Viorensilt

Beastial Piglord

26/04/2020

Autoproduction

Avec un nom pareil, pas de surprise à craindre, et autant y aller franchement et tremper ses pieds déjà souillés dans le Gore Grind ou le Brutal Death. Sauf que parfois, même écrites noir sur blanc, les apparences sont trompeuses, du moins en partie. Car il n’est point question ici de couinements de goret ou d’agression non-stop sur fond d’évocation de relations amoureuses nécrophiles, mais bien d’expérimentation, au point qu’on en perd vite son latin, et qu’on hésite entre plusieurs possibilités. Doom/Death ? Sludge nauséeux ? La question reste en suspens comme les aigus au moment du mixage, mais plutôt que de parler de groupe, il convient de présenter la créature BEASTIAL PIGLORD comme un one-man-band, ce qu’elle est assurément. Gageons que le dénommé Hudson Conner a du se prendre pour le docteur Frankenstein au moment de définir les capacités de sa création qui semble née de l’assemblage de parties de peau disparates et cousues un peu à l’avenant. Non que les bourrelets dépassent, non que le faciès soit vraiment abominable, mais il est toutefois assez ardu d’en définir les contours après une première écoute, aussi douloureuse soit-elle. D’ailleurs, une fois en monstre venu au monde, il s’est muré dans le silence entre 2012 et 2018, avant de pousser son premier hurlement inhumain en 2018, via un premier long, The Infernal Names. Seulement depuis, ayant découvert le pouvoir de l’expression primale, le bambin ne s’est pas arrêté de babiller, devenant de plus en plus véhément avec les années. Et c’est au travers de onze LP qu’il s’est exprimé, dont pas moins de sept en 2020, ce qui en fait l’un des mioches les plus bavards du monde. Mais après analyse de ce Viorensilt, qui n’est même pas la dernière régurgitation semestrielle de la bête, on se demande ce qu’il peut bien avoir de si important à hurler pour ouvrir sa bouche aussi souvent…

Dans les faits, BEASTIAL PIGLORD incarne la quinteuse de l’underground américain. Celui qui se vautre dans la fange pure et simple, et qui profite des techniques d’enregistrement modernes pour dégainer les sorties plus vite que Lucky Luke les coups de flingue. A chacun d’apprécier la prolixité de tels artistes, qui parlent souvent pour ne pas dire grand-chose, mais à la rigueur - et sans connaître vraiment le passif du musicien - Viorensilt constitue un point d’entrée intéressant pour approcher l’univers de Hudson Conner. Doté d’un son abominable servant admirablement bien le propos glauque, cet album de quarante-cinq minutes s’incarne dans une logique extrême poussée justement à ses extrêmes, et rappelle un peu les productions de Satan Records, sans l’amateurisme bruitiste et délibérément choquant. Ici, la musique se distingue sans problème, et l’oreille n’a pas à s’exercer pour différencier la batterie du chant ou la basse du broyeur de l’évier. Evidemment, la structure est assez monolithique, et répond à des exigences se situant en convergence du Death le plus sombre et sourd et du Doom le plus poisseux et cauchemardesque, et les imperméables à la brutalité larvée fuiront à toutes jambes une fois les deux premiers morceaux passés. Dans ses moments les plus créatifs, Viorensilt suggère une osmose entre INCANTATION et ENCOFFINATION, avec toujours cette lourdeur excessive, cette moiteur ambiante, et ces ambiances anxiogènes de fin du monde. Proche d’un Drone pas vraiment avoué, l’album joue donc sur les nerfs de l’auditeur, et titille la corde sensible des amateurs de souffrance sonore. La rythmique, plus volontiers conçue comme un système de percussions global, marque plus ou moins le rythme, qui la plupart du temps est pachydermique, et le chant, sous mixé et en retrait se veut aussi diabolique qu’une incarnation d’Halloween de Lucifer en nuisette.     

      

Pour autant l’exercice est loin d’être ridicule, et le rendu plutôt effectif. Le principal grief à formuler est toujours le même dans ce genre de tentative, à savoir l’absence totale de prise de risque et de modulation, les morceaux se ressemblant tellement qu’on a le sentiment d’avoir affaire à une longue litanie de trois quarts d’heure découpée en plusieurs mouvements très lents. Mais avec quelques riffs plus accrocheurs que la moyenne (dont celui du très malin et vilain « Elsewhere Nothing »), des soli rudimentaires pour orner le sapin, et cette voix qui gronde en arrière-plan comme un boogeyman avide de revanche, ainsi que quelques accélérations aléatoires, l’album passe tout juste le test de qualité minimum. Le musicien, responsable de tous les instruments a au moins la décence de nous éviter le feedback systématique, et prend même le soin d’exagérer parfois les effets pour produire une musique vraiment cauchemardesque (« Ode Lillian »). Moins pesant qu’ENCOFFINATION, mais tout aussi linéaire, BEASTIAL PIGLORD est donc supportable, pour les fans de ce genre de musique principalement, et en abordant son œuvre avec un esprit sélectif. Mais quelques intros horrifiques bien troussées (« Some Other Terrible Fate »), un tempo qui parfois monte légèrement dans les tours (« Fields Of Forel »), et un soin porté à la cohérence permettent à Viorensilt de se laisser écouter sans trop de déplaisir, pour peu que vous fassiez quelques pauses. De là à se plonger dans une discographie pléthorique et certainement excessive, il y a un pas de géant au-dessus de la fosse commune que je ne franchirai surement pas.

                                                 

Titres de l’album :

01. The High Priestess

02. Mortselth Friv

03. Lossless

04. Elsewhere Nothing

05. Ode Lillian

06. Some Other Terrible Fate

07. Fields Of Forel

08. Comeuppance


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 18/09/2022 à 14:48
68 %    47

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

MALEMORT: les fantômes d'Hérouville.

mortne2001 27/09/2022

Interview

Obscura + Persefone + Disillusion

RBD 26/09/2022

Live Report

Voyage au centre de la scène : CARDIAC CEASE

Jus de cadavre 25/09/2022

Vidéos

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 4

mortne2001 04/09/2022

La cave

MOTOCULTOR 2022 / XIII édition

Jus de cadavre 30/08/2022

Live Report

Obscene Extreme 2022

Mold_Putrefaction 16/08/2022

Live Report

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous
Concerts à 7 jours
The Vintage Caravan + Volcanova 08/10 : Espace Solana, Chalons-en-champagne (51)
Cult Of Luna + Caspian + Holy Fawn 11/10 : Stereolux, Nantes (44)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

cool ! je connais maintenant 2 groupes Bulgares ! pour ceux qui connaissent pas, ya Terravore qui fait du bon thrash ;)

06/10/2022, 10:49

NecroKosmos

Le seul intérêt de ce concert, c'est la première partie. RAVEN : un groupe fantastique sous-estimé.

06/10/2022, 05:51

Satan

C'est terrible... Et puis, quel groupe d'exception, ça me fait mal au cœur pour eux.

05/10/2022, 21:22

Arioch91

Un concept album sur un écrit de Lovecraft ? Ok je prend direct !

05/10/2022, 20:41

VonDerKrieg

A noter que tout vient du compte twitter d'un certain "Alex", qui après avoir envoyé au maire de la ville de Bessancrout plusieurs messages publiques remplis de conclusion hâtives et de liens à l'emporte piéce quant au passé de certains(...)

05/10/2022, 18:36

Gargan

Je m'attendais à du très bon, tout sauf déçu. J'espère qu'ils vont percer au-delà de l'hexagone, car ils le méritent amplement.

05/10/2022, 09:18

Sadam Mustaine

Le reproche que je fais a Metallica c'est de vivre sur ses lauriers depuis 30 ans et de vivre sur 10 grandes années de carrière pour depuis faire des albums de la qualité d'un groupe qui remplirai tout juste des petites salles 

04/10/2022, 23:31

Adolpho Ramirez

L'orga qui réagit comme des grosses pédales en chouinant sur Internet et en faisant une cagnotte (qui a été supprimé LOL), au lieu d'aller directement confronter le cuck soyboy à l'origine de l'annulation. Finalement, si ça peut(...)

04/10/2022, 22:00

Alex fan

Magnifique retour aux sources de ma jeunesse 

04/10/2022, 19:17

Jus de cadavre

Le type à l'origine de ce merdier est un gars de la scène. Qui en son temps fut pris en photo avec des tshirts tendencieux de BM. Le monsieur veut sans doute se racheter ?Pathétique.

04/10/2022, 14:11

Jus de cadavre

Metallica n'oublie clairement pas d'ou ils viennent. Les premiers mecs / roadies du fan club recoivent encore aujourd'hui des invitations pour les concerts dans leurs villes.Juste mega respect.

04/10/2022, 14:06

Simony

Pseudo-nazi de ce que j'ai compris.

04/10/2022, 11:17

Humungus

Et l'hurluberlu dénonçait quoi exactement ?Une imagerie satanique ou une accointance pseudo-nazi ?

04/10/2022, 10:12

Humungus

Bordel !Avant de lire ton commentaire Simony, c'est exactement ce que je m'apprêtais à poster...METALLICA = Le groupe que l'on ne peut pas complétement détester.

04/10/2022, 10:08

Simony

On peut dire ce que l'on veut sur ce groupe que je ne suis plus depuis de nombreuses années mais c'est encore un des rares à faire ce qui leur chante et avoir ce genre d'attention envers ceux qui les ont aidé et leurs fans, musicalement ça ne me parle pl(...)

04/10/2022, 09:10

Simony

Pression d'un illuminé sur la localité qui accueillait l'évènement quand à la présence d'un groupe de Black Metal. Je ne sais pas quel groupe était visé par cette action remplie de courage mais il a eu gain de cause puisque le(...)

04/10/2022, 09:07

Humungus

Tout cela ne me donne toujours pas les raisons de l'annulation...

03/10/2022, 23:41

Simony

Pour ceux que ça intéresse, opération d'ANTIQ LABEL en soutien au festival,SPECIAL SALE / VENTE SPECIALEEn soutien au

03/10/2022, 22:34

Satan

Et après on dit que l'extrême-droite est le danger suprême, alors que l'extrême-gauche est en train d'installer en sous-pente la dictature. Taake et ensuite ça.... on n'est pas dans la merde avec des pignoufs pareils.

03/10/2022, 22:22

Orphan

Ils n'ont qu'à faire un "RAP FEST" avec l'idéologie nauséabonde qui va avec.

03/10/2022, 14:16