Viridian

Temperance

24/01/2020

Napalm Records

Soit je vieillis et je revois mes standards à la baisse, soit je me montre de plus en plus perméable à des styles qu’autrefois je conchiais de toutes mes forces. Mais il me faut admettre une complaisance de plus en plus évidente envers le Power Metal qui, fut un temps, représentait ma kryptonite au même titre que le Metal symphonique. Heureusement, je sais encore faire la part des choses et séparer le bon grain de l’ivraie, et tomber à chaque fois sur des groupes méritant amplement mon soutien/intérêt. Comment reconnaître en effet un bon groupe de Power d’un mauvais ? Sans se baser sur une subjectivité qui n’est pas de mise, la réponse est simple. La deuxième catégorie est polluée par des musiciens s’en remettant à des gimmicks putassiers et susceptibles de séduire le plus grand dénominateur commun, la première elle pouvant compter sur des compositeurs sachant faire la différence entre une bonne chanson et une accumulation de poncifs éculés depuis le premier HELLOWEEN. Dès lors, plusieurs écoles se tirent la bourre, les scandinaves étant une fois de plus rois en leur domaine, mais cette assertion serait injustice pour un autre peuple qui lui aussi a tout compris depuis longtemps. Je veux bien évidemment parler de l’Italie, qui a réussi à un instant T à mélanger l’exubérance de la Commedia Dell’arte à celle de Wagner, pour nous proposer un opéra métallique surpuissant et ultra mélodique, au point d’être devenue une nation référence en la matière. Un exemple probant m’en fut donné ce matin avec la sortie du nouvel album des héros nationaux de TEMPERANCE, qui à l’inverse de leur nom jouent l’exagération, l’emphase, le dramatisme harmonique et la puissance dévastatrice. Et si les qualités du groupe crèvent les oreilles après quelques minutes seulement, ce cinquième LP est en quelque sorte une apothéose en soi, avec son équilibre parfait entre démonstration et inspiration, sans jamais dévier d’un iota de la philosophie d’origine.

TEMPERANCE nous vient de diverses régions italiennes, et existe depuis sept ans maintenant, mais s’est déjà autorisé pas moins de cinq longue-durée, ce qui en fait l’un des groupes les plus prolifiques du genre. Mais qui dit prolifique ne dit pas forcément essentiel, sauf que dans le cas de nos amis transalpins, la quantité n’a jamais nui à la qualité. Et c’est ainsi qu’après un premier éponyme publié un an après la formation du concept, ce sont Limitless en 2015, The Earth Embraces Us All en 2016 puis Of Jupiter and Moons en 2018 qui se sont succédés pour asseoir la réputation d’un ensemble incroyablement doué dans son domaine, et qui semble tous les deux ans s’abreuver à la fontaine de jouvence pur retrouver l’impulsion nécessaire à son avancée permanente. En 2020, soit encore deux ans après leur dernier job, les italiens reviennent avec un Viridian gonflé à bloc, passant de Scarlet Records à Napalm Records, tout en conservant ses traits distincts. Ce cinquième tome des aventures vient donc étoffer une discographie déjà fort conséquente pour un quintet n’accusant même pas une décennie au compteur, et a bénéficié d’un traitement aux petits oignons, voyant son mixage et son mastering confiés à la légende Jacob Hansen (VOLBEAT, EPICA, AMARANTHE) et sa pochette au trait précis et coloré de Yann Souetre (AYREON), ceci afin de mettre toutes les chances de séduction de son côté. Et après plusieurs écoutes du produit en question, il n’est pas vain d’affirmer que Viridian risque fort de faire exploser le groupe sur la scène internationale, tant celui-ci se permet de tutoyer les légendes les plus confirmées du style. La recette est pourtant simple et d’usage, d’énormes riffs, des couplets rageurs mais abordables, pour des refrains fédérateurs entonnés à plusieurs voix comme l’exige la tradition. Le tout est fort bien emballé dans un packaging sonore énorme, mettant admirablement bien la rythmique en valeur, sans pour autant oublier les voix dans le mix ni les mettre trop en avant. Niveau voix, on retrouve toujours ce triptyque sacré qui se partage entre chant clair féminin et masculin, soulignés de quelques growls par le guitariste Marco Pastorino, seul membre d’origine aux côtés du bassiste Liuk Abbott. Peu de choses ont changé depuis le dernier LP, Of Jupiter and Moons qui avait permis au quintet de se faire remarquer par son nouveau label, et c’est donc avec un plaisir certain que nous retrouvons Michele Guaitoli (FUTURE IS TOMORROW, KALEDON, OVERTURES, VISIONS OF ATLANTIS) au chant masculin et Alessia Scolletti au chant féminin, les deux se complétant à merveille pour faire de cet album une symphonie vocale ininterrompue qui loin de se contenter du minimum syndical, explore les climats et les ambiances, allant jusqu’à enregistrer un véritable chant de Noël pour satisfaire ses fans les plus attachés.

Pour faire simple et plus précis, et à l’adresse des néophytes, TEMPERANCE est une alliance, celle de différents groupes référence du créneau, et il n’est pas incongru d’affirmer que les italiens sont parvenus à synthétiser les aspects les plus caractéristiques de combos comme EPICA, WITHIN TEMPTATION, DRAGONFORCE (en version moins cartoon), et AMARANTHE. En résulte une musique aussi Heavy que mélodique, aussi puissante que séduisante, et bénéficiant de l’apport indéniable de trois couches vocales différentes, technique utilisée par les mercenaires d’AMARANTHE pour faire plier les oreilles du public sans qu’il ne s’en rende compte. Mais si AMARANTHE a toujours eu ce petit côté populiste que les puristes détestent tant, TEMPERANCE n’a jamais trahi le Metal pour le faire plier aux exigences d’une Pop un peu trop facile, durcissant le ton des guitares pour ne pas que les arrangements vocaux ne fassent sombrer ses efforts dans la mélasse. On pense aussi évidemment aux anciennes idoles de STRATOVARIUS, de RHAPSODY lorsque l’ambiance devient guerrière, et l’ouverture musclée de « Mission Impossible » est clairement symptomatique de la démarche Power de ces dix dernières années, avec son riff Néo sur fond de rythmique Metalcore. L’art des italiens et ce qui leur permet de se démarquer de la concurrence est leur capacité à varier les approches, passant sans vergogne mais avec crédibilité d’un hit Modern Hard Rock sautillant de la trempe de « I Am The Fire », à un crossover Folk/Symphonique aussi charmant que « Nanook », sans oublier un arrêt sur la case Classic Metal avec le tube clippé « My Demons Can’t Sleep ». Tout est bien sûr calibré, les aspérités sont gommées, la perfection visée, et si le tout pourra paraître clinique aux allergiques du formatage, les fans se réjouiront d’une telle variété qui leur permettra d’apprécier les sonorités cajoleuses de la ballade « Gaia », emphatique au possible, tout comme les allusions Pop de « Let It Beat » qui parachève le parallèles avec les collègues d’AMARANTHE.

Il y a de la Suède dans ce Metal là, du second degré savoureux (le chant de Noël customisé Metal « Lost in the Christmas Dream » en bonus qui n’est pas sans rappeler la période charnière délicate d’HELLOWEEN avec Kiske), mais il y a surtout beaucoup de foi et de savoir-faire. Et avec ce cinquième album, il ne serait pas étonnant de voir les TEMPERANCE grimper jusqu’aux premières marches du podium Power Metal, puisqu’ils le méritent amplement.        

                                   

Titres de l’album :

                           01. Mission Impossible

                           02. I Am The Fire

                           03. Start Another Round

                           04. My Demons Can’t Sleep

                           05. Viridian

                           06. Let It Beat

                           07. Scent Of Dye

                           08. The Cult Of Mystery

                           09. Nanook

                           10. Gaia

                           11. Catch The Dream

                           12. Lost in the Christmas Dream

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/06/2020 à 17:30
80 %    194

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JérémBVL
membre enregistré
03/06/2020, 18:17:13
Excellente chronique pour un excellent album !

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Saor + Borknagar + Cân Bardd 02/12 : Le Rex, Toulouse (31)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
el bifflardo

 une decourverte qui fait prezir ... toudoum tss

25/11/2020, 09:35

Gargan

Juste un running gag avec un commentaire précédent, d'où le gif. Ils ont joué en live avec Mgla ceci dit hehe

25/11/2020, 08:57

Bones

Le délire ! 26 ans plus tard, retrouver un vieux dessin signé bibi dans l'un des fanzines de cette vidéo !  Une sombre merde dont j'étais hyper fier à l'époque.

24/11/2020, 23:14

RBD

Jolie plongée nostalgique dans cet univers des premiers passionnés, plus libre que celui des premiers magazines bien que certains s'en rapprochaient dans la forme. Les fanzines faisaient le lien au sein des scènes locales d'un même secteur, à une &eacut(...)

24/11/2020, 23:01

Yolo

Aucun rapport avec Dark Funeral. Décidément tu nous les auras toutes faites toi.

24/11/2020, 21:23

Yolo

Aucun rapport entre MGLA et Deus Mortem. Sérieux...

24/11/2020, 21:15

Simony

Ah non là DEUS MORTEM associé à MGLA, je ne pense pas qu'ils soient dans la même optique du Black Metal. DEUS MORTEM c'est plus MARDUK et compagnie qui les branche. Excellent groupe à la discographie difficilement discutable lorsque l'on aime c(...)

24/11/2020, 18:08

Humungus

Au vu de l'attrait de certains pour le bazar, je colle une oreille sur ces deux extraits :Mais c'est que c'est du tout bon ça bordel !!!J'ai donc poussé un peu plus mes investigations en écoutant le premier album et second EP : Pas mal du tou(...)

24/11/2020, 16:17

Humungus

POMAH je vous aime.

24/11/2020, 16:05

Humungus

D'accord avec toi L'Apache concernant l'attrait des pochettes.Cela m'a d'ailleurs fait penser dans le style décalé des jaquettes, le format et la rareté de la chose à ce que peut nous pondre TODESSTOSS.Sinon, du coup, j'ai &e(...)

24/11/2020, 16:04

Zorg

Super label, et super discours. Franchement, c'est un de mes labels préférés de par leur éthique qui transparait dans les propos tenus.

24/11/2020, 13:31

Gargan

Black metal, Pologne. Déjà, ça sent bon. Un paquet de clones de Mgla depuis quelques temps, on sent effectivement une influences mais l'ambiance semble propre au groupe, à voir sur album. 

24/11/2020, 08:59

L'Apache

Ah ouais ? Moi je les trouve trop stylées ! Et il y a une vraie singularité dans leur artworks. 

24/11/2020, 08:40

Kerry King

L'album est excellent, digne des belles heures de Asphyx.

23/11/2020, 23:57

POMAH

J'avais vraiment aimé cet album à sa sortie, le seul point "pas" vraiment négatif à l'époque c'était ce chant pas vraiment affirmé, j'aurais aimé qu'il soit plus imposant lors de cette rééditi(...)

23/11/2020, 19:34

POMAH

+1 Humungus, c'est incroyable comment se groupe à bercé pas mal de mes années. Ils avaient un vrai talent de composition. 

23/11/2020, 19:28

Jus de cadavre

Y en a des trucs à écouter en cette fin d'année !

23/11/2020, 18:22

JTDP

@RBD : merci pour cette précision. Je me disais bien aussi qu'elle lui ressemblait étrangement...

23/11/2020, 14:05

RBD

L'illustration a été retouchée après reprise de celle de l'album "Y" du groupe Suisse Borgne (Black Indus bien malsain), qui est sorti un peu plus tôt dans l'année, pendant le confinement.

23/11/2020, 13:24

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHHHHH !!! !!! !!!IRON MAN PUTAIN !!! !!! !!!Groupe de Doom aussi essentiel à mon sens que SAINT VITUS, PENTAGRAM ou autre TROUBLE !Achat obligatoire.

23/11/2020, 10:46