Certains vous diront que varier les plaisirs en termes de Metal extrême est à peu près aussi compliqué que de trouver une alternative viable au consumérisme, sans se passer des banques. S’il est certain que le créneau est vaste, il est aussi encombré qu’une habitation à loyer modérée en Chine urbaine, et visiblement envahi d’artistes repoussant certaines limites, pour s’en fixer d’autres. A ce point, on pourrait arguer de son contraire, et citer les DEATHSPELL OMEGA, PORTAL, PRIMITIVE MAN, GNAW THEIR TONGUES, ou même ALUK TODOLO, COMITY, HYPNO5E, et pas mal d’autres qui font fi de barrières invisibles pour tracer leur chemin sans se demander s’il est le bon. Ainsi, le parcours des CHAOS ECHOES est particulier en soi. Le groupe des frères Kalevi/Ilmar Uibo et Stefan Thanneur a commencé sa carrière en toute non discrétion, en publiant un premier EP qui en disait long sur leurs intentions, sans forcément révéler grand-chose. Tone Of Things To Come, c’était un peu leur Shape Of Jazz to Come à eux, sauf qu’en lieu et place d’un Free-Jazz somme toute encore assez timide, ils nous bombardaient d’un concept de Death psychédélisque qui ne ressemblait à rien d’autre existant. Mais comme les musiciens n’étaient pas du genre à se laisser amadouer dès leurs débuts, ils ont ensuite enchaîné sur une affaire beaucoup plus complexe. C’est ainsi que naquit Transient, premier longue durée qui justement la prônait, et qui pendant une heure nous entraînait sur la piste de la liberté musicale absolue. D’ailleurs, beaucoup n’ont pas forcément compris de quoi il en retournait, certainement peu habitués à entendre un groupe prendre autant de latitude avec un style pourtant étirable à l’infini. Et de là, et face à cette richesse dans la violence, la question inutile se posait d’elle-même. Etait-ce du Death expérimental ? Ou bien une forme très larvée de Black psychédélique ? Connaissant les deux vecteurs, la seconde solution semblait la plus fidèle, mais une fois encore, les mots peinaient à définir une œuvre affranchie de toute contrainte. Et tout en se disant que l’avenir allait se montrer plus clair au niveau des sons à venir, Mouvement débarque, et révolutionne l’optique du label US Nuclear War Now, qui lui-même se demande si ce trio déstabilisateur ne va pas foutre la merde dans son écurie bien rangée…

Car au-delà de l’unicité de ce trio qui ne ressemble à aucun autre, c’est l’optique choisie pour offrir une transition entre Transient et Mouvement qui choque. A peu près à moitié aussi long que son aîné, ce second longue-durée est plus monolithique, mais pas forcément plus facile d’accès, malgré ce qu’il laisse à penser. Nous sommes assez éloigné des expérimentations farouches d’il y a quelques années, sans que l’instrumental n’ait adopté une forme plus approchable et plus modelable. En optant pour six morceaux à peine, et une demi-heure de musique, les trois musiciens ont privilégié la concision, tout en gardant sous le coude cette folie nous contraignant à inventer des mots pour les situer. Si les noms de PORTAL, ALUK TOLODO ou COMITY peuvent aider à envisager la chose, ils ne sont qu’une aide de fond, tant la musique développée ici se place aux antipodes de toute simplicité. Appréhendé comme un bloc, ce nouveau chapitre s’avale d’un trait, pour en savourer la violence intrinsèque, et encaisser le coup de rythmiques qui une fois de plus ne font preuve d’aucune complaisance. Mais ne vous y trompez pas, les riffs sont toujours aussi barrés, et l’improvisation de surface se pose en anathème principal d’un disque qui ne conçoit l’extrême que comme moyen d’expression pour parvenir à ses fins. Ainsi, et si Transient pouvait encore se découper en pistes logiques et mouvantes, Mouvement le manipule au travers d’un statisme d’apparat pour aller encore plus loin. Et même avec un guitariste perdu dans l’entre-deux, l’espace sonore est occupé avec autant de mainmise et de fermeté par les trois membres restant. Qui ne font aucun sacrifice pour que le fan lambda puisse s’approcher d’eux d’un peu trop près.

Instrumental, violent, psychédélique, ce nouvel album l’est, et plus encore. Il forme une symphonie ininterrompue à l’outrance, mais joue aussi le jeu de la diversité dans l’unicité. Il frappe, erre, se bloque, semble s’échapper, mais reste bien là, malgré quelques plans répétés à l’envi, qui confèrent à l’ensemble cette sensation de linéarité qui pourtant n’entraîne pas la redondance. Exercice rythmique autant que non-mélodique, il laisse ses six morceaux évoluer en toute liberté, se concentrant la plupart du temps sur des à-coups rythmiques prenant de face, mais aussi sur des riffs arrivant à rebours. Sans totalement emprunter les chemins de traverse biscornus du Free-Jazz, il invente le Free-Death, sans être Death pour autant. Les efforts ne sont jamais relâchés, et il en appelle au ressenti le plus viscéral, et sur une envie d’aller voir ailleurs si l’imagination n’est pas plus probante. Et celle qui a permis aux CHAOS ECHOES d’accoucher d’une telle œuvre semble sans limites, tant on sent qu’ils sont capables d’aller encore plus loin, ou, plus intéressant, de changer complètement de direction pour nous perdre en route, et mieux nous retrouver. D’ailleurs, les envies de démonstration que Transient étalait avec une régularité remarquable ont complètement disparu, comme si le groupe avait déjà prouvé de quoi il était capable, et qu’il se concentrait maintenant sur ce pour quoi il est fait. Ce qui ne veut absolument pas dire que les trois années séparant les deux travaux ont transfiguré le groupe, mais simplement qu’elles lui ont permis de se trouver, et de se détacher de toute obligation contractuelle ou non.

D’aucuns se diraient que trente minutes instrumentales de brutalité orchestrale ont de quoi rebuter, et lasser. Et pourtant, une fois atteint « Alas! Here Is The Feebles' Assent, Exalted By Your Mouth Full Of Flies », et remarquant que le voyage est déjà fini, on pense à une torsion du temps qui compresse et fait rentrer trente minutes en cinq. Là est la magie d’un disque presque indivisible, aussi court qu’une minute d’amour, et pourtant riche comme une vie de sentiments. Ces sentiments ne seront sans doute pas partagés par tout le monde, mais ils prouvent de facto que l’extrême est loin d’avoir tout dit. Et tant qu’il restera des groupes comme CHAOS ECHOES pour ne pas en respecter les règles, ses frontières ne sont pas prêtes d’être fixées avec acuité. 


Titres de l'album:         

  1.  Embodied By Perfidious Curls In The Innervated Flux
  2. As An Embraceable Magma Leading The Subliminal
  3. Surrounded And Amazed By These Unplumbed Abysses Of The Inverted Sea
  4. Through Kaleidoscopic Haze Of Unexpected Extents
  5. Shine On, Obsidian! Ego! Ego! Echo Back To The Yearning Of The Self!
  6. Alas! Here Is The Feebles' Assent, Exalted By Your Mouth Full Of Flies

Bandcamp officiel

Site officiel


par mortne2001 le 08/04/2018 à 18:23
80 %    298

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)