On disserte toujours sur l’idéologie de nombreux groupes affiliés au Black Metal, arguant du fait que leur iconographie, leurs textes et leurs prises de positions sont souvent sujets à caution. Evidemment, les groupes adhérant aux préceptes NSBM sont d’emblée évacués de la bienséance eut égard à leurs accointances d’extrême-droite complètement assumées, mais d’autres, au discours plus flou, doivent aussi rendre des comptes et voir leurs concerts parfois remis en cause. On se souvient du brouillard nationaliste qui entourait la première génération norvégienne, mais Morgan de MARDUK a dû faire face à de nombreux problèmes de communication eut égard à sa passion dévorante du IIIème Reich (goût qu’il partageait d’ailleurs avec le regretté Jeff Hanneman), tout comme des dizaines d’autres combos qui jouent sur l’ambivalence et la provocation, se référant à la sempiternelle et sacro-sainte liberté d’expression artistique. Mais la plupart des ensembles du cru se retrouvent souvent autour d’une philosophie antireligieuse assez claire (et dans la majorité des cas orientée vers la lutte contre le christianisme), prônant le nihilisme, l’égoïsme, l’hédonisme, ce qui revient généralement à se mettre d’accord avec les préceptes de ce cher Anton LaVey et du satanisme moderne tel qu’il fut propagé dans les années 60. D’autres groupes au contraire cherchent à mettre les choses au point d’emblée, précisant leur optique pour ne pas avoir à répondre de fausses accusations d’assimilation. C’est le cas des allemands d’APOTHEOSIS OMEGA, qui réfutent les théories politiques et religieuses des extrêmes, de gauche, de droite, chrétiennes ou autres, préférant se concentrer sur d’autres concepts, plus viables et réalistes selon eux. Ils se réfèrent donc aux écrits et études de M. A. Smith, A. Mason, P. Carrol, C.G. Jung, E.A. Koetting, A.D. Chumbley, K. Grant ou Aleister Crowley pour justifier de leur Black Metal orthodoxe, qui en effet se base sur des préceptes cosmiques et un refus de la condition matérielle de l’être humain.

On ne sautait blâmer un propos un peu plus intelligent que la moyenne, qui nous évite le cirque des têtes de bouc et autres pentagrammes bon marché et éculés depuis le premier HELLHAMMER. Mais le fait est que musicalement, ce quintet d’Aachen présente des arguments solides, à cent lieues d’un BM formel que l’on n’a que trop entendu. Se définissant d’ailleurs comme un groupe progressif, ce collectif (Dorn (chant), Dorlac (guitare) S.Sc. (guitare), Abyssus (basse), Mylandres (batterie)) s’est formé sur les cendres de HADER, une fois Mordred évacué de l’équation pour raisons personnelles. Et depuis 2014, APOTHEOSIS OMEGA a proposé un premier LP il y a quatre ans, Vama Marga, qui représentait la première étape d’un parcours personnel qu’Avoda Zara vient maintenant compléter. Sans citer d’influences, les allemands jouent donc un Black Metal d’obédience multiple, se rapprochant parfois de l’âpreté du Black des origines, tel qu’il était pratiqué par les DARKTHRONE, IMMORTAL et consorts, tout en y insufflant une haute dose de mélodie, pour approcher d’un Black progressif et envoutant qui dénote dans la production actuelle. Fondant ses partitions sur des riffs dissonants et/ou mélodiques, le quintet se permet de travailler ses ambiances en profondeur, pour titiller la corde d’un symphonique initiatique, en admettant quelques sonorités Folk de très bon ton. Ce qui n’empêche pas leur Metal extrême de sonner comme tel, et de faire bon usage des blasts, qui interviennent avec régularité pour souligner des riffs morbides, mais parfaitement compréhensibles.

Se voulant au-delà des clivages philosophiques, éthiques, religieux et sociaux, APOTHEOSIS OMEGA s’affranchit donc de pas mal de charges inhérentes à la pratique d’un BM formel, et propulse sa musique au-delà des clivages, pour séduire au même niveau les fans d’un BM dur à l’Allemande, mais aussi les plus modérés qui ne crachent pas sur un brin de modulation mélodique. Proposant des morceaux assez longs et développés, les cinq musiciens offrent un visage homogène, et le mixage de cet album, d’une propreté rare, permet d’apprécier des performances individuelles notables, dont celle du bassiste Abyssus qui ne manque jamais une occasion de mettre ses arabesques en avant. Les guitares de leur côté s’expriment tout aussi bien en osmose qu’en solitaire, et tissent une toile d’harmonies entremêlées fascinant, alternant les parties acides et les riffs plombés, dont l’exergue se trouve selon moi au cœur même de « Abu Al-Hol » à la mystique aussi dense que l’efficacité. Osant parfois placer quelques inserts plus Heavy que la moyenne, le groupe se montre sous une nuit aussi catchy qu’opaque, et si « Paroketh » convainc de sa volonté de percuter plus que d’effrayer, « Ben Samael » joue plus volontiers sur l’opposition des climats pour suggérer une nostalgie de la créativité originelle des EMPEROR et compagnie. C’est donc un album qui se tourne autant vers le passé que l’avenir qui vous attend, même si l’ancrage temporel n’est pas forcément l’obsession de ces musiciens. L’enchaînement de parties complexes et denses et de segments plus puissants se retrouve pratiquement sur tous les chapitres et peut servir de modèle global, si l’on met de côté l’intro efficace, l’intermède grandiloquent et atmosphérique « Eres Nod », et le final gargantuesque « Phosphoros », qui du haut de ses presque douze minutes offre une conclusion à la hauteur des théories et des ambitions.

Sans aller jusqu’à affirmer que ce dernier morceau est l’acmé d’un album qui ne connaît que très peu de baisses de régime, concédons lui une progression parfaitement agencée et des idées porteuses. Commençant comme une litanie à la MAYHEM propagée par le CRADLE des débuts (sans le côté putassier et commercial de la bande à Dani), « Phosphoros » avance quasiment sans discontinuer, sinon le temps d’une cassure théâtrale et organique, qui permet à Dorn de faire étalage de ses capacités de vocaliste/guide/théoricien. Alternant le chant hurlé et les incantations dramatiques à la Attila, le chanteur nous offre une prestation convaincante, profitant d’une base instrumentale plurielle, caractéristique des efforts les plus évolutifs du genre. Et finalement, sans trahir ses convictions et sombrer dans les affres d’un Post BM trop expérimental, mais sans non plus se cantonner au rôle de garant intime de la légende, Avoda Zara trouve un juste milieu convaincant entre le traditionalisme et la transcription plus personnelle, sans être bancal ou peu crédible dans les deux rôles. Une façon comme une autre de se distancier de la masse, par des théories plus intéressantes que la moyenne, et une musique aussi dense et riche qu’elle n’est implacable et violente.        

  

Titres de l'album :

                        1.Abel und Qayin

                        2.Paroketh

                        3.Ben Samael

                        4.Ama Lilith

                        5.Eres Nod

                        6.Abu Al-Hol

                        7.Tetragrammaton

                        8.Phosphoros

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/07/2019 à 16:44
80 %    280

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)