Resilience

Sanctuary

27/11/2020

Ellie Promotion

Je n’y peux rien, mais quand je vois trois mecs encapuchonnés, et fardés comme des prêtres païens en pleine célébration, je pense plus à une pub d’Estée Lauder qu’à l’essence du mal absolu. Ayant déjà vu BEHEMOTH plusieurs fois sur scène, cet accoutrement ne m’a jamais impressionné, sauf lorsqu’il s’accompagne d’une musique qui vaut la peine d’être écoutée. Et justement, celle des parisiens de SANCTUARY est de celles qui méritent l’attention, et ce second LP promu par la célèbre boite nationale gérée par l’omniprésente Ellie va au-delà de ce simple gimmick conceptuel. Mais je l’admets, cette pochette intrigue avec ces trois moines bouddhistes en pleine séance de lévitation, encore plus lorsque vous glissez cette infernale galette dans votre lecteur. Né en 2006 en Île de France, SANCTUARY a mis du temps à se construire un répertoire, et c’est en 2016 que nous avons eu un aperçu de ses capacités, via un premier EP intitulé Beyond the Divine. Et ce sont deux années de plus qui furent nécessaires à l’élaboration d’un premier long, pourtant constitué de matériel composé avant ce premier EP. Le Choix du Mal révélait donc une option française complexe et riche, avec un Metal sombre en appelant aux origines même du BM le plus ample et quelque peu symphonique, et si Resilience s’abreuve peu ou prou à la même source, il fait preuve d’encore plus d’ouverture pour brouiller les frontières entre le Death, le Black, et l’extrême dans un sens plus général.

SANCTUARY dans les faits est souvent coincé dans la case Sympho Black par les sites préférant la facilité de classement. Mais le trio (Julien - batterie, Antoine - guitare/chant, et Sonny - basse) propose beaucoup plus qu’une énième digression sur le thème emphatique, et nous livre avec Resilience une partition très bien rodée. Si les influences sont évidentes d’un point de vue promo (BEHEMOTH, DIMMU BORGIR, IMMORTAL, OPETH, CARACH ANGREN et ANOREXIA NERVOSA), la réalité des faits est plus bien complexe et ne peut se résumer en une liste de groupes qui de toute façon ne sera pas exhaustive. Certes, de nombreux éléments rattachent le concept au Black Metal, cette rythmique incompressible, ce chant rauque et sentencieux, cette théâtralité de surface, et ces accélérations fulgurantes, certes, les quelques arrangements de piano peuvent aiguiller sur la piste de DIMMU BORGIR, mais je vois autre chose qu’un simple succédané français en écoutant ce second album, et la révélation d’une identité propre. Et en écoutant un morceau comme « Ghosts », on ne peut qu’être envouté par cette richesse instrumentale qui ose la guitare acoustique apaisée en intro, avant de tout écraser d’un plan terriblement Heavy quelques secondes plus tard. Le sens de l’emphase de SANCTUARY est manifeste et palpable, mais son intelligence de nuance aussi, et si sa musique garde cette empreinte sombre qui a fait sa trademark, les aérations mélodiques sont si nombreuses qu’on ne peut s’empêcher de penser à une forme de Néo-Folk noir comme la nuit, lorsqu’un break harmonique et fragile interrompt la débauche de violence.

Ces quelques notes de piano qui survolent un tapis de cordes acoustiques tombent pile au bon moment, et lorsque la basse ronde continue d’égrener la litanie du thème central, le voyage prend des airs de rite initiatique, destiné à convertir les masses au culte du trio. Beaucoup plus qu’un simple combo de Black anonyme, SANCTUARY utilise et détourne les codes du Metal extrême en général, sans jamais se tourner vers les facilités Post, et garde intacte sa férocité même lors des intermèdes les plus légers.

C’est ainsi qu’on reconnaît la patte des grands groupes, ceux qui n’hésitent pas à regarder plus loin que leurs influences, et qui capitalisent sur une production impeccable pour explorer les possibilités d’un son riche et ample. Bien sûr, certaines compositions jouent encore un peu le pilotage automatique, spécialement en début de métrage, mais plus l’album avance, plus les ficelles deviennent fines, et le groupe ose alors la richesse d’une instrumentation complexe et l’équilibre d’une technique affûtée pour citer le Thrash le plus sombre, le Death le plus dense, et nous offre un festival d’idées. On retrouve à divers niveaux ces choix d’arrangements délicats, souvent placés sur les intros pour instaurer une ambiance de confiance, et les musiciens dont le niveau technique est au-dessus de tout soupçon en profitent pour affuter leurs saccades et les mesurer au millimètre. Alors, on décolle vers des enfers personnels, et le visage le plus personnel du groupe devient une évidence. Nous sommes donc loin des classiques du Metal symphonique qui cache souvent une pauvreté créative derrière une débauche d’effets, et plus proche d’un Metal extrême solide et unique, qui n’utilise la brutalité outrancière que lorsqu’il en a besoin.              

              

Très cohérent de bout en bout, Resilience nous ramène à l’époque de transition du Death Metal, lorsque les musiciens décidaient de nuancer la brutalité d’une couche de finesse technique. De là à leur accoler l’étiquette de Blackened Death Metal comme certains l’ont fait, il y a un grand pas que je ne franchirai pas, et une vulgarisation qui ne rend pas honneur aux efforts accompli par le trio. Mais je reste fan de cette acoustique ciselée qui intervient régulièrement, et qui permet de reprendre son souffle entre deux riffs morbides et un hurlement d’Antoine, acoustique un peu jazzy, un peu Néo-classique parfois, et qui sert de fil rouge jusqu’au terme de l’album. D’ailleurs, SANCTUARY choisit de clôturer le troisième épisode de sa saga dans un déluge orchestral qui laisse sur un sentiment de grandeur, avec ce riff répété à l’envi dans une atmosphère martiale. Un travail de fond qu’on loue, et un album qui s’apprécie dans sa diversité, et son envie de proposer autre chose que quelques plans faisandés sur des orchestrations de synthé en promo. Alors, encapuchonnés ou pas, les membres de SANCTUARY restent des musiciens accomplis, et des créateurs pour le moins audacieux.

           

                                                

Titres de l’album:

01. At the Gates of Dementia

02. Mental Battlefield

03. Ghosts

04. Rise of the Unpossessed Self

05. From the Dephts

06. I, the Resilient

07. Where the Man Shines


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/11/2020 à 18:34
82 %    436

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50

Le Z président

A boire et à manger sur ces deux disques, mais le sentiment d'avoir le dernier groupe de rock ingérable, capable de tout et de tous les excès et débordements, malgré les moments musicaux plus romantiques parmi les instants plus sauvages. 

22/09/2021, 21:24

Le Z président

N'en déplaisent aux haters, Swansong est le dernier album véritablement sincère du groupe. Depuis la reformation, Carcass fait du fan service à tout va et je trouve cela très malhonnête. Comme Petrozza qui continue Kreator car c'est une source de(...)

22/09/2021, 21:18

FOUR POUR TOUS

ça cachetonne sec depuis trop d'années, en d'autres temps, on t'aurait foutu tout ça dans une oubliette.

22/09/2021, 21:14

RBD

Ca c'est inespéré ! Le groupe s'était séparé il y a longtemps déjà et je ne pensais plus jamais en entendre à nouveau parler autrement qu'au passé.

22/09/2021, 11:25

Arioch91

C'est Australien ? J'boycotte !!!  

22/09/2021, 08:54

Bones

J'irai faucher sur vos tombes.

22/09/2021, 07:27

Bones

3ème écoute intégrale. Des moments vraiment excellents sur cet album. J'y trouve une fraîcheur et une richesse dans les riffs que je n'osais même pas espérer. Il y a vraiment chez Bill Steer une patte complètement inimitable, une aisance &a(...)

21/09/2021, 23:14

RBD

Plein de bonnes vidéos à prévoir, cool !

21/09/2021, 22:13

RBD

Tous les metalleux de cette époque ont dû faire cette expérience, Bones. En tout cas je me souviens assez bien des clivages dans mon bahut de garçons (cette particularité grossissait encore le phénomène). Bon, les fans des Gun's et de Sepultura(...)

21/09/2021, 21:52