Reality Unveiled

Shadow Tribe

13/11/2020

Pride And Joy Music

Après avoir exploré de nouveau la face la plus sombre du Metal finnois, me voici revenu du côté de la lumière pour retrouver le soleil des mélodies nordiques. Il est d’usage de considérer la Suède, la Norvège et la Finlande comme les terres d’accueil des mélodistes les plus soigneux, et le premier album de SHADOW TRIBE ne fait pas exception à cette règle. Nouveau concept créé par des musiciens d’expérience, SHADOW TRIBE se propose donc de combiner la finesse des mélodies AOR et la puissance des rythmiques du Power Metal, pour nous proposer un Heavy harmonique et épais, tirant sur la vitesse des groupes US les plus capés. On retrouve derrière ce nom des professionnels de la scène connaissant le métier comme personne, puisque ce nouveau duo s’est formé autour de la complicité tissée entre le bassiste Marko Pukkila (ALTARIA & STARGAZERY) et le chanteur Kimmo Perämäki (ex-CELESTY, SPIRITUS MORTIS & MASQUERAGE), qui pour l’occasion se sont entourés du guitariste Simo Pirttimaa et du batteur Petri Heinonen (KING SATAN). Alléché par l’odeur de l’union de ces vieux briscards, le label allemand Pride & Joy a aussitôt dégainé ses contrats pour s’assurer de la fidélité du quatuor, et c’est ainsi que cet album enregistré entre 2018 et 2020 a pu voir le jour. Et en regardant de plus près le pédigrée des instrumentistes impliqués, on comprend que l’amateurisme n’aura pas droit de cité, et que les compositions seront léchées et peaufinées à l’extrême. Après tout, Marko Pukkila ne traîne pas ses basques dans le business depuis plus de vingt ans pour rien et ne s’est pas retrouvé à jouer avec des pointures comme Vinny Appice, Kee Marcello, AJ Pero, Frankie Banali, Rowan Robertson & Ryan Roxie par hasard. Le bassiste est un session-man renommé et recherché, et cette nouvelle alliance ne fera qu’enrichir un CV déjà bien fourni.

Dès lors, qu’attendre d’autre de ce projet qu’un professionnalisme mélodique extrême ? Rien, je vous l’accorde, la seule inconnue étant l’approche choisie par les musiciens, qui pouvaient piocher au hasard de leur inspiration des influences AOR comme des références plus musclées. Et c’est un entre-deux qui a été privilégié, avec une énergie à la STRATOVARIUS adoucie de mélodies à la ECLIPSE et W.E.T, soit la quintessence d’un art nordique du crossover le plus séduisant. Produit par le groupe lui-même, managé de l’intérieur par le rusé Marko Pukkila, Reality Unveiled est donc une affaire de séduction méchamment bien rodée, mais c’est encore le groupe lui-même qui résume le mieux la situation. Ainsi, Marko déclare à propos de ce premier LP :

« Après quelques années d’absence studio, nous sortons enfin notre premier album. Nous sommes très heureux d’annoncer ce partenariat avec Pride &Joy, la musique est mélodique, mais aussi très directe avec du Rock qui vous botte les fesses. Des riffs cools, de bonnes mélodies, et des arrangements travaillés. Je suis très heureux de la tournure qu’on prit les choses. Cet album est une sacrée collection de chansons Rock harmonieuses, et j’espère que vous les apprécierez autant que nous. »

Argument promotionnel assez simple et sincère, et qui correspond en tous points à la réalité des faits, puisque ces dix morceaux révèlent une tendance à la puissance et au sentimentalisme, sans toutefois tomber dans les excès d’un côté ou de l’autre. Et si la définition de l’optique est assez pertinente, si les chansons en elles-mêmes respirent le métier qui transpire par tous les pores, l’auditeur devra faire un choix cornélien au moment d’émettre un avis personnel. Car en effet, malgré des écoutes répétées, je ne suis pas parvenu à rentrer dans les morceaux et à m’immerger dans cette ambiance polyvalente, malgré le talent des musiciens impliqués. Avec plus de trente-ans d’entraînement AOR derrière-moi, je pense être à même de juger des capacités d’un groupe qui occupe le terrain de la mélodie musclée, et si certaines interventions fonctionnent à plein régime, d’autres font au contraire preuve d’une certaine léthargie créative, comme si les compositeurs étaient restés en pilotage automatique pendant de trop nombreuses années. Ainsi, pour un explosif  « Splinters Of A Hologram », n’ayant rien à envier aux cadors du genre et surtout pas à STRATOVARIUS ou SONATA ARCTICA, nous devons subir l’approximation classique d’un « Speck Of Stardust », qui sonne comme du HELLOWEEN très fatigué, ou d’un NIGHTWISH dominical lassé des turpitudes symphoniques. Il semblerait que le quatuor ait eu du mal à maintenir la pression tout du long, et émane de ce premier long des effluves de facilité relativement peu pardonnables.

Mais non, l’album n’est pas mauvais, loin s’en faut. Mais sa production qui semble dater des années 80 n’aide pas vraiment les compositions à décoller, sans oublier d’impliquer certains riffs trop formels pour être honnêtes. Le choix de mixer la voix de Kimmo Perämäki très en avant n’est pas très heureux non plus, encore moins quand des chœurs fatigués essaient de la soutenir avec peine (« Connection »). Tout ceci sonne donc comme une occasion à moitié manquée, et seul un morceau sur deux nous apporte l’énergie dont nous avons besoin pour continuer l’écoute. Ainsi le très musclé « A World Taken Hostage » permet à Kimmo de changer de registre sur fond de rythmique à la RIOT, alors que le long et plaintif « Many Tears To Go » semble prendre un malin plaisir à singer tous les tics les plus symptomatiques du Heavy mélodique de ces vingt dernières années, comme un résumé couché à la hâte sur partition.

Manque cruel de dynamique, compositions encore un peu trop standard, Heavy classique qui manque désespérément d’un grain de folie (« We Weren't There »), Reality Unveiled reste un peu trop dans le rang, et ressemble à un exercice de style de musiciens un peu trop engoncés dans leurs certitudes. La fin de l’album, restant coincée dans un univers trop figé nous présente le visage d’un groupe qui a du mal à s’extirper de ses réflexes les plus conditionnés, et peine à nous maintenir en éveil. Mais comme je le disais, la sensibilité de chacun lui permettra d’apprécier l’œuvre avec un regard différent, et pour un déçu, des dizaines de satisfaits exigeront une suite.

              

                                                                                                                               

Titres de l’album:

01. Splinters Of A Hologram

02. Christaromancy

03. Headstrong

04. Speck Of Stardust

05. Connection

06. A World Taken Hostage

07. Many Tears To Go

08. We Weren't There

09. Stolen Fate

10. Instant Heaven


Facebook officiel$

par mortne2001 le 11/08/2021 à 17:33
68 %    62

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35