IXION : entretien avec Julien

Ixion

L'air de ne pas y toucher cela fait tout de même près de 15 ans qu'IXION a infusé son Doom dans la musique ambient et électronique, et nous propose régulièrement d'y tremper les lèvres. En 2020 c'est avec son 4e album, L'Adieu aux étoiles (Finisterian Dead End) que le désormais quasi one-man band se rappelle à notre bon souvenir. Et pour notre plus grand plaisir tant ce dernier est un must pour toutes personnes appréciant les voyages intergalactiques propices autant à la noirceur qu'à la rêverie (il suffit de lire la superbe chronique de Simony en ces pages pour s'en convaincre). Pour essayer d'en connaître un peu les tenants et aboutissants, entretien avec Julien Prat, l'homme à la barre du projet. 

Embarquement immédiat !

1/ Bonjour Julien et merci de m'accorder un peu de ton temps pour répondre à mes questions. Avant toutes choses, j'aurais aimé reprendre avec toi l'histoire du groupe. Déjà, pourquoi avoir choisi ce patronyme ? Est-ce en référence direct avec le Ixion de la mythologie grecque ou bien plutôt avec l'objet spatial gravitant dans la ceinture de Kuiper ?

Bonjour Tybo !
Lorsque j’ai choisi le nom du projet, cela devait être en 2005 ou 2006, la thématique spatiale était en place pour notre démo Through the space we die et je pensais qu’un nom de planète ou de corps céleste serait bienvenu. J’étais en pleine lecture d’Hyperion / Endymion de Dan Simmons, dans lequel est apparu le nom Ixion, sur lequel j’ai « flashé »… il s’agit donc d’une référence à cet objet de la ceinture de Kuiper. Et d’ailleurs il est numéroté 28978, ce que j’ai repris pour 28978 Productions ;)


2/ IXION a, depuis le début, semblé fonctionner en équipe réduite et avec les mêmes personnes (toi-même, Thomas Saudray et Yannick Dilly). Or cela fait deux albums que tu sembles être le seul maître à bord. Du coup, peux-tu revenir pour nous sur les débuts du projet et comment IXION a vu le jour ? Est-ce qu'il était écrit dès le début que le thème de l'Espace serait le point central de la musique et des paroles du groupe ?

IXION n’est sans doute pas un groupe au sens habituel, pas non plus un one-man band… je pense qu’on peut dire qu’il s’agit de mon projet avec des collaborateurs réguliers. Depuis 2004 les choses se sont structurées sur la base de mes compositions et idées générales. 

Pour la démo et notre premier album To the Void, Thomas m’aidait sur le concept, les paroles, certaines parties orchestrales, et assurait une majorité du chant extrême. Yannick est venu enrichir la musique avec ses voix claires et rock. A partir d’Enfant de la Nuit, notre second album, il est en plus intervenu de manière significative sur la production.
En 2016 pour la préparation de Return nous nous sommes recentrés en duo, Yannick et moi, ce qui est toujours le cas aujourd’hui. J’ai donc repris les growls à mon niveau. 

Et pour l’Adieu aux Etoiles, après 2 albums à assister Yannick sur les aspects de production et mixage, j’ai franchi le pas : réaliser l’album dans mon home-studio a permis de peaufiner autant que souhaité le son, avec l’objectif de retrouver à l’écoute ce que j’avais en tête en composant. C’est donc Yannick qui est venu chez moi cette fois ci, pour enregistrer ses voix.
Quant à la place de l’espace, disons que c’est plutôt l’aspect « grands espaces » qui a toujours fait partie du concept général : nous avons plusieurs morceaux liés à la mer et aux abysses ("Fade to blue 1& 2" et une bonne partie de Return), au ciel (sur Return)... 

Maintenant c’est certain que l’espace en tant que tel a une place de choix. 

3/ Il semble également que chaque album ait été conceptuel. Si oui, comment fonctionniez-vous pour construire un nouvel opus du groupe ? Et pourquoi cette fascination pour l'univers intersidéral ?
C’est toujours la musique qui vient en premier, parfois un riff, une suite d’accords avec une nappe atmosphérique, une mélodie de piano, une séquence électronique… Cela génère des images, des "paysages sonores". Et c’est à partir de là que le concept prend naissance. Sachant qu’au bout de quelques albums j’ai pris plaisir à les faire tous entrer dans un concept général : on suit le devenir de différents équipages partis essaimer à travers l’espace. Il peut ensuite y avoir un effet retour où la musique est arrangée, complétée, pour illustrer le concept.

Je crois que j’ai d’abord été fan de musique atmosphérique, avant cette attirance pour l’univers : l’espace est venu coller à un goût musical, puis cela a pris de l’importance. C’est un personnage à part entière dans certaines œuvres de SF, qui combine l’immensité avec la noirceur et le froid, qui soulève des sentiments métaphysiques…

4/ Le premier album, To The Void (2011), est sorti sur Avantgarde Music, alors que les trois autres l'ont été chez Finisterian Dead End. Comment se sont présentées ces opportunités ? Pourquoi être passé de l'un l'autre ? Qu'est-ce qu'un label apporte comme plus-value à un groupe comme IXION ?

Pour To the Void, j’avais envoyé une maquette à différents labels affiliés dark / doom / atmo, et cela avait fait mouche avec Avantgarde. Le label souhaitait démarrer une nouvelle ère – ça a été un rattachement plutôt prestigieux. Mais je n’ai pas été pleinement satisfait de la collaboration, et quand j’ai découvert l’existence de Finisterian Dead End, en Bretagne, j’ai vu ça comme une opportunité pour un partenariat plus proche. Et le contact humain est venu renforcer les choses. On fonctionne de manière simple, efficace, et adaptable. Par exemple sur cet album c’est une co-sortie, pour partie à notre niveau en direct (tout le digital notamment), pour partie sur le label. Celui-ci amène un réseau de distribution (FDE travaillant avec Season of Mist notamment), de promotion, ses contacts…

5/ L'Adieu aux Etoiles fait suite à Return (Finisterian Dead End, 2017), qui était à mon sens plus lumineux et moins porté sur les growls et grosses guitares que les deux premiers albums. Partages-tu ce ressenti ? Si oui, pourquoi avoir choisi cette direction ... ?...et être revenu à des sonorités plus lourdes et métalliques sur ce nouvel album ?
Oui clairement Return était un album plus lumineux. Musicalement il y avait l’envie d’explorer en exploitant nos influences post-rock par exemple, refaire appel aux instruments celtiques sur un morceau…sur quoi s’est greffé le concept du retour sur Terre. A partir de là, pour prendre un exemple, on a complètement assumé sur un morceau comme "Hanging in the sky" le côté ciel cotonneux baigné de lumière et traversé par les rayons du soleil : le doom restait présent, mais plutôt comme un élément de solennité. Je pense que l’album était à la frontière de notre univers.

Derrière il y a eu une sorte de compensation, un besoin de retrouver la noirceur... L’Adieu aux Etoiles est né sur des riffs funeral doom, des sons électroniques sombres. Mais au fur et à mesure que la musique s’enrichissait, j’ai ressenti comme une évidence : les morceaux étaient une sorte de définition de la musique d'IXION. C’est devenu le fil rouge : faire un album condensé, recentré sur notre univers, comme un album signature.


6/ Cet Adieu aux Etoiles est le premier à être masterisé à l'extérieur, et pas par n'importe qui, à savoir Tony Lindgren du Fascination Street Studio (ENSLAVED, DIMMU BORGIR,  EXHORDER,...). La même remarque pourrait être faite quant à l'artwork signé Above Chaos (TSJUDER, AZZIARD, NIRNAETH,...). Pourquoi avoir pris ces décisions et pourquoi ces choix d'artistes en particulier ?

Faire un album qui nous définisse impliquait de le travailler encore davantage. Le mixage à domicile a permis de choisir des sonorités Doom qui nous conviennent, affiner les synthés, et surtout travailler les interactions entre ces deux facettes pour qu’elles co-existent, que tous les instruments et les voix trouvent leur place, obtenir quelque chose de puissant et qui respire en même temps. Restait le mastering, la dernière étape : il était important de finaliser la coloration sonore et le niveau, la puissance, pour s’inscrire dans la famille du doom atmo moderne. D’où le fait de faire appel à un spécialiste. J’ai réalisé que quantité de mes albums favoris ces dernières années étaient passé par le Fascination Street Studio (SWALLOW THE SUN, AMORPHIS, KATATONIA, MOONSPELL, DARK TRANQUILLITY,…), cela m’a convaincu ! C’est donc Tony Lindgren qui s’en est occupé, et j’en suis très heureux !
Côté artwork, nous avions eu quelques contacts précédemment avec Vincent Fouquet d’Above Chaos, via FDE et notre région commune d’habitation. Certains travaux qu’il a réalisé ces dernières années m’avaient fait penser qu’il y avait matière à collaboration… sachant que je voulais que l’imagerie sublime l’immensité, la noirceur, et une certaine féérie.
Après quelques échanges sur le concept de l’album et sur des inspirations communes, notamment cinématographiques, nous avons validé le principe. Et je dois dire que le résultat m’a bluffé, au-delà de mes espérances !


7/ Si L'Adieu aux Etoiles a également été réfléchi comme un concept-album, quels en sont l'histoire et les ressorts qui sous-tendent ce 4e opus ? Comment as-tu procédé pour écrire et composer l'album ? 

Par ailleurs ce titre m'interpelle. Peut-il être interprété comme la fin d'un cycle pour IXION ou carrément comme la fin du groupe ?

Ahah ! Heureusement le titre n’a pas de signification vis-à-vis de l’avenir du groupe, ni de son orientation stylistique future ;) 

Il fait simplement référence à l’histoire, en lien avec la pochette d’ailleurs : un vaisseau s’apprêtant à franchir ce portail à la dimension incommensurable, pour fuir notre univers. Cette "scène" clôture l’album (le « whooosh » que l’on entend à la fin de "Farewell" symbolise ce passage). 

Dans les grandes lignes, les derniers représentants de l’espèce humaine dans le cosmos voient leur quête aboutir quand ils atteignent ce gigantesque artefact. Ils comprennent progressivement sa fonction, communiquer avec un autre univers, et le danger qui pèse sur notre univers connu, dont les étoiles sont dévorées par des entités indéfinies… Cette voie de survie leur est proposée par des êtres supérieurs, leurs descendants en réalité… C’est une boucle : l’humanité va fuir dans l’autre univers, s’y épanouir, les descendants vont atteindre un niveau supérieur d’intelligence et de technologie, pour finalement construire le portail et le ramener dans le passé et notre univers, et ainsi permettre leur propre existence. Mais au bout du compte c’est bien la disparition de la vie telle que nous la connaissons dans notre monde…

8/ A ma connaissance, IXION n'a toujours été qu'un projet discographique. Pourquoi ce choix ? Même si la chose n'est clairement pas à la mode en ce moment, y aurait-il une chance de voir un jour les compos d'IXION jouées sur scène ?

C’est un sujet de frustration pour nous : une déclinaison scénique et visuelle de notre musique en live serait super, mais implique une scénographie conséquente collant à la thématique d’immensité stellaire et à la science-fiction, alors que l’on parle d’un genre très particulier au public quand même spécifique et restreint… Il y a aussi une problématique d’équipe : pour jouer une majorité de la musique en live, on parlerait de six musiciens (en considérant 2 claviers) + les voix, alors même que Yannick et moi habitons déjà à 1h30 de distance. Donc cela reste très hypothétique à date.

9/ C'est tout pour moi. Encore merci pour ton temps et pour ce bien bel album à mettre entre toutes les oreilles. Les derniers mots sont pour toi !

Et bien nous tenons à remercier nos fans qui nous écoutent et nous supportent par leurs commentaires si encourageants. Merci beaucoup à toi également pour cette interview et cet avis :)
Et nous espérons que cette mise en avant amènera quelques virées musicales et spatiales pour de nouveaux auditeurs !!


Site officiel | Bandcamp | YouTube | Facebook

par JTDP le 16/12/2020 à 12:00
   532

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Insanity Alert + Sekator + Detoxed

RBD 01/12/2022

Live Report

Fleshcrawl + Disfuneral + Median + Nebulizar

Simony 23/11/2022

Live Report

Frustration + Verdun

RBD 22/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : live SAMAEL 1990

Jus de cadavre 20/11/2022

Vidéos

The Cure + The Twilight Sad

RBD 17/11/2022

Live Report

Sepultura + Sacred Reich + Crowbar

RBD 12/11/2022

Live Report

European Tour 2022

Simony 02/11/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : les flyers

Jus de cadavre 30/10/2022

Vidéos

Alcest + Rïcïnn

RBD 26/10/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Father Merrin + Cleaver + Prypiat 10/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)
Lying Figures + Mourning Dawn + Lux Incerta 10/12 : Le Klub, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Gautier

Bien réalisé mais je supporte pas sa voix...   

06/12/2022, 07:16

Sadam Mustaine

Je filme toujours une ou deux chansons en live puis je range et je profite et j'essaye de me foutre aux barrières 

05/12/2022, 18:48

JTDP

C'est vrai que ça fait bizarre tout ces téléphones...L'effet est peut-être aussi démultiplié par le fait que ce soit et l'intro et la conclusion du concert... Et ce qui est amusant c'est que, paradoxalement, c'est grâce &agra(...)

05/12/2022, 00:02

NecroKosmos

Idem. Un grand homme. Et un dernier album formidable.

04/12/2022, 16:08

NecroKosmos

Voici la raison pour laquelle je ne fais presque plus de concerts. Les téléphones portables à perte de vue qui te gâchent la tienne. Et qui foutent l'ambiance en l'air...

04/12/2022, 16:06

Jus de cadavre (pas log)

Je trouve effectivement que le chant d'Anselmo est très bon. Meilleur qu'avec Down même ! Musicalement ça tient grave la route aussi. Heureux de voir que Wylde ne pourri pas tout avec du shred à gogo (comme il le faisait avec Ozzy ou encore pire avec BLS).(...)

04/12/2022, 14:49

Humungus

Soirée chez un pote hier...Visionnage en after ce matin de tout ça : GDB mais smiley prévisionnel (cf. fests d'été).Et effectivement, le coup des portables, c'est plus que flagrant et dérangeant...

04/12/2022, 14:37

Dédé

Oui ils feraient mieux de profiter du concert . Du coup l'ambiance est moindre . C'est comme ça maintenant il faut s'adapter, il fut un temps où t'aurais même pas oser sortir ton téléphone sinon ça finissait en miettes dans la fosse&nbs(...)

04/12/2022, 12:31

Buck Dancer

J'étais peu concerné par cette "reformation" mais j'avoue que, apparemment, ça le fait bien. Anselmo a l'air en voix et le groove est là. Par contre horrible tout ces téléphones. On voit que ça, aucune vie dans (...)

04/12/2022, 12:08

RBD

Je connais le groupe depuis longtemps, sans être un intime. Simony a visiblement pris la peine d'exhumer la première version nommée "Doors of No Return" pour bien saisir l'apport de ce réenregistrement sous un nouveau nom.L'aspec(...)

03/12/2022, 14:34

Tak

Je viens de lire cet énorme pavé et c'est du très beau boulot, sérieux et documenté : un grand bravo au rédacteur !Quelques albums que je connais dans le lot (rhaaa enfin quelqu'un qui estime les excellents Defiance à leur juste va(...)

03/12/2022, 11:50

Humungus

Toujours émouvant pour moi de revoir Lemmy à cette période de sa vie...

03/12/2022, 10:51

Kenlemortvivant

Ça se voit ! 

03/12/2022, 07:24

RBD

Toujours avec une illustration par Luisma, le guitariste de Haemorrhage. 

02/12/2022, 13:17

Jus de cadavre

Je ne connaissais pas du tout ce groupe français... Eh ben, quelle baffe ! C'est super bien fait et la production (même si ça a été remasterisé) est juste excellente pour l'époque ! Comment un tel truc n'a t-il pas eu plus de succ&egr(...)

02/12/2022, 12:36

Gargan

Typiquement moi le vendredi soir

02/12/2022, 07:04

Arioch91

@metalrunner : Du megadeth pas renversant chanté par James.

30/11/2022, 19:57

RBD

C'est vrai que ce riff Speed-Thrash passerait bien chez Megadeth sans le chant. Mais je ne me mets pas du tout à rêver d'un album entier bien pêchu, c'est juste un premier extrait. Le concept du double concert avec premières parties différentes est (...)

30/11/2022, 16:02

Humungus

metalrunner + 1 hé hé hé...Plus sérieusement (quoique...), le post de Jus de cadavre aurait pu être mien.

30/11/2022, 09:51

Sadam Mustaine

Depuis 25 ans c'est une blague.Du moins Metallica est un monstre du Métal en se reposant sur 10 ans de sa vie et 5 albums.Depuis 25/30 ans et les cheveux courts c'est même pas digne d'être top 50

29/11/2022, 21:12