On disserte toujours sur l’idéologie de nombreux groupes affiliés au Black Metal, arguant du fait que leur iconographie, leurs textes et leurs prises de positions sont souvent sujets à caution. Evidemment, les groupes adhérant aux préceptes NSBM sont d’emblée évacués de la bienséance eut égard à leurs accointances d’extrême-droite complètement assumées, mais d’autres, au discours plus flou, doivent aussi rendre des comptes et voir leurs concerts parfois remis en cause. On se souvient du brouillard nationaliste qui entourait la première génération norvégienne, mais Morgan de MARDUK a dû faire face à de nombreux problèmes de communication eut égard à sa passion dévorante du IIIème Reich (goût qu’il partageait d’ailleurs avec le regretté Jeff Hanneman), tout comme des dizaines d’autres combos qui jouent sur l’ambivalence et la provocation, se référant à la sempiternelle et sacro-sainte liberté d’expression artistique. Mais la plupart des ensembles du cru se retrouvent souvent autour d’une philosophie antireligieuse assez claire (et dans la majorité des cas orientée vers la lutte contre le christianisme), prônant le nihilisme, l’égoïsme, l’hédonisme, ce qui revient généralement à se mettre d’accord avec les préceptes de ce cher Anton LaVey et du satanisme moderne tel qu’il fut propagé dans les années 60. D’autres groupes au contraire cherchent à mettre les choses au point d’emblée, précisant leur optique pour ne pas avoir à répondre de fausses accusations d’assimilation. C’est le cas des allemands d’APOTHEOSIS OMEGA, qui réfutent les théories politiques et religieuses des extrêmes, de gauche, de droite, chrétiennes ou autres, préférant se concentrer sur d’autres concepts, plus viables et réalistes selon eux. Ils se réfèrent donc aux écrits et études de M. A. Smith, A. Mason, P. Carrol, C.G. Jung, E.A. Koetting, A.D. Chumbley, K. Grant ou Aleister Crowley pour justifier de leur Black Metal orthodoxe, qui en effet se base sur des préceptes cosmiques et un refus de la condition matérielle de l’être humain.

On ne sautait blâmer un propos un peu plus intelligent que la moyenne, qui nous évite le cirque des têtes de bouc et autres pentagrammes bon marché et éculés depuis le premier HELLHAMMER. Mais le fait est que musicalement, ce quintet d’Aachen présente des arguments solides, à cent lieues d’un BM formel que l’on n’a que trop entendu. Se définissant d’ailleurs comme un groupe progressif, ce collectif (Dorn (chant), Dorlac (guitare) S.Sc. (guitare), Abyssus (basse), Mylandres (batterie)) s’est formé sur les cendres de HADER, une fois Mordred évacué de l’équation pour raisons personnelles. Et depuis 2014, APOTHEOSIS OMEGA a proposé un premier LP il y a quatre ans, Vama Marga, qui représentait la première étape d’un parcours personnel qu’Avoda Zara vient maintenant compléter. Sans citer d’influences, les allemands jouent donc un Black Metal d’obédience multiple, se rapprochant parfois de l’âpreté du Black des origines, tel qu’il était pratiqué par les DARKTHRONE, IMMORTAL et consorts, tout en y insufflant une haute dose de mélodie, pour approcher d’un Black progressif et envoutant qui dénote dans la production actuelle. Fondant ses partitions sur des riffs dissonants et/ou mélodiques, le quintet se permet de travailler ses ambiances en profondeur, pour titiller la corde d’un symphonique initiatique, en admettant quelques sonorités Folk de très bon ton. Ce qui n’empêche pas leur Metal extrême de sonner comme tel, et de faire bon usage des blasts, qui interviennent avec régularité pour souligner des riffs morbides, mais parfaitement compréhensibles.

Se voulant au-delà des clivages philosophiques, éthiques, religieux et sociaux, APOTHEOSIS OMEGA s’affranchit donc de pas mal de charges inhérentes à la pratique d’un BM formel, et propulse sa musique au-delà des clivages, pour séduire au même niveau les fans d’un BM dur à l’Allemande, mais aussi les plus modérés qui ne crachent pas sur un brin de modulation mélodique. Proposant des morceaux assez longs et développés, les cinq musiciens offrent un visage homogène, et le mixage de cet album, d’une propreté rare, permet d’apprécier des performances individuelles notables, dont celle du bassiste Abyssus qui ne manque jamais une occasion de mettre ses arabesques en avant. Les guitares de leur côté s’expriment tout aussi bien en osmose qu’en solitaire, et tissent une toile d’harmonies entremêlées fascinant, alternant les parties acides et les riffs plombés, dont l’exergue se trouve selon moi au cœur même de « Abu Al-Hol » à la mystique aussi dense que l’efficacité. Osant parfois placer quelques inserts plus Heavy que la moyenne, le groupe se montre sous une nuit aussi catchy qu’opaque, et si « Paroketh » convainc de sa volonté de percuter plus que d’effrayer, « Ben Samael » joue plus volontiers sur l’opposition des climats pour suggérer une nostalgie de la créativité originelle des EMPEROR et compagnie. C’est donc un album qui se tourne autant vers le passé que l’avenir qui vous attend, même si l’ancrage temporel n’est pas forcément l’obsession de ces musiciens. L’enchaînement de parties complexes et denses et de segments plus puissants se retrouve pratiquement sur tous les chapitres et peut servir de modèle global, si l’on met de côté l’intro efficace, l’intermède grandiloquent et atmosphérique « Eres Nod », et le final gargantuesque « Phosphoros », qui du haut de ses presque douze minutes offre une conclusion à la hauteur des théories et des ambitions.

Sans aller jusqu’à affirmer que ce dernier morceau est l’acmé d’un album qui ne connaît que très peu de baisses de régime, concédons lui une progression parfaitement agencée et des idées porteuses. Commençant comme une litanie à la MAYHEM propagée par le CRADLE des débuts (sans le côté putassier et commercial de la bande à Dani), « Phosphoros » avance quasiment sans discontinuer, sinon le temps d’une cassure théâtrale et organique, qui permet à Dorn de faire étalage de ses capacités de vocaliste/guide/théoricien. Alternant le chant hurlé et les incantations dramatiques à la Attila, le chanteur nous offre une prestation convaincante, profitant d’une base instrumentale plurielle, caractéristique des efforts les plus évolutifs du genre. Et finalement, sans trahir ses convictions et sombrer dans les affres d’un Post BM trop expérimental, mais sans non plus se cantonner au rôle de garant intime de la légende, Avoda Zara trouve un juste milieu convaincant entre le traditionalisme et la transcription plus personnelle, sans être bancal ou peu crédible dans les deux rôles. Une façon comme une autre de se distancier de la masse, par des théories plus intéressantes que la moyenne, et une musique aussi dense et riche qu’elle n’est implacable et violente.        

  

Titres de l'album :

                        1.Abel und Qayin

                        2.Paroketh

                        3.Ben Samael

                        4.Ama Lilith

                        5.Eres Nod

                        6.Abu Al-Hol

                        7.Tetragrammaton

                        8.Phosphoros

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/07/2019 à 16:44
80 %    156

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !