Sonic Healing

Todd Michael Hall

07/05/2021

Rat Pak Records

Posons les bases de cet album en quasi solo histoire d’y voir plus clair. Pour ceux ne le sachant pas, TODD MICHAEL HALL fut un concurrent de la saison 18 de The Voice, puis le chanteur de la énième formation de RIOT, RIOT V. Il collabora en son temps au BURNING STAR de Jack Starr, ce qui fait de lui une référence solide derrière le micro. Pour cet album, Todd a fait appel à une légende du Metal, qui s’est non seulement occupé de la production, mais aussi de la co-composition, Kurdt Vanderhoof, de METAL CHURCH. Tout ceci fait beaucoup de noms connus au casting de la même aventure, mais les collaborations les plus flamboyantes sur papier ne donnent pas forcément le résultat le plus brillant sur rondelle glacée. Sauf que Sonic Healing mérite son titre à la croche près, tant il déclenche des montées d’endorphine à la moindre chanson. Autant le dire tout net, cet album est une réussite totale, un KO immédiat, et certainement le traitement le plus efficace à la sinistrose ambiante qui nous ronge depuis l’arrêt de toute activité live l’année dernière. Certes, j’en conviens, la mode de recyclage des concurrents aux divers télé-crochets n’a pas donné que du bon, la hype prenant souvent le pas sur la pertinence, mais la voix de TODD MICHAEL HALL, posée sur des morceaux totalement Classic Rock est une idée de génie, le chanteur ayant souhaité évoquer la musique de sa jeunesse en se montrant allusif à tous ces groupes qui ont construit son identité musicale.

On retrouve donc un peu de tout dans cette auberge espagnole des souvenirs, du STYX, du SWEET, du SLADE, du ZEP, mais aussi du BOSTON, du REO SPEEWAGON musclé, et surtout, du Rock, du Hard Rock, des mélodies imparables, un jeu de guitare incroyable de clarté, et des tubes comme s’il en pleuvait. TODD MICHAEL HALL ne s’est pas contenté d’un caprice de gamin pour mettre son nom en avant, et s’en est remis au talent de Vanderhoof pour l’épauler du mieux possible, et l’alchimie entre les deux musiciens prend dès le premier morceau, un déjà classique qui démarre sur les chapeaux de roue DEEP PURPLE/WHITESNAKE. Riff traditionnel, énergie analogique, envie de se replonger dans la musique de son enfance, et le voyage commence sous les meilleurs auspices, dans la plus grande tradition des méga groupes vintage de ces dernières années, montés par Frontiers ou autre label flairant la bonne affaire.

Ceux qui ont suivi le parcours de Todd à la télévision savent déjà que l’homme est capable de couvrir une tessiture étonnante, mais en cette occasion, l’homme a laissé la démonstration de côté pour servir les morceaux. « Overdrive » nous prouve donc immédiatement que la démonstration, quelle qu’elle soit, n’a pas droit de cité sur Sonic Healing, puisque cette thérapie sonique en est vraiment une. Gorgé de feeling Clasic Rock et de pulsions Hard-Rock sincères, ce premier long aux dix morceaux plus deux bonus est une véritable fontaine de jouvence groovy, bumpy, high on energy, qui repasse en revue toutes les composantes du Hard classique des années 70 et 80, en évitant les gimmicks les plus faciles de refrains en étendard.

Les deux complices connaissent chacun leur boulot, et en tant que producteur, Kurdt a prodigué des soins incroyables à sa réalisation. Le son est chaud, semble émaner de larges bandes tournant sur un magnétophone des années 70, ce que l’on ressent parfaitement sur le boogie infernal à la Marc Bolan de « Let Loose Tonight ». Décidément placé sous le signe de la variété, comme un best-of des années magiques qui voyaient SWEET cohabiter avec les australiens d’AC/DC (« All On The Line »), ou des références comme SURVIVOR, REO SPEEDWAGON et FOREIGNER truster les plus hautes places du Billboard (« Running After You »), Sonic Healing est un festival guitare/voix qui peut s‘appuyer sur une rythmique solide, et des performances au-dessus de tout soupçon de la part de ses deux concepteurs. De temps à autres, Todd laisse sa voix partir dans les cieux pour nous offrir une démonstration de maîtrise phénoménale, comme à l’occasion de « Love Rain Down », tube parmi les tubes, qui permet à Vanderhoof de lâcher un riff bien gluant que les GRETA VAN FLEET auraient pu caser sur leur dernier LP.

Et même en connaissant le talent des deux musiciens impliqués dans le projet, on reste assez admiratif du résultat obtenu. De titre en titre, le duo créatif passe d’une ambiance à l’autre, sans jamais se répéter ni se cloisonner dans un univers trop restreint. Toutes les rythmiques, toutes les attaques, tous les sons de guitares et les attitudes sont abordés avec brio, et lorsque le groove d’AEROSMITH s’impose aux premiers rôles, on tape du pied en pensant aux Toxic Twins de notre jeunesse (« Sonic Healing »). Capables de durcir le ton ou de l’alléger, Kurdt et Todd s’amusent beaucoup de leur propre complicité, et naviguent à vue dans le répertoire traditionnel US, pondent des hits comme on en fait plus depuis l’orée des années 80 (« Like No Other »), s’accordent des pauses plus classiquement Rock (« Somebody’s Fool »), mais restent fidèles à leurs amours de jeunesse, même si le plaisir de découvrir un Vanderhoof plus léger occulte un peu le talent de Todd au chant.

Loin du tape à l’œil un peu m’as-tu-vu des superproductions Frontiers avec Del Vecchio à la barre, le projet TODD MICHAEL HALL fait montre d’une humilité proportionnelle au talent étalé. Maîtrisé de bout en bout, énergique, sensible, l’album déroule ses morceaux et nous séduit en profondeur (pas d’allusion déplacée, je vous en prie), et termine même par une ode aux bar-bands américains les plus capés des tournées des clubs, tendant la perche à Bob SEGER, pour un endiablé « Long Lost Rock & Rollers ».              

Et puisque vous êtes gentils, l’album vous réserve une dernière surprise avec deux bonus de choix, le survitaminé « The Other Side », petit plaisir up tempo, et « Not with a Sword », gros Heavy des familles avec superposition de riffs méchamment saignants. Boogie, straight, syncopé, mélodique, musclé, ce premier effort de TODD MICHAEL HALL prouve non seulement qu’il est un chateur extraordinaire, mais aussi un homme de goût. Un album qui risque de devenir un classique de lui-même, mais qui pour le moment, reste un sacré traitement à cette déprime qui nous bouffe les neurones depuis des mois. La musique guérit tous les maux, c’est bien connu.

 

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Overdrive

02. Let Loose Tonight

03. All On The Line

04. Running After You

05. Love Rain Down

06. Sonic Healing

07. Like No Other

08. Somebody’s Fool

09. To The Bone

10. Long Lost Rock & Rollers

11. The Other Side (Bonus)

12. Not with a Sword (Bonus)


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 22/06/2021 à 15:02
88 %    122

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
grinder92

Tant que c'est Bill Steer à la guitare, ça apportera quelque chose...Surgical et Torn ne sont pas révolutionnaires. Apportent-ils quelque chose comme avaient pu le faire Necroticism et Heartwork ? Personnellement, je ne pense pas. Fallait-il s'abstenir ? (...)

01/12/2021, 18:39

Johnny KKmetal

Oui le dernier Carcass semble diviser les gens.Même si c'est un bon disque, je suis de l'avis de Korgull en pensant qu'il n'apporte rien 

01/12/2021, 18:05

Simony

Bien sur cher Hummungus !

01/12/2021, 17:30

PORNOPUTE

Les mémoires d'un escroc ! Race maudite!

01/12/2021, 16:57

RBD

Boucherie ou pas, les avis sont tranchés en tout cas.

01/12/2021, 14:11

JOhnny KKmetal

Un grand merci à Simony pour le partage

01/12/2021, 13:50

Humungus

En son temps, pourras-tu STP annoncer dans les news la date du futur show ?

01/12/2021, 11:33

Humungus

Malheureusement pour moi, tout comme le précédent album, c'est je trouve pas assez Doom...Mais bon... C'est quand même bien torché hein.

01/12/2021, 11:29

@Arioch91

@LeMoustre, moi c'est tout l'inverse. Blood In m'a laissé de marbre complètement. Même le morceau avec Kirk Hammett ne m'a laissé rien de mémorable. Mais ce Persona Non Grata, c'est déjà mieux.Bon après... Gary(...)

01/12/2021, 08:52

Arioch91

<MAUVAISE_LANGUE>Les Mémoires de Paul Stanley ? 608 pages ?Vu tout ce qu'il a dû se sniffer, je suis surpris que ça tienne en autant de pages !

01/12/2021, 08:47

Satan

Assurément la pochette la plus chère de l'Histoire!

29/11/2021, 12:11

LeMoustre

Très déçu au final, Blood In Blood Out est tellement plus sympa que ce disque qui ne m'a fait ni chaud ni froid

29/11/2021, 11:51

dafa

quelle daube

28/11/2021, 19:47

RBD

Je suis en retard, mais c'est un document précieux pour son authenticité. Ce type d'interviews dérapantes sur des radios associatives étaient la règle à cette époque pour les groupes de cette première vague du Death français(...)

27/11/2021, 14:38

Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02