On disserte toujours sur l’idéologie de nombreux groupes affiliés au Black Metal, arguant du fait que leur iconographie, leurs textes et leurs prises de positions sont souvent sujets à caution. Evidemment, les groupes adhérant aux préceptes NSBM sont d’emblée évacués de la bienséance eut égard à leurs accointances d’extrême-droite complètement assumées, mais d’autres, au discours plus flou, doivent aussi rendre des comptes et voir leurs concerts parfois remis en cause. On se souvient du brouillard nationaliste qui entourait la première génération norvégienne, mais Morgan de MARDUK a dû faire face à de nombreux problèmes de communication eut égard à sa passion dévorante du IIIème Reich (goût qu’il partageait d’ailleurs avec le regretté Jeff Hanneman), tout comme des dizaines d’autres combos qui jouent sur l’ambivalence et la provocation, se référant à la sempiternelle et sacro-sainte liberté d’expression artistique. Mais la plupart des ensembles du cru se retrouvent souvent autour d’une philosophie antireligieuse assez claire (et dans la majorité des cas orientée vers la lutte contre le christianisme), prônant le nihilisme, l’égoïsme, l’hédonisme, ce qui revient généralement à se mettre d’accord avec les préceptes de ce cher Anton LaVey et du satanisme moderne tel qu’il fut propagé dans les années 60. D’autres groupes au contraire cherchent à mettre les choses au point d’emblée, précisant leur optique pour ne pas avoir à répondre de fausses accusations d’assimilation. C’est le cas des allemands d’APOTHEOSIS OMEGA, qui réfutent les théories politiques et religieuses des extrêmes, de gauche, de droite, chrétiennes ou autres, préférant se concentrer sur d’autres concepts, plus viables et réalistes selon eux. Ils se réfèrent donc aux écrits et études de M. A. Smith, A. Mason, P. Carrol, C.G. Jung, E.A. Koetting, A.D. Chumbley, K. Grant ou Aleister Crowley pour justifier de leur Black Metal orthodoxe, qui en effet se base sur des préceptes cosmiques et un refus de la condition matérielle de l’être humain.

On ne sautait blâmer un propos un peu plus intelligent que la moyenne, qui nous évite le cirque des têtes de bouc et autres pentagrammes bon marché et éculés depuis le premier HELLHAMMER. Mais le fait est que musicalement, ce quintet d’Aachen présente des arguments solides, à cent lieues d’un BM formel que l’on n’a que trop entendu. Se définissant d’ailleurs comme un groupe progressif, ce collectif (Dorn (chant), Dorlac (guitare) S.Sc. (guitare), Abyssus (basse), Mylandres (batterie)) s’est formé sur les cendres de HADER, une fois Mordred évacué de l’équation pour raisons personnelles. Et depuis 2014, APOTHEOSIS OMEGA a proposé un premier LP il y a quatre ans, Vama Marga, qui représentait la première étape d’un parcours personnel qu’Avoda Zara vient maintenant compléter. Sans citer d’influences, les allemands jouent donc un Black Metal d’obédience multiple, se rapprochant parfois de l’âpreté du Black des origines, tel qu’il était pratiqué par les DARKTHRONE, IMMORTAL et consorts, tout en y insufflant une haute dose de mélodie, pour approcher d’un Black progressif et envoutant qui dénote dans la production actuelle. Fondant ses partitions sur des riffs dissonants et/ou mélodiques, le quintet se permet de travailler ses ambiances en profondeur, pour titiller la corde d’un symphonique initiatique, en admettant quelques sonorités Folk de très bon ton. Ce qui n’empêche pas leur Metal extrême de sonner comme tel, et de faire bon usage des blasts, qui interviennent avec régularité pour souligner des riffs morbides, mais parfaitement compréhensibles.

Se voulant au-delà des clivages philosophiques, éthiques, religieux et sociaux, APOTHEOSIS OMEGA s’affranchit donc de pas mal de charges inhérentes à la pratique d’un BM formel, et propulse sa musique au-delà des clivages, pour séduire au même niveau les fans d’un BM dur à l’Allemande, mais aussi les plus modérés qui ne crachent pas sur un brin de modulation mélodique. Proposant des morceaux assez longs et développés, les cinq musiciens offrent un visage homogène, et le mixage de cet album, d’une propreté rare, permet d’apprécier des performances individuelles notables, dont celle du bassiste Abyssus qui ne manque jamais une occasion de mettre ses arabesques en avant. Les guitares de leur côté s’expriment tout aussi bien en osmose qu’en solitaire, et tissent une toile d’harmonies entremêlées fascinant, alternant les parties acides et les riffs plombés, dont l’exergue se trouve selon moi au cœur même de « Abu Al-Hol » à la mystique aussi dense que l’efficacité. Osant parfois placer quelques inserts plus Heavy que la moyenne, le groupe se montre sous une nuit aussi catchy qu’opaque, et si « Paroketh » convainc de sa volonté de percuter plus que d’effrayer, « Ben Samael » joue plus volontiers sur l’opposition des climats pour suggérer une nostalgie de la créativité originelle des EMPEROR et compagnie. C’est donc un album qui se tourne autant vers le passé que l’avenir qui vous attend, même si l’ancrage temporel n’est pas forcément l’obsession de ces musiciens. L’enchaînement de parties complexes et denses et de segments plus puissants se retrouve pratiquement sur tous les chapitres et peut servir de modèle global, si l’on met de côté l’intro efficace, l’intermède grandiloquent et atmosphérique « Eres Nod », et le final gargantuesque « Phosphoros », qui du haut de ses presque douze minutes offre une conclusion à la hauteur des théories et des ambitions.

Sans aller jusqu’à affirmer que ce dernier morceau est l’acmé d’un album qui ne connaît que très peu de baisses de régime, concédons lui une progression parfaitement agencée et des idées porteuses. Commençant comme une litanie à la MAYHEM propagée par le CRADLE des débuts (sans le côté putassier et commercial de la bande à Dani), « Phosphoros » avance quasiment sans discontinuer, sinon le temps d’une cassure théâtrale et organique, qui permet à Dorn de faire étalage de ses capacités de vocaliste/guide/théoricien. Alternant le chant hurlé et les incantations dramatiques à la Attila, le chanteur nous offre une prestation convaincante, profitant d’une base instrumentale plurielle, caractéristique des efforts les plus évolutifs du genre. Et finalement, sans trahir ses convictions et sombrer dans les affres d’un Post BM trop expérimental, mais sans non plus se cantonner au rôle de garant intime de la légende, Avoda Zara trouve un juste milieu convaincant entre le traditionalisme et la transcription plus personnelle, sans être bancal ou peu crédible dans les deux rôles. Une façon comme une autre de se distancier de la masse, par des théories plus intéressantes que la moyenne, et une musique aussi dense et riche qu’elle n’est implacable et violente.        

  

Titres de l'album :

                        1.Abel und Qayin

                        2.Paroketh

                        3.Ben Samael

                        4.Ama Lilith

                        5.Eres Nod

                        6.Abu Al-Hol

                        7.Tetragrammaton

                        8.Phosphoros

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/07/2019 à 16:44
80 %    208

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Shadow Limb

Burn Scar

Denner's Inferno

In Amber

Sorcery

Necessary Excess of Violence

Voyager

Colours In The Sun

Cyhra

No Halos In Hell

Mur

Brutalism

Nocturnal Breed

We Only Came for the Violence

Work Of Art

Exhibits

Deceitome

Flux of Ruin

Risen Prophecy

Voices from the Dust

Desolation

Screams of the Undead

Une Misère

Sermon

Aro Ora

Wairua

White Mantis

Sacrifice Your Future

Hatred Dusk

Hatred Dusk

Diocletian

Amongst the Flames of a Burning God

Maïeutiste

Veritas

Alunah

Violet Hour

Sacrilege

The Court Of The Insane

Thicket

Descend into Darkness

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

MORTUARY, Interview avec Patrick (Chant) et Jean-Noël (Basse)

youpimatin / 05/11/2019
Brutal Death Metal

Nesseria + Stuntman

RBD / 01/11/2019
Hardcore

Concerts à 7 jours

+ Father Merrin + All In The Small

16/11 : L'appart Café, Reims (51)

Father Merrin + Clegane + Nornes

17/11 : Le Do It Yourself, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

S'il n'y avait que l'alcool hein...


Hard Force, Hard N Heavy et Hard Rock mag c'était de la bombe dans les années 90.

Rock Hard c'était genial dans les années 2000.

Aujourd'hui Rock Hard et Metallian sont les survivants et fond le minimum je trouve, mais vu qu'il n'y a plus que eux...


Je comprends pas ce qu'il fou, il commence à jouer pour aller ensuite dans le public WTF...

Ca va mal.


Ouais une grosse pensée pour l'équipe qui tourne avec lui et qui subi cela, c'est vraiment triste.


Une vidéo du naufrage... https://www.youtube.com/watch?v=uYzzyxDHkc0


Les mags étrangers, lisant difficilement l'anglais, tu comprendras que je m'en cogne avec une certaine force.

Oui j'ai connu Noise Mag', du temps d'Alex Citram mais je préfère RockHard, même si sa ligne éditoriale penche il est vrai trop sur un certain Hard Rock provenant d'Austral(...)


Ça n'étonnera personne. Ça devait bien arriver un jour. J'ai pas vu d'image mais apparemment il serait carrément tombé de la scène... franchement c'est une bonne chose, c'était au delà du pathétique sur scène (déjà au Motoc l'année dernière). En espérant qu'il soigne vraiment son turb(...)


Ah ben faut pas être trop difficile, à mon humble avis, surtout si on compare avec les mags étrangers (purée, z'avez lu Deaf Forever, Legacy mag, voire en France Noise mag, bien plus complet, même si ça cause pas de metal exclusivement loin de là ? C'est autre chose, niveau qualité et conten(...)


Non, du tout. Les deux groupes se partagent la couverture, c'est tout.


Trust a fait un truc avec Airbourne j'ai pas suivi ?


Je suis fan de ce mag' pour plusieurs raisons, même si je reconnais le côté soft de bien des groupes et un certain penchant virant parfois à l'obsession pour AC/DC (que je n'aime pas particulièrement).

Mais pour peu qu'on ne soit pas un die hard de Metal Extrême (y a Metallian pou(...)


J'avais arrêté Rock Hard pendant un certain temps pour cette raison ("mou du genou" dans sa ligne éditoriale) mais au final j'y reviens de temps en temps maintenant, car justement pour les découvertes plus "soft" c'est tout de même pas mal. Et je trouve encore de la passion dans ce mag...


Pas forcément. Le nom du mag a toujours été RockHard. Il ne vise pas le même public que Metallian.

Moi ça me va à 100 %


Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )


Ouais c'est bourré de feeling ce morceau je trouve. Cette légende (si ce n'est LA légende) du sludge n'empêche ce mec ! Et ce look de loubard qui va bien :D !


@stench: Je fais encore un paquet d'échanges à l'étranger, l'underground s'arrête pas à ta région, voir à la France :)
Tu parles de split tapes de VACARME?


Le premier extrait est vraiment intéressant, Kirk en a encore dans le ventre !


La date prévue à Barcelone dans la première version de cette tournée a carrément sauté. Ils doivent être dégoûtés.


"Pas de date pour la France".....


Putain "Noose" sur la compile Metallian n°3 je crois... outch le flashback fait mal là...