Certains vous diront que varier les plaisirs en termes de Metal extrême est à peu près aussi compliqué que de trouver une alternative viable au consumérisme, sans se passer des banques. S’il est certain que le créneau est vaste, il est aussi encombré qu’une habitation à loyer modérée en Chine urbaine, et visiblement envahi d’artistes repoussant certaines limites, pour s’en fixer d’autres. A ce point, on pourrait arguer de son contraire, et citer les DEATHSPELL OMEGA, PORTAL, PRIMITIVE MAN, GNAW THEIR TONGUES, ou même ALUK TODOLO, COMITY, HYPNO5E, et pas mal d’autres qui font fi de barrières invisibles pour tracer leur chemin sans se demander s’il est le bon. Ainsi, le parcours des CHAOS ECHOES est particulier en soi. Le groupe des frères Kalevi/Ilmar Uibo et Stefan Thanneur a commencé sa carrière en toute non discrétion, en publiant un premier EP qui en disait long sur leurs intentions, sans forcément révéler grand-chose. Tone Of Things To Come, c’était un peu leur Shape Of Jazz to Come à eux, sauf qu’en lieu et place d’un Free-Jazz somme toute encore assez timide, ils nous bombardaient d’un concept de Death psychédélisque qui ne ressemblait à rien d’autre existant. Mais comme les musiciens n’étaient pas du genre à se laisser amadouer dès leurs débuts, ils ont ensuite enchaîné sur une affaire beaucoup plus complexe. C’est ainsi que naquit Transient, premier longue durée qui justement la prônait, et qui pendant une heure nous entraînait sur la piste de la liberté musicale absolue. D’ailleurs, beaucoup n’ont pas forcément compris de quoi il en retournait, certainement peu habitués à entendre un groupe prendre autant de latitude avec un style pourtant étirable à l’infini. Et de là, et face à cette richesse dans la violence, la question inutile se posait d’elle-même. Etait-ce du Death expérimental ? Ou bien une forme très larvée de Black psychédélique ? Connaissant les deux vecteurs, la seconde solution semblait la plus fidèle, mais une fois encore, les mots peinaient à définir une œuvre affranchie de toute contrainte. Et tout en se disant que l’avenir allait se montrer plus clair au niveau des sons à venir, Mouvement débarque, et révolutionne l’optique du label US Nuclear War Now, qui lui-même se demande si ce trio déstabilisateur ne va pas foutre la merde dans son écurie bien rangée…

Car au-delà de l’unicité de ce trio qui ne ressemble à aucun autre, c’est l’optique choisie pour offrir une transition entre Transient et Mouvement qui choque. A peu près à moitié aussi long que son aîné, ce second longue-durée est plus monolithique, mais pas forcément plus facile d’accès, malgré ce qu’il laisse à penser. Nous sommes assez éloigné des expérimentations farouches d’il y a quelques années, sans que l’instrumental n’ait adopté une forme plus approchable et plus modelable. En optant pour six morceaux à peine, et une demi-heure de musique, les trois musiciens ont privilégié la concision, tout en gardant sous le coude cette folie nous contraignant à inventer des mots pour les situer. Si les noms de PORTAL, ALUK TOLODO ou COMITY peuvent aider à envisager la chose, ils ne sont qu’une aide de fond, tant la musique développée ici se place aux antipodes de toute simplicité. Appréhendé comme un bloc, ce nouveau chapitre s’avale d’un trait, pour en savourer la violence intrinsèque, et encaisser le coup de rythmiques qui une fois de plus ne font preuve d’aucune complaisance. Mais ne vous y trompez pas, les riffs sont toujours aussi barrés, et l’improvisation de surface se pose en anathème principal d’un disque qui ne conçoit l’extrême que comme moyen d’expression pour parvenir à ses fins. Ainsi, et si Transient pouvait encore se découper en pistes logiques et mouvantes, Mouvement le manipule au travers d’un statisme d’apparat pour aller encore plus loin. Et même avec un guitariste perdu dans l’entre-deux, l’espace sonore est occupé avec autant de mainmise et de fermeté par les trois membres restant. Qui ne font aucun sacrifice pour que le fan lambda puisse s’approcher d’eux d’un peu trop près.

Instrumental, violent, psychédélique, ce nouvel album l’est, et plus encore. Il forme une symphonie ininterrompue à l’outrance, mais joue aussi le jeu de la diversité dans l’unicité. Il frappe, erre, se bloque, semble s’échapper, mais reste bien là, malgré quelques plans répétés à l’envi, qui confèrent à l’ensemble cette sensation de linéarité qui pourtant n’entraîne pas la redondance. Exercice rythmique autant que non-mélodique, il laisse ses six morceaux évoluer en toute liberté, se concentrant la plupart du temps sur des à-coups rythmiques prenant de face, mais aussi sur des riffs arrivant à rebours. Sans totalement emprunter les chemins de traverse biscornus du Free-Jazz, il invente le Free-Death, sans être Death pour autant. Les efforts ne sont jamais relâchés, et il en appelle au ressenti le plus viscéral, et sur une envie d’aller voir ailleurs si l’imagination n’est pas plus probante. Et celle qui a permis aux CHAOS ECHOES d’accoucher d’une telle œuvre semble sans limites, tant on sent qu’ils sont capables d’aller encore plus loin, ou, plus intéressant, de changer complètement de direction pour nous perdre en route, et mieux nous retrouver. D’ailleurs, les envies de démonstration que Transient étalait avec une régularité remarquable ont complètement disparu, comme si le groupe avait déjà prouvé de quoi il était capable, et qu’il se concentrait maintenant sur ce pour quoi il est fait. Ce qui ne veut absolument pas dire que les trois années séparant les deux travaux ont transfiguré le groupe, mais simplement qu’elles lui ont permis de se trouver, et de se détacher de toute obligation contractuelle ou non.

D’aucuns se diraient que trente minutes instrumentales de brutalité orchestrale ont de quoi rebuter, et lasser. Et pourtant, une fois atteint « Alas! Here Is The Feebles' Assent, Exalted By Your Mouth Full Of Flies », et remarquant que le voyage est déjà fini, on pense à une torsion du temps qui compresse et fait rentrer trente minutes en cinq. Là est la magie d’un disque presque indivisible, aussi court qu’une minute d’amour, et pourtant riche comme une vie de sentiments. Ces sentiments ne seront sans doute pas partagés par tout le monde, mais ils prouvent de facto que l’extrême est loin d’avoir tout dit. Et tant qu’il restera des groupes comme CHAOS ECHOES pour ne pas en respecter les règles, ses frontières ne sont pas prêtes d’être fixées avec acuité. 


Titres de l'album:         

  1.  Embodied By Perfidious Curls In The Innervated Flux
  2. As An Embraceable Magma Leading The Subliminal
  3. Surrounded And Amazed By These Unplumbed Abysses Of The Inverted Sea
  4. Through Kaleidoscopic Haze Of Unexpected Extents
  5. Shine On, Obsidian! Ego! Ego! Echo Back To The Yearning Of The Self!
  6. Alas! Here Is The Feebles' Assent, Exalted By Your Mouth Full Of Flies

Bandcamp officiel

Site officiel


par mortne2001 le 08/04/2018 à 18:23
80 %    406

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)