On disserte toujours sur l’idéologie de nombreux groupes affiliés au Black Metal, arguant du fait que leur iconographie, leurs textes et leurs prises de positions sont souvent sujets à caution. Evidemment, les groupes adhérant aux préceptes NSBM sont d’emblée évacués de la bienséance eut égard à leurs accointances d’extrême-droite complètement assumées, mais d’autres, au discours plus flou, doivent aussi rendre des comptes et voir leurs concerts parfois remis en cause. On se souvient du brouillard nationaliste qui entourait la première génération norvégienne, mais Morgan de MARDUK a dû faire face à de nombreux problèmes de communication eut égard à sa passion dévorante du IIIème Reich (goût qu’il partageait d’ailleurs avec le regretté Jeff Hanneman), tout comme des dizaines d’autres combos qui jouent sur l’ambivalence et la provocation, se référant à la sempiternelle et sacro-sainte liberté d’expression artistique. Mais la plupart des ensembles du cru se retrouvent souvent autour d’une philosophie antireligieuse assez claire (et dans la majorité des cas orientée vers la lutte contre le christianisme), prônant le nihilisme, l’égoïsme, l’hédonisme, ce qui revient généralement à se mettre d’accord avec les préceptes de ce cher Anton LaVey et du satanisme moderne tel qu’il fut propagé dans les années 60. D’autres groupes au contraire cherchent à mettre les choses au point d’emblée, précisant leur optique pour ne pas avoir à répondre de fausses accusations d’assimilation. C’est le cas des allemands d’APOTHEOSIS OMEGA, qui réfutent les théories politiques et religieuses des extrêmes, de gauche, de droite, chrétiennes ou autres, préférant se concentrer sur d’autres concepts, plus viables et réalistes selon eux. Ils se réfèrent donc aux écrits et études de M. A. Smith, A. Mason, P. Carrol, C.G. Jung, E.A. Koetting, A.D. Chumbley, K. Grant ou Aleister Crowley pour justifier de leur Black Metal orthodoxe, qui en effet se base sur des préceptes cosmiques et un refus de la condition matérielle de l’être humain.

On ne sautait blâmer un propos un peu plus intelligent que la moyenne, qui nous évite le cirque des têtes de bouc et autres pentagrammes bon marché et éculés depuis le premier HELLHAMMER. Mais le fait est que musicalement, ce quintet d’Aachen présente des arguments solides, à cent lieues d’un BM formel que l’on n’a que trop entendu. Se définissant d’ailleurs comme un groupe progressif, ce collectif (Dorn (chant), Dorlac (guitare) S.Sc. (guitare), Abyssus (basse), Mylandres (batterie)) s’est formé sur les cendres de HADER, une fois Mordred évacué de l’équation pour raisons personnelles. Et depuis 2014, APOTHEOSIS OMEGA a proposé un premier LP il y a quatre ans, Vama Marga, qui représentait la première étape d’un parcours personnel qu’Avoda Zara vient maintenant compléter. Sans citer d’influences, les allemands jouent donc un Black Metal d’obédience multiple, se rapprochant parfois de l’âpreté du Black des origines, tel qu’il était pratiqué par les DARKTHRONE, IMMORTAL et consorts, tout en y insufflant une haute dose de mélodie, pour approcher d’un Black progressif et envoutant qui dénote dans la production actuelle. Fondant ses partitions sur des riffs dissonants et/ou mélodiques, le quintet se permet de travailler ses ambiances en profondeur, pour titiller la corde d’un symphonique initiatique, en admettant quelques sonorités Folk de très bon ton. Ce qui n’empêche pas leur Metal extrême de sonner comme tel, et de faire bon usage des blasts, qui interviennent avec régularité pour souligner des riffs morbides, mais parfaitement compréhensibles.

Se voulant au-delà des clivages philosophiques, éthiques, religieux et sociaux, APOTHEOSIS OMEGA s’affranchit donc de pas mal de charges inhérentes à la pratique d’un BM formel, et propulse sa musique au-delà des clivages, pour séduire au même niveau les fans d’un BM dur à l’Allemande, mais aussi les plus modérés qui ne crachent pas sur un brin de modulation mélodique. Proposant des morceaux assez longs et développés, les cinq musiciens offrent un visage homogène, et le mixage de cet album, d’une propreté rare, permet d’apprécier des performances individuelles notables, dont celle du bassiste Abyssus qui ne manque jamais une occasion de mettre ses arabesques en avant. Les guitares de leur côté s’expriment tout aussi bien en osmose qu’en solitaire, et tissent une toile d’harmonies entremêlées fascinant, alternant les parties acides et les riffs plombés, dont l’exergue se trouve selon moi au cœur même de « Abu Al-Hol » à la mystique aussi dense que l’efficacité. Osant parfois placer quelques inserts plus Heavy que la moyenne, le groupe se montre sous une nuit aussi catchy qu’opaque, et si « Paroketh » convainc de sa volonté de percuter plus que d’effrayer, « Ben Samael » joue plus volontiers sur l’opposition des climats pour suggérer une nostalgie de la créativité originelle des EMPEROR et compagnie. C’est donc un album qui se tourne autant vers le passé que l’avenir qui vous attend, même si l’ancrage temporel n’est pas forcément l’obsession de ces musiciens. L’enchaînement de parties complexes et denses et de segments plus puissants se retrouve pratiquement sur tous les chapitres et peut servir de modèle global, si l’on met de côté l’intro efficace, l’intermède grandiloquent et atmosphérique « Eres Nod », et le final gargantuesque « Phosphoros », qui du haut de ses presque douze minutes offre une conclusion à la hauteur des théories et des ambitions.

Sans aller jusqu’à affirmer que ce dernier morceau est l’acmé d’un album qui ne connaît que très peu de baisses de régime, concédons lui une progression parfaitement agencée et des idées porteuses. Commençant comme une litanie à la MAYHEM propagée par le CRADLE des débuts (sans le côté putassier et commercial de la bande à Dani), « Phosphoros » avance quasiment sans discontinuer, sinon le temps d’une cassure théâtrale et organique, qui permet à Dorn de faire étalage de ses capacités de vocaliste/guide/théoricien. Alternant le chant hurlé et les incantations dramatiques à la Attila, le chanteur nous offre une prestation convaincante, profitant d’une base instrumentale plurielle, caractéristique des efforts les plus évolutifs du genre. Et finalement, sans trahir ses convictions et sombrer dans les affres d’un Post BM trop expérimental, mais sans non plus se cantonner au rôle de garant intime de la légende, Avoda Zara trouve un juste milieu convaincant entre le traditionalisme et la transcription plus personnelle, sans être bancal ou peu crédible dans les deux rôles. Une façon comme une autre de se distancier de la masse, par des théories plus intéressantes que la moyenne, et une musique aussi dense et riche qu’elle n’est implacable et violente.        

  

Titres de l'album :

                        1.Abel und Qayin

                        2.Paroketh

                        3.Ben Samael

                        4.Ama Lilith

                        5.Eres Nod

                        6.Abu Al-Hol

                        7.Tetragrammaton

                        8.Phosphoros

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/07/2019 à 16:44
80 %    359

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Glaciation

Ultime Eclat

Milking The Goatmachine

From Slum to Slam - The Udder Story

Aevum

Multiverse

Burning Witches

Dance with the Devil

Aleister

No Way Out

Conny Bloom

Game! Set! Bloom!

Death. Void. Terror.

To The Great Monolith II

Vulcano

Eye In Hell

Vaisseau

Horrors Waiting In Line

Justify Rebellion

The Ends Justify The Means

Uncut

From Blue

Invocation

Attunement to Death

Lag I Run

Vagrant Sleepers

White Ward

Love Exchange Failure

Pissed Regardless

Imperial Cult

Infidel Reich

Reichenstein

Telepathy

Burn Embrace

Paganizer

The Tower of the Morbid

Michael Bormann's Jaded Hard

Feels Like Yesterday

Khymera

Master of Illusions

LA CAVE #4 : une sélection d'albums / Spécial Black Metal

Jus de cadavre / 21/03/2020
Black Metal

Napalm Death + Eyehategod + Misery Index + Rotten Sound

RBD / 09/03/2020
Brutal Death Metal

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Concerts à 7 jours

Jodie Faster + Gummo + Verbal Razors

02/04 : La Brat Cave, Lille (59)

+ Mars Red Sky

03/04 : L'Ubu, Rennes (35)

Krisiun + Gruesome + Vitriol

30/03 : La Cartonnerie, Reims (51)

Taake + Necrowretch + Kampfar

30/03 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ah ah ah !!!
C'te pochette est juste géniale bordel !


Effectivement le chant fait très Hreidmarr.


Concernant le chant je me suis fait la même réflexion oui ;)


J'aime beaucoup les grattes. Le chant fait sacrément penser à du Hreidmarr (metal archives ne dit rien sur le line-up mais, quand même !).


Pour l'instant je n'ai pas eu vent d'annulation quant au Festival de Nîmes. Comme il s'agit d'une suite de concerts indépendants à jours séparés étalés sur un mois il n'est pas nécessaire d'envisager une annulation en bloc pour le moment, je pense. Les premiers concerts de la deuxième quinz(...)


Son état à l'air assez sérieux. Plus ça va, plus la grippette qu'on nous a vendu devient de plus en plus vénère.

sinon la news mériterait d’être réécrite, un peu trop de répétitions et désagréable à lire.


En Argentine, cest confinement depuis une semaine. Le virus est arrivé plus tard qu'en Europe et ne s'est pas encore trop répandu, meme si le nombre de cas augmente chaque jour petit a petit.

Solidarité !!!


C'est un truc de fou cette histoire, et ce n'est que le début. Ici on est confiné quoi... Et hélas oui ça va arriver au Québec aussi, comme partout ailleurs je pense... Faudra faire gaffe à vous aussi !


Sur certaines intonations de voix, on dirait Stéphane Buriez, vraiment un thrash de qualité, merci pour la découverte Simony.


+1 Jus de cadavre pour Profound Lore.

Moi aussi en ce moment j'écoute pas mal de leurs prods. Le dernier Pa Vesh En est une belle claque aussi. C'est vrai que la ligne directrice est très cohérente.


Ultra combo, j’espère qu'il va aller mieux. C'est vraiment la merde ce truc.

J’espère que vous tous et vos familles vous avez pas trop de soucis. Ici au Quebec on est pas encore trop touché, mais on va dire que cela arrive à grand pas.


Le festival de Nîmes avec les foo fighters, nightwish, deep purple en juin mais pas aux mêmes dates ça aura lieu vous pensez ?


Voilà un bien bel exemple du fameux "impact sur notre musique" dont causait Simony il y a quelques jours...


Merci beaucoup Ari91.
Je n'avais même pas été foutu de trouver moi même cet article sur le site officiel...
Aaaah vieillesse !


La personne qui gère Iron Bonehead est un passionné absolument incroyable. Il réussi à garder une ligne directrice très cohérente entre toutes ces sorties. Du vrai bon boulot de sa part !


"IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites"

Alors là, je plussoi à fond ! En ce moment j'ai l'impression de n'écouter que des trucs venant de chez eux ! Et de chez Profound Lore records aussi...


Pour le Graspop, c'est pour l'instant maintenu : https://www.graspop.be/fr/actualite/gmm-2020-aura-bien-lieu-comme-prevu/238/

Je cite : "Graspop Metal Meeting 2020 aura bien lieu comme prévu. Nous sommes d’ores et déjà impatient de vous accueillir cet été! Nous surveillons l’é(...)


Et pour ce qui est du GRASPOP, quelqu'un a des news ?


Je ne sais pas pourquoi mais j'ai pensé directe à nos bons frenchies de Solekhan avec un son plus Raw, putain de rouleau compresseur ce titre.

IronBonehead est vraiment un bon label qui déniche des fvcking pépites.


Cover Magnifique de Nona Limmen