Strange Affairs

Squared

13/05/2022

Autoproduction

D’étranges affaires ?   

Pourtant, celle associant un guitariste français et un chanteur suédois me paraît claire comme de l’eau de roche. D’un côté, un musicien prolifique, et guitariste de session recherché, et de l’autre, un vocaliste suédois, au timbre puissant et au phrasé diaboliquement précis. Le lien entre les deux ? Un amour indiscutable des années 80, et plus particulièrement de cet AOR qui faisait les beaux jours du Billboard il y a trente ou quarante ans. Cette rencontre, c’est celle d’Arthur Vere et Jack L. Stroem, qui ont décidé d’unir leur force pour sortir l’album de Nostalgic Melodic Rock de ce premier semestre 2022. Loin des automatismes irritants de l’écurie Frontiers, ou des démarcages plus ou moins habiles de l’école suédoise, le tandem a choisi la voie de la sincérité et de la passion, et dès les premières notes de « One Thousand Years », la sensation est incroyable : fraîcheur, pulsion, et hérissement des poils sur les bras tant la reconstitution est fidèle au décor d’origine.

Mais loin d’une simple imitation de JOURNEY, FOREIGNER ou autres héros de la mélodie ciselée, SQUARED propose sa propre version de l’histoire. Une version authentique, spontanée mais ouvragée, et surtout, respectueuse des codes tout en imprimant sa patte en filigrane sur les billets. Comme deux musiciens californiens s’étant rencontrés dans une convention quelconque ou dans un bar spécialisé, Arthur Vere et Jack L. Stroem se complètent à merveille, et la guitare du premier permet au second des envolées incroyables, et des refrains truffés de chœurs qui s’impriment dans la mémoire comme une carte postale aux palmiers verdoyants.

SQUARED ne doit rien à personne, et il est important de le noter. Arthur s’est chargé de la composition et de l’instrumentation, et les deux hommes ont choisi la voie de l’autoproduction pour garder le contrôle. Le travail est donc conséquent, et incroyable de mimétisme, et autant jouer cartes sur tables : tous les morceaux de ce Strange Affairs sont des hits en puissance qui rappellent MEN AT WORKS, PARADOX, LIAISON, et autres outsiders de la scène AOR des années 80 et 90.

Sans aide extérieure, le résultat n’en est que plus bluffant. En écoutant le merveilleux et soyeux « Darkest Fantasies », on se croirait sur une plage de Californie, en fin d’après-midi, à siroter un cocktail en repensant à cette magnifique blonde athlétique croisée un peu plus tôt dans la journée. Chaque détail a été soigné, et le tandem, parfaitement soutenu par une section rythmique composée de Robin Risander (batterie) et Kammo Olayvar (basse), s’en donne donc à cœur joie, d’un naturel époustouflant, et d’un talent presque surnaturel.

Evidemment, l’effort fourni par Arthur Vere est remarquable. Le guitariste français survole l’histoire de sa guitare volubile en solo, et solide et versatile en rythmique, et nous offre une démonstration de panache sidérante, abordant tous les secteurs de jeu et toutes les nuances. Ainsi, entre hit Hard-Rock léger comme un nuage estival et tube sensible et radiophonique (« Love Can Be Lonely »), ce premier album nous en donne clairement pour notre argent. En se montrant concis et pointilleux à l’extrême, SQUARED signe un petit miracle qu’on croyait réservé à la première division AOR revival venue de Suède, et nous entraîne dans un succulent voyage dans le temps dont on apprécie chaque seconde.

« Say That You Love Me », punchy à souhait, « Love Affair », nappé de volutes de claviers et caressé d’une guitare amoureuse pourra réveiller les ardeurs de la fanbase de Richard MARX ou de Michael BOLTON, alors que le plus tendu et viril « Clutching At Straws » permet à Jack L. Stroem de faire montre de toute l’étendue de sa palette vocale, passant du mid au high range avec une facilité déconcertante.

Il est rare de tomber sur un album totalement parfait de son entame à son terme. Terme qui d’ailleurs nous offre une cascade d’harmonies suédoises à la ABBA, pour un final que l’Eurovision aurait pu sacrer dans les années 90 (« Anthem of a Broken Heart »). Et une fois les trente-cinq minutes terminées, le réflexe est immédiat. Remettre l’album en mode boucle pour s’en délecter encore et encore, en louant le travail phénoménal accompli par deux musiciens s’entendant artistiquement comme larrons en foire. Un véritable bréviaire de la perfection AOR, pour une affaire simple d’osmose entre deux talents complémentaires.

Album à acquérir d’urgence, et disponible pour un prix tout à fait modique sur le Bandcamp d’Arthur Vere.

Go and buy    

 


Titres de l’album :

01. One Thousand Years

02. Stranger At Heart

03. Personal Matter

04. Darkest Fantasies

05. Love Can Be Lonely

06. Say That You Love Me

07. Love Affair

08. Clutching At Straws

09. Anthem of a Broken Heart


Facebook officiel

Arthur Vere Bandcamp 


par mortne2001 le 23/05/2022 à 19:27
95 %    639

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49