Birds in Row + Verdun

Verdun, Birds In Row

Antirouille, Montpellier (France)

du 28/04/2024 au 28/04/2024

Un concert de dimanche soir à deux pas de chez vous après un weekend de grosse pluie, ça tombe très bien. Les quelques jours d'intervalle ont permis de digérer la déferlante Benighted et, en cette période où je n'ai pas de hors-Metal au programme avant un bon moment, un peu de mélodie et d'émotion seront toujours bons à prendre.

L'Antirouille est la salle la plus proche de mon domicile qui, malgré son ancienneté, n'a jamais accueilli beaucoup de musique extrême. Pendant trois décennies il y avait d'autres lieux en ville, et certains anciens exploitants ne voulaient pas de plans trop extrêmes ou trop bruyants, se rabattant sur une activité de club Drum n'Bass plus facile à gérer et assez rentable dans une ville étudiante. Mais les temps ont changé ; il n'y a plus d'autre salle de petit gabarit disponible dans le vieux Montpellier. Et profitant de relations anciennes, l'association WTF sollicite régulièrement les tenanciers actuels depuis la fin de la pandémie dont les goûts sont beaucoup plus proches. Pourvu que ça dure.


En fait de petite salle, je l'ai rarement vue aussi pleine pour un concert. Elle devait approcher des 150 entrées ce qui est très bien. Certes l'un des deux groupes programmés jouait à domicile, mais Birds in Row a aussi son statut et ramenait aussi son propre public venu parfois d'assez loin : des gens différents, plus jeunes, qui n'hésitent pas à mettre du blanc, des cheveux teints ou des motifs arty. C'est un groupe reconnu hors de France et il est normal que cette tournée longtemps attendue des fans les mobilise.


Il peut surprendre que VERDUN assure la première partie, tant les styles diffèrent. Mais les deux groupes entretiennent de vieux liens d'amitié qui rendaient cela très naturel au contraire. Installé sur scène sans autre effet que la nouvelle coupe peroxydée du chanteur, le groupe entama son set avec un petit problème au chant justement, mal mixé et privé de réverbération, rapidement corrigé en cours de route. Le Doom Sludge halluciné emporta aisément dans un lent headbang les têtes d'un public familiarisé depuis longtemps à cette recette. Le charisme de David Sadok, qui s'affirme toujours plus au fil des ans, y apporte beaucoup. Il abandonna son micro filaire pour crier en vain dans la masse sonore déversée par ses coéquipiers, puis descendant quelques instants dans le public. Même avec une seule guitare à la production propre et Sabbathienne, Verdun est terriblement oppressant. Le poids de la basse se distingue mieux quand la six cordes se tait, mais elle est essentielle pour plomber ces lentes syncopes de mastodonte au bout du bad trip. Les effets de batterie, pour être ralentis, n'en sont pas moins variés, des enchaînements de toms à la double, et le rendu ne serait pas le même si elle se contentait de marquer pauvrement le tempo. D'ailleurs, la reprise de "Dawn of the Angry" devenue incontournable – et totalement réappropriée – permet une accélération qui déclenche un vrai pogo plutôt bienvenu pour décharger la tension dans la touffeur qui baignait désormais la salle. Malgré les acclamations montantes, le titre suivant fut le dernier d'un set relativement court, dont l'ambiance était plus à la chaleureuse communion entre amis qu'à la démonstration spectaculaire et conquérante.


Après une longue pause et l'éclairage prolongé de la scène vide pour susciter la tension, le trio Lavallois s'avança devant des fans comblés. BIRDS IN ROW s'est constitué une base humaine importante qui entrait rapidement en transe collective, tandis qu'une fosse bien agitée s'est formée presque aussitôt pour à peu près tout le set. Pour chargée d'émotions et variée qu'elle soit, la musique des Mayennais n'en est pas moins très énergique, qu'il s'agisse d'expectorer sa colère ou de fuir ce monde au galop dans le sillage du rythme imposé par la batterie. Je n'ai pas beaucoup exploré "Gris Klein" et la discographie antérieure à petites doses, mais le travail de composition du trio peut s'apprécier aussi dans les conditions d'un concert, à travers les finesses de certains plans sollicitant une synchronicité pointue. Si bien que les titres sonnaient assez différemment les uns des autres, grâce à un bon travail à la production juste derrière moi. L'intensité du répertoire tient aussi au refus de toute redondance et à une certaine sécheresse brute assumée. L'abattage physique des musiciens n'accuse guère le poids des ans. Je suis même étonné que le batteur ait gardé son t-shirt tout le temps. Quentin Sauvé, toujours pêchu, apportait des vocaux un peu plus graves mais pas outrageusement contrastés avec ceux de Bart Hirigoyen caché derrière sa petite mèche. Ce dernier parle un peu moins qu'avant, mais s'est néanmoins lancé une ou deux fois dans ses discours improvisés et un peu embrouillés caractéristiques. Extrêmement sensible, il balance visiblement entre un idéalisme fraternel qui est le moteur de son engagement et un profond pessimisme qui n'est peut-être pas sans lien avec la dépression évoquée par l'un des titres joués ce soir. Les fans sont évidemment en communion avec ce rapport à l'existence, et il est certain que la musique est un bon moyen de transmettre à l'extérieur toute l'énergie que génère les combats intérieurs, afin de ne plus être seul et de se sentir ensemble plus forts dans toutes les luttes à mener.

Si le Hardcore Emo des Mainiots m'a paru plus enragé encore que la première fois, c'était sans doute à cause de cette circulation d'énergie avec un public conquis d'avance, bien tassé et bien agité tout contre la scène qui n'est pas très surélevée. Ou peut-être aussi parce que le lendemain serait un jour de pause bienvenue dans une tournée éreintante. Le jeu de lumières, assez élaboré par sa variété et ses quelques focalisations, notamment sur l'ouverture en arpège et chant clair de l'ultime titre, soulignait la facette arty du groupe qui sublime ainsi ses engagements politiques qu'on retrouvait aussi au merch' à prix libre – mais suggéré. Malgré l'envie générale de prolonger un excellent set d'une heure, il n'y eut pas de rappel bien que les trois musiciens se soient montrés disponibles après leur set, dans une ville où ils comptent un bon nombre de relations.


Satisfait d'avoir pu profiter d'un concert sortant légèrement des directions plus extrêmes des derniers temps, je m'apprête à replonger très vite dans un Metal bien plus typé.


par RBD le 02/05/2024 à 12:03
   62

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : ARGILE

Jus de cadavre 12/05/2024

Vidéos

Mercyless + Nervous Decay + Sekator

RBD 08/05/2024

Live Report

Birds in Row + Verdun

RBD 02/05/2024

Live Report

Hexagon Doom Tour

Simony 29/04/2024

Live Report

Midnight + Cyclone + High Command // Paris

Mold_Putrefaction 24/04/2024

Live Report

DIONYSIAQUE + JADE @La Chaouée

Simony 23/04/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
DPD

Je vois pas l'homophobie, je réalise les souhaits d'un homosexuel, j'essaye d'aider, tu veux quoi, j'y vais direct au Talmud ?

27/05/2024, 15:49

Lea

DPD je ne comprends pas du tout pourquoi tu t'acharnes comme ça, on a bien compris tes messages. Tu te fais plaisir à cracher sur tout et n'importe quoi, je vois pas trop le délire, tu t'emmerdes ?

27/05/2024, 12:50

Cämille

Vous pouvez pas virer cette merde homophobe ? Histoire de remonter le niveau. Merci

27/05/2024, 12:19

Gargan

Merci pour ce live report étoffé, va vraiment falloir que je me bouge les miches pour le prochain !

26/05/2024, 21:48

Gargan

Y’a pas de batteur ? J’aurais du mal à comprendre un changement de style..

26/05/2024, 20:55

NecroKosmos

26/05/2024, 19:13

NecroKosmos

J'y étais dès le jeudi et c'était vraiment top !! Mes coups de coeurs sont, dans l'ordre d'apparition, SWAMP LORDZ, WITCHES, VENEFIXION, ABYSMAL GRIEF et SKINFLINT. Quelques déceptions (musicales) mais peu importe. Quel bon festival !! J'ai bie(...)

26/05/2024, 18:59

Humungus

Putain d'affiche c'est clair...Ne serait-ce déjà que pour ABYSMAL GRIEF.Je dois les voir dans un peu plus d'un mois en Belgique... Et ta critique Simony me fout l'eau à la bouche bordel !!!Pis DESTRUCTION... Totalement d'accord av(...)

26/05/2024, 11:02

DPD

J'y peux rien si cette interface de clodo m'empêche d'éditer mes messages, habituellement j'écris très vite je poste et je me relis ensuite.Donc ouais, Bescherelle dans ton cul je sais que t'aimes ça pé(...)

25/05/2024, 16:19

DPD

Je vais te foutre un Bescherelle dans le cul va, ça te rappellera des souvenirs!

25/05/2024, 16:16

Steelvore666

Atrocia (les copains !!!!!), Skelethal, Venefixion... quelle affiche !!!!!!Et dire que j'avais gagné un pass pour m'y rendre...

25/05/2024, 10:30

Humungus

Buck Dancer je t'aime... ... ...

24/05/2024, 21:00

MorbidOM

"si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre."Consulter un Bescherelle ?

24/05/2024, 03:50

DPD

Ceci dit si je le ferais ce serait un album culte mais j'ais autre chose à foutre.+ metallica c'est de la merde depus longtemps, rien à foutre de Slayer, pareil pour Iron Maiden. Les nostalgiques devraient dégager-

24/05/2024, 01:06

DPD

On aura au moins pu constater que DPD>UPS.

23/05/2024, 10:56

DPD

@UPSJe peux brancher ma guitare avec mon pc jouer avec une boite a rythme et sortir quelque chose de merdique en 1 semaine, est-ce que ça en vaut la peine? tellement de sorties polluent la scène.Je suis absolument contre l'idée que faire quelque (...)

23/05/2024, 10:54

Buck Dancer

Franchement, je ne m'attendais pas à un album aussi bon. Quelques morceaux peuvent vite devenir des classiques et surtout le groupe semble avoir son identité. Bien sûr c'est similaire  à Motley Crue.... euh Slayer, mais c'est pas un simple copi&eacut(...)

22/05/2024, 21:11

fuck the fuck off motherfucker

Calmez-vous les boomers mentaux, Rock Hard va bien vous pondre un article sur AC/DC pour vous contenter.

22/05/2024, 14:36

UPS

Effectivement, ne faisons rien et restons vissés à nos sièges en pleurant sur internet : on aura l'air nettement moins vieux jeu et plus aventureux comme ça. 

22/05/2024, 12:35

Pierrot

Toujours aussi envoûtant, darkthrone combine continuité et qualité 

22/05/2024, 09:14