à la Stockholm enlisé ?

Beaucoup de réponses sont possibles mais l’affaire est solide. 

 

Parfois, c’est plus simple et Tampaesque, au hasard d’un « Carrion » qui n’a pas grand-chose à voir avec celui des KREATOR, mais qui cavale blafard d’un Death vraiment méchant, et qui ralentit rarement.   

Mais en choisissant une voie longue et complexe, les Allemands n’ont pas forcément cherché la simplicité, tout en gardant le cap d’un radicalisme outrancier, les plaçant en convergence de tout ce que l’underground peut proposer de moins vertueux et de plus vicieux (« Thy Wrath & Fire », aux motifs catchy diaboliques d’un Heavy atypique, CARCASS révérence oblige, une fois de plus).

Si le fil conducteur d’Engrained s’accroche à ses harmonies sévères (« Of Non Serviam »), il se déroule parfois le long de corridors un peu moins droits et froids (« Morbid Paradigm », toujours cette façon de bloquer la fièvre BM d’un traitement Heavy de cheval de trait, encore une fois, merci aux docteurs Owen, Walker et Steer, ainsi qu’à leurs assistants scandinaves).

Et en définitive (« The Plague », de quoi donner des suées Black/Crust/Thrash aux plus éprouvés), le mélange et la fusion se taillent la part du lion, pour un album qui refuse les cloisons et se contente d’avancer en se posant quand même pas mal de questions, mais en apportant une réponse en forme d’affirmation.

Oui, on peut être Death, Black, Thrash et Heavy à la fois, sans renier sa foi. C’est moins simple à confesse, mais après tout, les aveux sont comme les histoires de fesse, très personnels et cantonnés aux échanges avec le curé, qui refuse la messe basse la mine haute et le regard enflammé.

Ces trois ans d’attente pour en savoir plus sur le présent des WOUND révèle un futur qui pourrait se prévaloir d’une domination sur un créneau multiple, et encore des cheveux blancs à se faire pour les critiques. Mais la blessure semble bien cautérisée, et l’infection évitée.

 Par contre, une fois l’objet écouté, vous risquez de vous les mélanger. Mais nul n’a dit qu’une musique devait être stérilisée. Au contraire. Plus elle est diluée dans les alcools frelatés, plus elle est dure à avaler, mais apte à enivrer.


Titres de l'album:

  1. I Am Havoc
  2. The Gateway to Madness
  3. Thy Wrath & Fire
  4. Morbid Paradigm
  5. Carrion
  6. Of Non Serviam
  7. The Plague
  8. Engrained I, II & III

Facebook officiel


par mortne2001 le 12/02/2017 à 17:34
75 %    483

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Mutilatred

Ingested Filth

Pearl Jam

Gigaton

Crypt Dagger

From Below

Lamentari

Missa Pro Defunctis

Almanac

Rush of Death

Mariana Semkina

Sleepwalking

Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

ce qu'il ne faut pas lire comme âneries ici...


Je rejoins aussi ton avis, me souviens encore de leurs débuts, c.était même pour ma part difficile d'avaler un album au complet d'une esti shot. Conqueror aussi dans le même chariot.


Pas mal du tout ça !
La production est excellente, très organique, proche d'une captation live mais restant fine et précise ! Ca promet.


L'artwork est l’œuvre d'un certain Jibus


Intéressant, on pourrait savoir qui a fait l'artwork? il est magnifique et je trouve dommage que les crédits des artistes ne soient que rarement mentionnés alors que c'est eux qui fournissent le contenu.


Tu nous feras deux pater et trois avé en pénitence.


J'avoue avoir utilisé la désignation d'Encyclopaedia Metallum sans chercher à vérifier tellement j'ai confiance en ce qui y est mis habituellement.


Dimmu Borgir en PLS ! Impressionnantes les orchestrations, et pourtant je ne suis vraiment pas client de Black sympho !


J'aime toujours Revenge, mais je trouve que le groupe a sacrément perdu de son aura malsaine et dérangeante aujourd'hui... Trop d'albums et surtout trop de live selon moi, ça perd en "mystère"... Après c'est toujours bien bestial et nihiliste comme on aime, mais bon. Enfin ce n'est que mon avis(...)


Effectivement pire mascotte de tous les temps.
Elle porte un nom je crois d'ailleurs mais je ne sais plus lequel...


Bien plus Grunge que Sludge Doom ce truc...


Excellent groupe, avec un son en avance, des putains de riffs et la plus horrible mascotte qui soit.


pas le 27 Avril mais c est le 17 Avril voir site;
https://wickedmetalreview.wixsite.com/wickedmetalreview/post/reptilium-adrenochromacy?fbclid=IwAR3mQiBqH-HFePj2K1w3WrzchVjL2mABPa-drsZ2slIrmbxKotYt1qe3r6g


Ah, effectivement : la pochette est terrible !!


merci pour ton report
Je n'ai pas pû me déplacer pour cette affiche monstrueuse, ce qui rend la lecture douce et cruelle à la fois.


Un produit plastique crée de toutes pièces, sasns identité ni âme. Merci Nuclear Blast de cracher sur le patrimoine.


Seul le premier album était excellent, les 2 autres dont celui-ci de moins en moins bons.


Et bien... quelle chronique Mr Mortne une fois de plus !
Un album pas encore écouté pour ma part, mais j'ai limite l'impression pourtant, tellement on en entend parler partout. J'y jetterais une oreille certainement, en asseyant de faire fi des polémiques l'entourant.


Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.