Katabasis

Abhorrent

17/04/2020

Australis Records

Une pochette aux teintes délicates, une iconographie qui rappelle SLAYER, voilà de quoi oublier un nom passe-partout (on ne recense pas moins de sept ou huit ABHORRENT sur The Metal Archives), et une classification un peu trop générique pour être honnête (Death/Thrash, on ne se mouille pas trop, d’autant que le genre n’a jamais été facile à définir). En choisissant de m’occuper du cas de ce nouvel album, j’ai tenté le diable, n’étant pas certain de connaître le groupe en question, et après enquête pas très poussée, il s’est avéré que non, puisque je les pensais versés dans le Death barbare et typique. Quelle ne fut pas ma surprise de constater que ces musiciens savaient faire preuve de finesse et de flair, et c’est donc avec plaisir que j’écoutais plusieurs fois les huit pistes de ce Katabasis. Néanmoins, après lecture des renseignements disponibles et de la bio du groupe, j’en ai très vite conclu que leur parcours avait été tout sauf un long fleuve de bile tranquille. Jugez du peu, formé en 1987, le combo n’en est qu’à son troisième LP, et négocie donc son virage si dangereux avec trente-trois ans de carrière derrière-lui. De quoi amorcer la courbe avec sérénité, en étant sûr de sa vitesse…Ces ABHORRENT-là nous en viennent donc de Santiago du Chili, ville qui les a vu naître en 1987, mais c’est en 1992 que leurs premiers cris furent poussés via la démo instrumentale qu’ils lâchèrent sur le marché. L’année suivante, c’est la première démo officielle et pro qui vit le jour (Christianicide), mais c’est en 1996 que le premier long fut baptisé (Start Point). Et alors qu’on pensait leur carrière lancée, inexplicablement, le groupe finit par se terrer dans le silence pendant pas moins de quinze ans, avant de ressurgir en 2011 avec la suite de ses aventures. Heridas rassura donc les fans inquiets, mais malgré une compilation publiée en 2013 (History of the World's End), il fallut encore attendre avril dernier, soit neuf ans pour que les chiliens se décident à reprendre leurs instruments pour composer…

Pas vraiment pressés donc nos amis du jour, qui avec Katabasis nous donnent pourtant une belle leçon de savoir-faire violent typiquement sud-américain. Mais attention, vous auriez beau jeu de croire les animaux bestiaux, ce qui n’est assurément pas totalement le cas, puisque les originaires de Santiago manient la subtilité instrumentale avec un certain panache, et surtout, la diversité. En sachant leur naissance ancrée dans la dernière partie d’eighties dominantes, il n’est pas difficile de deviner que ces musiciens ont encore des souvenirs tenaces de leurs débuts. C’est donc très logiquement que leur musique sonne comme si elle avait été composée aux Etats-Unis ou au Canada entre 1988 et 1990, les allusions aux cadors de l’époque se multipliant comme les plans percutants. Loin de se contenter de riffs velus réchauffés pour l’occasion, le quatuor au line-up étonnamment stable (Richard Ayala - guitare, Luis Mella - chant, tous deux membres originaux, Rodrigo de la Hoz - basse, depuis 1990 et Freddy Ayala - batterie, depuis deux ans) se propose de revisiter plusieurs courants de l’extrême de l’époque, suggérant même des accointances avec le Techno-Thrash et le Thrash Psychédélique de VOÏVOD, DOOM et DEATHROW lors du miraculeux « Ruling Dynasty ». Si les qualités intrinsèques de l’œuvre sont nombreuses, et si les morceaux sont tous d’intérêt, autant dire que celui-ci est l’épitomé d’un culot rythmique et artistique admirable, avec ses lignes de basse en circonvolutions, ses guitares tantôt jazzy planant, tantôt Thrash puissant, sa rythmique volubile et ses lignes de chant éructées. Nous catapultant à l’époque bénie de Dimension Hätross, Deception Ignored et Complicated Mind, « Ruling Dynasty » est une petite tuerie d’à peine plus de cinq minutes, qui résume tout ce que l’on a toujours aimé dans le Thrash le plus audacieux, et nous fait immédiatement comprendre que les ABHORRENT sont bien plus qu’un simple artefact des années 80, et toujours un groupe viable à l’inspiration audacieuse et multiple.

Mais à vrai dire, un groupe qui vous cueille à froid avec un pavé de plus de sept minutes est un groupe qui ne s’appréhende pas à la légère. Et en cumulant la persuasion rythmique de MEGADETH, la fluidité mélodique de TESTAMENT, la hargne de FORBIDDEN et la rage Hardcore d’ACROPHET, « Candidate to Punishment » est une entrée en matière qui en dit long sur l’appétit des chiliens qui souhaitent rattraper le temps perdu. Profitant d’une production matte mais claire, de guitares affûtées et d’une basse enrobée, le groupe impose sa vision plurielle, et synthétise trois décennies de Metal extrême. N’hésitant jamais à emprunter au Death ses accélérations les plus fatales (et qui finalement, se rattachent plus au Thrashcore qu’au Death à proprement parler), ABHORRENT prône la diversité dans l’agression et nous percute d’un « Sabbat » qui rappelle les débuts de la scène Black Thrash sud-américaine tout autant que les démonstrations de force nippones de la même époque (école GENOCIDE). Proposant un panel d’interventions variées, les chiliens osent la longueur sans manquer d’idées, pouvant se reposer sur des plans efficaces et redondants pour imposer des progressions pugnaces (« Men's Decadence »). En colorant leur musique de teintes diverses, les musiciens évitent la datation trop précise, et proposent un album qui flotte dans des limbes hors du temps, citant les eighties à plein régime pour mieux les adapter à la nostalgie ambiante. Toujours créatif même dans la bestialité ouverte (« The Deludge »), le groupe déroule ses atouts, et révèle un visage séduisant dans la dualité, laissant loin derrière la concurrence old-school qui a préféré sacrifier l’originalité au profit de la crédibilité vintage.

Ici, on ose et on s’impose, on propose des transitions envoutantes (« Llamando »), pour mieux reprendre le rythme de croisière Thrash juste après (« Nn »), et grâce à un batteur inventif aux coups précis et rapides, un bassiste conscient de son talent qui refuse de se faire noyer dans le mix, et un guitariste capable de citer Piggy, Gary Holt et Patrick Mameli, Katabasis prend des allures de petit miracle de culot dans la production prévisible actuelle. On entre donc dans cet album un peu à reculons, avec quelques préjugés, mais on en sort convaincu et rassuré, sachant que le Thrash peut encore compter sur des musiciens qui en respectent l’audace et pas seulement les figures les plus imposées. Sacrée surprise que ce troisième LP, qui cumule les qualités, et pointe une interrogation intéressante. Comment se fait-il que les chiliens n’aient pas encore accédé à une reconnaissance méritée, et qu’ils ne sortent des albums qu’une fois tous les dix ans passés ? Le mystère reste entier…

                                                                                                      

Titres de l’album :

                       01. Candidate to Punishment

                       02. Sabbat

                       03. Ruling Dynasty

                       04. Men's Decadence

                       05. The Deludge

                       06. Llamando

                       07. Nn

                       08. Human Infection

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 29/04/2020 à 17:29
90 %    380

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JérémBVL
membre enregistré
29/04/2020, 18:20:22
Je vais aller écouter ça!

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28