Certains vous diront que varier les plaisirs en termes de Metal extrême est à peu près aussi compliqué que de trouver une alternative viable au consumérisme, sans se passer des banques. S’il est certain que le créneau est vaste, il est aussi encombré qu’une habitation à loyer modérée en Chine urbaine, et visiblement envahi d’artistes repoussant certaines limites, pour s’en fixer d’autres. A ce point, on pourrait arguer de son contraire, et citer les DEATHSPELL OMEGA, PORTAL, PRIMITIVE MAN, GNAW THEIR TONGUES, ou même ALUK TODOLO, COMITY, HYPNO5E, et pas mal d’autres qui font fi de barrières invisibles pour tracer leur chemin sans se demander s’il est le bon. Ainsi, le parcours des CHAOS ECHOES est particulier en soi. Le groupe des frères Kalevi/Ilmar Uibo et Stefan Thanneur a commencé sa carrière en toute non discrétion, en publiant un premier EP qui en disait long sur leurs intentions, sans forcément révéler grand-chose. Tone Of Things To Come, c’était un peu leur Shape Of Jazz to Come à eux, sauf qu’en lieu et place d’un Free-Jazz somme toute encore assez timide, ils nous bombardaient d’un concept de Death psychédélisque qui ne ressemblait à rien d’autre existant. Mais comme les musiciens n’étaient pas du genre à se laisser amadouer dès leurs débuts, ils ont ensuite enchaîné sur une affaire beaucoup plus complexe. C’est ainsi que naquit Transient, premier longue durée qui justement la prônait, et qui pendant une heure nous entraînait sur la piste de la liberté musicale absolue. D’ailleurs, beaucoup n’ont pas forcément compris de quoi il en retournait, certainement peu habitués à entendre un groupe prendre autant de latitude avec un style pourtant étirable à l’infini. Et de là, et face à cette richesse dans la violence, la question inutile se posait d’elle-même. Etait-ce du Death expérimental ? Ou bien une forme très larvée de Black psychédélique ? Connaissant les deux vecteurs, la seconde solution semblait la plus fidèle, mais une fois encore, les mots peinaient à définir une œuvre affranchie de toute contrainte. Et tout en se disant que l’avenir allait se montrer plus clair au niveau des sons à venir, Mouvement débarque, et révolutionne l’optique du label US Nuclear War Now, qui lui-même se demande si ce trio déstabilisateur ne va pas foutre la merde dans son écurie bien rangée…

Car au-delà de l’unicité de ce trio qui ne ressemble à aucun autre, c’est l’optique choisie pour offrir une transition entre Transient et Mouvement qui choque. A peu près à moitié aussi long que son aîné, ce second longue-durée est plus monolithique, mais pas forcément plus facile d’accès, malgré ce qu’il laisse à penser. Nous sommes assez éloigné des expérimentations farouches d’il y a quelques années, sans que l’instrumental n’ait adopté une forme plus approchable et plus modelable. En optant pour six morceaux à peine, et une demi-heure de musique, les trois musiciens ont privilégié la concision, tout en gardant sous le coude cette folie nous contraignant à inventer des mots pour les situer. Si les noms de PORTAL, ALUK TOLODO ou COMITY peuvent aider à envisager la chose, ils ne sont qu’une aide de fond, tant la musique développée ici se place aux antipodes de toute simplicité. Appréhendé comme un bloc, ce nouveau chapitre s’avale d’un trait, pour en savourer la violence intrinsèque, et encaisser le coup de rythmiques qui une fois de plus ne font preuve d’aucune complaisance. Mais ne vous y trompez pas, les riffs sont toujours aussi barrés, et l’improvisation de surface se pose en anathème principal d’un disque qui ne conçoit l’extrême que comme moyen d’expression pour parvenir à ses fins. Ainsi, et si Transient pouvait encore se découper en pistes logiques et mouvantes, Mouvement le manipule au travers d’un statisme d’apparat pour aller encore plus loin. Et même avec un guitariste perdu dans l’entre-deux, l’espace sonore est occupé avec autant de mainmise et de fermeté par les trois membres restant. Qui ne font aucun sacrifice pour que le fan lambda puisse s’approcher d’eux d’un peu trop près.

Instrumental, violent, psychédélique, ce nouvel album l’est, et plus encore. Il forme une symphonie ininterrompue à l’outrance, mais joue aussi le jeu de la diversité dans l’unicité. Il frappe, erre, se bloque, semble s’échapper, mais reste bien là, malgré quelques plans répétés à l’envi, qui confèrent à l’ensemble cette sensation de linéarité qui pourtant n’entraîne pas la redondance. Exercice rythmique autant que non-mélodique, il laisse ses six morceaux évoluer en toute liberté, se concentrant la plupart du temps sur des à-coups rythmiques prenant de face, mais aussi sur des riffs arrivant à rebours. Sans totalement emprunter les chemins de traverse biscornus du Free-Jazz, il invente le Free-Death, sans être Death pour autant. Les efforts ne sont jamais relâchés, et il en appelle au ressenti le plus viscéral, et sur une envie d’aller voir ailleurs si l’imagination n’est pas plus probante. Et celle qui a permis aux CHAOS ECHOES d’accoucher d’une telle œuvre semble sans limites, tant on sent qu’ils sont capables d’aller encore plus loin, ou, plus intéressant, de changer complètement de direction pour nous perdre en route, et mieux nous retrouver. D’ailleurs, les envies de démonstration que Transient étalait avec une régularité remarquable ont complètement disparu, comme si le groupe avait déjà prouvé de quoi il était capable, et qu’il se concentrait maintenant sur ce pour quoi il est fait. Ce qui ne veut absolument pas dire que les trois années séparant les deux travaux ont transfiguré le groupe, mais simplement qu’elles lui ont permis de se trouver, et de se détacher de toute obligation contractuelle ou non.

D’aucuns se diraient que trente minutes instrumentales de brutalité orchestrale ont de quoi rebuter, et lasser. Et pourtant, une fois atteint « Alas! Here Is The Feebles' Assent, Exalted By Your Mouth Full Of Flies », et remarquant que le voyage est déjà fini, on pense à une torsion du temps qui compresse et fait rentrer trente minutes en cinq. Là est la magie d’un disque presque indivisible, aussi court qu’une minute d’amour, et pourtant riche comme une vie de sentiments. Ces sentiments ne seront sans doute pas partagés par tout le monde, mais ils prouvent de facto que l’extrême est loin d’avoir tout dit. Et tant qu’il restera des groupes comme CHAOS ECHOES pour ne pas en respecter les règles, ses frontières ne sont pas prêtes d’être fixées avec acuité. 


Titres de l'album:         

  1.  Embodied By Perfidious Curls In The Innervated Flux
  2. As An Embraceable Magma Leading The Subliminal
  3. Surrounded And Amazed By These Unplumbed Abysses Of The Inverted Sea
  4. Through Kaleidoscopic Haze Of Unexpected Extents
  5. Shine On, Obsidian! Ego! Ego! Echo Back To The Yearning Of The Self!
  6. Alas! Here Is The Feebles' Assent, Exalted By Your Mouth Full Of Flies

Bandcamp officiel

Site officiel


par mortne2001 le 08/04/2018 à 18:23
80 %    191

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)