Question : qu’est ce qui ressemble encore plus à un album de Thrash allemand des années 80 qu’un tribute band de DESTRUCTION ? Réponse : un album des brésiliens de DEATHGEIST qui ont au moins le mérite d’admettre leurs influences. Etrange d’ailleurs que ces lusophones aient privilégié l’optique carrée et propre germaine puisque d’ordinaire, ils excellent dans le bestial qui tâche, genre qu’ils ont pratiquement inventé à eux-seuls. Bref. Fondé en 2017 à Sao Paulo, ce quatuor aux références affichées comme un patch dans le dos d’une veste en jean déchirée (Adriano Perfetto - guitare/chant, Victor Regep - guitare, Mauricio Bertoni - basse et Goro - batterie) a déjà publié un premier longue durée éponyme en 2017, qui leur a permis d’acquérir une petite réputation dans l’underground. Jouant très sincèrement et modestement la carte de la nostalgie, ce combo sympathique se place donc en plein dans le creux de la vague vintage actuelle, en secouant les bas-fonds plutôt que les vagues de surface. Inutile de le nier, en écoutant ce très sobrement baptisé 666, vous aurez l’impression d’écouter les premiers albums de la bande à Schmier joués à la façon de Release From Agony, sans cette approche Techno-Thrash qui caractérisait ce chef d’oeuvre. Non que l’ensemble soit désagréable puisque tel n’est pas le cas, mais autant jouer la franchise et avouer que vous n’aurez aucun mal à anticiper les plans des morceaux tant ceux-ci prennent un malin plaisir à reproduire quasiment à l’identique les attaques allemandes des années 80, avec autant d’application qu’un rouquin lisant les partitions de Dave Mustaine.

De deux choses l’une. Ou cette chronique s’arrête là puisque j’ai déjà dit tout ce qui pouvait vous être utile sans écouter l’album, ou je choisis de gloser un peu pour combler les blancs. En fouillant un peu, on peut évidemment trouver d’autres similitudes moins flagrantes (un ASSASSIN en rupture de contrat, les débuts de DEATHROW en plus calme, de faux airs Bay Area planqués dans les mélodies), on peut aussi admettre que la production très propre permet d’apprécier les rares fioritures qui traînent (quelques mélodies caractéristiques de la NWOBHM, des breaks légèrement moins téléphonés que la moyenne), mais en restant honnête, il est impossible de différencier ce 666 de la masse discographique pléthorique de l’époque, en situant l’œuvre dans une moyenne anecdotique, et ce grâce à quelques riffs bien plaqués. Le défaut principal de cette réalisation, outre son manque de culot et d’ambition se cache dans le manque total de changement de tempo, tous les morceaux restant calés sur le même nombre de BPM. On se croirait revenu en pleine déferlante Thrash de 1987/1988, lorsque tous les musiciens allemands, américains, anglais ou brésiliens se convertissaient au culte de la basket et du short effrangé, et que n’importe quelle assemblée pouvait sonner plus violente que la moyenne. L’inconvénient majeure étant que cette attitude polluait déjà les bacs à l’époque, et que la mode étant cyclique, on se retrouve à faire le même constat, même si rien de formel ne peut être reproché à ces gentils brésiliens.

Mais objectivement, qui a vraiment besoin d’une relecture des premiers méfaits de DESTRUCTION lorsqu’on peut s’enivrer des originaux ? Car ici, tout est fait pour en recréer l’ambiance, des guitares aiguisées comme des rasoirs Gilette en passant par le rythme inamovible, sans oublier les intonations sardoniques d’Adriano Perfetto qui singe à la perfection le timbre de son illustre et grand modèle. Et les titres passent, à une vitesse raisonnable, proposant les mêmes cassures au même endroit, cavalant de la même façon, offrant parfois quelques chœurs non surprenants, mais plutôt plaisants, alors que la basse tente quelques timides facéties (« Returning to Sodom », que le SODOM le plus fatigué n’aurait jamais osé d’ailleurs). La demi-heure est donc plutôt rapide, même si la redite permanente la handicape un peu, mais 666 ne laisse pas vraiment un souvenir impérissable, même après plusieurs écoutes, diffusant plutôt un parfum d’anonymat qui plane dans l’air et qui ne peut que desservir le groupe à moyen et long terme. Et puisque je vous aime beaucoup, et malgré le fait que je déteste raconter la fin d’un film à quelqu’un qui n’en a pas encore vu le début, dites-vous qu’une fois « 666 » ingurgité, vous aurez déjà écouté tout le reste sans le savoir, tant toutes les pistes sont calquées sur cette entame. Alors, une intro classique, un allant qui ne se dément pas, un son correct, et une pochette savoureuse, bien sûr, et deux ou trois morceaux qu’on peut à la rigueur réécouter plus tard pour leur surplus d’énergie (« The Man Who was Death »), mais rien qui ne viendra sauver les DEATHGEIST du marasme de normalité et de banalité dans lequel ils se sont plongés eux-mêmes.

Dommage, mais les copies carbone vraiment trop carbone n’échappent pas à la taxe carbone de la critique qui cartonne. Il faudra la prochaine fois faire plus d’efforts pour s’affranchir de ses mentors.      

   

Titres de l’album :

                             1.Darkness Around

                             2.666

                             3.Domain

                             4.Human Slaughter

                             5.Black Moon Rites

                             6.Creepshow

                             7.Virtual Murder

                             8.Returning to Sodom

                             9.The Man Who was Death

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/10/2019 à 18:43
55 %    66

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...