666

Deathgeist

21/06/2019

Thrash Or Death Records

Question : qu’est ce qui ressemble encore plus à un album de Thrash allemand des années 80 qu’un tribute band de DESTRUCTION ? Réponse : un album des brésiliens de DEATHGEIST qui ont au moins le mérite d’admettre leurs influences. Etrange d’ailleurs que ces lusophones aient privilégié l’optique carrée et propre germaine puisque d’ordinaire, ils excellent dans le bestial qui tâche, genre qu’ils ont pratiquement inventé à eux-seuls. Bref. Fondé en 2017 à Sao Paulo, ce quatuor aux références affichées comme un patch dans le dos d’une veste en jean déchirée (Adriano Perfetto - guitare/chant, Victor Regep - guitare, Mauricio Bertoni - basse et Goro - batterie) a déjà publié un premier longue durée éponyme en 2017, qui leur a permis d’acquérir une petite réputation dans l’underground. Jouant très sincèrement et modestement la carte de la nostalgie, ce combo sympathique se place donc en plein dans le creux de la vague vintage actuelle, en secouant les bas-fonds plutôt que les vagues de surface. Inutile de le nier, en écoutant ce très sobrement baptisé 666, vous aurez l’impression d’écouter les premiers albums de la bande à Schmier joués à la façon de Release From Agony, sans cette approche Techno-Thrash qui caractérisait ce chef d’oeuvre. Non que l’ensemble soit désagréable puisque tel n’est pas le cas, mais autant jouer la franchise et avouer que vous n’aurez aucun mal à anticiper les plans des morceaux tant ceux-ci prennent un malin plaisir à reproduire quasiment à l’identique les attaques allemandes des années 80, avec autant d’application qu’un rouquin lisant les partitions de Dave Mustaine.

De deux choses l’une. Ou cette chronique s’arrête là puisque j’ai déjà dit tout ce qui pouvait vous être utile sans écouter l’album, ou je choisis de gloser un peu pour combler les blancs. En fouillant un peu, on peut évidemment trouver d’autres similitudes moins flagrantes (un ASSASSIN en rupture de contrat, les débuts de DEATHROW en plus calme, de faux airs Bay Area planqués dans les mélodies), on peut aussi admettre que la production très propre permet d’apprécier les rares fioritures qui traînent (quelques mélodies caractéristiques de la NWOBHM, des breaks légèrement moins téléphonés que la moyenne), mais en restant honnête, il est impossible de différencier ce 666 de la masse discographique pléthorique de l’époque, en situant l’œuvre dans une moyenne anecdotique, et ce grâce à quelques riffs bien plaqués. Le défaut principal de cette réalisation, outre son manque de culot et d’ambition se cache dans le manque total de changement de tempo, tous les morceaux restant calés sur le même nombre de BPM. On se croirait revenu en pleine déferlante Thrash de 1987/1988, lorsque tous les musiciens allemands, américains, anglais ou brésiliens se convertissaient au culte de la basket et du short effrangé, et que n’importe quelle assemblée pouvait sonner plus violente que la moyenne. L’inconvénient majeure étant que cette attitude polluait déjà les bacs à l’époque, et que la mode étant cyclique, on se retrouve à faire le même constat, même si rien de formel ne peut être reproché à ces gentils brésiliens.

Mais objectivement, qui a vraiment besoin d’une relecture des premiers méfaits de DESTRUCTION lorsqu’on peut s’enivrer des originaux ? Car ici, tout est fait pour en recréer l’ambiance, des guitares aiguisées comme des rasoirs Gilette en passant par le rythme inamovible, sans oublier les intonations sardoniques d’Adriano Perfetto qui singe à la perfection le timbre de son illustre et grand modèle. Et les titres passent, à une vitesse raisonnable, proposant les mêmes cassures au même endroit, cavalant de la même façon, offrant parfois quelques chœurs non surprenants, mais plutôt plaisants, alors que la basse tente quelques timides facéties (« Returning to Sodom », que le SODOM le plus fatigué n’aurait jamais osé d’ailleurs). La demi-heure est donc plutôt rapide, même si la redite permanente la handicape un peu, mais 666 ne laisse pas vraiment un souvenir impérissable, même après plusieurs écoutes, diffusant plutôt un parfum d’anonymat qui plane dans l’air et qui ne peut que desservir le groupe à moyen et long terme. Et puisque je vous aime beaucoup, et malgré le fait que je déteste raconter la fin d’un film à quelqu’un qui n’en a pas encore vu le début, dites-vous qu’une fois « 666 » ingurgité, vous aurez déjà écouté tout le reste sans le savoir, tant toutes les pistes sont calquées sur cette entame. Alors, une intro classique, un allant qui ne se dément pas, un son correct, et une pochette savoureuse, bien sûr, et deux ou trois morceaux qu’on peut à la rigueur réécouter plus tard pour leur surplus d’énergie (« The Man Who was Death »), mais rien qui ne viendra sauver les DEATHGEIST du marasme de normalité et de banalité dans lequel ils se sont plongés eux-mêmes.

Dommage, mais les copies carbone vraiment trop carbone n’échappent pas à la taxe carbone de la critique qui cartonne. Il faudra la prochaine fois faire plus d’efforts pour s’affranchir de ses mentors.      

   

Titres de l’album :

                             1.Darkness Around

                             2.666

                             3.Domain

                             4.Human Slaughter

                             5.Black Moon Rites

                             6.Creepshow

                             7.Virtual Murder

                             8.Returning to Sodom

                             9.The Man Who was Death

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 19/10/2019 à 18:43
55 %    214

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report

Antibody

mortne2001 19/10/2020

From the past

Les archives de la Mort 1984 - 1994

grinder92 14/10/2020

Livres

Livre TAPE DEALER / Chronique par David Martin

Jus de cadavre 11/10/2020

Vidéos

W.A.S.P, Bataclan 2012

grinder92 09/10/2020

Live Report

Demanufacture

Baxter 06/10/2020

From the past

Hanger Abortion

RBD 30/09/2020

Live Report

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Baxter

Janvier étrangement ça encore le flop hélas. Tant que ce virus persiste dans la civilisation et sans un moyen miracle, hélas concert et autres ça sera encore pas avant quelques temps. 

28/10/2020, 22:30

Kerry King

En meme temps que le nouveau Soulburn, ah ah.Et Soulburn c'est comme Asphyx mais penchant vers le Black, double ration ! 

28/10/2020, 19:06

Humungus

AAAAAAHHH !!! !!! !!!En voilà une bonne news !!!

28/10/2020, 15:34

NecroKosmos

Oui, là aussi, groupe sous-estimé à l'époque. Trop violent pour les fans d'HELLOWEEN et trop soft pour les fans de KREATOR (comme RAGE, par exemple). Dommage car LIVING DEATH avait une empreinte qui lui était propre. Personnellement, j'adore surto(...)

28/10/2020, 09:50

NecroKosmos

Groupe original, totalement sous-estimé. Achat indispensable.

28/10/2020, 09:43

NecroKosmos

Groupe chiant. Jamais compris l'intérêt qu'on pouvait y porter.

28/10/2020, 09:42

Humungus

Jamais réellement accroché à ce groupe qui pour moi ne propose jamais rien d'innovant ni même d'un tant soit peu accrocheur...Idem donc à l'écoute de cet album.PS : mortne2001 enculé !

27/10/2020, 20:29

Jus de cadavre

Pas encore écouté attentivement, mais ça me semble très bon en effet !

27/10/2020, 18:12

Simony

Voilà qui confirme quand même que 2021 va être très compliquée pour les acteurs du monde artistique, tout art confondu, et de la culture. 

27/10/2020, 13:14

Humungus

Mouuuuuuuh que c'est bon ça !Riffs binaires... Voix de porcasse...J'achète !!!

27/10/2020, 09:37

Humungus

Leur meilleure galette effectivement.

27/10/2020, 09:22

Humungus

Malgré le Covid, cela bouge encore foutrement de la guibole à l'EHPAD !

27/10/2020, 09:21

Hipparion33

Fan de metal depuis les années 80 , je suis tombé semaine dernière dans un magasin Cash sur cet album en vinyl . Je ne connaissais absolument pas et je me suis dit " tiens un album de heavy , je prends".Arrivé chez moi , direct dans la platine. Quelle (...)

26/10/2020, 17:57

Simony

Après maintes écoutes de la bête, franchement pas déçu. C'est du pur FUNERAL ORCHESTRA ! Dans le genre glauque, sombre et franchement abyssal, difficilement égalable ces mecs là.

26/10/2020, 17:22

Raumsog

Ah on les voit les anciens crevards de VS!   

26/10/2020, 10:13

Betrayed

Je ne savais pas que ça existait encore ce truc.Souvenirs de VS...   

25/10/2020, 09:26

KaneIsBack

Haha, Shaka écrit des news ici, maintenant ?   

24/10/2020, 17:03

Solo Necrozis

Pas de nibards mis en évidence. Voilà, je fais gagner du temps à certains.

24/10/2020, 11:40

Humungus

Ca sonne effectivement à mort CANNIBOUL.Très bon donc.Pis j'adore cette pochette.

23/10/2020, 19:51

Saddam Mustaine

Il y a 8 mois il n'y avait de pandémie, et tout le monde s'en foutait les stades étaient pleins comme les concerts...Donc dans 8 mois impossible a dire, et les plus pessimistes ne vous laissez pas décourager par la dictature sanitaire de ce pauvre monde de fo(...)

23/10/2020, 19:41